Hors Sujet EP02 : De la trottinette jouet au véhicule urbain

Les fabricants de Hoverboards ont dû trouver de nouveaux débouchés face à l’arrêt des importations de leur matériel. Si le marché local était toujours florissant, la disparition d’un client comme les US, capable d’écouler 500 000 de ces engins en 6 mois, posait quand même problème.

Comme on l’a vu dans le premier épisode de cette série, l’arrêt des importations des Hoverboards a été brutal pour les fabricants Chinois. Gros comme petits, les plus sérieux comme le pires, tous ont été immédiatement impactés par un retournement massif du marché. Il a bien fallu trouver des débouchés…

L’arrivée d’un nuage de pollution à Beijing en 2017…

Nous sommes à la mi 2016 et dans les grandes villes Chinoises, ça ne respirait déjà plus vraiment très bien. Le pays faisait déjà face à d’énormes soucis de pollution, les politiques nationales et locales ont décidé de réduire drastiquement l’utilisation des moteurs thermiques en ville. Le petit scooter local avec un moteur mélange huile/essence, interdit. Le cyclomoteur au moteur hérité des années 80, interdit. Les vieilles voitures mal réglées, interdites… Tout ce qui brûlait pas bien du pétrole en gros est devenu interdit. Les moteurs thermiques plus récents avaient toujours le droit de rouler mais dans les faits, ils étaient devenus inabordables pour la majorité des habitants. Le prix des plaques d’immatriculation ayant explosé à la hausse avec, suivant les motorisations, des tarifs pouvant atteindre les 40 000 euros.

2019-06-07 20_18_51-minimachines.net

Avant…

Sur le plan national, la transition devait durer 3 ans. Dans certaines régions, il n’a été laissé aux particuliers que quelques mois pour réagir à ces mesures. L’interdiction des scooters à moteur thermique a fait très mal parce que beaucoup de familles employaient ce genre d’engin pour tous leurs trajets. Boulot, école, loisir, Il s’est donc développé un artisanat de transformation qui permettait de recycler les deux roues classiques en scooters électriques. Des scooters transformés avec une bonne grosse batterie au plomb sur le cale pied ou des vélos avec des kits électriques sur roue ou sur pédalier et la batterie sur le porte bagage. De quoi laisser le temps à l’industrie locale de s’adapter à ces nouvelles contraintes.

2019-06-21 13_55_45-minimachines.net

…Après. On ne montre que rarement ces images de motos et scooters à essence pourrissant par milliers à ciel ouvert.

Dans le même temps, l’état chinois s’était déjà mis à injecter des sommes colossales afin de faciliter le déploiement d’engins électriques. On parle quand même d’environ 13 milliards d’euros d’investissement de l’état Chinois pour cette transition à l’époque. Aujourd’hui, la Chine parie plus de 330 milliards d’euros dans les énergies renouvelables. Le gros de cet effort a été dans les infrastructures, bien sûr, mais également dans les transports en commun et dans la répression pour empêcher les véhicules thermiques interdits de continuer à rouler.

Mais le gouvernement a également prévu des investissements pour aider les entreprises qui fabriquaient des engins à essence a passer à l’électrique. Et cela a porté ses fruits. Pour vous donner une idée, il s’est vendu 65 millions de deux roues électriques en Asie Pacifique en 2018, plus de 60 millions en 2017 avec une grosse majorité de ventes en Chine. Ça aide un petit peu à se rendre compte… 

2019-06-21 14_06_24-minimachines.netUne trottinette jouet moderne, celles de 2016-2017 étaient bien pires

Ces aides sont donc aussi tombées pour tous les industriels qui voulaient proposer des véhicules sur batterie. La mode locale comme la production nationale s’est orientée d’un coup vers ce nouveau mode de transport. Nos fabricants d’Hoverboards qui étaient jusqu’alors considérés comme des fabricants de jouets et qui avaient un stock de batteries, de moteurs, des compétences et des ingénieurs ont bien évidemment sauté sur cette aubaine. Et ils se sont mis à fabriquer… des trottinettes jouets.

Et quelques temps après, on m’a demandé mon avis pro sur ces nouveaux engins. Ceux qui vendaient les hoverboards proposaient ces nouvelles trottinettes jouets électriques dans leur catalogue. Leurs clients européens ont donc voulu savoir ce que cela valait.

Sans surprise, les premiers modèles que j’ai reçus étaient franchement médiocres. Surtout que moi j’avais en ligne de mire des modèles Européens comme les excellentes productions de l’allemand Egret par exemple. Modèles que j’avais pu prendre en main lors de divers salons pro et qui étaient vraiment haut de gamme. J’ai donc mis encore une fois un gros gros warning sur les produits entrée de gamme que l’on me présentait et conseillé à tout le monde de passer son chemin. En gros, c’était des Hoverboards que l’on avait transformés en trottinettes jouets électriques et que l’on présentait en pseudos véhicules : Moteur limités à 10-12 Km/h, châssis et roues en plastique dur hyper casse gueule, électronique ultra basique et toujours des batteries Lithium noname avec la fonction allume barbecue intégrée. Côte de confiance au niveau zéro. Tous les voyants au rouge. Et cette fois là, mes contacts m’ont plutôt écouté.

Xiaomi M365

Et puis, très rapidement, j’ai reçu de nouvelles fiches techniques pour des modèles un peu plus qualitatifs… Jusqu’au jour où on m’a envoyé une des toutes premières versions de la trottinette Xiaomi M365 destinée au marché Chinois. La question qui m’était posée par l’exportateur était alors : Nous jugeons que ce produit est excellent, il fait un carton partout où il est implanté, est-ce que ça vaut le coup de lui payer une norme CE pour le commercialiser en Europe1. Oui ou non ?  Et, j’ai dit oui.

La M365 était un engin franchement étonnant et elle l’est toujours aujourd’hui : pratique, robuste et efficace pour un prix défiant toute concurrence : de 300 à 350 euros en importation. De 400 à 700€ de moins que les concurrentes de même niveau vendues en France à la même époque. C’était un vrai changement de cap pour ce marché.

2019-06-21 14_16_14-minimachines.net

La Xiaomi M365 à gauche et la Ninebot ES2 à droite : Toutes deux fabriquées par Ninebot

Depuis, la production n’a pas arrêté de se transformer et Ninebot, qui fabrique ces trottinettes, a inondé le monde avec ses différents modèles. La Xiaomi M365 donc mais aussi les différentes Ninebot ES ainsi que toute une galaxie de clones variés vendus par différentes marques. Cette invasion a été largement accélérée par l’émergence rapide d’entreprises proposant ces engins en Free Floating. Entreprises qui ont poussé comme des champignons dans les grandes villes un peu partout dans le monde, ces derniers trimestres.

2019-06-21 14_19_30-minimachines.net

Des marges plus ou moins petites. Capture du 21/06/2019…

Face à ces nouveaux tarifs de trottinettes, les marques concurrentes ont du revoir leurs propres copies. Il était devenu impossible de continuer à vendre 800€ des modèles de moins bonne facture que ces importations. Les prix ont donc fondu de tous les côtés et tout le monde a pu mettre la main sur des engins de plus en plus abordables. Autant les gens tiquaient devant un prix de base autour de 800€ pour une trottinette en 2016-2017 autant les 300 à 350€ demandés pour ces nouveaux modèles étaient, d’un coup, beaucoup plus accessibles. Les boutiques ont donc importé les engins chinois. La grande distribution s’est mise à importer les trottinettes jouets motorisées les plus sages également. Les vendeurs ont compris le problème lié aux hoverboards et ont écarté les modèles les plus entrée de gamme. Ils ont choisi des engins certes pas fameux mais adaptés à une tranche d’âge moins de 10 ans pour rouler calmement sur les trottoirs. 

Si vous ajoutez à cela la mode d’une certaine “mobilité écologique” dans les grandes villes, on se rend compte qu’un véritable alignement de planètes a joué en faveur de ce nouveau mode de transport motorisé. Le Free Floating n’a fait qu’écraser l’accélérateur d’une mode qui existait déjà et qui avait un rythme de développement classique.

Aujourd’hui, on ne s’étonne plus autant qu’avant devant une gyroroue croisée dans la rue, on rencontre de plus en plus souvent des skateboards électriques et surtout, on a changé de comportement face aux trottinettes électriques. De l’amusement des passants face à ce jouet pour grands quand on en croisait une il y a quelques trimestres encore, on est désormais face à un ras-le-bol quasi général de la population devant leur invasion sauvage.

Et ce qui est fou dans cette histoire, c’est que tous ces engins sont totalement interdits en France sur la voie publique…

Mais ça, on en parlera dans le prochain épisode.

Notes :

  1. La marque Xiaomi n’avait pas encore de boutiques en Europe à l’époque.
Soutenez Minimachines.net !
25 commentaires sur ce sujet.
  • 21 juin 2019 - 15 h 47 min

    ça m’étonne pas que ce soit interdit.

    Un petit aparté, mercredi, j’étais au forum des halles niveau 2 (là ou il y a une boutique xiaomi) et ai assisté à une “demo” du vendeur de la trottinette xiaomi…à deux pompiers ! (en ressortant, la camionnette était garé dehors avec le reste de l’équipage).

    Apparemment, les pompiers voulaient comprendre comment la trot freinait afin de comprendre certains accidents et savoir comment les usagers pouvaient se protéger (grand moment de solitude du vendeur quand les pompiers commençaient à parler casques et protections. surtout vu la vitesse).

    Ça commence à bouger mais même si les pompiers en viennent à se demander comment marchent ces machins parce qu’en interventions ils ont de plus en plus d’accidentés (notamment des touristes, et là, les casques en locations avec, je vois pas comment ils vont faire), ben c’est pas bon.

    Ça promet aux urgences cet été entre ça et la canicule !

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 17 h 36 min

    Je possède une trotinette electrique, d’un modèle unique, puisque toute en bois.

    Je l’ai construite toute entière, à partir de composants électroniques achetés sur le net.

    Le”chassis”, je l’ai étudié et réalisé moi même, à partir de morceaux de bois de chêne.

    Je roule régulièrement avec.

    J’attends avec impatience, la sortie de la loi sur les mobilités, je suis prêt à rouler:
    20km h
    Un casque
    Des gants
    Sur la piste cyclable
    Jamais sur les trottoirs.

    Bref les trotinette ne sont pas dangereuses, ce sont les utilisateurs, qui le sont.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 19 h 13 min

    @Supiot:

    Attention à l’usage d’engins motorisés fait maison sur la voie publique.

    Car j’ai un ami qui en a fait la douloureuse expérience le mois dernier.

    Il a fait une lourde chute avec son vélo qu’il a équipé lui même d’un kit électrique (qui respecte la réglementation française au niveau de la puissance et fonctionne uniquement en mode assistance)

    Il a déclaré son accident à son assurance pour le faire passer dans son contrat accident de la qui couvre les accidents en vélo. (frais médicaux et réparation du vélo..)

    Sont assureur lui a demandé le certificat d’homologation du velo électrique chose qu’il n’a bien évidemment pas pu fournir car c’est lui qui l’a équipé en électrique.

    Du fait que sont vélo n’est pas homologué, sont assurance lui a indiqué que ne le couvre pas pour cet accident et donc que tous les frais sont à sa charge.

    Pire encore ils lui a indiqué qu’il a de la chance de ne pas avoir impliqué un tiers dans sont accident car dans ce cas il aurait aussi tout les dégâts matériels au tiers à payer ainsi que les éventuels frais médicaux. Et par ailleurs qu’il s’exposer à des poursuite pour circulation sur la voie publique avec un engin non homologué et bien sûr non assuré..

    Après à voir si son assurance a fait du zelle mais j’ai un doute

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 3 h 02 min

    @Gaëtan: L’assurance a pas fait de zèle et c’est le soucis en ce moment des usagers accidentés via les trottinettes en free floating egalement (aucune assurance de la part du service ? une honte. entreprise à bannir).

    C’est un bordel sans nom (surtout qu’à Paris, c’est plusieurs dizaine de dossiers accidents par JOUR. dont certains franchement assez grave sur le long terme).

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 8 h 16 min

    Pour être partie prenante sur la question des NVEI / EDPM, j’appliquerai quelques nuances sur certains points de ton article:

    – Egret (j’ai possédé la 1, et la 2), n’est qu’une trottinette chinoise, que les allemands ont « rebadgés », sans même l’optimiser pour le territoire européens. La liste est longue de mes griefs sur ces trots, qui me coûtaient quand même un méchant prix,)

    – Les Gyroroue roulent en France depuis 2011… avec un déploiement plus important de 2011 à 2015, sur la province que sur Paris, ce qui a brouillé les pistes de son déploiement. C’est d’ailleurs grâce à Ninebot que le marché s’est démocratisé, face à la marque originel Solowheel, et aux outsiders Gotway/Kingsong/Inmotion…)

    – Nous ne sommes pas interdits, nous sommes tolérés comme accessoires à piétons. Cela implique de notre part, de n’être que sur les pistes et voies cyclables, ce que je fais pour ma part depuis plus de 6 ans !
    Sur les trottoirs, il faut se limiter à un mode « marche rapide », soit 6 Km/h Max, ce qui est possible que sur une partie des machines du marché, qui intègre dans l’app mobile compagnon de leur NVEI, un mode de bridage « piéton ».

    – Les assurances ont toujours était un vrai cassse tête, et pendant trop d’annee, je faisais partie des seuls et rares vraiment assurés. C’est pourquoi j’ai bataillé et challengé les assurances, pour notre communauté.
    Avec Wizzas, partenaire que j’avais identifié début 2018, nous avons réalisé un cahier des charges répondant aux usages et besoins de ma communauté Esprit Roue, à partir de Juin 2018, et après presque 1 an de travail et négociations, nous avons sortis les premières offres : http://bit.ly/EspritRoueWizzas

    Pour ceux qui ne connaissent pas encore Esprit Roue : http://bit.ly/espritroue

    – concernant les protections que devraient avoir tout usager de NVEI: Casques, Gants, + éléments réfléchissants… ne pas avoir cela, reviens à avoir les mêmes niveau de QI et souhait de tester la théorie de la sélection naturelle, que les conducteurs de motos/scoots, en t-shirt & Short (avec l’extra ball tongues).

    Répondre
  • dja
    22 juin 2019 - 11 h 45 min

    Interdit, peut-être en reprenant tous les textes de loi à date et en pinaillant sur les détails techniques mais comme il y a un franc laisser-faire, il y a donc implicitement, de fait, une autorisation.
    Et dans ce cas, comment ai-je pu sans aucun problème assurer ma minimotors et la m365 de mon épouse?
    J’ai une vignette sur ma trot, on ne doit pas être nombreux dans ce cas mais c’est le maximum que je pouvais faire à date en attendant que les trés chers cerveaux de nos législateurs se mettent en marche.

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 13 h 04 min

    @Charles LIEBERT:

    -Les Egret, m’avait dit un représentant de la marque, je n’ai pas creusé. Etaient assemblée et soudée à la main, je sais pas où, mais sur un design allemand avec des spécifications faites par Egret. Pas un rebadgage Chinois. Après il a pu me pipeauter.

    -Oui pour les Gyroroues.. Mais je n’ai pas dit le contraire hein :)

    -La loi est claire. Les EDPM sont pour le moment 100% interdits sur la voie publique. Ils sont tolérés certes mais interdits quand même.

    -Les assureurs ont le droit de faire ce qu’ils veulent mais ça n’empêche pas que c’est quand même interdit.Dura Lex Sed Lex comme dit l’autre.

    @dja: Non il y a une tolérance, j’y viens dans l’épisode 3. Encore une fois tu peux assurer un truc illégal, c’est pas un soucis. Il suffit de payer en conséquence. Certains tournages de cinéma non déclarés sont assurés par exemple. Mais la loi est claire, le code est très clair. C’est interdit. Et moi aussi je pratique hein, je suis bien au courant que c’est toléré :). Ça empêche pas.

    Tu as quoi comme Minimotors ? Parce que elle sera toujours interdite en Septembre a priori.

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 16 h 57 min

    J ai demandé à mon assureur, de m’assurer.

    Il m’a répondu, que dans mon cas, je n’avais besoin que de ma responsabilité civile, et il m’a édité,un certificat d’assurance, et il m’a demandé de l’avoir sur moi, pour le présenter à toute réquisition.

    Il va de soi, que je le réinterrogerai, dès la sortie et l’application de la loi sur les mobilités.

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 17 h 21 min

    attention, @dja et @Domy, vérifier les points suivants, pour votre assurance, sinon, dans les faits (et comme bcp de gens qui se sont laissé vendre un contrat qui ne couvre rien, à leur insu), vous prenez autant de risque que sans assurance :/

    Notre référent a écrit un super Dossier sur le sujet (n’hésite pas à le contacter, @Pierre, c’est un pote en plus): http://bit.ly/NVEIGuideAssurance

    Pour ceux qui sont trop impatients pour tout lire, l’une des partie des bonnes réponses à avoir sur son Contrat d’assurance, est “D” :p

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 17 h 42 min

    @Domy: Tu as quel véhicule et quel assureur ?

    Répondre
  • dja
    23 juin 2019 - 2 h 04 min
  • 23 juin 2019 - 2 h 13 min

    @dja: Tu es au courant que dans l’état actuel de la loi mobilité, ta Mini Pro 4 sera interdite sur route en Septembre ? Amende Catégorie 5 si tu roules avec ? Même si tu restes à 25 Km/h ou moins ?

    Répondre
  • Jay
    23 juin 2019 - 8 h 30 min

    Bonjour à tous

    Pour rouler avec plusieurs trott depuis un moment (kaabo wolf warrior, dualtron 3, etwow monster, mini 4 pro), je trouve que ce qui a causé du tort aux edpm, c’est surtout l’arrivée du free floating, et de tous les comportements qui en découlent.

    Les gens ne payent que qques euros, n’ont ni plaque, ni aucun moyen d’être appréhendés et circulent en toute impunité… tout cela cautionné par notre gouvernement.

    Pourquoi ne pas avoir imposé le casque obligatoire dès septembre? ce n’est que pour servir un lobby. Je roule protégé, en respect du code de la route, pourtant certaines de mes trott peuvent atteindre les 85km/h.

    Je suis prêt à payer une plaque d’immat, etc… pour pouvoir utiliser ces engins en toute légalité, je n’ai jamais eu de problème avec les forces de l’ordre , malgré plusieurs milliers de km parcourus

    Répondre
  • 23 juin 2019 - 8 h 44 min

    C’est clair, @Dja, tu vas te voir saisie ta Mini Pro 4, par la police à partir de la promulgation du décret en septembre …

    Répondre
  • dja
    23 juin 2019 - 9 h 40 min

    @Pierre Lecourt: Oui j’ai vu… j’ai un gros doute qu’ils se mettent en bord de piste cyclable avec un radar laser pour prendre la vitesse. Je vais mettre en standby la trot en laissant passer septembre. La mini 4 pro est quand même bcp plus discrete que les grosses minimotors… j’ai bon espoir.

    Mais je suis prévoyant ;) j’ai un plan B depuis la fin 2018… Je dois recevoir en Aout un vélo Mate.bike X (commandé en décembre), j’ai peut-etre un peu déconné parce que j’ai pris la version 750w… mais ca ne se voit pas de l’exterieur.

    Et sinon, je prendrai mon scooter.. qui pollue, parce que manifestement, les parisiens préférent respirer de la mer** plutot que de devoir simplement regarder avant de traverser une piste cyclable.
    Et quand il fera doux, je prendrai mon vélo (rapide), un masque anti-pollution pour supporter les gens dans la légalité avec leur diesel, ca me fait faire du sport et je roule à la même vitesse que ma mini 4 pro… c’est à dire 40km/h, et là, personne n’aura rien à dire.

    Répondre
  • 23 juin 2019 - 11 h 55 min

    @dja: Pas besoin de radar, c’estpas comme ça que ça va marcher. Si tu es sur ta trot sur la chaussée, sur le trottoir ou sur la piste cyclable, les gendarmes vont pouvoir te mettre uer amende. Même si tu roules à 2 Km. Le fait de l’utiliser sur la voie publique suffira a justifier l’amende. Pas besoin d’attendre un excès de vitesse. Ta trot ça devient obligatoirement un engin de loisir sur chemin privé. Le risque étant 1500€ d’amende + la saisie.

    Je connaissais pas le Mate X, ça à l’air pas mal. Il est homologué France ?

    Pour la loi, il faut qu’elle évolue et que les infrastructures évoluent, j’en parle dans la suite des vidéos.

    Répondre
  • dja
    23 juin 2019 - 15 h 38 min

    @Pierre Lecourt: Oui je comprends à peine ca, j’ai relu la loi mobilité pour saisir.. parce que les 25km/h en fait c’est le type de véhicule. C’est bien dommage pour les minimotors.
    C’était ce marché qui tirait le matériel vers le haut en sécurité et en innovation. En l’occurence, les gens (pour la plus grande majorité) que j’ai croisé et qui utilisent ce type d’engin le font dans le respect du code de la route, casque, gants, respect des feux… ce sont des machines qui sont capables de réellement freiner et ont des capacités dynamiques assez proches d’un scooter avec leur suspension.
    C’est les plus sérieux qui sont donc pénalisés, tout ca à cause d’un abruti sans casque, sans gants, qui a pris une voie rapide à 80km/h avec.

    Pour le Mate X, le 250w est autorisé en EU, le 750w non. Mais le vélo est strictement identique de l’extérieur, donc je tente le coup.

    Répondre
  • 23 juin 2019 - 18 h 01 min

    @dja: La certification EU ne suffit pas pour les VAE, il faut une certif FR.

    Le soucis c’est pas l’amende, enfin si mais surtout l’assurance. Si ton véhicule n’est pas assuré ou si tu n’es pas de bonne foi avec ton assureur sur ses capacités, cela revient au même : tu es pas assuré du tout. Et ça peut être catastrophique.

    Répondre
  • dja
    23 juin 2019 - 18 h 44 min

    @Pierre Lecourt:
    Pour conclure, la loi mobilité tue tous les moyens de déplacements efficaces, abordables et alternatifs à l’essence… sous prétexte de régulation et de sécurité avec l’exploit de n’imposer aucun équipement de sécurité aux utilisateurs.
    Ca ne laisse une place qu’à la catégorie “jouet” à faible autonomie et aux scooters électriques. Ces derniers étant difficilement rechargeables pour des particuliers en agglomération.
    GG

    Répondre
  • 24 juin 2019 - 7 h 31 min

    @Dja (et @Pierre LECOURT): alors plusieurs choses….

    1/ la police et gendarme pourront te flasher en bord de pistes cyclables… c’est ce qu’ils ont fait avec les VAE sur l’immense piste cyclable qui va du cap ferret à Arcachon… et ils vont le refaire cette année.

    Ne jamais penser que pour remplir ton quota d’ammendes, tu ne vas pas aller là où ça « vient tout seul », et qu’il est agréable de se poser ;)

    2/ mauvaise assurance ou assurance « bidon »: défaut d’assurance… ce n’est pas pour rien que je me suis battu pour que l’on nous construise de vrai assurances, pour notre communauté. Ps: on assure les machines allant jusqu’à 45 Km/h (Par construction, officiellement indiqué dans le doc officiel d’homologation en France…), grâce à l’une des offres…
    Notre communauté est composé de bcp de trotte puissantes, et comme tu le dis, la plupart sont des usagers responsables et respectueux, à qui il fallait se permettre de bien se protéger et s’assurer.

    3/ concernant la LOM2019, c’est aujourd’hui qu’il faut se démener auprès de ton député et de ton sénateur, pour s’assurer que la suite du débat et des votes n’en soit pas ubuesque et rétrograde. pareil avec ton maire (ou les maires) des agglomérations où tu vis et travailles, car ils peuvent aussi assouplir, et en plus aménager… tout n’est pas perdu !!

    Répondre
  • 24 juin 2019 - 10 h 08 min

    @Charles Liebert: Je dis juste qu’entre coller une amende de 135€ sur un véhicule qui va vite et 1500€ sur une minimotor ou autre juste parce qu’ils la voient (et ils savent reconnaître les Dualtron & co ça y’est) sans avoir a sortir le radar ça va être vite vu. Le conseil d’un gendarme, c’est d’avoir la fiche technique de son véhicule dans son portefeuille ou sur son smartphone pour montrer si sa roue ou sa trottinette sont bien limitées à 25 Km/h.

    D’ailleurs seule l’amende de 1500€ perdurera pour la vitesse puisque tous les EDPM devront rester en dessous des 25 Km/h puisque si tu sors un engin qui va au dessus tu auras automatiquement ton amende de 1500€ même si tu roules à 6 ou 12 km/h.

    Et pour tout te dire, pour certains, ils attendent “que ça”. Certains font les kékés depuis des années avec leurs trot à 50 Km/h en ville un peu n’importe où. Le Free Floating a mis de l’huile sur le feu et les forces de l’ordre vont se réveiller dès Septembre.

    Il y a aujourd’hui quasiment une offre par assureur, il suffit d’appeler son assurance maison ou voiture pour étendre son assurance pour un EDPM.

    Pour le débat, j’ai bien peur qu’il soit très limité. Les députés ont le petit doigt sur la couture et surtout ils ne cherchent pas a écouter les associations et autres. Même les industriels ne sont pas pris en compte. Les seuls qui ont le droit au chapitre c’est le FF apparemment. Pas des importateurs et distributeurs, même les gros.

    Répondre
  • 26 juin 2019 - 6 h 59 min

    @dja: “Et sinon, je prendrai mon scooter.. qui pollue, parce que manifestement, les parisiens préférent respirer de la mer** plutot que de devoir simplement regarder avant de traverser une piste cyclable.”

    Voilà une remarque aussi responsable que les propos qui accusent tous les pratiquants de véhicules motorisés de rouler sans respect des autres. Je mettrai ça sur le compte de l’énervement.

    Tout le monde paye toujours pour une poignée d’imbéciles (au sens premier du terme). Cela s’appelle : la vie en société, et c’est très bien.

    Répondre
  • 26 juin 2019 - 8 h 06 min

    @Kikimoo: le soucis, c’est que d’une poignée d’imbéciles, on est passé à une vraie masse avec la baisse des prix et l’effet de mode.

    Le free floating a participé à la chose aussi en dé responsabilisant les usagers (je met à part les touristes qui ne connaissent pas bien le code français et font un paquet de bêtises, mais presque “de bonnes foi” même si ça reste très dangereux et irresponsables).

    Ne surtout pas oublier le COÛT sanitaire d’une “simple” chute.

    Exemple, un bête pogné cassé (à vitesse plus élevé qu’un piéton qui marche à 3 bornes à l’heure max), ça a 95% de chance de se finir avec des broches (3).
    DOnc 2 opé (une pour les mettre, une pour les retirées), ITT possible selon les tafs et en plus rééducation !

    et ça, c’est qu’une chute et conséquence “simple”, pour un coude, ça fait plus mal par exemple;
    un bassin, là…

    La sécu doit bien pleurer par rapport au coût bénéfice de ces machins (les “EDPM” donc).

    Il faut des règles pour les imbéciles et les rappeler ou les mettre mieux en lumières pour tous ainsi que pour les prises en charges niveau assurance.

    Répondre
  • 26 juin 2019 - 23 h 56 min

    @orangina rouge: Paris est sans aucun doute une ville particulière puisque s’y côtoient un sixième des Français. Mais dans mon coin, ce n’est pas ce que je constate ; il y a à peu près un usager sur dix qui circule avec sans-gêne et incivisme. Le nombre varie un peu mais tourne autour de cette valeur chaque fois que je m’amuse à les compter.

    Ceci dit, ta remarque ne change rien à la mienne. Je ne pense pas que les piétons qui se plaignent refusent juste de regarder avant de traverser. Quant à l’expression “respirer de la mer**”, elle est juste là pour dénigrer ceux qui ont un avis différent. Je maintiens que ce n’est pas pertinent et dessert les partisans de la trottinette électrique. Je n’en utilise pas et ne compte pas en utiliser, mais il me semble intéressant d’en développer l’usage. C’est pourquoi je tique devant ces propos.

    Autour de moi (car je ne peux témoigner que de ce que je vois) personne ne se plaint des trottinettistes. Ils se plaignent des trottinettistes qui les frôlent à une vitesse déraisonnable. Je croise de temps en temps des trottinettes sur la chaussée. Je n’ai entendu qu’une seule fois un coup de klaxon (toujours cette poignée de nigauds). Les automobilistes attendent juste un moment propice au dépassement.

    Il est juste de dire aussi que nous sommes habitués à patienter derrière les vélos car le coin est très vallonné. En côte les cyclistes ne dépassent pas souvent les dix à quinze km/h. (Ce qui est déjà pas mal.)

    Répondre
  • 13 juillet 2019 - 11 h 45 min

    Le problème, ce n’est pas l’engin, c’est le comportement. J’habite la métropole de Lille et constate tous les jours que pas plus les trottinettes que les gyroroues ou les vélos, très peu respectent le code et en particulier les feux de circulation.
    La semaine dernière, j’ai fait le trajet gare du nord à Gare montparnasse en gyroroue, j’ai vraiment eu l’impression d’être l’imbécile de service car j’étais vraiment le seul à m’arrêter aux feux rouges. Je ne suis à priori pas favorable à la répression mais… Il faudra bien trouver le moyen de rendre les conducteurs responsables !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *