Frites et PC, le ECS LIVA Core dissipé à l’huile de Colza

L’huile dissipe mieux la chaleur que l’air et depuis longtemps certains utilisateurs se sont amusés à tremper leurs circuits dans des solutions de ce type généralement à base d’huile de synthèse non conductrice. La ECS Liva Core subit le même sort mais avec de l’huile de Colza…

Car si l’huile de Colza est moins conductrice que les meilleures huiles minérales. Elle a également l’avantage d’être beaucoup beaucoup moins chère ce qui rend l’opération plus abordable.

ECS LIVA Core

Bien sur elle a un gros défaut, elle n’est pas stable et subira un effet rapide du temps qui la rendra noire et odorante. La ECS Liva Core ne s’en trouve pourtant pas moins bien dissipée.

Sa température de fonctionnement est basse avec 34,4 °C au maximum après 8 heures de test. Pas mal quand on sait que le Core M-5Y10 de la solution est flashé au dessus des 60°C dans son boitier passif d’origine.

ECS LIVA Core

Evidemment, on imagine mal ce genre de solution pour un usage courant, surtout avec de l’huile de Colza qui dégénèrera tôt ou tard. Mais il semble possible d’optimiser ce type d’idée avec une huile minérale et un boitier en aluminium totalement fermé. Quelques ajustement techniques devraient être faits pour laisser la connectique affleurant le châssis sans que l’huile en déborde…

ECS LIVA Core

Bien sur, l’autre solution est de positionner un large ventilateur de 12 ou 20 cm sous volté afin de faire circuler l’air dans un châssis moins compact que celui livré par défaut par ECS.

Source : Ascii.jp via FanlessTech

12 commentaires sur ce sujet.
  • 23 décembre 2015 - 9 h 41 min

    Mouais. Avec du chocolat ca donne quoi ?

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 9 h 41 min

    Le soucis c’est en cas de charge soutenue longtemps, non ?
    L’huile va chauffer et sans autre système d’échange thermique avec l’air, il faut une baisse d’activité pour que l’ensemble de l’huile refroidisse.

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 9 h 45 min

    @Benoitb: Bof, si du coup l’ensemble du boitier fait radiateur, j’imagine que l’echange thermique passif suffit ? Le probleme c’est surtout de déplacer la chaleur générée sur les quelques cm² de la puce ?
    Ceci dit ce genre de truc est marrant, mais si le liquid cooling devait devenir mainstream on s’en serait rendu compte deja, alors les trucs de type immersion… perso je vote dans l’ordre: 1- Radiateur 2- Caloduc 3- Ventilo, apres watercooling et immersion c’est de l’anecdotique a haute maintenance, haut cout, et haut risque.

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 10 h 48 min

    Et que ce passe t il à froid? L’huile peut figer et devenir dure.

    Répondre
  • cid
    23 décembre 2015 - 11 h 12 min

    Faire la vidange de son PC pourquoi pas :)

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 11 h 38 min

    d’ici là que celle-ci noircisse…
    elle ne s’oxydera qu’en contact de l’air, donc si bien rempli et fermer alors elle sera stable !

    bon cela reste plus jolie transparente !

    de souvenir qq gros serveur de calcule plonge leur lame dans de l’eau déminéralisé pour les refroidir… c’est génial et très efficace… pourquoi ils ne le font pas tous ? je crois que pour la maintenance c’est chiant ! :D

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 11 h 41 min

    ca c’est une news à la Belge , dank u Piet ;)

    Ca me donne envie de manger des moules frites , zut pour le régime

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 12 h 16 min

    Bonjour à tous,
    Oui pis pour brancher une clef USB, beurk, t’as intérêt de prévoir une rallonge et qu’elle ne tombe pas dedans. Et si l’huile est isolante, ça ne crée pas des mauvais contacts, par exemple si l’on ajoute une barrette de RAM après coup (upgrade), il ne risque pas d’y avoir un film isolant entre le module DIMM et son socket ?
    En tout cas oui la photo d’introduction donne faim, slurp :oq

    Ivan.

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 17 h 28 min

    cette technique est utilisée couramment sur les équipements radiologiques, les scan etc … depuis l’invention de X, la très haute tension (150kv) exige une isolation et une stabilité dans le temps pour les 25 ans d’usage des générateurs, je ne connais pas le prix de cette huile minérale et je ne m’en suis jamais soucié, les contacts dans l’huile sont parfait, il n y a jamais de corrosion ni de poussière, on a même fait pendant des années des oléo-comutateurs qui couplaient différentes sorties à + de 150kv sans vieillissement notable des contacts.en ce qui concerne les inconvénients,l’ odeur est désagréable, les plastiques qui sont au contact de cette huile deviennent cassant quelque années après, le recyclage de cette huile est souvent problématique. bref c’est dégueulasse ça pue mais c’est efficace et silencieux, sur un coin de table dans un labo uniquement.

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 23 h 15 min

    Il me semble que les anciens transformateurs EDF étaient refroidis à l’huile minérale, avec une fâcheuse tendance à produire des dioxines…

    Répondre
  • 24 décembre 2015 - 6 h 37 min

    Faut un proc de combien de TDP pour en faire une friteuse?

    Répondre
  • 24 décembre 2015 - 9 h 10 min

    @Dadoo: tu parles du pyralène, un produit qui n’est stable qu’en dessous de la température de fusion, au dessus, ça combustion produit des toxiques plus que dangereux, il n’existe qu’une usine de retraitement de cette huile en France que certains ecolo-integristes aimeraient voir disparaître. Ce produit est toujours utilisé de nos jours sur les anciens systemes, on a juste ajouté des circuits de contrôles thermiques pour éviter la zone rouge. changer ces transfo est un casse tète insoluble, par exemple dans les hôpitaux ou la suspension d’activité est impensable. les friches industrielles et abandons en rase campagne, le prix du recyclage sont les véritables dangers de ces matieres

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *