ASRock iBox-V2000 : des AMD Ryzen V2000 dans des boitiers fanless

Avec les iBox-V2000V et M, le constructeur annonce les premiers engins industriels équipés des nouvelles séries Ryzen V2000 dans des boitiers à toutes épreuves.

ASRock annonce les iBox-V2000, des engins équipés des nouvelles puces Ryzen Embedded v2000 d’AMD. Pas une grosse surprise que la marque soit sur les starting-blocks sur ce secteur, c’est un vieux compagnon de route d’AMD sur ce segment industriel et ce dernier l’avait d’ailleurs présenté comme un de ses partenaires lors de la présentation de ses puces.

iBox-V2000

Ces engins sont clairement pensés avant tout pour un usage industriel, c’est à dire pour fonctionner dans des conditions parfois difficiles et surtout continuer à fonctionner longtemps. Souvent 24H/24 et 7J/7. Le choix d’un système passif est donc largement compréhensible avec un engin qui n’embarquera aucune pièce mécanique, n’accumulera pas de poussière et qui pourra être fixé à distance de tout utilisateur.

iBox-V2000

Les iBox-V2000 mesurent 10.94 cm de large pour 7.18 cm de profondeur et 5 cm d’épaisseur. Cette taille minuscule ne les empêche pas de peser assez lourd avec 1.6 Kg annoncés. Il faut dire que leur châssis est des plus robustes avec une coiffe faite d’ailettes en métal destinées à dissiper un maximum de chaleur passivement. La connectique est également clairement à destination des pros avec un port série que l’on ne rencontre plus très souvent chez les particuliers… mais cela n’empêche pas l’engin de déployer de nombreux points positifs. 

Le premier modèle, le ASRock iBox-V2000V embarque un Ryzen Embedded V2516. Une solution 6 cœurs qui développe le double de threads à une fréquence de base de 2,1 GHz pouvant atteindre 3,95 GHz en Boost.

Le second, baptisé ASRock iBox-V2000M est piloté par un Ryzen Embedded V2718 qui passe à 8 cœurs et 16 threads pour des fréquences de 1,7 GHz à 4,15 GHz.

iBox-V2000

Sans surprise, l’usage d’un boitier sans ventilation active a orienté la marque vers les solutions 10-25 W proposées par AMD. Ces puces offriront un excellent rapport de performances par rapport à leur coût et leur consommation. D’autant que leur changement d’architecture leur offre bien plus de possibilités de contrôle quant au reste des composants embarqués sur les cartes mères de la marque.

Les iBox-V2000 proposent ainsi deux slots de mémoire vive SoDIMM DDR4-3200 pouvant atteindre 64 Go en double canal. Un port M.2 2280 compatible 2242 et 2260 est proposé en PCIe NVMe x4tout en restant compatible SATA 3.0. Un port SATA 3.0 est également disponible pour ajouter un stockage 2.5″.

iBox-V2000

On retrouve également une connectique très complète avec en face avant pas moins de 6 ports USB répartis entre deux USB 2.0 et deux USB 3.2 Gen.2 Type-A et  deux USB 3.2 Gen.2 type-C. Un port jack audio combiné casque et micro est également disponible.

iBox-V2000

Sur la partie arrière, on remarque un bouton d’alimentation peu accessible, un choix délibéré sur ce type de machine puisqu’il ne faut pas le manipuler par mégarde. A ses côtés, deux LEDs témoins d’activité de la machine et de son stockage. Des éléments importants sur ce type d’engin puisqu’ils indiquent sa mise en marche et une part de son activité. Les machines fanless ne faisant aucun bruit, il est parfois déroutant de savoir quand elles fonctionnent et quand elles sont éteintes.

Viennent ensuite deux trous pré-percés pour la solution Wifi sur port M.2 interne. Deux ports Ethernet RJ45 en Gigabit et en 2.5 GbE sont visibles. Deux ports USB 2.0 supplémentaires et deux sorties vidéo en HDMI 2.0a et DisplayPort 1.2a. A noter que les ports USB Type-C de façade pourront piloter des écrans via le protocole DisplayPort 1.4 ce qui permettra à la machine de piloter quatre affichages en UltraHD. L’alimentation de l’ensemble est fournie via un bloc secteur externe en 19V/90W. On retrouve enfin un port Antivol Kensington Lock et le fameux port série de la machine.

4X4-V2000M

Comme pour les génération de puces Embedded V1000, ASRock va proposer les iBox-V2000 sur un catalogue clairement orienté vers les pros. Mais la marque va également vendre ses cartes mères en solo. Baptisées ASRock 4X4-V2000M et ASRock 4X4-V2000V, elles seront, quant à elles, livrées avec un ventilateur actif. Le  constructeur ne sachant pas dans quelles conditions elles seront employées, il livre par défaut une solution efficace. Libre à l’utilisateur final de les déployer dans des solutions dépourvues de ventilation grâce à un système adapté.

4X4-V2000M

Comme d’habitude avec les catalogues industriels, aucun prix n’a été dévoilé. Il s’agit de solutions qui sont en général achetées directement à ASRock ou à des grossistes spécialisées et rarement payées à l’unité… 

Source : ASRock

Soutenez Minimachines, partagez le !


Rivière
18 commentaires sur ce sujet.
  • 17 novembre 2020 - 13 h 49 min

    Superbes machines, j’adorerais avoir un PC télé fanless. Et là on peut penser que ça va être solide, vu que c’est industriel.
    J’aime bien ASRock, en plus. Bonne marque, à mon sens.
    Ça serait bien si un distributeur en vendait effectivement aux particuliers (si ça ne coûte pas une blinde, bien sûr).

    Répondre
  • 17 novembre 2020 - 13 h 57 min

    Peut être un remplaçant a mon fitlet-pc. Plus qu’a espérer pouvoir le dénicher a l’unité chez un revendeur

    Répondre
  • 17 novembre 2020 - 13 h 59 min
  • Tof
    17 novembre 2020 - 14 h 57 min

    @IvanP.: les solutions pour les industriels coûtent toujours une blinde. Et ce pour plein de raisons…

    Déjà c’est un marché de niche. Et en plus ces solutions doivent pouvoir répondre à différents impératifs des industriels, port natif RS232 (pas d’émulation), port réseau 100% supporté par tous les système sans driver (autant sur un linux custom en RTOS que sur un vieux Win95), nombre d’heures minimum de fonctionnement garanti (ex: 10.000, 40.000 heures…), des conditions de fonctionnement en température (ex: -20 / +80°C) et d’hydrométrie (donc on ne va pas utiliser le même matériel pour les soudures des composants que pour le grand public), etc… et bien-sûr les tests de qualité pour garantir tout ça.

    Répondre
  • 17 novembre 2020 - 19 h 45 min

    @FanlessTech:
    Merci, effectivement on voit ce qui est j’imagine la génération d’avant, à des prix assez élevés (si ce sont des dollars, c’est probablement HT) mais pas non plus hors de portée.

    Etes-vous le taulier du site éponyme ?
    Si oui, j’aurais une question: j’ai voulu faire un PC de salon fanless, avec un joli boîtier Streacom FC8 (petit à l’époque) mais, si le processeur a l’air correctement refroidi, les condos et selfs de son étage d’alim deviennent brûlants, même boîtier ouvert.

    Du coup, c’est moi qui suis refroidi :( et j’ai remis un ventilateur dedans pour la tranquillité d’esprit (pas envie de griller la carte mère, c’est pour un Pentium G3258 et je ne suis pas sûr d’en retrouver une de nos jours), et mon PC fanless a maintenant un ventilateur. Du coup, je ne l’ai toujours pas descendu au salon.

    Avez-vous des expériences similaires de composants qui chauffent ? Jusqu’à quelle température peut-on considérer que c’est sûr ? Que des mosfets chauffent, ça ne m’aurait pas inquiété plus que ça, mais des bobines et surtout des condensateurs… là je trouve ça vraiment bizarre.

    Merci !

    Répondre
  • 17 novembre 2020 - 19 h 49 min

    @Tof:
    Oui oui je sais, j’ai déjà développé sur des portables durcis, je connais ces contraintes (là en plus c’était un portable, dédié à des militaires, autant dire que ça a intérêt à être costaud :P). Certains garantissent même une longue durée de support, ce qui implique de stocker des composants de remplacement.

    Répondre
  • 18 novembre 2020 - 10 h 12 min

    @IvanP.: @IvanP.: Il y a sept ou huit ans je me suis brûlé les ailes en désossant un Nuc avec Core i5 et en le mettant dans un boîtier Akasa Tesla, 16 Go DDR3, SSD M2 et HDD. La chose a déclaré forfait de manière inattendue au bout d’une semaine ou deux, carte-mère grillée. J’ai récupéré une autre carte-mère identique et remonté la machine qui a fonctionné beaucoup plus longtemps (plusieurs mois, un an ?) mais a fini par périr avec les mêmes symptômes.

    Aussi, ce genre de solutions, d’une qualité d’usage industrielle, proposé par un fabricant connu, pourra m’intéresser lors du renouvellement de mon matériel (un Nuc i3 utilisant RAM et stockage de mon essai de fanless défunt).

    Répondre
  • 18 novembre 2020 - 12 h 00 min

    Ça pourrait être une base sympa pour un routeur opensource qui en a sous la pédale. Est-ce que quelqu’un sait quel est le chip qui pilote les deux NIC? C’est du Realtek ou de l’Intel?

    Répondre
  • 18 novembre 2020 - 12 h 14 min

    @VINZ:
    C’est du Realtek

    Répondre
  • 18 novembre 2020 - 15 h 16 min

    @Donk
    Merci et… dommage.

    Répondre
  • 18 novembre 2020 - 17 h 07 min

    @IvanP.: C’est moi le taulier oui. Il ne faut pas s’inquiéter dans le cadre d’une utilisation HTPC, vraiment. Ce genre de boîtier est vendu par milliers sans problème.

    Le message de Philip m’interpelle aussi : le NUC est prévu pour fonctionner 24h / 24, y compris dans un boîtier fanless (validé par Intel). En 8 ans je n’ai jamais eu aucun retour de carte grillée, 2 à la suite il faut aussi envisager une erreur de montage.

    Répondre
  • 18 novembre 2020 - 21 h 15 min

    @FanlessTech:
    Pas possible de faire une erreur de montage, complètement straighforward. Pâte thermique de bonne qualité, correctement mise en œuvre, entre ça et serrer les vis rien d’autre à s’occuper. Par contre ma mémoire me joue des tours. Le SSD n’était pas de type M2, mais SATA, donc avec le HDD ça faisait deux éléments de ce format dans le boîtier. Comme je n’avais pas des moyens illimités à consacrer à ce mystère je suis passé à autre chosen un Nuc i3 avec, hélas, un refroidissement actif.

    Répondre
  • 18 novembre 2020 - 23 h 58 min

    href=”https://www.minimachines.net/actu/asrock-ibox-v2000-94404/comment-page-1#comment-185018″>Philip_Marlowe:
    Ah, merci de ton retour, c’est intéressant.
    Moi ce serait à refaire, je prendrais un PC à Pentium N ou J qq chose en fanless chinois, comme on trouve sur les bons plans de Pierre.
    Mais j’avais vraiment craqué sur ce boîtier, il y a très longtemps, je le trouvais très beau et très compact. Quand on voit ce qu’on fait maintenant :) les chuwi minuscules (mais ventilés… )

    Répondre
  • 19 novembre 2020 - 0 h 02 min

    @FanlessTech: Merci de ta réponse, je vais peut-être reconsidérer ce ventilo. Je verrai quel bruit il fait boîtier fermé, si je l’entends je l’enlèverai peut-être.

    Répondre
  • 19 novembre 2020 - 6 h 53 min

    @Philip_Marlowe: Bonne chance pour la suite Philip, en fanless j’espère. PS: j’ai récemment installé un onduleur chez des amis après qu’un ordi ai grillé suite aux variations de tension électrique. Peut-être une autre piste?

    @IvanP.: Les boîtiers Streacom ne sont pas conçus pour un refroidissement actif, à la limite boitier ouvert la convection fonctionnera mieux. Mais beaucoup de composants supportent 90°C et plus en continu.

    Répondre
  • 19 novembre 2020 - 13 h 26 min

    @FanlessTech:
    j’ai récemment installé un onduleur chez des amis après qu’un ordi ai grillé suite aux variations de tension électrique. Peut-être une autre piste?

    Je ne pense pas qu’il s’agisse de ça. Il y a un module d’alimentation externe qui doit être constitué principalement d’une alimentation à découpage qui supporte une grande étendue de tensions d’entrée et qui a une régulation en boucle fermée qui asservit en temps réel la tension de sortie.

    Répondre
  • 19 novembre 2020 - 23 h 35 min

    @FanlessTech:
    Merci de ce complément. Sinon je me disais que je pourrais peut-être coller des petits radiateurs façon Pi sur les bobines… Mais bon les bobines ça claquera pas, c’est les capa chimiques brûlantes qui m’inquiètent.

    Parce qu’avec le refaroidissement d’origine Intel, tout ce petit monde est copieusement ventilé, mais là y’a plus rien… et moi je suis d’un naturel inquiet :).

    Bonne continuation en tout cas, le retour d’expérience est précieux.

    Répondre
  • 20 novembre 2020 - 18 h 15 min

    @IvanP.: Ma politique est de ne pas toucher à la carte mère en collant quoi que ce soit dessus. A vouloir bien faire, on fait parfois des boulettes. La plupart des condensateurs sont prévus de tenir jusqu’à 105°C, vraiment il ne faut pas s’inquiéter.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *