TapLock : un antivol pour vélo sous Arduino

Un Antivol pour vélo logiciel ? Déjà que les plus gros antivols physiques ont bien du mal à arrêter les malandrins équipés de disqueuses sur batterie…

TapLock n’est donc pas un antivol. Enfin si, mais au même titre que les solutions physiques, il n’empêchera pas un voleur déterminé à remplir son sombre office. Il pourra par contre faire réfléchir le voleur opportuniste et vous aider à retrouver votre vélo.

L’idée de TapLock est assez simple. Un petit boitier contenant une carte Arduino Nano BLE Sense pour détecter les vibrations et les mouvements et réagir en conséquence. Le petit accéléromètre embarqué dans la carte et son module Bluetooth pour proposer des fonctions inédites. L’usage basique de l’engin est assez simple. Une fois arrivé à son point de destination on peut enclencher son alarme en tapotant contre TapLock ou à proximité de celui-ci un code enregistré au préalable.  L’accéléromètre détectera les vibrations engendrées et le temps entre celles-ci pour enclencher ou désactiver l’alarme quand le bon code sera exécuté. Si un utilisateur s’empare de votre vélo quand celui-ci n’est pas “désarmé”, alors les vibrations déclencheront l’alarme embarquée.

Pour ce poste, la solution retenue est assez sobre avec un simple signal auditif mais avec une solution Arduino à bord, on peut imaginer beaucoup de choses sur un vélo. Du “bip bip” classique jusqu’aux flashs lumineux en passant, pourquoi pas, à des petites décharges impulsionnelles du types de celles d’une clôture électrifiée dans les poignées du vélo… On peut également imaginer un système qui bloquerait les freins où un cadenas intégré au cadre qui viendrait bloquer la roue arrière de la machine. 

TapLock

Une application profite du module Bluetooth BLE pour apporter la possibilité d’activer ou désactiver le TapLock à distance, avec cette fonction, il sera possible d’enregistrer le lieu où vous avez activé votre alarme. On pourrait imaginer l’ajout d’une fonction GPS pour tracer le vélo à distance et même la charge de l’ensemble de ces fonctions avec une petite dynamo ?

Le site Hackster.io présente le projet en détail avec toutes les subtilités de son intégration. Il revient en particulier sur l’utilisation du Machine Learning nécessaire pour que le dispositif apprenne à reconnaitre les codes tapotés par l’utilisateur. Le code comme les éléments à imprimer en 3D sont disponibles et peuvent être adaptés suivant vos envies.


Pas de Pub
20 commentaires sur ce sujet.
  • 7 juin 2021 - 15 h 19 min

    Simple elastique? C’est retiré en 3s.

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 16 h 04 min

    @TiTi: Ils auraient du l’intégrer dans le métal du cadre avec de la résine pour toute la phase de prototypage. Cela aurait couté cher en cadres, en cartes et en résine à chaque nouveau prototype mais cela aurait été bien plus efficace d’un point de vue sécurité c’est sûr. Ils sont pas très intelligent ces gens qui conçoivent des solutions avec apprentissage machine et qui le partagent avec les autres, quelle idée de laisser passer une telle erreur de conception. J’ai entendu dire que certains ingénieurs de la NASA testaient des moteurs au sol sans construire toute la fusée autour également. Quelle idée ^^

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 16 h 06 min

    “en passant, pourquoi pas, à des petites décharges impulsionnelles du types de celles d’une clôture électrifiée dans les poignées du vélo” Ha oui.

    Avec un vélo électrique et un peu d’huile de coude, on peut aussi arrêter net le (cœur du) voleur.

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 16 h 08 min

    @pjerem: Je suis pas un criminel moi, je veux juste dissuader le voleur en puissance. Une petite “châtaigne” dans les paumes je pense qu’on fait pas plus d’un mètre avec le vélo. Alors si en plus il hurle et il fait de la lumière en bloquant les freins !

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 17 h 00 min

    Bon, dans ma ville, si le type prend une châtaigne, c’est sûr que le vélo va finir avec les roues pliées en deux. C’est le sort réservé aux vélos dont l’antivol a le mauvais esprit d’être un peu réfractaire (tous petits voleurs par chez nous ne sont pas équipés de disqueuse). Après, est-ce qu’il vaut mieux un vélo volé (mal) remboursé par l’assurance ou bien un vélo grave abîmé pas du tout remboursé, la question est ouverte ?

    Je pense que le meilleur système est celui qui permet de géolocaliser le vélo sans que le voleur s’en aperçoive (ce qui implique que ce genre de protection reste assez peu fréquent).

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 17 h 28 min

    La réalisation est sympa et peut donner des idées.

    @mahikeulbody: Je dois habiter dans le même genre de ville que toi. Alors bon, oui, géolocaliser le vélo c’est sûrement la meilleure idée au départ, mais une fois que tu as la localisation :
    – soit tu fais appel aux services compétents, et … tu ne récupères pas ton vélo.
    – soit tu vas le chercher toi même, et … tu ne récupères pas ton vélo ;-)

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 17 h 36 min

    Quand je disais que bientot on va voir débarquer un nouveau “NUC” pour vélo électrique.

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 18 h 10 min

    @mahikeulbody: Le meilleur système c’est une infrastructure pour garer ses vélos de manière sécurisée :)

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 18 h 50 min

    @Pierre Lecourt:
    C’est vrai que passer à côté de l’essentiel pour un anti-vol, c’est vraiment ballot pour eux.
    On peut inventer toutes les technologies, tous les bip-bip, tous les flashouilles, tous les trackings qu’on voudra, si au final l’ensemble reste neutralisable, fils coupés, barres cisaillées, OuinOuin laissé sur place, en deux temps trois mouvements, bah ça restera du gadget de geek.

    Un truc qui fait beep-beep quand on le bouge ou qu’on coupe le câble, j’en ai déjà un. Mais flute, il n’a pas d’IA.
    Je l’avais déjà démonté pour réfléchir comment l’intégrer dans un tube de cadre, mais ça s’y prêtait pas bien et ça aurait sans doute largement atténué les cui-cuis. En attendant il est planqué dans une sacoche de cadre, en espérant qu’il s’active pendant qu’ils s’attaquent au gros U.

    Qu’ils nous présentent quelle solution ils ont imaginé sur cet aspect-là, ça ça pourrait m’intéresser. Il est là le vrai défie.

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 18 h 59 min

    @Pierre Lecourt: Oui, tout à fait, et c’est ma chance. Heureusement pour moi, le temps où je le garais à proximité de la gare est derrière moi. Aujourd’hui il est dans un enclos sécurisé à l’intérieur de l’enceinte de mon entreprise, dans un tout petit village. Je peux travailler l’esprit apaisé :-)

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 19 h 01 min

    Le coup de la décharge electrique. Si ca fait tomber le voleur et qu’il se blesse, ou meurt… le bricoleur risque de regretter longtemps son petit systeme. Un bon vieux tracker, bien camouflé, il n’y a rien de mieux.

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 19 h 05 min

    @TiTi: Guidon, selle, sacoche, cadre et même accroché au cadre de manière plus sécurisée, il y a plein d’endroits où planquer le truc une fois terminé et développé. C’est clairement pas une solution miracle mais il n’y a pas de solution miracle à ce niveau. Le combo vieux clou vintage associé à un truc qui fait du bruit découragera peut être le voleur opportuniste, c’est tout ce qu’il y a a espérer de cette solution mais… c’est déjà ça. Après, ce genre de truc est baptisé TapLock et pas BikeLock. Il peut servir à un engin de chantier, une barrière au fond d’un jardin, la porte de sa chambre d’ado qu’on ne veut pas voir ouvrir ou comme alarme sur une armoire. Il peut également être dérivé vers d’autres usages.

    C’est surtout un truc ouvert et partagé, qui peut servir de base de travail à d’autres idées, à un projet de classe, à un fablab… et c’est pour cela que j’en parle tout en mettant plein de garde fous.

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 19 h 07 min

    @Sebastien: Si l’impulsion est réglée de manière a balancer une décharge pendant les premières secondes de manipulation du vélo, il n’y aura pas ce risque. Mais oui, je reconnais que c’est un peu extrême :D

    Répondre
  • Tof
    7 juin 2021 - 19 h 23 min

    Pour la géolocalisation, il faudrait qu’il puisse envoyer sa localisation quelque part, donc réseau GSM ou alors LoRaWAN (pour une portée de plusieurs kilomètres).
    Même si ce genre de module est bien intégré au cadre où il serait difficile de l’enlever, un simple moyen de le neutraliser serait un coup de décharge électrique dessus issu d’un allume-gaz de cuisine… je pense que le module Arduino ou certains de ses composants n’y résisterait pas (les gamins faisait ça y-a plus de 30 ans sur les monnayeurs des bornes d’arcades pour avoir des crédits gratuit)

    Répondre
  • 7 juin 2021 - 22 h 36 min

    @Sebastien:

    Bah, c’est pas comme si on savait bien retrouver le propriétaire d’un velo.

    Répondre
  • dja
    8 juin 2021 - 10 h 46 min

    C’est mignon vu comme ca mais ils ont oublié la batterie ;)

    Répondre
  • 8 juin 2021 - 13 h 32 min

    @Pierre Lecourt: dans le genre extreme, un antivol de cadre qui ne s’active que 30 secondes après que le vélo ai commencé a rouler m’est venu a l’esprit :p

    Répondre
  • 8 juin 2021 - 15 h 41 min

    Les incitations à faire du vélo sont nombreuses, ne serait-ce que pour l’aspect écologique.

    Dommage que ce soit à des développeurs et au quidam de trouver des solutions pour ne pas se faire voler son vélo…

    J’ai une voiture de 270ch… Pour le plaisir, et étant étudiant/doctorant jusqu’à il y a peu, j’ai tenté le vélo 2 fois pendant ma thèse. Au tout début, ça a fonctionné, 1 mois… Faculté en plein coeur de ville sans espace privés, donc juste 10 arceaux pour vélo au bord de la route. 1 mois après, vélo volé.

    J’ai beau aimer notre planète, il n’existe aucun anti-vol qui empêchera le vol (surtout quand on y va tous les jours, à un moment donné, cela va arriver).

    Je rejoins Pierre sur le point le plus important, on pourra créer les anti-vol que l’on voudra, il sera impossible d’empêcher les vols avec. La solution la plus efficace, c’est d’avoir de vraies infrastructures dédiées au vélo. Il n’y a que comme ça qu’on limitera les vols. Vers la fin de ma thèse, j’avais un logement à 8 kms de la fac, avec une piste cyclable de porte à porte, plus rapide que la voiture. J’ai retenté l’expérience, mais avec le temps, les vigiles étaient des gens avec qui je m’entendais bien. Du coup, j’ai négocié pour mettre mon vélo dans un placard dans les locaux de la fac. 6 mois sans jamais avoir de problème du coup évidemment. L’infrastructure dédiée, c’est la seule solution qui sera efficace.

    Je ne parle même pas de la stupidité de nos dirigeants qui ont mis un siècle avant de se dire que ce serait bien d’immatriculer les vélos pour retrouver les propriétaires…

    Après, évidemment, il y a l’éducation aussi… Quand je vois tous les vélos sans cadenas au Japon quand j’y suis allé et qu’ils ne se les font pas voler à tout moment… Mais bon, on peut oublier ça ici, le respect et l’éducation, ce n’est pas vraiment à la mode…

    Répondre
  • Xo7
    8 juin 2021 - 18 h 40 min

    @Tof: Tu parles de mes petites expériences là ! De toute façon, il y a prescription !
    @Doc-blue: L’immatriculation des vélos a toujours été voulu … depuis la guerre, normalement ton vélo doit être doté d’une plaque a ton nom et ton adresse. Mais tout le monde oubli et on réinvente le monde !

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 22 h 25 min

    @pjerem: Bicycode ou équivalent. En théorie, obligatoire sur les vélos neufs depuis le 1er janvier.
    Dans la pratique, ce sera au 1er juillet à priori.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *