Cyclomobiles légers : les draisiennes électriques sont légalisées en France

Cyclomobiles légers : Le gouvernement fait entrer les draisiennes électriques dans le code de la route comme des EDPM.

Mise à jour du 19/01/2022 : Les véhicules entrent certes dans notre code mais doivent subir une réception et la  certification à de nombreuses normes pour circuler. Un détail qui devrait fortement changer la donne.

Billet original du 17/04/2022 : C’est sous l’appellation Cyclomobiles légers que le gouvernement vient de légaliser les draisiennes électriques et engins assimilés dans le code de la route. Ces véhicules étaient jusque là interdits, totalement illégaux et souvent vendus de manière tout aussi illégale par… tout le monde.

Une nouvelle qui devrait réjouir les vendeurs de matériel mais peut être chagriner les usagers des pistes cyclables qui vont probablement vite devenir des pistes de plus en plus motorisées.

La définition de ces Cyclomobiles légers est assez sommaire. Il s’agit d’engins deux roues motorisés à place assise destinés au transport d’une seule personne et dépourvus de tout dispositif destiné au transport de marchandises. Ils devront être bridés à 25 Km/h maximum, comme les autres EDPM, et nécessiteront pour rouler de souscrire à une assurance spécifique. Aucune immatriculation ne sera nécessaire pour les employer. Suivant en cela les mêmes règles que les autres EDPM. Ils auront donc droit aux pistes cyclables et au déplacement en ville sur la chaussée.

Dans ce cadre « Cyclomobiles légers », le législateur reste assez flou sur la description de l’engin. Il s’agit d’un véhicule type L1e-B, donc d’un deux roues, avec un siège et aucune possibilité pour accueillir plus d’un passager ou un bagage autre que celui porté par le passager : pas de selle arrière ou de simple porte bagage. Le moteur doit être obligatoirement électrique, limité à 350 watts et ne pas permettre un dépassement de 25 Km/h en vitesse maximale. Le véhicule, enfin, ne doit pas excéder les 30 kilos à vide. Ces engins n’ont pas besoin de pédales mais il n’est pas précisé que cette absence est obligatoire.

Pourquoi « flou » ? Parce que l’engin n’est pas décrit plus précisément et qu’on peut se demander comment sera classé un vélo électrique avec une poignée d’accélérateur et un moteur ? Grâce à cette poignée, il ne s’agira plus d’un vélo mais d’un de ces cyclomobiles légers. Son moteur pourra donc passer de 250 watts, la limitation pour les vélo électriques, à 350 watts. Rappelons au passage que la loi n’a toujours pas évolué pour les vélo-cargos électriques toujours limités à 250 watts en France. Beaucoup d’associations et d’utilisateurs souhaitant une évolution de ce type de motorisation sur ces engins destinés à porter des charges lourdes avec une aide au pédalage, sans pour autant toucher à leur vitesse maximale.

2021-06-29 15_12_04

Voici les nouveaux cyclomobiles légers…

Cette appellation cyclomobiles légers comprend donc les trottinettes électriques avec selle, les draisiennes électriques et certains vélos électriques qui entrent dans ce cadre. Le poids de 30 Kg permettant une assez large gamme de produits.

Les propriétaires n’auront pas besoin de plaque d’immatriculation ni de carte grise, seule l’assurance de type EDPM sera obligatoire ainsi que tous les éléments techniques correspondant aux EDPM en général : avertisseur sonore, phares avant et arrière, catadioptres, freins efficaces… Le port du casque est recommandé mais pas obligatoire pour les plus de 12 ans. Car oui, les enfants vont avoir le  droit de conduire ces engins sous réserve d’une assurance en leur nom. Il est interdit de téléphoner ou d’écouter de la musique en conduisant. Evidemment, le code de la route s’applique et vous n’avez pas le droit de conduire sur les trottoirs (135€ d’amende) mais vous pourrez stationner dessus avec la même exception que les vélos. Il est possible de pousser des cyclomobiles légers sur le trottoir en marchant à leur côté.

La circulation est possible dans tous les lieux où la limitation de vitesse est de 50 Km/h : en gros, en ville. Impossible de sortir des villes sauf via des pistes cyclables ou des voies vertes. Comme pour les EDPM classiques, tout véhicule ne respectant pas une limitation par construction des 25 Km/h sera sanctionné par une amende de 1500 euros, sera susceptible d’être confisqué par les forces de l’ordre et ne donnera lieu à aucune couverture de la part de votre assureur.

2021-06-29 15_36_50

Cyclomobiles légers : bonne ou mauvais nouvelle ?

L’arrivée de ces cyclomobiles légers dans le code de la route est une surprise pour ma part. Le fait que le gouvernement n’intervienne pas depuis plusieurs années sur le fait que tous les revendeurs proposaient ces produits de manière illégale jusqu’alors m’a clairement mis la puce à l’oreille mais je pensais le lobby des deux roues motrices plus puissant. Ces nouveaux engins vont signer l’arrêt de mort de nombreux produits thermiques comme des scooters entrée de gamme mais aussi des vélos électriques premier prix. 

C’est peut être une bonne nouvelle pour certains utilisateurs qui roulent avec des engins de ce type qu’ils vont pouvoir enfin assurer. Partir le matin en se disant qu’en cas d’accident, on ne devra pas payer toute sa vie est plutôt rassurant. Il est possible également qu’avec cette législation des solutions de draisiennes électriques de qualité émergent et que certaines marques proposent des engins intéressants à suivre.

Reste que c’est également une mauvaise nouvelle d’un point de vue usagers. Les utilisateurs de vélos – électriques ou non – vont voir émerger une nouvelle population sur les pistes cyclables. Celle de ces draisiennes est déjà présente mais avec la légalisation du format, elle devrait largement enfler. Il suffit de voir les bouchons de voitures dans toute grande ville pour comprendre le gain de temps proposé par ces nouvelles mobilités.

Le risque étant que ces pistes soient de moins en cyclables et de plus en plus motorisées. A cela plusieurs raisons.

D’abord parce que ces engins se conduisent différemment des vélos, même électriques. Quand il suffit de tourner une poignée de gaz pour passer de 0 à 25 Km/h sur une dizaine de mètres, on a un comportement de conduite très différent d’un cycliste qui doit pédaler sur 50 mètres pour atteindre cette même vitesse. On risque de retrouver sur les pistes des comportements identiques à ceux des départementales deux voies ou des conducteurs « sportifs » vous collent avant de vous dépasser à la première occasion et dans des conditions qu’on qualifiera de « pas très optimales » pour rester poli.

Si la sauce prend, et je ne doute pas un instant qu’elle va prendre, ces engins vont pulluler : ils sont peu chers, amusants à conduire et font vraiment de l’oeil aux plus jeunes. Pouvoir acheter un « pseudo scooter » sans avoir besoin de casque, de gants ni de plaque d’immatriculation est un rêve pour beaucoup d’enfants. C’est également une solution pour les gens qui ont peur de se faire voler leur vélo. Ces draisiennes sont plus légères et souvent moins encombrantes. Elle pourront donc être transportées plus facilement et rangées dans un local ou un espace plus ou moins aménagé sur le lieu de travail. Au contraire d’un vélo qui reste souvent dans la rue.

Une prolifération de ces engins : trottinettes modifiées pour ajouter un siège, draisiennes électriques et autres vélos avec poignée d’accélérateur, devrait donc arriver. Avec des effets secondaires pas encore bien identifiés. Le premier étant que cela va devenir impossible pour un agent des forces de l’ordre de faire la surveillance de ces engins. Comment distinguer une draisienne qui va a 25 Km/h d’un modèle qui va à 30 Km/h. Certains Speedelec, des vélos électriques puissants, ont un système pour basculer facilement d’un moteur débridé capable d’atteindre les 60 Km/h à un compteur qui se limitera à un sage 25 Km/h. En cas de contrôle, une simple commande permet de tromper toute vérification.

L’autre problème étant d’avoir des enfants de 12 ans et plus dans le trafic routier si la ville ne propose pas de piste cyclable. Outre le fait que ces engins sont souvent assez bas et les voitures de plus en plus hautes, la conduite et la visibilité de ces machines est déjà pointée du doigt de part les comportements des utilisateurs dans les pays où ces machines ont été légalisées. Un adulte sur une draisienne électrique est moins visible que sur un vélo ou même une trottinette.

Enfin, ces engins, comme les trottinettes, proposent un comportement différent aux utilisateurs puisqu’il n’y a aucune corrélation entre la vitesse obtenue et l’effort nécessaire pour l’atteindre. Pour beaucoup ce sont des engins de loisir, funs et grisants. Ils incitent moins à la prudence que le vélo et le fait de disposer d’une bonne accélération avec un moteur de 350 watts et un véhicule de moins de 30 kilos va certainement pousser vers des usages plus « acrobatiques ».

Il aura donc fallu trois ans entre l’apparition de ces engins en France à destination des revendeurs et aujourd’hui pour que le gouvernement légifère sur le  statut de ces engins en inventant ces cyclomobiles légers. Une victoire pour les distributeurs et les vendeurs qui vont pouvoir rentrer dans les clous après des années de commercialisation illégale. Il n’est pas bien sur que cela soit une victoire pour le code de la route pour le moment, notamment au vu des infrastructures dédiées à ces nouveaux engins et partagées avec une population d’usagers toujours plus grande. Le gouvernement s’émouvait il y a encore pas longtemps des dégâts causés par la promiscuité organisée entre des piétons et des trottinettes électriques de 15 kilos. Je n’ai pas hâte de voir ce que ces engins de 30 Kilos propulsés sur des « trottoirs partagés » va donner.

Je n’ai qu’un espoir, que ceux qui utilisent un scooter thermique bruyant et polluant pour faire de petits trajets, se décident à choisir un de ces engins… Mais je ne me fait pas trop d’illusions là dessus. Les cyclomobiles légers vont n’être que des achats de transition avant de pouvoir obtenir un « vrai » scooter avec plus de puissance et… de nuisance.

 

Faites découvrir le site en le partageant


 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

41 commentaires sur ce sujet.
  • 17 janvier 2022 - 15 h 30 min

    Merci pour le nouvel épisode de cette série catastrophe.
    Moins de sport, plus de pollution et d’accidents : c’est réjouissant !

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 15 h 38 min

    Je n’aime pas ces engins.

    fabriqués en Asie, assez peu qualitatifs et ne représentent pas d’intérêt par rapport à un VAE même bas de gamme, avec une autonomie et des organes de sécurités souvent faibles…

    Par contre c’est intéressant en report modal: en effet c’est toujours moins pire qu’un scooter thermique, ou même un scooter electrique pour des déplacements de quelques kilomètres en ville.
    Comme le sont les trottinettes électriques…

    C’est là que je trouve vraiment dommage que le transport de marchandise soit prohibé: on a même pas de droit à un simple porte-bagage pour ramener quelques petites courses ou un colis de la poste, c’est sac à dos obligatoire.
    Au début je pensais à un amendement anti-déliveroo mais tous les livreurs tournent avec un sac à dos, du coup je ne vois pas l’intérêt…

    D’ailleurs que ce passe-t-il si on rajoute ne serait-ce qu’une attache pour une sacoche ou un panier sur le guidon ?

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 15 h 40 min

    > Le risque étant que ces pistes soient de moins en cyclables et de plus en plus motorisées.

    Eh bien peut être est-ce le bon timing pour commencer à éliminer le concept de « piste cyclable » mais d’ouvrir grand la route à tous ces appareils léger (y compris le vélo).

    Je ne suis pas sûr qu’interdire tel ou tel appareil soit la solution. La prolifération de ces appareils est une bonne chose pour l’écologie et pour la vie en ville (quel que soit l’appareil, l’efficacité énergétique sera toujours plusieurs ordres de grandeur inférieur à une citadine). Par contre il devient urgent de réellement adapter les villes à ces nouveaux véhicules et de faire de la voiture une simple « invitée tolérée » (pour les usages irremplaçables) et non plus la reine des rues.

    Parce que oui, si des draisiennes motorisées, des vélos, des trottinettes doivent se partager une bande d’un mètre de largeur, effectivement ça va être chaud. Mais rien n’impose à cette bande réservée de faire seulement 1m, si ce n’est que l’on cherche à garder le reste du bitume pour les voitures.

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 16 h 00 min

    ça alors… une sous-catégorie des véhicules L1e-B donc ( les cyclomoteurs « 50cc » ); Mais avec des règles de circulation et obligations calquées sur les EDPM et non sur les autres L1e-B; pourquoi ne pas avoir simplement modifié la définition de la catégorie « EDPM » dans ce cas ?? Y aurait-t-il d’autres subtilités parmi les autres articles du code la la route modifiés? En lecture rapide je n’en ai pas décelé :

    https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000039272656/

    question subsidiaire : les 350 watts de « puissance nette » et non de « puissance maximale » comme libellé dans d’autres catégories, cela signifie que la puissance en crête peut être supérieure ?

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 16 h 13 min

    @Alain: Pour ce dernier point, la puissance, j’ai posé une question et j’attend une réponse.

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 16 h 13 min

    >> une nouvelle catégorie de véhicules, comme sous-catégorie des cyclomoteurs et non une modification de la catégorie des EDPM alors que les usages et contraintes sont les mêmes que ceux des EDPM: pourquoi ?? Alors que rédiger ainsi cela oblige à ajouter au code de la route des exceptions à la catégorie « cyclomoteurs » pour ces « cyclomobiles légers »: pas d’immatriculation etc.

    > Le site « La gazette des communes » précise « Ces derniers constituent une sous-catégorie des cyclomoteurs, et sont à ce titre soumis à l’obligation d’homologation ». Est-ce le point-clé ? Les EDPM ne seraient donc, comme les cycles ( vélos/VAE ) pas soumis à homologation, tandis que ces cyclomobiles si ?

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 16 h 29 min

    @pjerem : j’habite à la campagne et la semaine dernière j’étais pas loin d’écraser un gamin sur un de ces engins. Tombée de la nuit, entrée de rond point, pas d’éclairage public, éclairage gadget sur l’engin…
    Heureusement que j’allais pas vite…

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 17 h 19 min

    Clairement, on va ici toucher beaucoup d’engins fort différents: De la trottinette à selle ridicule et totalement casse-gueule à ce qui ressemble globalement à un vrai vélo mais avec une poignée d’accélération…

    Ce qui cloche à mon sens dans cette affaire, c’est de n’avoir pas pris qu’un seul critère en compte pour les évolutions électrifiées d’engins pré-existants: Aide à la propulsion humaine… ou pas? Cela aurait été simple et clair…

    Pour un VAE, c’est une assistance. Pourquoi une trottinette ou draisienne électrifiée ne peut se passer du foutoir EPDM (et en premier lieu de l’assurance obligatoire) même si elle n’ajoutait qu’une sur-accélération à celle donnée par le coup de pied de l’utilisateur: Tout simplement car on ne l’a pas prévu, ce qui fait qu’il n’y a aucun intérêt à la concevoir/commercialiser!

    Alors devant la masse de machins vendus en toute illégalité, plutôt que d’amorcer la chasse a quelques mois de la présidentielle on légalise à l’arrache… offrant même une limite de puissance refusée au vélo, même cargo, sans doute car y coller 250W après avoir laissé le marché se développer aurait encore exclu trop de monde!

    Cette loi ne va au final pas changer mon approche: M’en passer, car je n’ai aucune volonté de payer une assurance pour un engin n’ayant même pas le domaine d’emploi d’un vélo… mais qui permettrait des usages inaccessibles à se dernier vu son encombrement plié.

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 17 h 32 min

    @pjerem:

    Quand on voit chaque semaine des cyclistes avec une position plus haute/visible que ce type de draisienne mal finir sur les routes, en particulier sous les roues de camions aux vitrages/rétroviseurs bien hauts et aux abords d’intersections, je pense que la proposition de les mettre sur les routes tournerait au carnage: Ces draisiennes seront, vus d’une voiture, a peu près dans le même cadre qu’un vélo vu d’un camion.

    Alors entre le nombre de VL vs PL et le fait de n’avoir pour l’immense majorité pas vraiment des professionnels au volant, on ne serait pas un trimestre sans devoir revenir en arrière!

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 17 h 55 min

    L’invention du baron Karl Von Drais a bien évolué »…

    La Draisienne que j’avais retenu pour un usage urbain, mais que j’avais laissé tomber suite au précédent article de Pierre sur le sujet, c’est cette Hitway Urbanbiker pliable. A 300 € en période promotionnelle, je trouvais ce genre de machine plus intéressant qu’une trottinette dans la même gamme de prix et bien moins cher qu’un vélo pliant électrique.

    https://amzn.to/3fz9mjq

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 18 h 28 min

    il semble que les Citoyens parisiens, à la grande surprise du Conseil Municipal, ai demandé récemment la suppression de TOUS les 2 roues motorisés dans Paris…

    Répondre
  • mat
    17 janvier 2022 - 18 h 30 min

    La merde!
    Une bonne partie de ses engins sont débridés ou non bridés. Ils roulent fort (>25km/h) sur les pistes cyclables sans trop de précaution, voir font les malins. On va se prendre des crashs. Les engins 100% motorisés sont très différents du vélo ou la gestion de l’effort et l’anticipation à une importance On va avoir des flux très différents.
    Va falloir rouler à vélo avec le constat d’accident prêt dans les affaires et une bonne assistance juridique. Je serai enclain à penser que peu seront assurés.

    Quand aux conducteurs de cyclomobiles qui vont se croire à vélo et se comporter comme tel, ils vont rapidement avoir des accidents avec des voitures. On va peut être aussi voir pointer des phlébites?

    Bon le prochain article c’est sur les dashcam spéciales 2 roues, histoire de pouvoir alimenter les constats d’accident?

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 18 h 42 min

    Je remarque que tous les livreurs sont en train d’adopter une sorte de vélo où il ne pédale pas (ils ont tous le même modèle). ceux-là aussi sont légalisés ?

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 18 h 46 min

    @Crazy Warthog: c’est faux, ces engins ont leur lot d’intérêt par rapport à un VAE : moins cher, plus performants, et surtout pas besoin de pédaler ! Il y en a un paquet que ça va intéresser d’avoir un engin comme ça… Plus l’assurance qui fonctionne différemment pour ce type de machines.

    Répondre
  • Cid
    17 janvier 2022 - 19 h 42 min

    Tu n’as pas fait mention des dimensions qui passent d’1.35m à 1.65m. Mon vélo pliant à roues fat 20×4 mesure 1.73m a priori. Donc ces bestioles peuvent prendre un peu de gabarie.

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 20 h 07 min
  • 17 janvier 2022 - 23 h 35 min

    Je ne comprend pas le concept « La circulation est possible dans tous les lieux où la limitation de vitesse est de 50 Km/h : en gros, en ville. Impossible de sortir des villes sauf via des pistes cyclables ou des voies vertes. »
    Pourquoi interdire ces engins alors que les vélos sont autorisés à la campagne ? Je suis peut-être bête mais je ne voit pas la logique qu’il y a derrière…

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 23 h 45 min

    @Yannick: Pour circuler en dehors des villes avec un engin motorisé et dépasser les 25 Km/h il faut une assurance, une formation et des équipements adéquats. Les vélos ne vont pas s’aventurer dans les mêmes trajets qu’un engin motorisé. Imagine un enfant sur une départementale à 25 Km/h avec une draisienne …

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 8 h 27 min

    @pjerem: « La prolifération de ces appareils est une bonne chose pour l’écologie […]. »

    Ça il n’est possible de l’affirmer qu’après un bilan écologique complet. Pas sûr que l’utilisation de batteries et la durée de vie de la plupart de ces engins en fasse des modèles d’écologie.

    « Par contre il devient urgent de réellement adapter les villes à ces nouveaux véhicules et de faire de la voiture une simple « invitée tolérée » (pour les usages irremplaçables) et non plus la reine des rues. »

    J’ai plusieurs dizaines de kilomètres de piste cyclable autour de chez moi et certains endroits restent difficiles d’accès aux vélos. En effet, dès qu’il y a peu de place, priorité est donnée aux voitures et camions. 😒

    (Ceci dit, je préfère que pompiers, policiers, et ambulanciers puissent passer facilement.)

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 9 h 21 min

    Un petit point sur les obligations et usages des 3 types de véhicules motorisés légers récents? Si je m’y retrouve :

    VAE: cadre similaire aux vélos musculaires: pas d’assurance. Pas d’homologation par le constructeur. 25 km/h max pour l’assistance, 250W.

    EDPM: assurance. pas d’homologation par le constructeur. Pas de siège ( sauf si dispositif d’auto stabilisation ). Max 25 km/h et 250W. restriction de circulation aux pistes cyclables lorsqu’elles existent ( à vérifier car pour les vélos l’obligation n’est pas systématique: si panneau rond uniquement ). Circulation sur route < 50 km/h.

    Cyclomobiles : idem EDPM mais soumis à homologation et 350 W max. possibilité de siège. 2 roues uniquement

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 9 h 24 min

    * erreur : EDPM pas de limite de puissance ( comment ne pas s’y perdre )

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 9 h 30 min

    @Clément Nerma:

    C’est vrai j’ai un biais avec le vélo.

    Je suis d’accord sur le fait que ça peut être très pratique comme moyen de déplacement,
    mais ça manque de versatilité (pas de transport d’enfant, pas de transport de course, autonomie et confort limité).

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 13 h 32 min

    @Kikimoo:

    « Pas sûr que l’utilisation de batteries et la durée de vie de la plupart de ces engins en fasse des modèles d’écologie. »

    Pas forcément, si on compte l’impact prévisible à venir sur les mortalités et le coût écologique de simplement vivre? :o)

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 14 h 32 min

    @crazy Warthog
    Pas de versatilité ? Personnellement, avec mon VAE homologué, pas trafiqué et meme pas cargo

    – je transporte mes deux enfants pour aller à l’école ou au centre aéré et ca se passe très bien. Alors bien sur je roule pépère mais ca reste très efficace pour mes déplacements urbain du quotidien. Alors certes ce sont de petit trajets (maxi 2km – nettement plus possible avec un seul enfant) mais Franchement pour rien au monde je ne préfererais sortir la voiture pour ces déplacements

    – Je peux charger un caddie à 100€ sur mon vélo lorsque je fait les courses. Alors là encore je ne ferais pas 20 bornes ainsi, pas plus que je ferais une descente chez ikéa en velo mais pour les courses « normale » ca marche.

    Du coup oui, le domaine d’action du vélo n’est pas infini… mais c’est quand meme bien plus large que ce que tu cites.

    Et désolé pour le hors sujet (même si bon, un vélo c’est un peu l’esprit minimachines par rapport à une voiture)

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 14 h 51 min

    @Kikimoo « Pas sûr que l’utilisation de batteries et la durée de vie de la plupart de ces engins en fasse des modèles d’écologie. »

    Ce genre de commentaire me gène. Pas de source sur l’information. Mais surtout, je trouve que ça fait extrême-vert. Et voir de plus en plus ce genre de chose, ça décrédibilise l’écologie ou au moins, apporte de l’eau au moulin des anti-écolo qui crient au « Khmers verts ». Il est suffisamment difficile de faire avancer l’écologie, pas la peine de se rajouter des obstacles.
    Tu parle de la durée de l’engin (qui doit être proche de celle d’un vélo) ? Ou de la durée de la batterie (les stats de Tesla montre que les leurs vieillissent bien [1], en tout cas mieux que celle de nos téléphones) ?
    D’un point de vu écolo, ces engins, c’est sûrement une mauvaise idée si ça remplace un vélo, pas si ça remplace une voiture. Au vu de la situation actuelle, je pense qu’il y a plus de chance que ça remplace une voiture qu’un vélo. Probable que ça remplace aussi du transport en commun. Si ça désature un peu les bus/métro et que cette désaturation permet a des automobilistes de finalement (re)prendre le métro… Peut-être aussi que l’augmentation de ce trafic alternatif force l’adaptation des infrastructures, et que ces nouvelles infras incitent des personnes, jusque-là réticentes à cause de la sécurité, a tenter le vélo… Bref, difficile de savoir sans une étude poussée.
    Une chose est sûre, on ne passera pas à un monde écolo sans passer d’abord par une zone grise. Il faut du temps pour faire évoluer les choses. Ce genre d’engin, écolo ou pas, c’est peut-être un premier pas dans la zone grise, mais dans la bonne direction.

    1 : https://electrek.co/2021/08/12/tesla-claims-battery-packs-lose-only-capacity-200000-miles/

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 14 h 58 min

    @Crazy Warthog: Perso je n’ai plus de voiture depuis 8 mois maintenant. La dernière est tombée en panne et j’ai pas les moyens d’en racheter une… Je peux en emprunter une sans trop de soucis mais je n’ai généralement pas envie.

    Ben j’ai un vélo Longtail avec lequel je fais tout ce que tu cites : Transport d’enfants à leurs activités sur le large porte bagage arrière : 2 enfants y tiennent sans soucis. Transport de courses avec des sacoches adaptées et porte bagage.

    J’ai effectivement moins de confort physique que dans une voiture, je ne suis pas protégé comme dans une voiture et l’eau ça mouille. Mais c’est un plaisir extraordinaire que de pédaler et de faire un voyage de chez moi vers chez l’orthodontiste pour ma progéniture en vélo. Je met 2 fois moins de temps, tout le monde s’amuse et je me sens fatigué mais en forme à la fin. Je ne peste pas comme dans une bagnole, je ne me sent jamais enfermé ou contraint.

    Les gens pensent toujours à leur confort physique avant tout mais jamais à leur confort mental et franchement, monter dans une voiture s’apparente aujourd’hui à une corvée pour moi. Je suis bien obligé pour de longs trajets, mais si j’ai le choix entre voiture ou vélo, le second aura désormais toujours ma préférence.

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 17 h 35 min

    Vous croyez que la fabrication de ces batteries n’est pas polluante ? L’exploitation des terres rares nécèssaires est extrèmement polluante. Et qu’en est il du recyclage des batteries usées ?. Pareil pour l’électricité produite par des centrales nucléaires ou à charbon/mazout. C’est juste déplacer la pollution ailleurs en amont pour donner bonne conscience à ceux qui achètent ces engins électriques.Non l’électrique n’est pas moins polluant mais c’est à la mode et ça donne bonne conscience aux gens. Et surtout c’est un nouveau marché qui rapporte des milliards…..

    Répondre
  • to
    18 janvier 2022 - 19 h 22 min

    @herve: Certes, mais une voiture/scooter électrique ne pollue pas quand iel roule et ne fait pas de bruit, de plus l’énergie électrique peut-etre produite proprement et de manière renouvelable (éolien, solaire et maritime) ce qui n’est pas du tout le cas du pétrole/charbon/nucléaire donc oui il y a le problème des batteries (mais ca s’améliore) mais au final l’électrique est beaucoup plus propre et tenable sur le long terme. Après il y aura peut-être l’hydrogène mais pour l’instant c’est encore beaucoup de R&D

    Répondre
  • Baz
    18 janvier 2022 - 20 h 22 min

    Merci Pierre pour cet article encore très complet, et toujours aussi bien développé !
    Effectivement, je ne suis pas convaincu que tous les usagers profitent vraiment de cette évolution législatives, je ne suis pas sûr de me balader en vélo aussi sereinement l’été prochain avec mes enfants…

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 21 h 47 min

    @cpeu17
    « Moins de sport, plus de pollution et d’accidents : c’est réjouissant ! »
    Oui mais l’argent ! C’est la réponse à à peu près toutes les questions à notre époque.

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 6 h 37 min

    @Pierre:
    Tout à fait d’accord pour dire qu’un vélo (même non assisté) en ville pour ses déplacements de proximité c’est top. De toutes manières, j’ai rarement démarré une voiture pour faire moins de 3 ou 4km, car même sans considérer l’aspect écolo c’est ruineux en carburant (à froid on consomme plus) et à terme mécaniquement (usure, encrassement).

    Par contre, un VAE longtail (si c’est le cas): Oupps! Les premiers modèles démarrent à pas loin de 2000€ et on voit encore peu d’occases. Certes il n’y a pas d’assurance et un coût d’usage moindre (à condition de ne pas se subir le fléau du vol).

    Mais sauf à être à Paris ou on les a bannis (mais laisse rouler des Porsche cayenne hybrides censées être à 70g CO2/km malgré leurs 2T3, chercher l’erreur… et l’arnaque renvoyant VW au rayon petit joueur), on trouve de vieilles twingo d’occase roulant très bien dans les 500 à 800€.

    => Pour moi, le VAE est ruineux à l’achat et à ce tarif bien trop risqué à laisser dans la rue dans un pays qui ne lutte plus depuis longtemps contre le fléau du vol en général. Pour l’usage utilitaire ou plus lointain permis par l’assistance, je reste pour ma part encore en dehors et en reste donc à mon vieux clou, fonctionnel mais à l’aspect de ruine (jamais lavé) que je peux laisser devant chez moi derrière le portillon jamais verrouillé la journée ou devant la boulangerie sans même devoir l’attacher! Je dirais que cette tranquillité vol fait partie de ma zénitude à vélo.

    Quand je vois les gens venus en voiture à la boulangerie se plaindre que la baguette vient de prendre 5 cents, car le boulanger se prends la hausse des farines et (via ses fours) de l’énergie, alors que simplement démarrer leur moteur leur à fait perdre au moins 4x cette augmentation… Comment dire?!!

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 8 h 32 min

    @Yannick: « Ce genre de commentaire me gène. […] Il est suffisamment difficile de faire avancer l’écologie, pas la peine de se rajouter des obstacles. »

    Justement. C’est parce que c’est difficile qu’il ne faut pas baser un argumentaire sur des données peu fiables présentées comme confirmées. Cela décrédibilise encore plus. En quarante ans d’écologie, c’est le phénomène qui m’a le plus sauté aux yeux. Et puis je n’aime pas être manipulé par des arguments incertains ; alors j’imagine qu’il en va de même pour les autres.

    Quand la Toyota Prius est parue, les média ont encensé ce véhicule si écologique sur tous les plans. Plusieurs études ont montré par la suite que cette voiture avait un bilan écologique moins bon qu’une Jeep Wrangler. (Les choses ont dû changer depuis puisque les la production et les données environnementales évoluent.)

    « Bref, difficile de savoir sans une étude poussée. »

    C’est exactement ce que j’écrivais !

    « Ce genre d’engin, écolo ou pas, c’est peut-être un premier pas dans la zone grise, mais dans la bonne direction. »

    Le « peut-être » est le mot qui manquait dans le commentaire que je citais, non ? Justement, ce sont des suppositions.

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 11 h 27 min

    @yann: J’ai pas besoin d’une Twingo en fait, j’ai toujours eu des voitures très utilitaires. En gros, je cherche une 7 places avec un beau coffre. Sinon autant pas avoir de voitures. Et là c’est la misère. Que des vieux diesel qui peuvent pas rouler vers la « grande ville »…

    Pour mon VAE oui c’est cher mais je l’ai acheté il y a 3 ans et c’est déjà hyper rentabilisé sur tous les plans. Le vol est un fléau mais je ne le laisse effectivement pas dans la rue ou il y reste toujours sous notre nez…

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 14 h 08 min

    Un point n’a pas été évoqué qui peut concourir à l’essor de ces draisiennes en plus des vélos et trottinettes électriques, c’est le stationnement devenu payant pour les deux-roues à essence (scoooters, motos…) comme c’est le cas à Paris.

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 14 h 27 min

    @Pierre Lecourt:
    Nissan Evalia en occasion, bon faut que ça plaise aussi…

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 23 h 09 min

    Si j’ai bien compris les limites de vitesses et de puissance
    – un VAE, donc avec des pédales,et une assistance électrique qui fonctionne quand on pédale, c’est 250W maxi et 25 km/h et ça peut rouler partout, comme un vélo (sauf voies rapides/autoroutes)
    – un vélo électrique avec accélérateur à main, c’est 350 W maxi, 25 km, mais il est cantonné au voies < 50 km/h
    – un speedbike : un vélo avec assistance donc il faut pédaler, mais il va jusque 45 km/h, il n'a pas accès aux pistes cyclables et à toutes les voies interdites aux 2 roues motorisés (forêt, montagne …) Port d'un équipement de type scooter obligatoire (gants et casque), assurance,immatriculation et CG obligatoires !

    ça devient de plus en plus compliqué cette histoire de vélos électriques !

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 23 h 21 min

    @Pierre Lecourt:
    Ah, le bonheur d’être citadin !

    J’habite en péri urbain d’une ville de 15 000 habitants, sans véhicule … impossible de sortir, de déposer les enfants au collège / lycée, parce qu’il n’y a pas de transports en commun à proximité du hameau (environ1 km de route sans signalisation et sans accotements). Il parait que c’est à l’étude, depuis presque 4 ans, encore 2 ou 3 ans de réflexions et ce sera mis en place, mais il sera trop tard, les enfants grandissent et les plus jeunes sont au collège.
    impossible d’aller travailler …
    donc 2 adultes => 2 auto $
    enfin 4 parce qu’il y a une ancêtre et une vieillerie qui attend l’ouverture d’une pompe GNV promise pour le début d’année prochaine depuis l’été 2014 ! Vieillerie qui va sans doute finir en prime à la casse lors de l’achat d’un second véhicule électrique.

    en comparant les deux situations, il était plus simple de faire du vélotaf en habitant et travaillant à Lille (et environs) qu’en Bretagne à Dinan !

    Répondre
  • 19 janvier 2022 - 23 h 32 min

    @Pierre Lecourt:

    Citroen grand C4 Picasso
    ça a existé en version essence, ça consomme pas mal étant donné le volume de la bétaillère, mais le moteur est solide, et résiste bien et longtemps. ça se trouve dans les beaux quartiers avec 100 000 lm en 10 ans, et le moteur tient encore au moins autant.
    Par contre, le reste … c’est du Citroen, donc un jour ça devient non réparable car les pièces spécifiques n’existent plus.
    Sinon les ludospaces, certains existent en 7 places via des strapontins au niveau du coffre, ça dépanne sur de courts trajets. Et ça existe aussi en essence (nous avons un Berlingo essence/Gpl de 2007 avec 250 000 km, moteur OK, trains roulants usés, fuites au toit,non réparable, des pièces n’existent plus depuis début 2016).

    Il y a quelques années on trouvé assez facilement des Chrisler Grand Voyager V6 essence/gpl pour pas très cher.
    Véhicules 7 places, cossu et bien équipé … à l’américaine.
    et avec le GPL il est Critair 1, donc apte à encore longtemps circulé en ZFE.

    Répondre
  • 20 janvier 2022 - 12 h 31 min

    « Le gouvernement s’émouvait il y a encore pas longtemps des dégâts causés par la promiscuité organisée entre des piétons et des trottinettes électriques de 15 kilos. Je n’ai pas hâte de voir ce que ces engins de 30 Kilos propulsés sur des « trottoirs partagés » va donner. »
    .
    Une petite pensée pour les personnes âgées (coucou maman) qui sont mortes de peur chaque fois qu’elles sortent de chez elles. Car même un simple « contact » ne pardonne pas (une de mes grand mère est tombée dans le coma puis à fini en maison de retraite obligatoire suite à une collision avec un vélo… dans une rue piétonne).
    Il y a eu les vélos puis les trottinettes puis les évolutions de ces deux là… et clairement les enfants/ados/étudiants sont des dangers pour les autres avec un combo insouciance + pas d’effort à produire.

    Répondre
  • 20 janvier 2022 - 12 h 43 min

    @Emmanuel: Ouais je regarde dans ces eaux là mais c’est pas terrible niveau offre. Plein de vieux coucous qui sont en fin de vie mais « qui roulent bien ».

    Répondre
  • 20 janvier 2022 - 13 h 36 min

    @Emmanuel:

    « un VAE, donc avec des pédales, et une assistance électrique qui fonctionne quand on pédale, c’est 250W maxi et 25 km/h et ça peut rouler partout, comme un vélo (sauf voies rapides/autoroutes) »

    Oui c’est un vélo. Tout pareil.

    « – un vélo électrique avec accélérateur à main, c’est 350 W maxi, 25 km, mais il est cantonné au voies < 50 km/h" Oui c'est un cyclomobile léger qui peut emprunter les voies cyclables mais n'a pas le droit de sortir des villes sans voies cyclables/vertes. Il DOIT avoir une conformité technique et une réception par le CNRV. "– un speedbike : un vélo avec assistance donc il faut pédaler, mais il va jusque 45 km/h, il n'a pas accès aux pistes cyclables et à toutes les voies interdites aux 2 roues motorisés (forêt, montagne …) Port d'un équipement de type scooter obligatoire (gants et casque), assurance,immatriculation et CG obligatoires !" Les Speedbike n'ont pas besoin d'assistance, il dépasse les 25 Km/h des Cyclomobiles légers et il est considéré comme un cyclomoteur. C'est comme un scooter ou une mobylette. En gros tu as vélo/VAE d'un côté. Cyclomobiles légers au milieu et cyclomoteurs au dessus.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *