FormulaPi : Une course de mini voitures autonomes sous RPi

Imaginez des modèles réduits équipés d’une camera et d’une carte Raspberry Pi. Autonomes, ils se déplacent sur une piste où ils sont lâchés pour exécuter un certain nombre de tours le plus rapidement possible. Votre seule interaction se passe en amont, lorsque vous chargez votre programme de pilotage sur un des véhicules. Cette différence de programmation sera la clé de la victoire, voilà la recette de FormulaPi.

Clairement inspirée de la Roborace, cette course de Formule E pilotée par des robots qui se prépare pour cette année, FormulaPi reprend le concept à une échelle plus modeste avec des véhicules électriques de petite taille et des cartes Raspberry Pi embarquées pour les piloter.

Formula Pi

Pour le reste, l’idée est la même. FormulaPi va construire les véhicules, donner les instructions pour les programmer, assembler des pistes pour effectuer les courses et permettre à différents programmeurs de charger leurs programmes. Une sorte de club où s’affronteront des équipes par logiciels interposés. Chacun pourra envoyer l’image de son intelligence artificielle codée pour gagner la course, elles seront implantées dans des véhicules identiques et les courses seront alors lancées entre diverses équipes.

Les courses seront filmées et retransmises en direct sur le net, pour gagner il faudra être le premier véhicule à exécuter 23 tours de piste de 22,9 mètres à 5 véhicules. Une fois posées sur la piste, plus aucune interaction physique ne sera possible. De la  détection du départ par un feu vert à la navigation sur la piste et la détection d’obstacles, tout devra être géré par l’intelligence du programme et la compétence en calcul de la Raspberry Pi.

Formula Pi

Les images montrent des véhicules assez massifs, il serait intéressant de pousser le concept vers des solutions plus légères, par exemple des Mini-Z plus rapides avec une Raspberry Pi Zero. L’équipe derrière cette idée prévoit d’autres véhicules dans le futur mais semble s’orienter vers des solutions de type Mad Max… Cela rajoutera sans doute un peu de piment à la course car si la vidéo montre des véhicules hésitants pour le moment, cela ne devrait pas durer. Avec l’émulation d’équipes se mettant à entrer en concurrence autour de diverses intelligences artificielles, les solutions devraient rapidement progresser.

Formula Pi

Le projet est en recherche de financement, pour rentrer en compétition, il faut payer une licence de 35£. Pour 130£, vous pouvez obtenir votre propre voiture robot d’entrainement sur laquelle vous devrez installer une Raspberry Pi Zéro et votre code. En additionnant les deux sommes, vous aurez de quoi commencer sérieusement la compétition.

A découvrir sur Kickstarter

 

7 commentaires sur ce sujet.
  • 26 juillet 2016 - 14 h 11 min

    c’est typiquement le genre de projet que j’adore
    si on avait eu ça quand j’étais gosse, je pense que beaucoup se serait plus intéressés à l’info (au lieu des cours pourris qu’on avait)
    le but de la fondation c’est de promouvoir le code, et ce type de projet est parfait pour ça
    les RPI, c’est vraiment bien pour ça et pour les gosses

    Répondre
  • 26 juillet 2016 - 17 h 35 min
  • 26 juillet 2016 - 18 h 45 min

    Orangina rouge : cela existait quand tu étais gamin.
    C’était organisé par un magazine aujourd’hui disparu mais que l’on trouve ligne : Microsystèmes.
    Fallait terminer un circuit de la même manière que ce dernier en détectant les bords de piste (surtout) .
    Mais on ne parlait pas d’ARM à l’époque mais plutôt de 6502 (Rockwell) et de 6800 voire de 68000 (Motorola) et on programmait en assembleur.
    30 ans après on recommence donc. Mais avec d’autres moyens.
    Db

    Répondre
  • 26 juillet 2016 - 18 h 52 min

    @Gaduc: oui mais il y a 30 ans, l’éducation nationale n’avait pas ce type de projet quasi clé en main avec une fondation pérenne dont c’est le but (apprendre l’info et le code aux gosses)
    là, elle l’a (si elle le souhaite, hum)
    le projet est carré et les profs ont plus qu’a “piochés” un projet qui branche leur classe et réutiliser le matos l’année d’après
    c’est quand même mieux que les tablettes subventionnées pour VRAIMENT faire du “numérique” en classe

    Répondre
  • 26 juillet 2016 - 18 h 57 min

    @Gaduc: Ouais je me souviens des parcours de “tortues” qu ivoyait des bandes dessinées expres sur lesol.. Mais là on peut faire d’autrs trucs, detection de véhicule, optimisation des parcours, auto apprentissages, stratégies en tant que second différent que premier et notions de records permettant quand tu es premier de refaire le même tour de piste pour optimiser ton temps etc.

    On psse d’une dimension de detection simple à un peu plus : de quoi mener à bien un projet assez complexe et amusant.

    Répondre
  • 26 juillet 2016 - 21 h 34 min

    Limité à une seul camera, c’est du traitement d’image sans profondeur. Le principe suivi est expliqué dans un extrait de la vidéo: c’est les couleur au sol que suivent les voitures avec tous les zigzag qui en découle. On peut même se demander si c’est pas le PI Zéro qui sature en calcul.

    Donc une limitation hardware à une caméra + software avec un traitement d’image limite. Sans doute parfait pour apprendre mais certainement pas pour évoluer.

    Répondre
  • 26 juillet 2016 - 23 h 16 min

    @xaxa: encore une fois, ça dépends du niveau
    si vous ciblez du lycéen deja aguerri au code, il va vouloir aller vers de la compet de type “robot guerrier” à l’américaine
    si on cible du primaire collège, le projet ici, c’est suffisant
    encore une fois, le but de la fondation , c’est de permettre à tous de coder
    donc un petit pas après l’autre (surtout si le niveau de tous n’est pas le même en classe)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *