WikiPad attaque la Switch de Nintendo pour violation de brevet

Vous vous souvenez de la Wikipad ? C’est vieux, cela date de 2013, mais sur le principe c’est assez proche de ce que propose une Nintendo Switch. A savoir un système d’écran tactile qui se détache d’un contrôleur de jeu.

Suffisamment proche en tout cas pour que le propriétaire de la marque Wikipad et développeur du dispositif, Gamevice, se dise qu’il y a un peu d’argent a gagner en tentant un procès contre Nintendo et sa Switch.

Wikipad

La Wikipad ne s’est pas excellemment vendue, avec un message flou au départ, un développement long et de nombreux changements stratégiques, la tablette de jeu n’a pas rencontré un succès foudroyant. Cela devait être une tablette 10″ à 499$ et des prototypes étaient sortis à ce format. Ce fût au final une tablette 7″ à 249$ et, dans la foule des sorties de l’époque, elle est passée quasi inaperçue.

Wikipad

Trop difficile d’entrer en compétition avec des constructeurs internationaux, la Wikipad n’a pas eu non plus droit à une distribution en magasin classique. Le temps qu’elle sorte, les autres marques avaient massacré le marché et lessivé les tarifs. trop chères, pas assez innovante, la Wikipad pensait surfer sur le succès de la Ouya et en reprenait en partie la recette en employant un Tegra 3, 1 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage. Gros point fort, son dock dans lequel on pouvait glisser la tablette et qui offrait alors une vraie panoplie de boutons et Joysticks. Manque de bol, les autres 7″ concurrentes surfaient déjà sous les 150€ et l’écosystème de la Wikipad n’avait rien pour pousser au crime.

NVIDIA Project SHIELD

A 249$ elle faisait face à la console Nvidia Shield sous Tegra 4 au même tarif… Bref ce fût un flop. En Mars 2014, la Wikipad dévisse à 199$ avant de tout à fait disparaître.

Mais voilà que Nintendo sort un Switch au design tout aussi novateur. Une console de salon qui propose de rajouter une paire de manette disposant elles-aussi de boutons et joysticks de manière a retrouver une design, disons proche, de celle de la Wikipad.

Gamevice établi son préjudice au titre que son brevet pour la Wikipad décrit de manière très floue cette possibilité d’ajouter un contrôleur à un écran tactile pour former un périphérique différent de celui de base. La marque explique que cela lui un “préjudice irréparable” et attaque donc Nintendo pour violation de brevet. au passage elle demande au tribunal d’empêcher Nintendo de fabriquer, utiliser ou vendre sa Switch.

Wikipad GameviceUn prototype de manette Gamevice pour iPad Mini.

Il s’agit là d’une attaque typique de constructeur, les ventes de la Wikipad n’ont jamais été faramineuse et le produit n’est même plus fabriqué. On pourrait rétorquer que le brevet est bien là et qu’il existe, le soucis est que d’autres sociétés ont proposé des designs similaires à la Wikipad avant et après la sortie et l’annonce de celle-ci, avant et après le dépôt du brevet. des dizaines de manettes de ce type sont sorties pour tablette iPad et Android. Gamevice a lui même tenté une manette pour iPad Mini…

Kazam Vision

La Kazam Vision

Il suffit de se souvenir de la Kazam Vision par exemple, ou des dizaines de périphériques qui permettent d’ajouter un paddle  sous un écran de smartphone… Mais ces sociétés sont petites et moins riches que Nintendo. En tapant dessus au travers d’un tribunal, Gamevice se serait ruiné pour rien en procédures. Attaquer Nintendo est potentiellement beaucoup plus rémunérateur.

2017-08-29 11_25_12-minimachines.net

La petite touche d’injonction demandant au tribunal de bloquer les activités de la Switch aux US serait désastreux pour Nintendo et c’est probablement là que tout se joue. Sur le fond je doute que Gamevice soit entendu par un tribunal qui débouterait probablement la plainte au bout d’un long examen. Mais si un juge décidait de prendre une mesure conservatoire en bloquant les ventes de Switch aux US cela poserait un vrai soucis à la marque. Cela s’est vu, on s’en souvient, au travers des nombreux procès entre Apple et des constructeurs de smartphones Android.

L’idée est donc de mettre une belle petite pression à Nintendo en le décidant à trouver un “arrangement” pour que Gamevice retire sa plainte. Contre un chèque.

4 commentaires sur ce sujet.
  • 29 août 2017 - 13 h 17 min

    Tss, et que devrait dire Nintendo, dont les propriétés intellectuelles, design, et icones sont utilisées à tout va par ces assembleurs, qui ont en plus pour seules richesse la plupart du temps l’émulation…quel culot !
    Surtout que les joycon vont bien au delà de tout ce qui est sorti niveau techno embarquée..

    Bon retour au fait 👌😉

    Répondre
  • 29 août 2017 - 13 h 22 min

    Bon retour en ligne, j’espère que tes vacances se sont bien passé.

    Au vu du nombre de procès/arrangements qui sont intentés par Nintendo, je suis sûr que la division juridique du Nippon doit être bien habitué vis-à-vis de cet exercice.

    Répondre
  • 29 août 2017 - 13 h 45 min

    @John: Oui c’est assez drôle, je suppose que le retour de bâton peut être assez violent pour Gamevice…

    Répondre
  • 29 août 2017 - 13 h 55 min

    Bon retour, les news me manquaient.

    Si ta traduction est bonne, le brevet concerne un périphérique au quel on ajout des manettes hors la switch est un tout au quel on retire les manettes. J’attends de voir la suite.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *