Lenovo ThinCentre M75n : des MiniPC originaux sous Ryzen

Lenovo vient d’ajouter les MiniPC ThinCentre M75n sous processeurs AMD Ryzen Pro Picasso dans la liste de ses choix disponibles. Des minimachines à vocation pro pour des parcs d’entreprise.

Ces ThinCentre M75n sont des petits PC plus en largeur qu’en hauteur, à la manière des NUC Gaming d’Intel, et sont parmi les solutions les plus compactes du marché professionnel. Les engins mesurent 17.9 cm de large pour 8.8 cm de profondeur et 2.2 cm d’épaisseur. Les nouveaux venus embarquent désormais des puces AMD Ryzen 3 Pro 3300U ou Ryzen 5 Pro 3500U.

Lenovo ThinkCentre M75n

Proposé au même tarif de base pour les deux solutions, à savoir 539$, le ThinCentre M75n a clairement un vocation pro. La modèle AMD supporte jusqu’à 8 Go de mémoire vive et propose deux emplacements M.2 PCIe NVMe 2280 pour du stockage SSD. La version Core i7, sortie précédemment, a droit de son côté à grimper jusqu’à 16 Go de DDR4. Lenovo continue donc clairement de privilégier les machines Intel en reléguant les solutions AMD à de l’entrée de gamme en limitant leurs capacités en mémoire vive.

ThinkCentre M75n

On trouve une connectique classique sur ces ThinCentre M75n, assez robuste pour des machines compactes. En façade, un USB 3.1 Gen2 type-A et un autre du même protocole en Type-C ainsi qu’un USB 2.0 et une prise jack combinant entrée et sortie audio stéréo.

ThinkCentre M75n

A l’arrière du ThinCentre M75n, on retrouve une prise d’alimentation, un DisplayPort, des ports USB Type-A en USB 2.0 et USB 3.1 Gen2, un Ethernet Gigabit et un port antivol. La machine propose un Wifi5 Bluetooh 5.0. Il s’agit là de la connectique USB des versions AMD de la machine, les modèles Intel ThinCentre M90n sont équipés uniquement de port USB 3.1 Gen2.

ThinkCentre M75n IoT
A noter également l’apparition d’une version ThinCentre M75n IoT Nano Desktop toujours sous puce AMD mais avec un Athlon Silver 3050e à son bord. Une solution double coeurs et double threads cadencée de 2.3 à 3.2 GHz avec 4 Mo de cache fonctionnant sur un TDP De 15 watts. Cette puce particulière embarque un circuit Radeon 2 coeurs.

ThinkCentre M75n IoT

Lenovo l’intègre dans un boitier 100% passif avec une cible d’usages orientée Internet des Objets. Le châssis mesure 17.9 cm de large pour 8.8 cm de profondeur et 3.45 cm d’épaisseur. Un volume de 0.55 litres plus imposant que les 0.35 litres du ThinCentre M75n mais qui s’explique par les ailettes de dissipation de chaleur du châssis de la machine. Cette solution pourra embarquer deux stockages M2 : un NVMe et un SATA 3.0. La carte Wifi sera également montée sur un slot M.2.

ThinkCentre M75n IoT

Autre élément qui ne trompe pas sur la cible de cet engin : La présence de ports série sur son châssis. La connectique est là encore très complète avec en façade un USB USB 3.1 Gen2, un USB 2.0 au format Type-A, un USB 3.1 Gen2 au format Type-C, un jack audio combo et les deux ports série.

ThinkCentre M75n IoT

A l’arrière, on retrouvera un DisplayPort, un USB 3.1 Gen2 et un USB 3.1 Gen2 Type-C prenant en charge le DisplayPort en plus d’un Ethernet Gigabit et d’un port d’alimentation. Cette machine particulière égrène son chapelet de fonctions avancées, outre son système de dissipation en silence, elle peut continuer à travailler même dans des environnements assez hostiles comme une température industrielle de 50°C. Elle est également résistante aux chocs, à l’humidité et à la poussière. 

Les deux engins sont également protégés logiciellement avec diverses mesures suivant leurs usages. Contre les intrusions grâce à un module TPM 2.0, du chiffrement matériel, un BIOS protégé, des systèmes anti exploit USB et même un petit contacteur qui prévient en cas d’ouverture du châssis pour le modèle IoT.

Sources : Lenovo et Lenovo

Soutenez Minimachines, partagez le !


Violet
8 commentaires sur ce sujet.
  • 29 juin 2020 - 11 h 29 min

    Bonjour,
    3050u au lieu de 3050e ?

    Répondre
  • 29 juin 2020 - 15 h 26 min
  • 30 juin 2020 - 8 h 18 min

    Dommage pour l’alim avec connecteur spécifique !
    Un USB-C aurait été idéale (alimentation depuis l’écran, ou alim universelle USB-PD)

    Répondre
  • 30 juin 2020 - 8 h 25 min
  • Cid
    30 juin 2020 - 14 h 51 min

    Mon chef qui me disait ce matin “mais on est les seuls à deployer des tiny, les autres sites du groupe mettent des desktop”
    Ben oui mais c’est quand meme pratique et fiable pour le même prix :)

    Message envoyé de mon M720q en Pentium qui tourne super bien.

    Bon sinon faudrait pas qu’ils changent de formfactor, on a aussi des écrans tactiles Lenovo dans lesquels on glisse les tiny pur faire des tout en un réparables.

    Répondre
  • 30 juin 2020 - 15 h 57 min

    @Cid: Ah ah un installateur pro me racontait qu’il a bossé pour une boite qui ne voulait pas entendre parler de MiniPC. Il leur a fait un changement de machine pour emmener celle qui posait problème en réparation et il a proposé un Mini en remplacement. Ils ont pas voulu. Enfin le responsable info a pas voulu.

    Il est reparti et le lendemain il posait une tour classique sous le bureau de la personne qui n’avait plus de PC.

    2 semaines plus tard il revient avec la machine réparée. Il fait le swap et il montre au responsable : A l’intérieur de la tour, un MiniPC posé avec les câbles qui passaient dans les baies des cartes filles. La personne bossait avec un MiniPC depuis 2 semaines sans voir la différence.

    enfin si, elle a fait la tête quand la machine de remplacement est revenue car elle était bcp plus bruyante…

    Répondre
  • 30 juin 2020 - 17 h 06 min

    @Pierre

    Génie !

    Risqué car le client peut se sentir pris pour un c.. (qu’il est ;-)) et il peut se vexer.
    Mais j’aurais fait exactement pareil.

    Répondre
  • 30 juin 2020 - 18 h 45 min

    @Cid:
    C’est clair, maintenant qu’on peut faire petit, pourquoi se priver.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *