Mise à jour de Raspbian et de sa version x86 qui passe à Debian Stretch

Pas de gros bouleversements pour cette mise à jour mais la fondation Raspberry Pi a choisi de faire évoluer sa version « PC de bureau » tournant sous processeurs x86 vers Debian Stretch en même temps qu’elle mettait à jour Raspbian.

Depuis un an maintenant la fondation propose une version x86 de son système d’exploitation à destination des PC classiques. Celle-ci tournait sous la version Jessie de ce système d’exploitation libre, elle passe désormais à la version Debian stretch1.

Debian Stretch

Le gros intérêt de cette version particulière est, à mon sens, éducatif, peu d’utilisateurs choisiront de partir vers ce type de système pour une machine particulière, par contre cela a beaucoup de sens dans le cadre d’une salle informatique travaillant avant tout avec des cartes Raspberry Pi. Retrouver le même système sur le PC qui servira à programmer la carte évite d’avoir  à apprendre deux fois la même manipulation.

 

Debian Stretch

Le travail de la fondation est ici clairement dans ce sens puisque cette nouvelles Debian Stretch est désormais quasiment identique à la version présente sur les cartes, la fameuse Raspbian. On y retrouve l’ensemble des applications mis à part quelques éléments codés nativement pour exploiter les fonctionnalités ARM comme Mathematica qui a été pensée pour le Pi. Mais on retrouve exactement le même bureau et les mêmes interactions entre l’interface et les fonctionnements des distributions. Quelques aménagements ont été faits pour rendre l’ensemble débutant-proof.

Debian Stretch

Comme l’apparition d’u gestionnaire de fichier allégé. Le gestionnaire de base étant bourré d’options – dont certaines pouvant être assez dangereuses- une version plus sage est disponible qui permettra de faire ses armes avec la machine sans risquer de tout casser logiciellement avant de passer à la version complète. Une case à cocher fait basculer d’un mode à l’autre. Des applications spécifiques aux version PC ont été également ajoutées comme PiServer qui permettra de piloter le système pour monter un réseau avec des Raspberry Pi. L’idée est de monter, par exemple, un environnement de cartes exécutant exactement le même logiciel  tout en offrant la possibilité de vérifier comment ces logiciels sont installés et exécutés. La fondation promet de détailler son usage dans les jours à venir.

Debian Stretch

Cette nouvelle version Debian Stretch du système embarque également désormais un indicateur de niveau de batterie très pratique pour les installations sur portables ou netbooks. C’est un ajout classique mais qui manquait à la solution précédente permettant de savoir l’autonomie restante sur sa machine.

Enfin, une très bonne idée de la fondation, la possibilité de piloter les broches GPIO d’une Rapsberry Pi Zero au travers d’une connexion USB depuis un PC. En clair, la possibilité de tester un montage avec le confort de votre machine habituelle, votre écran et vos périphériques de saisie depuis Scratch ou Python. Là encore, plus d’infos sont attendues mais l’idée est excellente puisque la programmation risque d’être beaucoup plus confortable avec le simple recours à un câble USB.

 

Pour profiter de ces nouvelles versions, il suffit de les télécharger sur cette page ou de mettre à jour les anciennes avec le guide disponible sur le blog de la fondation. C’est à la fois très simple et rapide.

2017-12-04 11_23_00-minimachines.net

Au passage, la dernière version de MagPi, le magazine de la fondation, est disponible au téléchargement sur cette page.

 

Notes :

  1. Stretch, du nom de cette jolie pieuvre présente dansToy Story 3 de Pixar.
7 commentaires sur ce sujet.
  • 4 décembre 2017 - 14 h 35 min

    Bonne nouvelle ce rapprochement… je vais mettre mes Rpi à jours, et peu être passer mon fixe sur Ubuntu en Stretch du coup ! ;)

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 15 h 31 min

    Il paraît que le GNU/Linux Alpine fait des merveilles sur rPI, grâce à sa compacité ça apporte une agréable rapidité.

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 16 h 39 min

    J’adore cette version ! en installant un Spyder3 pour du développement Python correct, on a pas besoin de grand chose de plus.

    J’ai du coup créé un logiciel de gestion d’accès bâtiment en python pour remplacer notre centrale Primion défaillante…. à base d’un raspberry. ça fonctionne mieux (on peut même la gérer par SMS), et c’est beaucoup, beaucoup moins cher !

    @ bientôt ;-)

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 16 h 47 min
  • 4 décembre 2017 - 17 h 03 min

    Bonne nouvelle ,une mise a jour avec un nouveau Debian de Novembre et une possibilité d’avoir une Debian x86 permettant de travailler directement du PC a la carte Raspberry .

    Pas vraiment le temps sur mes Raspberry PI tous ces mois d’avant mais peut etre l’occasion de les ressortir du tiroir.

    Enfin c’est sur : si les Orange Pi sont plus performant mes divers essais avec des Orange PI Zéro reste sur des échecs .
    Meme pas un Android 5.1 pour mes Orange Pi Zéro et des Linux de chez pourris pour moi qui ne lit pas l’anglais sans Translator de Google .

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 17 h 17 min
  • 4 décembre 2017 - 20 h 03 min

    Orange Pi Zero fonctionne très bien : il faut choisir Armbian, mais pour cela, effectivement, l’anglais est obligatoire.

    Qu’est ce qui ne fonctionne pas sur la OPZ ? Ce sont des machines « headless », les versions d’Armbian sont très performantes, pourquoi c’est pourri ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *