Les PC en hausse, les tablettes en baisse, les analystes au milieu

Hé patron, on s’est encore plantés ! Jean-Guy ne sue pas à grosses goutte devant sa boulette lorsqu’il toque à la porte de son chef, l’estimé analyste Jean-Patrick. Il a même le sourire aux lèvres. Ouai j’ai vu, c’est bon ça coco, faut vite réagir.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Jean-Guy et Jean-Patrick sont analystes, ils analysent des chiffres depuis lesquels ils extrapolent d’autres chiffres. En vrai, ils se touchent la nouille toute la journée devant des tableau Excel qu’ils pondent un peu comme ils peuvent à partir de données parfois incomplètes, parfois biaisées, parfois même totalement fantaisistes fournies par leurs clients.

Leur cabinet se plante souvent, il faut dire qu’ils s’en foutent pas mal, ils corrigent leurs expertises avec d’autres expertises qu’ils accumulent non pas pour rattraper le coup mais à la demande des industriels qui foncent tête baissée dans n’importe colonnade de pourcentages habilement entourés d’une mélasse de termes en novlangue marketing.

C’est pour ça que les  deux Jean-quelque chose ont le  sourire, ils se sont plantés et ça va faire du bien à leur business puisque dans quelques heures le téléphone va sonner et les emails vont tomber pour demander non pas des comptes mais de nouvelles études pour savoir quoi faire, bordel de dieu ! Quoi faire face à ce public qui ne sait décidément pas où aller.

 Jean-Guy for the win

Les nombreuses morts annoncées du PC depuis la naissance du PC et en noir la courbe des livraisons…

Parce que voilà, les PC qu’on disait morts et enterrés (encore !) après plusieurs dizaines de mois de baisse constante dans les ventes sont en train de subir un rebond alors que les tablettes promises à un grand avenir  en terme de croissance semblent justement commencer à s’essouffler. C’est à rien n’y comprendre ces trucs là. J’aurais pourtant juré…

Jean-Guy est un adepte du doigt mouillé. Une méthode expérimentale beaucoup pratiquée par ses confrères analystes mais qu’il relativise grâce à la règle de trois. Une des plus vieilles méthode des cabinets d’analyste la règle de trois. Il prend la température et écoute ce qu’il se passe autour de lui. Suivant les sujets, il choisit d’écouter des personnes différentes mais comme il fait partie d’un staff spécialisé dans les nouvelles technologies, il va souvent interroger le vendeur de la Fnac chez qui il n’achète aveuglément qu’une seule grande marque à laquelle lui et son portefeuille sont fidèles depuis toujours. Il discute également souvent avec son beau frère qui à un nouveau Mac chaque année et surtout son fils de 15 ans qui s’y connait drôlement en ordinateurs. Il va aussi surfer sur le net et passe des heures à plancher sur Twitter, Imgur ou Facebook pour être dans le coup. Enfin, il reçoit un truc magique, chaque mois, les chiffres de ventes fournis par les magasins ou les marques, un outil super pratique pour faire son métier. Parce qu’avec sa bonne vieille règle de 3 il peut ainsi estimer le futur.

Bon, évidemment, la louche est souvent très grosse quand il s’agit d’inscrire des chiffres dans les colonnes éloignées simulant les 5 prochaines années à venir.  Quand un produit prends 200% de croissance en 1 an, la règle de 3 impose la même croissance pour les années suivantes et ça finit par faire des colonnes impressionnantes.

Jean-Guy for the win

C’est néanmoins une méthode qui a fait ses preuves dans l’analyse débilitante avec, dans le désordre, environ 50 annonces de la mort du PC depuis sa naissance, la mort des Macs, la mort d’Apple, de Microsoft, d’HP, l’échec annoncé de l’iPhone, l’explosion des PC de bureau jusqu’en 2020, des PC portables jusqu’en 2030, la remplacement des PC du bureau par des portables puis la cannibalisation des portables par les netbooks avec des estimations de 78 millions de netbooks vendus en 2015 (60 millions cette année d’après les chiffres éstimés en 2009 ).

Récemment la règle de trois a  permis d’annoncer au pif les ventes de tablettes jusqu’en 2020 avec un avenir glorieux tracé à la règle dans une croissance d’un optimisme que seule la géométrie rectiligne peut proposer.

En lâchant son papier Jean-Guy s’était bien sur dit qu’il était un peu gonflé de se comporter ainsi avec les chiffres, qu’une croissance liée à un nouveau produit ne pouvait pas être reportée ainsi sur 5, 10 ou parfois 15 ans en informatique, que ça n’avait aucun putain de sens. L’avant iPhone leur avait pourtant foutu en l’air toutes leurs estimations de règne sans partage de Nokia et Ericsson et toute la clique du pré-smartphone. L’avant Android avait fait marrer Symbian et Microsoft également, les poches fourrées d’analyses les donnant gagnant dans un plan décennal à faire frémir tout nostalgique de l’URSS. Ça ne les a pas empêchés d’avaler une grosse douche froide quelques années plus tard. L’arrivée des netbooks avait joué au bowling dans leurs colonnes Excel de résultat de Chiffre d’Affaires et je ne parle même pas du cas de l’iPad.

Jean-Guy aurait pu écouter l’histoire du type qui demande à son empereur de le récompenser en multipliant par deux les grains de riz ,case après case, sur un échiquier pendant son cours de math ou de philo. Et comprendre que si le nombre de grains atteint 18 446 744 073 709 551 615 unités à la 64eme case, c’est peut être un peu problématique d’ériger cette méthode de croissance d’une année sur l’autre de manière exponentielle comme il le fait sur tout et n’importe quoi. Mais Jean-Guy n’écoutait pas vraiment ce que disaient ses profs en cours, à l’époque. Il était déjà occupé à analyser les probables questions du prochain contrôle pour les refiler à tous ses camarades qui voulaient bien l’écouter.

wearables

Récemment encore un des potes de Jean-Guy de l’étage du dessus a signé un Pédéaif accumulant les objets connectés par dizaines de millions de ventes et des deltas allant du simple au sextuple en 2018 suivant l’angle “conservateur” ou “optimiste” que vous voulez suivre. Du Grand Art. Evidemment le collègue a oublié au passage que le Homo Geekitus n’allait pas forcément cherché à avoir 50 machines Wifi ou bluetooth sur lui pour signaler l’arrivée d’un Tweet. Ce brave petit consommateur, si il craque déjà pour une montre ou un smartphone, il ne pétera pas forcément son PEL pour un vêtement connecté, un bijou connecté, des lunettes connectées, un casque de moto connecté ou n’importe quel autre bidule connecté qui lui pokera le cul en 4G pendant qu’il restera collé à un inconnu, coincé dans une rame bondée du métro.

Bref, Jean-Guy et ses potes analystes sont payés pour mesurer l’ambiance technophile “grâce à une veille active constante” comme l’indique le site web de sa boite. A partir de ces chiffres, il fait des tableaux Excel et applique sa fameuse règle de trois. Et quand son Big Boss, Monsieur Tiep, le croise au meeting annuel des consultants et analystes du groupe, cet honorable bonhomme lui donne chaque année un de ses fameux coups de coude en l’appelant Jean-Geek.

Et notre Jean-Guy rosit de bonheur d’être ainsi reconnu pour ses mérites, pour sa spécialité. Même si ça fait 5 ans que c’est la même vanne moisie au préalable dictée par  son assistante. Bien sûr, il sait très bien que ses chiffres sont bidons, que c’est un gros peigne cul dans la grande chaîne humaine des peignes-culs de la vie. Mais après tout, il est bien noté par son supérieur, sa boite se fiche pas mal de l’exactitude des chiffres qu’il prédit, ce qui compte c’est qu’ils arrivent à les enrober suffisamment bien pour les vendre encore et encore.

Cette longue introduction défoulatoire pour vous parler de 2 études qui viennent contredire les précédentes mais qui n’empêcheront pas Jean-Guy de dormir.

tablettes

La courbe de croissance des ventes de tablettes est en baisse.

Nan ? T’es sur ? L’info vient de DisplaySearch, un cabinet d’analyste du groupe NPD, qui constate que ce premier trimestre 2014 montre les premiers signes de faiblesse de croissance sur ce marché. Pas besoin d’être un génie pour comprendre, les tablettes se sont vendues comme des petits pains pendant des années depuis la sortie de l’iPad. Désormais le marché est un peu plus saturé et même tata Jeanine à un Kindle Fire. Aussi vendre une tablette à quelqu’un qui a déjà une tablette s’avère plus difficile que prévu.

Surtout quand, au final, on a la franche impression que certains constructeurs se sont bien marrés à nous vendre n’importe quoi sans suivi ni conception solide de leurs produits. Des tablettes au kilo, souvent plus conçues pour être vendues que pour être utilisées. (Un peu comme les analyses tiens…).

Polaroid iM1836

Je ne parlerai pas des constructeurs qui vous promettent l’évolutivité de leur engin, la main sur le coeur, et qui renient finalement leurs promesses en parlant de problèmes techniques et vous qui vous retrouvez avec un Android tout moisi sur une tablette atteinte de progéria fulgurante. Je ne citerai pas les margoulins qui osent vous vendre des daubes infâmes à base de processeurs sortis des labos en 2004, tablettes sous alimentées en RAM et livrées avec un écran pas assez bon pour une console chinoise vendue à la sauvette au touriste de passage. Le tout honteusement maquillé, avec la complicité de la grande surface qui l’empile en tête de gondole, par une marque jouant sur une réputation passée et qui vient violer votre porte monnaie avec un sourire de surface uniquement là pour cacher une absence totale d’innovation.

Les tablettes en marque blanche se vendent moins bien que prévu d’après les analystes, ah ben ouai mon grand, quand les supermarchés livrent avec leur tablette un paquet de Kleenex et une boite d’anti-dépresseurs , on finit par se demander si il n’y a pas anguille sous roche.

Non seulement le marché commence à saturer méchamment mais nombreux sont les acheteurs qui ne tomberont pas deux fois dans le même panneau.

col-ti2500

Déplacement de la colonne.

On nous explique également que les phablettes, qui réunissent l’usage du smartphone et celui de la tablette dans le même objet, pourraient faire dévisser le marché traditionnel des écrans tactiles pour glisser leurs ventes dans la catégorie des smartphones. Autrement dit, le marché ne bouge pas tant que ça, les gens achètent en fait toujours certains produits mais ça ne rentre plus dans la même case sous mon tableur. J’en conclus donc un un tassement du segment. Sérieusement ? Oui, sérieusement. Merci pour l’analyse.

Enfin, on nous indique qu’un risque existe que le renouvellement des tablettes dépasse les 2 années et que les millions de gogols que nous sommes pourrions arrêter d’acheter un nouveau produit tous les 6 mois parce qu’un autre, plus mieux, est sorti. Ah ben tu m’étonnes qu’on va arrêter, non seulement on n’a pas vu de vraie différence entre les tablettes de 2013 et celles de 2014 en terme de performances mais surtout, on se demande encore à quoi ces nouvelles perfs pourraient bien servir ? Y a pas de nouveaux jeux 3D, seul élément où la nuance se voit, ça fait combien de temps qu’on se coltine Asphalt ou Dead Trigger pour parler de 3D ? Les applis exploitant vraiment le potentiels des nouvelles puces se comptent sur les doigts de la main…

Jean-Guy for the win

Les ventes de PC remontent

Analysé comme un remous conjoncturel lié à la  fin du support proposé pour Windows XP, les ventes de PC et de portables en particulier, se seraient stabilisées au second trimestre. Et IDC, le même cabinet d’analyse qui avait annoncé un marché toujours dans le rouge le plus total en 2014 de se rattraper aux branches en estimant finalement une stabilisation.

Un boulot peinard en fait, j’annonce quelque chose qui s’avère finalement être de la merde et je sors un correctif quelques mois après en déclarant autre chose. Elle est pas belle la vie ?

Les PC remontent donc car, comme je le martèle depuis des années, les netbooks, les portables, les smartphones et les tablettes n’ont pas le même objectif ni le même usage. A chaque fois que j’écris ça, je me tartine quelques commentaires de lecteurs qui expliquent que eux, depuis qu’ils ont une tablette, ils n’ont pas allumé leur PC. et c’est probablement vrai, pour consulter une page web aujourd’hui, vais-je regarder sur ma tablette qui va se réveiller instantanément et me donner l’info ou allumer mon PC qui mettra au bas mots 30 fois plus de temps à m’offrir la même info ?

pc

Ce scénario là tient debout, mais il tient debout avec une nuance importante, les gens qui expliquent ne plus allumer leur PC en ont justement un de PC. Et le jour où on leur dit que si ils se servent de leur PC sous XP ils peuvent avoir des problèmes, ben, ils se rendent compte que finalement c’est pas si mal d’avoir un micro ordinateur classique, avec une souris, un clavier, qui peut imprimer des trucs sans se prendre la tête et qui servira de toutes façons à la rentrée lorsqu’il faudra chercher du boulot, bosser à la Fac, réviser ses cours ou plus simplement monter le film des vacances ou trier les 4600 photos numériques shootées pendant ce joli mois d’Août..

vente-portables-tablettes

Les vases communicants

Enfin il existe une donnée importante dans toutes ces analyses croisées. Le pognon. Le Pognon qui ne pousse pas sur les arbres à priori, et qu’on doit donc gérer du mieux que l’on peut pour le faire durer du mieux que l’ont peut. Et là se joue le grand jeu des vases communicants. Si mon PC doit être changé parce qu’au premier boot sur le net avec mon engin sous XP je risque de me retrouver assailli d’attaques pirates en tous genres, j’aurai moins de pognon pour acheter autre chose.

Et bizarrement, j’ai la très nette impression qu’au sein d’une famille, le PC familial a finalement plus d’importance que la tablette personnelle. Il faut remplacer le PC parce que c’est le PC qui scanne les documents réclamés par les 50 instances administratives pour préparer la rentrée. C’est le PC qui saura les imprimer et c’est le PC qui recueille les informations de toute la famille.

Tout ce bon pognon part donc du côté des PC en ce moment, parce qu’il a la priorité. Et peut être aussi parce que finalement les tablettes Windows 8.1 sont vendues au même prix voire moins cher que des tablettes Android.

Le problème de ces vases communicants est qu’il a été volontairement mal interprété par beaucoup. D’un phénomène économie et de mode on a fait un phénomène idéologique. Ces mêmes analystes qui expliquaient que les gens ne voulaient plus de PC le faisaient en pianotant sur un PC pour des gens qui lisaient des news écrites sur des PC depuis leur PC du bureau. Beaucoup lisent désormais également sur tablette et smartphones mais ne le font que parce que ces écrans là sont également dans leurs vies.

On se fout pas mal de l’idéologie derrière tout cela, je suppose qu’il y a très très peu de gens assez bornés pour se définir comme anti tablette ou anti portable avant tout. Surtout si ils ont les moyens de s’offrir les 2. Les gens ne réfléchissent pas comme cela. Les gens achètent, suivant leurs besoins, l’outil qui correspond à leurs attentes avec l’argent dont ils disposent. Les vases communicants jouent à plein ici avec un budget qui n’est pas sans limite.

tablettes

Que conclure ? La tablettes vont arriver à un plateau de croissance logique, leurs ventes vont se ralentir parce que tout le monde sera équipé et à moins d’un vrai gros changement technologique – ou d’être un vrai geek- , les gens équipés cette année n’auront pas besoin de tablette avant un bon moment.

Les objets connectés vont probablement prendre le relais un certain temps (probablement très très court) et le grand public comme les entreprises commenceront un renouvellement de leur parc de PC à cause de la fin du support d’XP mais également à cause d’engins qui s’annoncent plus performants en proposant enfin un autre niveau de confort avec des définitions de dingues, des processeurs et des stockages plus discrets et la popularisation de nouvelles technologies comme la réalité virtuelle qui va finir par pointer le bout  de son nez.

Prévoir 4 ou 5 ans à l’avance en informatique tient plus de l’astrologie ou du Chamanisme que d’autre chose.

Bien sur, il peut y avoir demain un gros changement dans ce petit monde, un nouvel acteur ou une annonce qui change totalement les données et offre pour les prochains trimestres à venir un nouveau battage de cartes. Prévoir 4 ou 5 ans à l’avance en informatique tient plus de l’astrologie ou du Chamanisme que d’autre chose. C’est ce que nous a prouvé l’apparition de l’iPad, avec l’inattendu monde des  netbooks et bien d’autres choses encore.

66 commentaires sur ce sujet.
  • 14 juillet 2014 - 21 h 05 min

    Très agréable article, bravo ! J’ai bien aimé le “Jean geek”… j’ai cependant souri jaune en m’apercevant que j’étais moi même facilement influençable à la recherche d’un couteau suisse qui n’existe pas: samsung nc 10, eeepc901 (devenu poussif mais si attachant !), hp dm1-4430 (merci Pierre !) mais aussi ipad 4 (qui finalement ne fait pas l’affaire dans mon boulot), nexus 7 et récente acquisition g note 10. 1 2014 en 4G. .. je passe les tablettes que j’ai revendues et quelques chinoiseries que j’ai testées… ma PlayBook est devenu un réveil d’appoint et restera ma plus grosse déception tant ce matériel m’aura bluffé. ..
    J’ai du mal à me séparer de matériel que j’utilise moins… je dois souffrir de collectionnite aiguë. .. Cependant, je suis d’accord avec la majorité d’entre vous, un seul support ne peut pas représenter tous les usages. J’ai besoin d’annoter des documents mais également de partager des documents… Celui qui a besoin de produire efficacement comprendra qu’on ne peut pas se passer du portable et d’une bonne souris ! Penser qu’une tablette peut tout faire c’est se cantonner à certains usages bien précis.
    A l’heure du choix tout entre en jeux: la taille, le poids, l’autonomie, la Connectique etc…
    Mon prochain achat, aussi bizarre que cela soit sera un netbook 10 pouces type t100 ou switch10 parce que finalement j’ai besoin de légèreté et de souplesse pour gérer mes différents espaces de stockage… comme quoi parfois on revient à la case départ. ..

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 8 h 55 min

    [erreur sur précédent, à effacer]

    Excellent article.

    J’ai une tablette 10″, chinoise CUBE, elle sert à lire des BD aux toilettes et à faire AngryBird pour mes gosses de 6 ans.
    J’ai un smatphone ASUS 6.5″, il me sert à …téléphoner, le truc de malade + 3 mails de temps en temps

    Nous avons un imac de 2009, il sert à ma femme, pour web et mail.

    J’ai assemblé un PC très récent, là je joue à Risen2 sur un 27″ full HD, réglages vidéo plein pot, avec une manette de Xbox, PC par ailleurs en dual boot avec linux, OS principal pour moi (retouche photo, codage, admin serveur, etc).

    Ni tablette, ni console de jeu ne remplacerons mon PC, les analystes sont bien des pignoufs.

    A+

    Répondre
  • aem
    15 juillet 2014 - 9 h 47 min

    C’est certain … la priorité est la machine de travail !

    Cependant cela peut être le portable (avec un ecran externe) ou la machine de bureau.

    C’est un peu fois pour les documents numériser et l’impression …
    bcp de printer sont réseaux, et l’apn est capable de bon résultat.

    Cependant, et certes oui, ce n’est pas la même qualité est confort d’utilisation.

    La tablette est un lecteur … il y a eu l’effet nouveauté (tactile, portabilité etc …) mais ca s’arrete la !

    j’ai mis 3 ans a acheter une tablette et c’était pour faire des présentations au boulot … je n’en ai pas besoin !

    Sebastien

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 10 h 09 min

    […] Hé patron, on s’est encore plantés ! Jean-Guy ne sue pas à grosses goutte devant sa boulette lorsqu’il toque à la porte de son chef, l’estimé analyste Jean-Patrick. Il a même le sourire aux lèvres. Ouai j’ai vu, c’est bon ça coco, faut vite réagir.  […]

  • 15 juillet 2014 - 10 h 42 min

    Défoulant à lire (et à écrire aussi visiblement), acéré à souhait et bien vu, dans la lignée des billets précédents, plus sages mais tout aussi justes. Merci!

    PS: un vent révolutionnaire aurait-il soufflé en cette veille de 14 juillet? ;)

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 11 h 55 min

    […] le sujet vous intéresse, je vous renvoie vers l’excellent article publié par Pierre sur […]

  • uko
    15 juillet 2014 - 12 h 08 min

    @Pierre Lecourt: @BaffTech:
    J’ai bien saisi l’aspect caricatural et humoristique du billet, et c’est ce qui fait tout son charme. ;)

    En revanche, je n’avais pas réalisé l’évidence: Si les analystes sortent des prédictions loufoques, il est bien plus logique que ça soit pour des raisons marketing que par incompétence. De la désinformation calculée et toujours plus poussée, dans l’industrie du high-tech comme en finance ou en politique. C’est triste.

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 18 h 20 min

    @Pierre Lecourt: Et pourtant … intel persiste et signe. Et si je dis intel, c’est bien sur parce qu’au niveau x86 ils ont lessivé toute concurrence et commencent à faire de même sur la mobilité avec la bénédiction de tous (puces à $5 aux OEM c’est super, etc) et qu’ils sont le dinosaure survivant. Quant à l’ouverture d’intel, elle a pour moi le même but que l’ouverture de Microsoft: c’est le “don’t be evil” de ces 2 vieux briscards.
    Heureusement, les “clients” d’intel (des grands groupes et OEM) semblent avoir retenu la leçon de l’époque PC. Semblent, l’argent reste le pognon.
    Donc, en ce qui me concerne, vu leur passif et la réitération des vieux coups qui puent, je ne souhaite pas voir cette boite venir sur les OS ARM pour tenter tôt ou tard de les évincer, ce qu’ils ont déjà fait sur PC. Et vu le petit billet qu’ils se font encore sur le PC classique, on ne va pas les plaindre non plus.
    Une autre recherche intéressante à faire est aussi “à qui profite le flop monumental de Windows RT ?”

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 19 h 13 min

    @ilyon:

    Tu veux dire que ARM qui arrive sur le marché des portables avec les Chromebooks et RT a le droit de vendre des puces au prix qu’il veut parce que ARM, en multipliant les clients réduit ses couts de licence et de développement. Mais qu’Intel n’a pas le droit d’adapter ses tarifs pour répondre à la concurrence ?

    Intel se sent menacé et propose donc des puces au rabais au même tarif que les puces ARM les moins chères ? C’est son droit le plus strict non ? Ca s’appelle une réponse concurrentielle.

    Le résultat est assez évident, les marques ont retenu la leçon, ils ont désormais plus d’armes : x86, ARM mais aussi ChromeOS, Android, Linux, Windows.

    Tu semble t’étonner que de grands groupes industriels soient avant tout intéressés par le pognon, mais oui, c’est le pognon le nerfs de la guerre et malheureusement chaque centime compte pour eux. Donc l’argent, toujours l’argent oui, et ça va durer.

    Je continue de regarder la concurrence comme le seul garde fou positif du marché. ARM n’a rien d’un saint, pas plus qu’Intel, Google ou Microsoft. Si demain ARM devient monopolistique, ils auront les mêmes travers que ceux d’Intel avant ARM.

    Chez ARM, avant l’apparition d’une concurrence Taiwanaise active sur les nouvelles puces, les prix des SoC Qualcomm, Freescale, TI et Nvidia avaient tendance a rester plus élevés qu’aujourd’hui avec l’arrivée forte de Mediatek, Rockchip et AllWinner.

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 22 h 02 min

    @Pierre Lecourt: Mais où est la concurrence x86 à intel ? Tu cites des concurrents ARM à d’autres concurrents ARM là où je parle d’un unique acteur x86 qui laisse exister 2 pégreleux dans le but de ne pas se faire taper sur les doigts par une commission ou une autre. Loin de moi l’idée de penser qu’ARM est une boite d’anges ou que Microsoft Google et autres sont des bienfaiteurs de l’humanité, mais on parle tout de même d’un acteur qui a verrouillé totalement le marché PC avec son comparse, à tel point que la seule fois de son histoire où il a été menacé parce qu’il avait foiré une archi, il détenait quand même tous les OEM dans sa main. Sans être un expert des coups tordus et des vols massifs mais légaux car la raison du plus fort est toujours la meilleure, je me doute bien que le marché est géré par le pognon et sa recherche effrénée, mais dans la mesure où le gendarme ne joue plus son rôle, je ne peux que souhaiter ne pas revoir cet acteur dans ce marché.

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 23 h 27 min

    @ilyon: Mais je suis tout à fait d’accord, d’ailleurs Intel paye aujourd’hui des amendes recors pour ses agissements passés.

    Simplement les dirigeants d’Intel Aujourd’hui, bien que vivant sur les éléments bâtis par les dirigeants moins scrupuleux d’Intel d’hier, n’ont pas la même politique à priori.

    Je veux dire que l’Intel d’aujourd’hui n’est pas à l’image de l’Intel d’hier sur plein de points. Je veux bien faire le procès historique d’Intel comme d’autres procès pour des actions de ce genre ont pu être fait dans le passé. Mais je trouve que l’Intel d’aujourd’hui se bat avec des armes concurrentielles et technologiques, pas avec des armes illégales et marketingo-mafieuse.

    Encore une fois je n’étais pas le dernier a exprimer ma rage de voir l’immobilisme Wintelien contre les netbooks et l’arrivée d’ultrabooks sans cible… Les efforts menés aujourd’hui par le constructeur me font croire tout de même à un sacré changement de situation, l’accélération des puces qui ne subissent plus le rythme pépère des TIC-TOC auparavant, l’apparition du libre dans la stratégie et des opportunités comme Gallileo et autres, c’est plutôt positif pour moi.

    Répondre
  • 18 juillet 2014 - 12 h 50 min

    Bonjour,

    C’est rare que je lise des articles aussi longs, mais la subtilité du langage et les evidences narrées de fort belle manière passionnent. J’ai une Surface Pro. Le produit hybride par excellence. Je n’ai pas voulu tomber dans le piège fantastique de l’Ipad, qui, question productivité, est limité, ni d’un McBookAir à l’OS limité. Je trouve qu’un transformable est une solution intéressante car il combine mobilité et modularité. Disposer d’une prise USB, sur une Tablette, est un atout non-négligeable. Pouvoir jouer aux jeux récents avec un Core i5 est rassurant, malgré le hd 4000. Utiliser Office 13 est indispensable dans le monde de l’entreprise.

    A part ça, je bichonne toujours mes PC fixes, à raison d’un nettoyage à l’aspirateur tous les 4 mois. Les filtres anti-poussière, le ventilo du CPU, les slots des barrettes, les connecteurs, bref un petit travail de fourmi. Ah, pour ça, j’y tiens au fixe : confort d’utilisation, taille d’écran, 3DVision, branchement éventuel sur Videoprojecteur 3D, car processeur central et graphique les plus puissants disponibles dans le format, chipset le moins cher cf. Quad Core i9xxx, Core i2500, i2770k, 3770k, 4770k en Sandy voire Ivy Bridge.
    Pour le jeu vidéo, les films, la bureautique, l’utilisation multi-utilisateurs, multi-usage, la compatibilité avec tous les périphériques du marché, les convergences entre le monde du futur (4K), l’audiophile (Home Cinéma), casque de réalité virtuelle, les logiciels d’apprentissage de la conduite et les volants à retour de force, la fiabilité de la connectivité Wifi et Bluetooth (pour les carte-meres qui en sont pourvues), PAS MIEUX !

    Répondre
  • 21 juillet 2014 - 21 h 14 min

    Cela fait bien longtemps que je vous lis Pierre, et mon eeepc 701 et maintenant entre les mains de mon neveu. Je vous apporte plus de crédit qu’aux analystes qui flairent souvent les deux pieds dans une botte, et qui bien souvent se cassent le nez.
    J’ai acheté une tablette il y a 4 ans, et il y a peu de chance que j’en change, je m’en sers très peu. J’ai en revanche changé mon portable il y a 2
    mois, le nouveau est en alu, écran de 13 pouces, fin et suffisamment puissant pour pas mal de jeux. Avec sa belle autonomie et son ssd, son clavier rétro éclairé et sa dalle full HD j’ai vraiment franchi un pas, sensation que je n’avait pas connu depuis le 701 et le 901 (qui me sert toujours pour certains déplacements!).
    Mon Pc fixe prends parfois la poussière, mais il est relié à l’imprimante
    scanner si bien que je le réveille régulierement, il a aussi la responsabilité de faire tourner les jeux les plus gourmands, les moins nomades, à moins d’avoir un “transportable” ce que je ne souhaite plus.
    Voilà une courte illustration de ta belle analyse.

    Répondre
  • 25 juillet 2014 - 22 h 23 min

    Excellent.
    Le jour où les gens achèteront ce dont ils ont VRAIMENT besoin et non pas ce que le voisin possède ou la quatrième star de TF1 en bas à gauche a, ces incompétents d’analystes disparaîtront enfin, happés par le bon sens.
    Cela vaut aussi bien pour l’IT que pour la bagnole, l’électroménager, etc.
    Hélas, d’ici là, il se vendra toujours des merdes parce qu’elles sont bien enrobés.
    db

    Répondre
  • 30 juillet 2014 - 17 h 25 min

    […] facteurs sont également présents, on en a déjà parlé, et notamment le fait qu’un possesseur de tablette qui a un PC et qui déclare ne plus jamais […]

  • 31 juillet 2014 - 9 h 59 min

    Très bon article analytique.
    Merci :-)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *