Argon EON : un NAS sous Raspberry Pi en financement participatif

Le Argon EON est une nouvelle solution de NAS 4 baies conçue autour d’un coeur de Raspberry Pi proposée sur Kickstater.

Vous vous souvenez du Argon ONE ? Un boitier pour Raspberry Pi 4 permettant de profiter au mieux des cartes de développement. La marque lance désormais le Argon EON, une solution plus poussée qui va permettre de créer un NAS complet piloté par une solution Raspberry Pi.

C’est au travers d’une campagne Kickstater que le projet est lancé, avec une livraison prévue pour décembre prochain, l’Argon EON est censé vous livrer l’ensemble des éléments nécessaires à la création d’un NAS quadruple baie SATA.

Argon EON

Toujours pensé pour les cartes Raspberry Pi 4 Model B, le projet propose de connecter au choix soit 4 éléments au format 2.5″ , soit deux éléments au format 3.5″ et deux autres en 2.5″. Au maximum, l’engin pourra embarquer 40 To de stockage.

Argon EON

Le design de l’objet et assez intéressant avec un format en hauteur, très angulaire et une coque réalisée en partie en aluminium pour améliorer la dissipation. La puce Broadcom du Raspberry Pi sera mise en contact avec la coque grâce à un profilé de métal extrudé. L’ensemble sera tout de même ventilé activement avec un petit module de 6 cm sur 6 piloté par le système suivant les températures.                                

Argon EON

Proposé pour l’équivalent de 108€ HT et hors frais de port, le Argon EON est livré avec une alimentation 60 watts mais ne sera pas fourni avec une carte Raspberry Pi qu’il faudra acheter à part. Un bouton permettra de démarrer l’engin ou de le redémarrer avec une double pression.

Argon EON

Un petit écran OLED permettra de lire les différents états de l’objet. Une horloge interne permettra de garder une trace de ka date et de l’heure pour que le système puisse avoir des opérations de maintenance. 

Argon EON

La connectique comprend un port Ethernet Gigabit, des ports USB 3.0 et 2.0 Type-A  et deux sorties HDMI ainsi que le lecteur de cartes MicroSDXC ainsi qu’un accès aux ports GPIO de la Raspberry Pi. Le Argon EON est annoncé comme compatible avec Raspberry Pi OS Open Media Vault, Ubuntu et Twister OS.

Je ne suis pas sûr que confier des données à sauvegarder à ce type de solution soit la meilleure idée d’un point de vue sécurité. Masi l’objet est intéressant pour d’autres usages. Son prix relativement faible permettra de multiplier des sauvegardes en différents endroits pour des éléments critiques. L’Argon EON peut également être considéré comme une solution de stockage multimédia intéressant pour afficher des données dans votre salon.


Rivière
18 commentaires sur ce sujet.
  • 22 septembre 2021 - 13 h 24 min

    Vu la qualité de mon Argon ONE, Je souscris sans problème à celui-ci.

    Et question sécurité, il vaut beaucoup mieux un raspberry avec du nextcloud ou open media vault qu’un Synology qui n’est plus mis à jour, ou pire, un truc comme on a vu chez western digital….

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 13 h 26 min

    Je n’ai pas bien vu, mais cela semble une solution usb3 vers SATA. Si cela est le cas le débit ne sera pas terrible, dommage car la Raspberry compute module possède un port PCI-E qui serait bien plus utile pour connecter des DD

    Répondre
  • gep
    22 septembre 2021 - 13 h 27 min

    Ca donnerait quoi en terme de sécurité et performance par arapport à un nas synology ou autre ?

    Répondre
  • gep
    22 septembre 2021 - 13 h 38 min

    « Et question sécurité, il vaut beaucoup mieux un raspberry avec du nextcloud ou open media vault qu’un Synology qui n’est plus mis à jour »

    Le problème avec nos abonnements fibre ou adsl ce sont les adresses ip fixes, je ne sais pas comment c’est géré par nextcloud par exemple ?

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 13 h 44 min

    @Montague:
    Pour avoir testé les deux (Raspberry Pi + owncloud et NAS synology), je ferais le choix inverse. J’ai toujours des problèmes de stabilité avec le Raspberryp Pi ce qui est un vrai problème pour faire un NAS qui tienne la route. Côté sécurité, le fait de devoir aller trifouiller dans les configs pour ouvrir des ports, mettre en place des services, … Ce n’est pas forcément top sur le long terme à maintenir et potentiellement on crée des failles de sécu.

    De plus, mon NAS synology propose toujours des mises à jours de sécurité mais peut-être que certain ne sont plus supportés à partir d’un certain moment ?

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 13 h 48 min

    @gep: ben, il n’y a aucun problème justement, une IP fixe est un prérequis…

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 13 h 54 min

    @flutabec: je n’ai aucun souci avec nextcloudpi depuis 3ans… En perso avec une dizaine d’utilisateurs.

    En pro, j’ai aussi des syno FS3400 avec 24 SSD, pas le même usage ! 🙃 Mais nos tout vieux RS et leurs extensions RX ne sont plus maintenus. On a donc été obligé de les changer (alors qu’ils fonctionnent très bien…)

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 16 h 03 min

    Une question peut etre idiote :
    un NAS de ce type est t’il capable d’être un simple ordinateur personnel ?
    A savoir si il y a possibilité d’avoir un disque de Boot sous la version LINUX du Raspberry et un autre disque qui lui pourrai démarrer sous Batocera par exemple .

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 16 h 08 min

    Hello, franchement, pour ce qu’ils proposent, le tarif me parait très intéressant !

    Sinon, j’ai eu un Synology dans le passé et un NAS fait avec un RockPi entre autres et je dois dire que ça dépend des usages mais je trouve qu’un Raspberry Pi, ça fait pas mal le travail pour qui ne demande pas de programmes qui consomment beaucoup de ressources, et en plus on y installe des OS open-source pour la confidentialité (même s’ils font du très bon boulot, que fait Synology de nos (méta)données ?).

    Pour les adeptes du RAID open-source, il y a FreeNAS et OpenMediaVault (je trouve l’interface de FreeNAS plus facile à comprendre). Sinon sans RAID (ou pour les bricoleurs du RAID logiciel), y a Nextcloud et Yunohost qui sont de supers OS mais qui ne proposent pas nativement d’interface pour le RAID.

    J’ai fait un tuto sur le forum en construisant un NAS avec Yunohost comme OS sur un Shuttle XS35V4 et c’est plutôt facile pour qui sait installer un OS et démonter un ordinateur. Il y a aussi celui de Luz sur un vieux Fujitsu qui est très bien fait aussi.

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 18 h 50 min

    Perso j ai recyclé une vieille tour avec quelques disques dur et Unraid comme OS je trouve cette solution nickel, je ne remplace pas encore tout de l ancien Synology mais j adore cet OS.

    cette solution sur RPI est vraiment une question de besoin et d envie de mettre les main dans le code sinon Qnap ou Synology font très bien l affaire.

    Répondre
  • gep
    22 septembre 2021 - 19 h 09 min

    @Montague:
    oui justement, la force pour moi de synology est leur passerelle « quickconnect ». Quiasi aucun opérateur ne fournit d’ip fixe, ce qui compromet sacrément le nas perso. J’ai testé un yunohost sur rasp, impossible de le garder pour cette raison. J’ai du me tourner vers un synology, avec tous les inconvénients.

    On sent qu’en dehors des admins, la difficulté est grande : ce n’est pas « juste » monter une tour et installer un OS, où alors il faut accepter de suivre un tuto sans rien comprendre et en faisant confiance, et ne surtout pas rencontrer un micro cas en dehors des clous (genre être sur une box free/orange/sfr/bouygues classique (j’adore cete façon de dire « c’est un pré-requis » alors que la norme en france pour les opérateurs n’est pas l’ip fixe, cette façon d’inverser le problm coté admin :DDD )

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 21 h 13 min

    @gep: Les bons opérateurs proposent une IP fixe. Sinon, ce n’est pas trop un problème, c’est bien pour cela qu’existent des relais DynDNS ;-)

    C’est effectivement un peu plus compliqué. Ceci dit, la distri spécialisée NextCloudPI simplifie beaucoup le travail et est bien suivie. Pour Syno, même si j’apprécie travailler avec leurs gros NAS pro en synergie avec des ESXi, mais sans aucun accès distants à ceux ci par contre, je n’ai pas assez confiance pour cela

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 22 h 44 min

    @gep: hello, sauf erreur de ma part, comme le dit @Montague, l’adresse IP dynamique (qui change tout le temps) est prise en charge sur l’OS NextcloudPi (vraiment un très bon OS, meilleur que Nextcloud à cause de la facilité de ses services en plus comme ceux dont je souhaite te parler). Sur cette image, tu peux voir qu’on peux :

    1. faire un certificat let’s encrypt d’un simple clic (pas forcément ce dont tu parlais mais ça peut toujours être utile pour pas avoir de message d’avertissement quand tu te connectes depuis l’extérieur)
    2. (à gauche de la photo) remplir un compte DNS sur no-IP ou FreeDNS qui (comme leur nom l’indiquent) permettent à ceux qui n’ont pas d’adresse IP fixe de se connecter depuis l’extérieur facilement avec un nom de domaine type exemple.freedns.com (j’invente). Pour cela il faut faire un compte sur no-IP ou FreeDNS avec un nom de domaine gratuit, puis de renseigner tes identifiants FreeDNS ou no-IP dans le menu de NextcloudPi, et c’est automatiquement pris en compte même si ton adresse IP change.

    Répondre
  • 23 septembre 2021 - 10 h 51 min

    Un OpenMediaVault gère tout de manière conviviale, y compris les DNS Dynamiques et tout ça.
    Et si le SATA passe par l’USB3, les 4GB/s réels se partagent à 1GB/s par disque, soit >100Mo/s/disque, pour des HDD c’est largement suffisant (pour les SSD, passez votre chemin, y’a mieux à faire).
    Donc, installé sur un PI, dans ce boitier NAS, ça ferait le taf : à moins de 200€ pour 4 baies… pas mal.

    Question sécurité, ça le vaut autant qu’un autre système voire mieux, de mon point de vue.
    De toute façon, je n’ouvre pas mes NAS vers l’extérieur, c’est juste pour fédérer mes données à la maison entre tous mes équipements.

    Rien ne battra jamais les PC Proliant de la grande époque (<180€ tout compris sauf disques, c'était fou).
    Mais je trouve cette argon très bien.

    Répondre
  • 23 septembre 2021 - 11 h 59 min

    @prog-amateur: je trouve étonnant de laisser la gestion du dynDNS à un équipement du réseau local.

    Perso, mon routeur fait tourner (entre autre) le dynDNS (DuckDNS), gère le certificat ssl (Let’s Encrypt) et dirige les connexions vers l’équipement adéquat (serveur Nginx). Ça permet de gérer le réseau local indépendamment et de manière transparente.

    Quid de la stabilité des RPi pour un usage NAS ? J’ai une expérience mitigée avec des CubieBoard et BananaPI.
    Stabilité matérielle et logicielle car c’est pour moi une grande force de Synology : les mises à jours ne plantent jamais le système et il ne faut pas aller bidouiller des fichiers (parfois en local) pour retrouver un système fonctionnel.

    Répondre
  • 23 septembre 2021 - 12 h 08 min

    @StarDreamer: « Et si le SATA passe par l’USB3, les 4GB/s réels se partagent à 1GB/s par disque, soit >100Mo/s/disque, pour des HDD c’est largement suffisant (pour les SSD, passez votre chemin, y’a mieux à faire). »
    Sachant que la connexion réseau est à 1Gbps, soit 125Mo/s max, je ne vois pas l’intérêt de SSD si on parle de débit. L’intérêt des SSD dans un NAS pour moi est leur temps d’accès (et certaines options des FS pour la sauvegarde par exemple).

    Enjoy !

    Répondre
  • 23 septembre 2021 - 13 h 07 min

    @gep: je pensais naivement que chez les grands opérateurs France Métropolitaine, on pouvait te fournir une IP fixe sur simple demande, ben après quelques minutes de recherches en fait non, il n’y a que Free (mon operateur). Chez orange c’est une option facturée cher, et chez Boyugues, elle est dynamique mais change très peu. Quand a SFR, c’est niet.

    Répondre
  • 23 septembre 2021 - 16 h 24 min

    @Montague: je vois en quoi c est mieux qu’un synology pas mis à jour ? si il manque des mises à jour ce n est pas propre a synology

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *