DevTerm : un portable rétro et OpenSource

Le DevTerm de clockwork est un drôle d’engin qui propose, sous une interface rétro, un projet très abouti et intéressant à suivre. A mi chemin entre certains pionniers de l’informatique mobile et la carte de développement.

Proposé en précommande par Clockwork, le DevTerm devrait être commercialisé au mois d’Avril de l’année prochaine. Un calendrier étonnant si on en juge par son design qui le rapproche plus d’engins comme le Epson HX-20 par exemple, sorti en 1980.
DevTerm

Ce format si particulier n’empêche pas le DevTerm de Clockwork de proposer des fonctionnalités avancées et surtout une approche OpenSource qui permettra d’en maitriser les composants. Il propose également un écran un poil mieux défini que le LCD employé dans les années 80. Avec un affichage de 6.8 pouces en 1280 x 480 pixels de type IPS, cet étrange objet pourra piloter n’importe quel système pris en charge par le SoC que vous aurez choisi.

DevTerm

Il propose évidemment un clavier, un QWERTY construit sur mesures et entouré par des aménagements originaux. A gauche, par exemple, on retrouve des touches fléchées sur une petite croix directionnelle. A droite, les quatre boutons classiques du monde du jeu vidéo ABXY. De là à dire que l’on pourra se servir de l’engin pour jouer… Il n’y a qu’un tout petit pas facile à faire puisque l’ensemble pourra parfaitement piloter l’émulation de vieilles consoles, des systèmes comme RetroArch sont présents dans la liste des solutions supportées. En haut, au centre du clavier, on retrouve un mini trackball. Tout en bas, sous la barre espace, on retrouve trois boutons pour piloter le curseur.

DevTerm

A l’intérieur du châssis, plusieurs options avec une batterie constituée de deux éléments 18650 qui ne seront pas fournis. Il faudra donc l’ouvrir et ajouter les différentes batteries pour avoir une certaine autonomie.

DevTerm

Le module pour deux batterie 18650 de la machine.

Un choix qui s’explique probablement par les restrictions portées aux colis comportant ces éléments dans le transport aujourd’hui. 

DevTerm

Une autre option possible pour le DevTerm est l’ajout directement dans le châssis d’une petite imprimante thermique. Un autre emprunt au passé puisque certaines machines pionnières de l’informatique mobile proposaient également ce type d’option. Il était rare de trouver une imprimante en mobilité, encore plus d’en trouver une avec laquelle on pouvait communiquer facilement. Le recours à ce type d’imprimante thermique était donc une solution très pratique.

DevTerm

Le DevTerm est piloté par une carte d’accueil ClockworkPi v3.14 qui propose un slot au format SoDIMM pour accueillir plusieurs solutions compatibles. La carte Raspberry Pi Compute Module 3 avec 1 Go de mémoire vive et un SoC quadruple coeur ARM Cortex-A53 mais également d’autres solutions compatibles proposant jusqu’à 4 Go de mémoire vive et un SoC 6 coeurs combinant des ARM Cortex-A72 et des ARM Cortex-A53 épaulés par un circuit graphique Mali-T864. Clockwork prévoit d’en ajouter encore d’autres dans le futur.

DevTerm

La carte d’accueil ClockworkPi v3.14 du DevTerm propose des ports USB Type-A et Type-C, une sortie micro HDMI et un port jack audio 3.5mm classique. On retrouve en interne les 40 connecteurs GPIO classiques et l’ensemble des éléments indispensables à la machine elle même : un connecteur pour l’écran IPS, le clavier, la batterie.

DevTerm

Un connecteur secondaire permet de brancher une carte baptisée “Ext Module” qui ajoute des port supplémentaires pour piloter l’imprimante thermique, une webcam MIPI-CSI et des ports USB ainsi que des enceintes stéréo.

DevTerm

Surtout, le côté Open Source de l’engin ouvrira la porte à des développements futurs très intéressants. Clockworth parle de systèmes d’Intelligence Artificielle, de modules 4 et 5G, d’un module Radio, d’un oscilloscope, de cartes son, de lecteur de cassettes (!?) et de plein d’autres choses allant même jusqu’à un microscope embarqué pour observer des lamelles. Une modularité très intéressante qui permet d’imaginer des choses incroyables. On se souvient, par exemple, de l’utilisation de solutions comme le Neural Compute Stick, compatible avec les Raspberry Pi, qui permettaient d’analyser des échantillons à la recherche de bactéries. Avec le DevTerm, il serait possible d’avoir une solution robuste, capable d’une première analyse de terrain d’un échantillon et pouvant en tirer un résultat imprimé sur sa petite imprimante à afficher n’importe où.

Les prix varient suivant ces options mais on peut commander un modèle à assembler à partir de 219$ sans la carte Raspberry Pi CM3. Comptez 249$ pour avoir la machine complète avec une CM3 et une carte MicroSDHG 16 Go avec Raspberry Pi OS. 

DevTerm

L’ensemble des plans et composants de la machine seront publiés sur Github de manière a ouvrir le DevTerm aux développeurs et aux hackers de tous poils. Il sera donc possible de développer des outils a ajouter à la machine ou de profiter des créations d’autres développeurs. Clockwork travaille au portage d’autres solutions afin de les rendre compatibles avec son DevTerm. L’équipe pense notamment a intégrer d’autres architectures processeur comme le x86 mais aussi le RISC-V ou des solutions FPGA+ARM. Il est donc possible que ce petit joujou se transforme en plateforme de développement plus aboutie encore.

Le projet est novateur, abouti, bien pensé, abordable en terme de tarif et très ouvert. J’avoue que je suis assez épaté par les qualités de cette machine. Son ouverture est un signe de future belle vitalité et les précédents projets de Clockwork comme le GameShell ont bien abouti et sont désormais distribués à l’international. 

A suivre donc, sur la page dédiée de Clockworth.

Soutenez Minimachines, partagez le !


Rivière
9 commentaires sur ce sujet.
  • 23 novembre 2020 - 21 h 49 min

    Pour paraphraser les QOTSA:…like clockwork…
    Projet très sympa, surtout le choix de differentes cartes filles :)
    Si il fallait que je fasse un seul reproche, ce serais le sempiternel “j’aurais préféré un clavier ortho” (j’ouvre le bal des relous lol)

    Répondre
  • 23 novembre 2020 - 23 h 26 min

    “ClockworkPi v3.14” : c’est réellement un nom de version? Je suis sur qu’ils ont fait exprès de prévoir la commercialisation de leur projet pil-poil pour cette version ;)

    Répondre
  • 23 novembre 2020 - 23 h 42 min

    Magnifique. C’est beau le design rétro franchement.
    Avec la version 6 coeurs / 4GB de RAM, on tient un truc assez performant pour les tâches classique à mon avis.

    Répondre
  • 24 novembre 2020 - 3 h 53 min

    C’est de tout’bautay.

    Répondre
  • 24 novembre 2020 - 12 h 00 min

    Une solution parfaite pour remplacer la machine à écrire en mobilité. Le clavier, la feuille (l’écran) et rien d’autre pour distraire de ce qu’on fait. Pas de notifications, pas d’applications multiples, juste l’essentiel.
    L’outil idéal pour l’étudiant, l’écrivain, qui souhaite pouvoir se concentrer sans avoir toutes les tentations des outils modernes.

    Le marché est étroit, mais peut exister. Un bon vieux Tandy TRS80 Model 100 en quelque sorte.

    En revanche je m’interroge du coup sur les touches de jeu et tout le reste. On remet de la distraction possible dans une machine qui aurait dû l’exclure de par sa conception.
    De même que sur le choix de batteries 18650 qu’on ne trouve pas partout. La possibilité de bonne vieilles piles C ou D aurait été bien plus dans la philosophie de l’engin, qu’on pourrait utiliser sur secteur, sur batteries rechargeables, ou bien en dépannage avec des piles alcalines qu’on trouve bien plus facilement dans le commerce. Mais sans doute les écrans modernes consomment-ils plus que les bêtes LCD passifs qu’on trouvait à l’époque.

    Répondre
  • 24 novembre 2020 - 12 h 41 min

    Le GameShell est en rupture sur leur site, auriez-vous une adresse pour se le procurer?

    Répondre
  • 24 novembre 2020 - 17 h 29 min

    Je craque, je vais devoir l’acheter. Encore un truc de plus qui va surement finir sur l’étagère des trucs fun.

    Répondre
  • 25 novembre 2020 - 20 h 32 min

    Je rêve d’un truc similaire (avec un écran un petit peu plus grand et la possibilité d’écrire dessus avec un stylet). Un système ouvert et évolutif à rebours de la marche du marché.

    Répondre
  • Tof
    2 décembre 2020 - 11 h 09 min

    @Pulcinello: “De même que sur le choix de batteries 18650 qu’on ne trouve pas partout.”
    -> des batteries 18650 tu en trouveras dans les boutiques de cigarette électronique car c’est le quasi standard en vape. De surcroît, les batteries 18650 sont rechargeables, donc tu n’auras pas besoin d’en racheter tous les 15 jours ;)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *