Intel NUC 13 Extreme Raptor Canyon : passage au 13.9 litres

Le NUC Raptor Canyon augmente encore son châssis qui passe à 13.9 litres. But de la manoeuvre, permettre l’ajout de cartes graphiques.

Le NUC 13 Extreme ou le NUC Raptor Canyon pour reprendre son nom de code, sera encore plus imposant que le précédent modèle. Passant de 8 litres pour la série actuelle Dragon Canyon à 13.9 litres pour ce nouveau format. 

La raison de cette évolution est simple, cette gamme « Extreme » veut coller du mieux possible au marché du PC haut de gamme et doit donc pouvoir accepter des cartes graphiques les plus musclées. Problème, si on considère les solutions actuelles de cartes graphiques… elles consomment plusieurs fois ce que consommait le premier NUC à être sorti sur le marché. Accessoirement, elles font plus de deux fois le volume d’un NUC classique. Pas d’autre choix donc que de faire évoluer son offre pour coller aux besoins du secteur.

Le nouveau NUC Raptor Canyon proposera donc toujours une carte fille embarquant l’ensemble des composants de la machine : processeur de 13e Génération soudé mais également des slots de mémoire vive et un support de stockage. L’ensemble sera refroidi par un duo classique composé d’un ventilateur et d’un système de dissipation. Les deux connectés grâce à des caloducs.

Cela permettra à Intel de glisser ses propres solutions graphiques ARC A7 dans ses châssis et de profiter de toutes les synergies possibles. Bien entendu, cette Next Unit of Computing n’éteint pas les autres formats et Intel continuera à développer des modèles classiques beaucoup plus compacts ainsi que des versions comme les Dragon Canyon et les Serpent Canyon. Le Raptor Canyon est le grand frère de cette famille nombreuse et prolifique.

Raptor Canyon : dis moi que tu refabriques des cartes mères sans me dire que tu refabriques des cartes mères

Reste que l’on peut sincèrement se demander le réel intérêt de cette offre Dragon Canyon par rapport à une solution Mini-ITX classique ? Et à bien y regarder, ce n’est pas évident pour un particulier. Le format classique en ITX permettra de retrouver le même encombrement avec un processeur sur socket et les mêmes accès à de la mémoire vive et du stockage. La plupart  des modèles de cartes mères de ce type proposent des slot PCIe permettant d’ajouter une carte graphique de son choix tout en profitant d’une grande variété de boitiers. L’encombrement pourra être identique ou même plus réduit suivant les offres.

Pour un pro, par contre, cette offre a du sens car ses besoins ne sont pas les mêmes. Pouvoir extraire facilement tout le moteur d’une machine sous la forme d’une carte fille sans avoir à démonter la totalité des composants comme avec une carte mère, cela a beaucoup d’avantages. Surtout quand le PC en question est intégré à un meuble ou dans un appareil quelconque. La maintenance est facilitée avec la simple possibilité de démonter la carte en ôtant une unique vis, en enlevant son stockage et sa mémoire vive puis en réintégrant une nouvelle carte équipée du SSD d’origine. La remise en état d’un équipement industriel par un neuf ou sa simple mise à jour ne prennent alors que quelques minutes montre en main.

C’est également une manière pour Intel de refabriquer des cartes mères. Le fondeur a stoppé cette activité en 2013 et ne fabrique désormais plus de solutions de ce type autrement que pour les serveurs et les… NUC. Des segments où Intel ne fait pas d’ombre aux autres acteurs du marché. Avec cette carte « fille » qui se comporte comme une carte mère propriétaire au sein du Dragon Canyon, Intel propose une option sur mesures mais ne fait pas vraiment de concurrence. La carte n’est pas réellement sur le même segment que les solutions ATX ou ITX des autres constructeurs.

Bref, je ne suis pas sûr que le grand public suive le NUC Dragon Canyon, lui préférant une solution plus concurrentielle. Les industriels, par contre, pourront y voir leur intérêt.

Sources : Intel et Videocardz

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

4 commentaires sur ce sujet.
  • 11 octobre 2022 - 22 h 27 min

    C’est quand même fou, mon PC de jeu actuel (un MSI Trident), qui n’est PAS considéré comme un mini-PC par la marque, fait 10.3 L. Et là, sur un NUC qui est tout de même historiquement un format mini-PC (même si ce n’est pas dans la définition du produit) on se retrouve avec un truc monstrueux à cause de la taille des GPU.

    Répondre
  • 12 octobre 2022 - 0 h 13 min

    c’est gamer ou c’est industriel ? c’est pourtant le segment que vous ciblez/donnez dans votre article ?

    Répondre
  • 12 octobre 2022 - 1 h 00 min

    @seba: Alors non, personnellement je n’ai pas parlé de « gaming » dans ce billet. Vous projetez votre vision du marché ou emboitez le pas à celle d’Intel. Je n’ai fait qu’évoquer des cartes graphiques « musclées »… J’ai ensuite soulevé le manque d’intérêt de la formule par rapport à du ITX classique pour un particulier.

    Mais il faut bien comprendre qu’aujourd’hui les cartes graphiques ne sont plus utilisées uniquement par les joueurs. Une carte RTX avec ses cœurs CUDA peut être employée par des industriels pour l’associer avec des travaux d’IA lourds et intensifs. Et bien d’autres choses encore.

    D’autres industriels sont des professionnels du… jeu. Et ils peuvent avoir un intérêt a proposer des engins de ce calibre. Les Hades Canyon d’Intel par exemple, se sont très bien vendus dans des bar a thème qui proposaient des possibilités de jeu en réseau. Parce que leur maintenance est aisée. D’autres ont créé des stands de jeu VR avec des Compute Element NUC. On peut être industriel et développer du gaming.

    Enfin on peut avoir beaucoup d’usages ou le recours à la 3D ou à des traitements vidéo UltraHD sont nécessaires. Les deux se mélangent de plus en plus.

    Enfin, et c’est là un point sur lequel il faut insister à mon sens. Intel fait un marketing Gaming autour de ces produits parce que la marque pense que c’est une bonne part de sa cible tout en sachant également que c’est un très bon angle d’approche. Si Intel faisait de la pub pour une machine industrielle, on ne parlerait pas des Raptor Canyon. En présentant le produit avec des cartes graphiques haut de gamme, ça fait le tour de la planète.

    Bref ce n’est pas l’un ou l’autre, ce n’est pas noir ou blanc, la nuance et les strates d’intérêts sont plus vastes que l’optique que vous suggérez.

    Répondre
  • 12 octobre 2022 - 1 h 12 min

    @Clément Nerma: Et oui… Et au vu des nouvelles cartes graphiques ce n’est pas prêt d’aller mieux. A moins que les dernières cartes sorties, les plus monstrueuses, fassent un four. On es bien parti pour du « toujours plus grand ».

    Je me souviens des cris à l’annonce de la Nvidia Titan. Tout le monde trouvait la carte « démesurée »… Quelques années plus tard c’est une carte qui semble presque ridicule.

    La 4090 Ti c’est 3 slots pour 33.6 x 14 x 6.1 cm
    Un TDP de 800W avec une alim conseillée de 1200W

    La Nvidia Titan c’est 2 slots pour 26.7 x 11.1 x 3.8 cm
    Un TDP de 250W avec une alim conseillée de 600W

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *