Le Snapdragon 855 Plus et la recette de grand mère

Le Snapdragon 855 Plus est annoncé, ce petit monstre de SoC ARM est destiné au marché le plus exigeant actuellement pour ce type de puce, celui du gaming mobile. Il s’agit d’un 855 classique, légèrement sur-cadencé.

Le Snapdragon 855 Plus est comme son grand frère le 855 classique, un octuple coeur Kryo de chez Qualcomm. Huit cœurs qui ne seront pas cadencés à la même manière et avec une bonne vieille recette pour le premier de ceux-ci. Voilà comment cela fonctionne.

2019-07-16 11_48_57-minimachines.net

Un premier “étage” de 4 coeur Kryo 485 “Silver” cadencés à 1.8 GHz au maximum sert de groupe de base dans la solution. Ce sont ces cœurs qui seront en charge en solo ou à plusieurs des calculs les plus basiques et à des fréquences pouvant être beaucoup plus basses.
Un second “étage” de 3 cœurs Kryo 485 “Gold” cadencés à 2.42 Ghz qui se mettront en marche si les premiers ne suffisent pas pour exécuter les tâches prévues. Il s’agit d’une construction bigLITTLE classique d’ARM.

2019-07-16 12_19_21-minimachines.net

Les premiers cœurs Kryo sont suffisants pour garder une tâche en travail de fond, vérifier vos emails ou autres. Cela ne réclame pas de performances. Mais si vous recevez une pièce jointe avec un gros document bien lourd à ouvrir, branle bas de combat, d’autres cœurs vont être réveillés par le système quand vous allez cliquer sur l’icône de votre document.Le système va alors lancer des applications plus gourmandes et ira piocher dans vos ressources.

Et le dernier de ces cœurs alors ? Le huitième Kryo 485 “Gold” est identique aux autres d’un point de vue architecture mais ne se limitera pas à 2.84 GHz mais pourra grimper à 2.96 Ghz. De quoi pousser un peu plus loin les performances des puces ? Oui, très probablement de quelques pouillemes d’image par seconde dans un jeu. Mais surtout dans les tests. Cette méthode d’overclocking est une vieille recette traditionnelle du monde PC. Elle permettra d’aller grappiller la meilleure note dans un test avec un nouveau modèle de smartphone mais ne poussera pas spécialement la réalité des usages en avant.

La partie graphique évolue également avec un Adreno 640 qui passe de 585 MHz pour le 855 classique à 672 MHz pour le Snapdragon 855 Plus. En tout Qualcomm promet 15% de performances en plus, c’est donc le meilleur scénario possible à envisager pour les jeux sur smartphones. Pas un mot sur l’impact de ces choix sur la consommation et l’autonomie et un maigre point sur l’utilisation d’un modem 4G. Pas de 5G au menu pour les joueurs.

2019-07-16 12_01_21-minimachines.netLe Xiaomi Black Shark, un smartphone de jeu…

Dire que ce Snapdragon 855 Plus est une opération marketing me parait être l’évidence, il vise un marché particulier, celui des smartphones de jeu… Une micro niche qui ne touche actuellement que quelques fabricants et offre une marge confortable sur quelques modèles pas forcément beaucoup plus onéreux à construire.

Pour avoir fait joujou avec un de ces smartphone à sa sortie, je n’ai pas vu de différence fondamentale entre son utilisation et celle d’un autre smartphone haut de gamme. C’est tout le problème de ce secteur, il a du mal à se démarquer face aux autres solutions concurrentes. La solution consiste donc à proposer un Snapdragon 855 Plus, une puce identique mais légèrement sur cadencée, qui ne sera pas disponible pour tous les modèles. Histoire de passer devant dans les tests et de faire briller les yeux de certains acheteurs potentiels. 

2019-07-16 12_12_50-minimachines.net

L’Asus ROG Phone 2 sera équipé du Snapdragon 855 Plus (image Tech Advisor)

Une avance en performance qui est régulièrement balayée par une mise à jour du marché. Les puces ARM sortent à un rythme impressionnant avec une concurrence énorme et une course à la performance étonnante. A vrai dire, c’est assez paradoxal car si on regarde bien le marché, on se rend compte qu’aujourd’hui les puces d’hier1 sont toujours capables de faire fonctionner un smartphone en jeu. On n’aura pas la meilleure des performances ni la plus belle des qualités. Mais il sera quand même possible de jouer et personne ne cherche l’expérience la plus réaliste et fine possible sur un écran de ce type avec une ergonomie de smartphone. Les puces plus récentes permettront de jouer 15% plus vite ? Mais à quels jeux ? Quel contenu va viser ces puces ? Aucun développeur n’a intérêt à construire un jeu uniquement pour un Snapdragon 855 Plus car ce marché sera trop limité. Si, en plus, l’acheteur sait que l’année suivante un nouveau SoC proposera dans un smartphone plus grand public, des performances équivalentes, je ne suis pas sur que l’intérêt soit énorme.

Intel Pentium Gold processors, announced in December 2017, are in market and based on the Kaby Lake architecture. (Credit: Intel Corporation)

Cette recette du processeur identique mais poussé dans ses retranchements techniques, on la connait très bien. C’est la recette des processeurs x86 identiques en design mais supportant des fréquences différentes en sortie d’usine qui sont donc baptisés en conséquence. C’est la recette des cartes graphiques qui sortent avec une énorme solution de dissipation par rapport au modèle classique afin d’atteindre des fréquences plus élevées. C’est une recette très très ancienne dans le monde PC classique. Et c’est peut être pas une si bonne nouvelle que le monde ARM se mette à la copier.

Source : Qualcomm

Notes :

  1. Et même d’avant hier si on considère le Tegra des Nvidia Shield qui tient toujours la route…
12 commentaires sur ce sujet.
  • 16 juillet 2019 - 14 h 01 min

    pour ma part je ne comprends pas la multiplication du nombre de coeurs. Pourquoi ne pas simplement ralentir ou accélérer la fréquence des N plus rapides ? je sais bien que les constructeurs sont compétents techniquement et financièrement, donc qu’ils font le choix réfléchi d’implanter 2*N coeurs, mais je m’interroge, ça fait quand même du silicium consommé en plus.

    Répondre
  • 16 juillet 2019 - 15 h 28 min

    – Mais où placer le curseur pour avoir un device suffisamment performant pour ne pas saccader, sans aller vers l’excès de l’overclocking qui déclenchera le heat throttle en qq ms ? Le Helio X27 de la AllDoCube sans être ridicule ne donne par exemple pas des performances extraordinaires en expérience de jeu (même sur de la 2D sans chauffe particulière).
    – Les modèles de smartphone utilisant la déclinaison “+” sont souvent dotés de plus de RAM, d’un meilleur composant graphique, est-ce que donc les vieux “+” de 2018 sont encore efficaces pour jouer au jeux les plus agités (par ex à des PUBG ou autres ?)
    – Est-ce imaginable de poser ce type de smartphone derrière un écran du type TBao mobile pour s’en servir comme d’une console de jeu tactile en “alternate mode” USB ? Ou est-ce qu’à la limite une box android “netflix” suffirait à cet usage ?

    Répondre
  • 16 juillet 2019 - 15 h 50 min

    C’est surtout pour les joueurs qui utilisent des émulateurs et qui veulent jouer à la PS2 avec le smartphone installé dans un joystick.
    Enfin, je crois.

    Répondre
  • gUI
    16 juillet 2019 - 17 h 14 min

    Tu peux surcadencer ton CPU de 10% si tu veux, si ton smartphone n’est pas bien refroidi il va baisser ses fréquences de 50% (très) rapidement. J’avais battu les records de benchmark de mon smartphone tout simplement en le faisant tourner sur ma fenêtre en plein hiver :)

    Donc intégrateurs, merci de lécher le refroidissement sous peine de vraiment vraiment ne faire que du marketing.

    Répondre
  • 16 juillet 2019 - 17 h 26 min

    A quoi sert t’il de fabriquer des puces avec des fréquences plus élevées ?
    Je pense que si au plus cette solution peut etre envisagée pour des PC avec un système de ventilation pas toujours silencieux .

    Sur une puce ARM ,livrée dans un boitier plastique ou légèrement recouvert de métal, la chauffe se ressentira vite sur un Smartphone ou une Tablette ce qui n’est pas vraiment recherchée .

    Il suffit de graver plus fin ,de meme reste a savoir si un processeur ARM a besoin de tourner a une fréquence aussi élevée ?

    SURPRIS par le fait d’un presque 3 GHz et une moyenne de 1.8 GHz pour de si petite puces .
    Le Pentium IV a 3 GHz avait fait couler pas mal d’encre avant que les fondeurs pour PC décident du Multi cœur et de réduire les fréquences .

    Mes anciens 486 et 386 sont pour certains en boitier céramique ,technologie qui il est vrai coûterai une fortune a produire aujourd’hui pour certains processeurs a quelques euros .

    Perso ,je vois pas l’intérêt de puce ARM trop puissante et je pense qu’il est préférable que le marché reste partagé entre technologie x86 et ARM tant que l’on ne sait pas réaliser et utiliser une technologie en 7 ou 8 nanometre .

    Répondre
  • 16 juillet 2019 - 18 h 40 min
  • 16 juillet 2019 - 21 h 23 min

    Le 855 plus ne sera pas assez puissant pour la ps2 comme evoqué plus haut..
    Qualcomm fait surement des appels du pied aussi je pense à un acteur comme Nintendo avec une puce qui n’a il me semble plus rien à envier à la Tegra..ces evolutions même minimes montrent aussi un marché arrivé a maturité..l’avenir est aussi a la consommation réduite et au système de refroidissement adaptés aux petit format..il y a des choses tops qui sont faites..

    En tout cas, un snapdragon même 845 dans une carte type Raspberry ça serait top..ils n’ont jamais franchis le pas, ni eux ni mediatek, je sais pas pourquoi

    Répondre
  • 16 juillet 2019 - 21 h 28 min

    @John: La rentabilité ?

    Répondre
  • 17 juillet 2019 - 10 h 37 min
  • 17 juillet 2019 - 13 h 28 min

    @Jhon : désolé mais il y a même des vidéos qui montrent l’émulation PS2 sur smartphone équipé de 855. Tu peux regarder la chaîne youtube de ETAprime et il teste un Nubia magic 3 par exemple.

    Répondre
  • 18 juillet 2019 - 14 h 48 min

    https://www.youtube.com/watch?v=NoQdRYlY1Wo

    Petite vidéo sympa sur cette puce en émulation de jeux poussé dans ses limites .

    A quand un standard de connexion qui permettrait d’utiliser diverses puces ARM sur un type de carte mère prévue pour ces processeurs .

    Répondre
  • 22 juillet 2019 - 11 h 45 min

    Il faut grappiller le moindre centime auprès du bulot pour payer les actionnaires et les stocks.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *