L’artisanat électronique meurt à petit feu des pénuries de composants

L’artisanat électronique, toutes les petites sociétés qui construisent des produits en petites séries, est en train de péricliter.

On a entendu surtout parler des sociétés les plus connues et de leurs difficultés à mettre la main sur des composants indispensables à la production de leurs machines. J’ai entendu des histoires délirantes de première main expliquant comment certaines sociétés se retrouvaient totalement coincées commercialement parlant face au contexte d’indisponibilité de certaines puces. 

Un constructeur international, avec un chiffre d’affaires de plusieurs milliards de dollars, dans l’incapacité de livrer des produits faute d’un composant audio hyper classique. Des fabricants de volets roulants présents dans toute l’Europe donnant des délais de livraison en trimestres pour leurs produits domotiques. Un fabricant de matériel agricole achetant au prix fort des lave-linges neufs pour récupérer un peu d’électronique à l’intérieur afin d’assembler ses propres engins… avant d’envoyer les machines, n’ayant jamais tourné, au recyclage…

Mais toute cette débrouille, toutes ces solutions de temporisation, ne sont disponibles que pour d’énormes compagnies proposant des produits pouvant absorber des surcoûts ponctuels colossaux. Quand vous vendez une moissonneuse batteuse à un demi million d’euros vous pouvez « saler » la note de 500€ pour acheter le lave linge qui enrobe le composant dont vous avez absolument besoin. Quand vous vendez un produit moins cher, ce n’est pas possible.

Et c’est de cela que je veux vous parler, de cet artisanat électronique qui fabrique des matériels plus spécifiques et qui est en train, purement et simplement, de mourir. Un très bon exemple de cette industrie touchée de plein fouet par les soucis de pénurie de composants est celui de la musique. Le site Synthopia relate les difficultés de plusieurs sociétés à faire face à ces manques de composants.

Non seulement le manque de disponibilité de composants pousse certaines boites à mettre la clé sous la porte mais elle ralentit ou empêche totalement celles qui résistent de fabriquer de nouveaux produits. Ce qui, à terme, amènera à un résultat tout aussi délétère. 

La société Future Retro, qui crée des synthétiseurs de manière artisanale a ainsi annoncé la fin de son activité. Faute de composants. Le fabricant Synthetizers.com est a vendre. Haken Audio a été obligé de stopper la fabrication de certains produits… et d’augmenter le prix des autres.  La marque indique une augmentation de certains composants allant jusqu’à 10 fois leur tarif d’avant la pandémie. 

Isla Instruments indique que certains de leurs matériels audio ont enfin pu entrer en production après deux années d’attente ! Cela veut dire zéro entrée d’argent pendant 24 mois et probablement des gens qui annulent leurs commandes et qu’il faut rembourser. Et ce n’est pas pour un produit d’un fabricant obscur mais un composant fabriqué par ST microelectronic !

Même la marque Behringer, qu’on ne peut pas vraiment qualifier d’artisan, ne peut plus fabriquer des dizaines de références de produits.

Plusieurs facteurs sont mis en cause autour de ces pénuries. On liste pèle mêle les sanctions de la présidence Trump à l’encontre des importations chinoises qui ont fortement impacté les relations commerciales entre les deux pays. Une taxe de 25% sur les composants importés a évidemment eu un effet sur les prix finaux des produits. Le Covid a également joué à plein dans ces problématiques en bloquant des sociétés qui ne pouvaient plus fabriquer leurs composants et en ralentissant le transport mondial de manière significative. La reprise a également poussé certaines compagnies à vouloir sécuriser plus de stock et donc à doubler ou tripler leurs carnets de commandes en prévision d’un éventuel nouveau blocus. Ce qui a entrainé du retard pour d’autres sociétés.

La demande explosant, les prix sont partis à la hausse et de nombreux acteurs ne peuvent tout simplement plus faire face aux nouveaux tarifs. Pour ces petits acteurs, c’est clairement une étape difficile voire totalement insurmontable ? Je n’ai pas de chiffres précis ni d’idée de l’impact de ces pénuries sur ce secteur mais je suppose que cela doit être dramatique pour de nombreuses PME et PMI en France. Si vous avez des informations ou des témoignages à partager à ce sujet, je suis preneur.

Intel annonce une augmentation du prix de ses puces. Et ce n’est que le début.

Intel a fait savoir qu’il anticipait une augmentation du tarif de ses propres puces. Le fondeur se lance ici parmi les premiers à annoncer cette mauvaise nouvelle. C’est probablement lié à l’importance de son parc chez les professionnels qui doivent pouvoir anticiper ce surcoût. Mais si la marque prévoit un sursaut de ses prix d’ici la fin de l’année sur toutes ses catégories de produits. Il ne sera pas seul à y être contraint. Chez Intel, toute la gamme va augmenter, processeurs pour particuliers comme ceux dédiés aux stations de travail ou aux serveurs, 

Ces tarifs devraient bouger suivant les gammes et la complexité des produits de manière différente. On parle d’une augmentation à un seul chiffre à une évolution de 20% du prix à la hausse… Un impact énorme sur certaines puces et par voie de conséquence sur toute la chaine des produits finis.

Les échos que je peux relever autour des différents secteurs informatiques font valoir une augmentation de la majorité des composants à terme. Avec quelques contre-exemples cependant : Si la mémoire vive est en baisse pour le moment, c’est lié à son mode de commercialisation particulier fortement basé sur l’offre et la demande. Paradoxalement, le ralentissement des ventes lié au contexte compliqué des pénuries fait qu’il y a plus d’offres en ce moment. Ce qui fait que les tarifs baissent sur la DDR4 et la DDR5… Mais cela ne devrait pas pour autant durer, les fabricants de mémoire ayant en effet tout intérêt à ajuster leur production pour augmenter leurs marges.

Dans l’ensemble, l’année 2023 débutera donc avec des tarifs plus élevés qu’aujourd’hui. La relève de machines prévue pour la rentrée 2022 en Septembre devrait donner une bonne idée de l’impact de ces hausses. Les fabricants attendant en général la sortie de nouveaux produits pour relever leurs tarifs après avoir fait le gros dos avec les anciens.

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

33 commentaires sur ce sujet.
  • 15 juillet 2022 - 21 h 47 min

    Pierre, il manque une espace ici : « 500€pour »

    Répondre
  • 15 juillet 2022 - 21 h 49 min

    « pour u produit » un peu après. Tu pourras supprimer les commentaires après correction si tu veux.

    Répondre
  • 15 juillet 2022 - 22 h 28 min

    @Pierre : je suis dubitatif quant aux raisons invoquées et mises en avant concernant les pénuries de composants. A mon goût, la reprise brutale de l’activité économique après la phase de pandémie n’est pas une raison suffisante. Il me semble que 2 problèmes s’y greffent : le problème structurel de disponibilité des terres rares et la captation / rétention de la production des matériaux électroniques, pour des raisons politico-économiques, par certains grands pays d’Asie. Qu’en penses-tu ?

    Répondre
  • 15 juillet 2022 - 22 h 33 min

    @Raph: Les terres rares n’entrent pas vraiment en ligne de compte dans ces productions à mon sens. On parle de puces STM32H7, des Cortex-M7 hyper basiques dont le package fait 8×8 mm. Je veux bien que cela touche des composants complexes ou des produits complexes comme les auto connectées avec 8000 puces embarquées… mais pas ce genre de trucs.

    Après pour Intel et Co oui cela va jouer. A terme.

    Répondre
  • 15 juillet 2022 - 22 h 59 min

    Encore une pénurie dont les artisans se seraient bien passé.

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 0 h 24 min

    Je confirme que désormais il faut commander à l’avance tous les composants importants de la BOM d’une série que l’on veut sortir, puis concevoir une version de carte en fonction de ce que l’on a réussi à provisionner, avec de multiples solutions de contournement. Si la série est insuffisante et qu’il faut des cartes supplémentaires, on recommence le processus, et c’est donc un modèle différent qui sera alors fabriqué au prix d’une nouvelle conception intégrant les modifications de la BOM. Au final, bonjour la maintenance, et les coûts de re-conception pour chaque production.

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 8 h 25 min

    Sur la pointe bretonne il y a pas mal d’entreprises qui font de la conception et fabrication de cartes en petite série. Bien sûr les coûts et donc les prix ne sont plus les même qu’avant mais la souplesse et l’ingénierie de ces entreprises font qu’elles s’en sortent souvent pas trop mal.

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 9 h 02 min

    @wanou et ou penses tu qu ils s approvisionnent en compo ?

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 11 h 40 min

    @Gogogadgeto:

    En UE, au Royaume-Uni, en Suisse, aux USA, au Brésil. Le marché des semi-conducteurs est ultra diversifiés en qualité et en spécificité. Il est relativement aisé de trouver des composants alternatifs voir carrément programmables pour reconstruire une carte pour une chaudière industrielle par exemple car on est pas à quelques centaines d’euros près. C’est la force des artisans de l’électronique. Bien évidemment pour un lave-linge à 500€ c’est pas faisable.

    Répondre
  • bob
    16 juillet 2022 - 12 h 30 min

    Sur le forum Raspberry il y a des entreprises qui pleurent parce que l’incapacité de trouver des cartes remet les activités en cause.
    Je connais un très très gros acteur français qui ne peut plus non plus approvisionner des cartes… Il est en train de se pencher sur les compute module parce que ça c’est encore disponible de temps en temps.
    Drôle de temps, on n’avait pas.l’habitude de l’inflation et de la pénurie !

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 15 h 06 min

    Une réponse pourrait être une politique européenne (ou Française) industrielle, où on discernerait les besoins à long terme du secteur, prévoirait des investissements et des financements pour une relocalisation partiel de composant clef,pas seulement sur le territoire mais aussi intégrer un peu de transformation sur les sites de minages notamment en Afrique pour leurs laisser un peu de valeur ajouté et simplifier la logistique et bien sur investir dans le recyclage des composants qui envahissent nos poubelles (les métaux sont 100 pour cents recyclable si on y met de l’énergie).
    Ou alors comme d’ hab on ce contente de regarder maman étasuniennes et papa chine ce disputer et envier ses pays continents qui eux ont des politiques industriels (Pas de silicon valley sans l’Army et encore aujourd’hui sur les data, quand à la blague d’une Chine ouverte…)

    Répondre
  • bob
    16 juillet 2022 - 16 h 34 min

    Heu, ça serait de la planification ?

    C’est pas du tout libre concurrence, genre un marché vertueux et Uber qui s’impose sur ses qualités !

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 20 h 16 min

    Même Apple a monté les prix de ses dernières machines :

    – le Macbook Pro M2 qui s’est vu stagner en tout (design, composants) tout en présentant un surcout de +100€
    – le Macbook Air M2 qui, au lieu de naturellement remplacer son prédécesseur, arrive à coté de lui avec +300€ pour le modèle de base
    – le Macbook Air M1, qui, au lieu de tirer sa révérence, reste au catalogue (combien de temps va t’il être vendu ? 3 ans ? 4 ans ? 5 ans ? Vous voyez un laptop Dell de 2020 encore au catalogue en 2022, avec les mêmes composants ? le même prix ? moi non … mais chez Apple cela risque de devenir le standard), et même augmente de 70€

    Et, ironie de l’histoire, les machines déja au catalogue, elles, ne bougent pas en prix

    Cela amène a des situations totalement ubuesques. Prenez un laptop « pro » (donc plutot destiné aux entreprises) comme le Macbook Pro M2, une machine a vocation bureautique mais M2 oblige, un peu capable en multimédia. Vous lui ajoutez 3 options et demi : 16go de RAM au lieu de 8, 512 Go de SSD au lieu de 256, rien de foufou hein, et il arrive au même niveau de prix que la station de travail Macbook Pro 14″, sauf que ce modèle propose des performances CPU et GPU d’un tout autre niveau, une connectique infiniment plus riche et performante, un SSD qui culmine à 7Go/s (au lieu de 3Go/s sur le M2) et un écran miniLED très, très haut de gamme, au lieu d’une bête dalle LED IPS

    Tout ça … pour le même prix (à quelques €€€ près)

    Du jamais vu

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 23 h 40 min

    @AlxV: Sauf si on raisonne en terme de matière et donc indirectement de « terre » rare, plus on miniaturise moins on a besoin de ses métaux en grande quantité et vue qu’en ARM on ce passe en plus d’un ventilateur, de son encombrement à puissance égale, l’avantage de la petite « tour » à avaler des tensions supérieurs disparait au profit d’une quantité de matière supérieur, c’est un peu comme la RAM de nos portables qui dépassent celle des ordinateurs entré de gamme ce n’était pas pensable, tant qu’il y avait une corrélation entre tension d’entré supérieur et exécution et prix de la matière

    Répondre
  • 16 juillet 2022 - 23 h 54 min

    @bob: bah si vous connaissez l’ouverture de la Chine, d’abord quelques ports francs, puis l’obligation d’intégrer du capital national pour s’implémenter dans les terres, puis l’exception à l’OMC du statut de libre marché de la chine, alors qu’elle maintient toujours des taxes douanières, son exception au FMI car le yuan devrait être beaucoup plus fort (une monnaie dévalué c’est une taxe à l’importation et une subvention aux exportations) et une politique industriel forte et éducative, il n’y a rien du libre marché la dedans …
    Quand aux états unis ils sont pour le libre marché quand ils ont des intérêts, c’est eux qui ont inventés les subventions agricoles (en général c’est le double de l’europe par nourriture produite), l’armé fait office de politique industriel, si vous avez vu des chevrolets c’est qu’obama à subventionné, tout les dix ans un plan de relance de l’acier, tout les quinze ans on reinjecte du pognon dans l’aviation (american airline n’est pas rentable sur cinquantes ans) et bien sur la monnaie monde qui diminue le cout du crédit et souvent devalué par rapport au reste du monde, pas mieux niveau libre marché…
    La phrase est juste, l’Europe est l’idiot utile du village mondial pour empêcher les émergents de faire des politiques industriels et d’émerger.

    Répondre
  • bob
    17 juillet 2022 - 3 h 19 min

    Samuel, je pense que vous êtes passé à côté de ma tentative d’ironie.
    Je connais un peu la Chine et je suis à peu près d’accord sur tout ce que vous expliquez.

    Répondre
  • 17 juillet 2022 - 8 h 18 min
  • 17 juillet 2022 - 10 h 31 min

    Personnellement, j’ai très peur des cartes électroniques sortant actuellement des usines de fabrication.
    Les acheteurs s’approvisionne un peu n’importe où du moment que le composant est dispo.
    Le problème c’est que personne ne vérifie vraiment la provenance ni même la qualité du composant.
    Ce pourrait être un faux, un pseudo-équivalent rebadgé, un refurbish, ou même un rebut n’ayant pas passé tous les tests de qualité. Quasi personne ne fait de vérification intensive.
    Ca va peut être passer les premiers tests lors du contrôle final, mais quid dans quelques mois, années…
    On est à l’aube de gros problèmes.

    Répondre
  • 17 juillet 2022 - 12 h 21 min

    @Samuel : d’accord avec toi, surtout sur la façon de tuer les pays émergents.
    Clairement, l’Europe est l’idiot utile des USA et de la Chine : ta définition est juste parfaite (totalement).

    @Petrichor : il serait temps que l’Europe se pose les vraies questions et réindustrialise le continent au lieu de la transformer en grande nurserie ! Déjà, début 2020, avec le COVID, il fallait réagir face aux manques d’infrastructures locales et à tous les niveaux (pharmaco, electro, etc…) ; en partant de la base, car il faut des mines pour trouver des matériaux et fabriquer des choses.
    On a voulu faire de l’Europe une grosse garden party, et acheter tout les trucs pas-beaux-à-faire-et-qui-puent-le-pas-écologique ailleurs ; le marché est allé au moins cher, donc en Chine. Pour tout.
    On le paye maintenant, car manger de l’herbe et de l’écorce (cf. garden party) ça nourrit pas.

    Et, le plus gros problème : l’industrie Européenne a été saccagée en 30-40 ans de politique infantile. Il en faudra sûrement la moitié à marche forcée pour revenir dans le game.
    Tout aura été oublié d’ici-là, et ça repartira dans les délires de plus belle (déjà : ZFE et fin du thermique, où va-t-on acheter nos voitures électriques…. voilà …).

    @Alex : tu as raison, je n’avais pas réfléchi à ça ; oui, avec le redesign des cartes, les provenances chelou de composants, et tous les tests qui doivent être baclés faute de temps … ça promet de beaux soucis techniques sur la durée.

    Et encore, on ne parle que des composants électroniques.
    Je ne vous dit pas le prix de tout le reste (nourriture, matériaux, …)

    Vraiment, cette crise, comment on a pu en arriver là ?

    Répondre
  • 17 juillet 2022 - 13 h 17 min

    @bob:
    ou boulot nous avons des Pi4 qui étaient en panne depuis décembre. La commande est enfin arrivée : 100 pièces commandées en novembre, 10 pièces reçues !
    des systèmes de tests de matériels fonctionnant avec 10 Pi devaient être installés, en fin de compte ce sont des PC, avec des I5 8500, d’occasion qui sont installés à la place de Pi.
    ça prend plus de place, ça consomme plus, mais c’est quasi le même tarif, et c’est disponible !

    Répondre
  • bob
    17 juillet 2022 - 14 h 06 min
  • 17 juillet 2022 - 15 h 40 min

    @Emmanuel:
    Nous avons actuellement le même raisonnement : le reconditionnées est il l’avenir?
    Nos CM4 pour planifier nos petites séries de matériels à faible encombrement et peut consommateurs mais ils semblent impossible à obtenir. Et comme Alex l’a souligné, le matériel qui sera reçu, produit fait à la va vite, sera-il de bonne qualité ?… Je ne pense pas…
    Bref, nous avons beaucoup de vieux pc (Tiny et co) qui vont faire l’affaire je pense.

    Répondre
  • 17 juillet 2022 - 19 h 46 min

    @bob j’ai eu plus souvent l’habitude de passer pour un extrémiste avec ce genre d’argument ses dix dernières années, alors excusez moi si je n’ai pas misé en premier sur l’ironie ;)

    Répondre
  • 17 juillet 2022 - 22 h 00 min

    @bob
    ah les fameux clones. Testé également, certains ne fonctionnaient pas, d’autres ont nécessité des adaptations de code, d’autres des modifications de schématique. Bref, le drop-in replacement, ca n’a marché pour moi qu’avec du Microchip pour un autre PIC relativement proche (PIC24F de mémoire), sur les gammes de STM32 que j’utilise (F0, F3) ce n’est pas viable.

    Répondre
  • 18 juillet 2022 - 0 h 14 min

    @Alex: et @bob: Oui ça, c’est la catastrophe. Pas mal de margoulins ont rebadgé des puces à droite et à gauche suivant les demandes pour les solutions les plus demandées. Souvent c’est juste du vol, des puces qui n’ont rien a voir avec ce qui a été commandé mais entre la commande et la réception la société a disparu avec les fonds et ses 100 000 composants bidons.

    Il y a aussi des Grades B ou C de puces qui sont refourguées comme du grade A avec un taux de panne ahurissant. En gros sut lance la prod mais tu dois laisser de côté 20% des produits finis en fin de chaine. Alors imagine quand il y a 3 ou 4 composants qui ont ce soucis :/

    Et c’est juste en sortie de chaine parce que le composant ne gère pas le voltage par exemple ou ne réagit pas correctement/ Mais oui, dans 6 mois, dans 12 mois. Des matériels qui peuvent couter une fortune vont tomber en panne pour un composant à 1,2,5 ou 10€… Ca va être un carnage !

    Répondre
  • 18 juillet 2022 - 11 h 08 min

    Merci à Pierre et aux commentateurs pour cet article et tous ces éclairages très informatifs ! à défaut d’être très rassurants…

    Répondre
  • 18 juillet 2022 - 12 h 31 min

    Hello, comme @Jean-Pierre je me rends compte que je n’avais pas commenté ce super article. Merci à tous (Pierre et les lecteurs) pour ce billet et les commentaires.

    J’ai bossé dans l’industrie automobile, on a déjà connu des pénuries de composants et ont avait généralement des plans B, mais j’ai jamais vu une pénurie aussi longue. J’ai même douté que seul le Covid soit à l’origine d’une telle durée, mais là je n’ai aucune preuve donc je préfère ne rien dire.

    En tout cas, effectivement, gare à certains escrocs qui arrivent toujours à flairer la « bonne » affaire… celui d’entre vous qui souhaite développer un business de certification de composants/reconditionnement pourrait faire fortune ^^

    Répondre
  • 18 juillet 2022 - 13 h 17 min

    Merci pour cet article!

    @prog-amateur: Ouais, des pénuries, mais toujours passagères, et surtout, jamais sur tous les types de composants (soit mémoire, soit passifs, soit magnétiques ou autre), mais là, c’est une foutue apocalypse!

    Pour le buisness de certification de composants, pas mal d’EMS ont des labos de techno de composants qui savent vérifier les stocks en provenance de brokers, mais ça coûte (décapsulation chimique, RX, benchmarking..)!

    Sinon, même problème que tous les collègues ici, reconceptions incessantes de cartes pour cause de pénuries (jusqu’à changer d’archi de micro et donc de code parfois…), systèmes de veilles de composants dans les choux et stocks cataloguistes dignes de l’URSS…On en vient à démonter des composants sur des cartes usagées pour en faire des nouvelles, ceci dit, d’un point de vue écologique, cette pénurie aura peut être permis de lancer des processus plus vertueux, c’est déjà ça (démontage, dépannage à l’échelle du composant au lieu de changer de carte, non montage des fonctions inutiles…).

    Répondre
  • 18 juillet 2022 - 14 h 54 min
  • 18 juillet 2022 - 19 h 59 min

    @pinkapple: Avant de sortir de quoi que soit, monte une affaire d’import de puces avec des clients des vrais, des prix compétitifs, un catalogue fourni, des volumes importants avec plein de client sur tout plein de canaux. Quand tu auras fait tout ça, on regardera ce que yakafokon y fallait qu’on fasse. OK?

    Répondre
  • bob
    19 juillet 2022 - 16 h 24 min

    Je crois que Confucius disait « Don’t feed the trolls », quelque chose comme ça, dans sa période bleue. Pas certain que ce soit nécessaire de consacrer de l’énergie à tenter une réponse, c’est pure provocation sans argumentation quelconque.

    Il y a plus important, ne serait-ce que cette étape du tour de France !

    Répondre
  • 21 juillet 2022 - 9 h 15 min

    Hello, j’ai cherché des informations concernant ce passage de l’article mais en vain  » Un fabricant de matériel agricole achetant au prix fort des lave-linges neufs pour récupérer un peu d’électronique à l’intérieur afin ».

    Serait-il possible d’avoir une référence/un pointeur svp?

    Répondre
  • 22 juillet 2022 - 23 h 56 min

    @Pierre Lecourt: Tout d’abord, n’étant qu’un commentateur (très) occasionnel ici, je ne voudrais pas que tu penses que je viens troller. Sache que j’apprécie ton site et je sais l’énergie et le coeur que tu y mets. Et, j’adore les moments de «nostalgie» que tu partages avec nous, de cette époque où l’informatique avait ce côté sympa, loin des «monstres» d’aujourd’hui qui ne servent bien souvent qu’à abrutir nos enfants, pour dire les choses à minima…

    Le Président Trump a procédé, comme tu l’indiques, à un rééquilibrage des relations commerciales avec la Chine, dans le cadre du programme «America First». L’Europe lui a d’ailleurs emboité le pas en assujettissant les Sociétés Chinoises à une TVA à 20% pour toutes les importations. Ces mesures visent vraisemblablement à pallier la distortion de concurrence qui résulte du fait que la Chine est considérée, au sein de l’OMC, comme un pays… «en développement».

    Quand j’ai lu la partie sur le sort réservé aux lave-linges, j’ai vraiment cru que le CERN avait foiré une de ses expérimentations et nous avait renvoyé début Avril. Renseignements pris, il n’en est rien, tout le monde se souvient de nos Feux d’artifices. Ouf!
    Ceci dit, la seule source que j’ai pu trouver sur le sujet c’etait BFMTV qui aurait recueilli un témoignage de… affirmant que… Pas de quoi bouleverser ma vision des choses pour… là aussi, rester sobre.

    Les vraies raisons de la pénurie *mondiale*? Je n’ai pas l’impression qu’on assiste à une reprise fulgurante de la demande «post COVID», à une sorte de rattrapage, qui pourrait l’expliquer.

    J’ai l’intuition, voire l’espoir, que nous vivons une étape intermédiaire vers des «changements technologiques majeurs» et je pense à un remplacement progressif du Silicium par des dérivés du Gallium, l’AsGa peut-être, dont les «propriétés quantiques» (formulation impropre?) sont fascinantes. (Gallium, GaN, qui est déjà mis en avant pour les chargeurs.)
    Je pense sincèrement que les progrès réalisés dans la finesse de gravure, les démonstrations d’efficacité des processeurs (M1 et M2 d’Apple, et Logiciel associé) permettront de pallier la rareté de ce matériau relativement au Silicium. Et de reprendre l’évolution à laquelle la Société Cray avait fini par renoncer, si je ne m’abuse…

    Just my 2 cents… (Désolé pour la longueur)
    Cordialement

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *