Rotary Cellphone : Enfin un téléphone original (DIY)

Le Rotary Cellphone est un projet Do It Yourself conçu, réalisé et partagé par Justine Haupt. Une scientifique hackeuse dotée d’un solide sens de l’humour geek qui travaille au Brookhaven National Laboratory aux USA.

Mise à jour : Justine Haupt lance son Rotary Cellphone en version commerciale. Devant le succès de son bricolage, l’ingénieure a fait ce que les américains font très bien, le rendre accessible à tous contre espèces sonnantes et trébuchantes. Depuis Février donc, le projet a avancé et désormais, il est possible de commander des kits DIY comprenant le boitier et l’interface pour 50$. Ou un kit plus complet à 90$ avec la carte mère en plus.

Rotary Cellphone Kit

Mais un calendrier est désormais annoncé pour les Rotary Cellphone complets et prêts à l’emploi. Il sera possible de les commander en Septembre mais aucun tarif n’a été indiqué pour le moment. A suivre.

Billet d’origine du 14/02/2020 : L’idée de base du Rotary Cellphone, c’est l’envie de bricoler un truc. A la lecture de son petit pitch d’intro, je reconnais mes propres envies dans le genre. On a des composants sous la main, on croise une publication en ligne, un alignement de planètes se met en place dans son cerveau et paf, il se dessine une idée sortie de nulle part. On assemble tout ce que l’on peut au petit bonheur en étant soit même étonné que cela puisse marcher. Au final, on injecte beaucoup plus de temps et d’énergie que prévu et cela fonctionne. Cela ne sert souvent pas à grand chose mais cela fonctionne.

 

Rotary Cellphone

Le Rotary Cellphone est un peu plus que cela. C’est un téléphone à part entière mais qui emploie un cadran rotatif comme les vieux appareils du dernier millénaire au lieu d’une interface tactile. Une idée farfelue quand la plupart des solutions sédentaires emploient elles-même un système de chiffres à boutons mais qui devient complètement hors du temps quand on pense que cet objet est un téléphone portable.

Rotary Cellphone

Le premier prototype

Justine Haupt défend son idée en expliquant que les smartphone tactiles classiques sont ennuyeux, qu’ils volent trop de temps et que la plupart des gens ne comprennent absolument pas comment ils fonctionnent. Sans compter qu’ils n’ont aucun contrôle dessus. Ce qui est absolument vrai. L’ingénieure utilisait d’ailleurs un flip-phone basique avant d’utiliser ce modèle maison. Un bon moyen de ne pas se polluer l’esprit avec des  notifications inutiles.

Rotary Cellphone

Un autre prototype

Bref, le Rotary Cellphone est un téléphone qui ne propose pas de fonctions extravagantes, juste le passage d’appel et un petit écran à encre numérique pour avoir des informations supplémentaires. Les numéros classiques sont à numéroter avec le petit cadran rotatif. Les numéros les plus importants sont à appeler via des boutons physiques. On peut donc facilement joindre un proche ou son travail en programmant les touches disposées sur l’appareil pour numéroter automatiquement sa ligne.

Rotary Cellphone

Plusieurs éléments sont intéressants dans sa réalisation. Le premier est qu’il s’agit d’un design complètement partagé. Tous les éléments nécessaires à la réalisation de ce projet sont proposés : Les fichiers de design, les schémas électroniques, le code, les éléments à imprimer mais également des indications concernant la fabrication, tout est disponible en ligne.

Rotary Cellphone

Un autre prototype avec écran à encre numérique : “Live free or die”. J’espère qu’elle a changé de numéro !

Rotary CellphoneRotary CellphoneRotary Cellphone

La version finale passe à un écran à encre numérique souple de 2.13″ qui se positionne à l’arrière de l’appareil. Il permet de voir les appels manqués et d’autres informations sur la partie arrière du Rotary Cellphone. Le dos pourra afficher d’autres informations. Le coeur de l’appareil est un récepteur Fona 3G de Adafruit qui permet de passer ses appels et de recevoir des SMS mais également de profiter d’éventuels ajouts de services via internet en 3G.

Rotary Cellphone

Au final l’objet est à la fois original et élégamment construit. Il permet de passer des appels simplement tout en ayant le temps de réfléchir à deux fois avant leur pertinence. Le temps de faire défiler le cadran pour un numéro US et leurs 10 chiffres…

Bref, j’adore.

Source : Liliputing

 

Soutenez Minimachines, partagez le !


Soutenez Minimachines.net !
19 commentaires sur ce sujet.
  • 14 février 2020 - 16 h 06 min
  • 14 février 2020 - 16 h 15 min

    En poussant le principe à l’extrême elle aurait pu s’abstenir du cadran rotatif, et ne mettre qu’un switch… on pouvait très bien composer un numéro en jouant avec le commutateur de raccrochage de ligne, fallait être relativement synchro et patient. Bon je ne me suis jamais amusé à le faire pour autre chose que 3614 mais ça marchait.

    Je me rappelle de mon côté avoir fait un générateur de numéros avec des samples d’impulsion dtmf, ça marchait très bien et c’était absolument inutile, donc merveilleux.

    Joli en tout cas.

    Répondre
  • 14 février 2020 - 17 h 04 min

    j’ai raté ma vocation, c’est vraiment sympa

    Répondre
  • 14 février 2020 - 17 h 08 min

    Cool, la seule chose qui manque est la platine vinyle portable :)

    Répondre
  • 15 février 2020 - 9 h 50 min

    Un vrai travail d’artisan, y à un peu de “l’éloge du carburateur” là dedans.

    Répondre
  • 15 février 2020 - 10 h 07 min

    @Blotza: Oui, il faut quand même avoir une âme de télégraphiste. Je n’ai personnellement jamais réussi un numéro “normal” (à huit chiffres, pas d’indicatif de région à l’époque). Mais l’idée est sympa en effet…

    Répondre
  • 15 février 2020 - 10 h 14 min

    @Pierre Lecourt: “L’ingénieure utilisait d’ailleurs un flip-phone basique avant d’utiliser ce modèle maison. Un bon moyen de ne pas se polluer l’esprit avec des notifications inutiles.”

    Je rêve d’un feature phone… capable d’utiliser les emojis pour les SMS (n’exigeant pas l’écriture T9, donc). Un téléphone avec le clavier tactile des smartphones, mais pas “smart”. Malheureusement, je n’ai pas trouvé un tel dumbphone.

    Si quelqu’un a une référence…

    Répondre
  • 15 février 2020 - 13 h 38 min

    @Kikimoo:

    Idem pour moi, je rêve d’un feature phone, avec un clavier complet azerty, ou un flip-phone.
    Mais actuellement à part les “DORO” avec des touches de PC portable, il n’y a vraiment rien de rien. Du moins, je n’ai rien trouvé de concluant.

    Je me joins à ta quête ! :-)

    Répondre
  • 15 février 2020 - 14 h 17 min

    @Kikimoo: @Jay222: Pourtant il y a le choix en occasion mais, malheureusement, sans 4g….

    Répondre
  • 15 février 2020 - 17 h 23 min

    Heureusement qu’il reste encore des grandes folles comme elle.

    Répondre
  • 16 février 2020 - 3 h 19 min

    Le joli clavier rotatif n’est pas fonctionnel. Le premier numero est au taquet, on ne peut donc pas composer. Comment ça fonctionne?

    Répondre
  • 16 février 2020 - 3 h 49 min

    @Itarumac: En voilà une bonne question, pourtant toutes les réponses sont disponibles en suivant les liens proposés :

    “The rotary mechanism comes from a particular style of Trimline telephone. Trimline phones had a more compact rotary dial than the standard Bell system phones, making it a good choice when keeping the final device as compact as possible is paramount. ”

    https://www.youtube.com/watch?v=gAimAnCHy-U

    Le petit taquet n’est pas fixe. Cela permet de gagner en compacité. Voilà comment cela fonctionne.

    Répondre
  • 16 février 2020 - 4 h 18 min

    @Pierre Lecourt: Merci, en effet,en observant bien on voit le système sur le clavier rotatif. Il y a tellement d’infos dans vos descriptions! Merci encore de votre réactivité.

    Répondre
  • Xo7
    16 février 2020 - 12 h 39 min

    Des amis viennent a l’instant de me quitter : existe t’il des claviers facilitateur pour portable a la destination des personnes ayant des problèmes psychomoteur, dans le cas présent a la suite d’un avc. Merci de vos reponses Pour ma belle mère en fin de vie j’avais déjà utilisé un combine avec une prise jack mais pas de clavier…

    De tels outils sont réellement d’utilité public…et cruellement manquant en milieu hospitalier.

    Répondre
  • 16 février 2020 - 13 h 30 min
  • 18 février 2020 - 13 h 14 min
  • 22 février 2020 - 5 h 56 min

    Et bien elle ne perd pas le nord Justine Haupt, depuis le 17 février elle propose à la vente son joujou… Ah les américains et le roi dollars…
    Le prix ? Oh seulement 170$, une bagatelle. Et la fabrication ? Et bien en Chine voyons, là où les droits de l’homme et les droits sociaux sont le mieux respectés, c’est bien connu.
    Seul souci, comme indiqué sur le site de vente en ligne
    “Due to Wuhan coronavirus outbreak”, 12 semaines de délai.
    Bref, on est loin de la gentille bricoleuse voulant démontrer l’inutilité,voir la vacuité, des smartphones.

    Répondre
  • 22 février 2020 - 15 h 31 min

    @Nilus Vatorlds: Je ne vois pas ou est l’antagonisme ? On peut être bricoleuse, on peut être contre les principe du smartphone et vouloir faire du commerce.

    Du reste, gentil commentateur, d’où avez vous écrit ce commentaire ? De quelle machine ? Sans doute un produit 100% fabriqué hors chine ?

    Mme Haupt reste gentille, bricoleuse et probablement persuadée que les smartphones sont des engins qui phagocytent une part importante de la vie des gens. Le fait qu’elle veuille faire commerce de son idée n’est en rien son contraire.

    Répondre
  • Ben
    5 juin 2020 - 22 h 16 min

    Ce n’est pas parce qu’un produit est fabriqué en Chine, qu’il est de moins bonne qualité et qu’il est le fruit de l’exploitation des êtres humains.

    La Chine est un énorme territoire maillé par toutes sortes d’entreprises de toutes tailles. La plupart du temps quand une grosse entreprise employant des milliers d’ouvriers sur des centaines d’hectares exploite ses travailleurs c’est parce que le cahier des charges du donneur d’ordre ne permet pas de faire autrement. Donc il vaut mieux reprocher aux entreprises transnationales américaines, françaises et Japonaises l’exploitation de l’ouvrier chinois que les Chinois eux-mêmes.

    Je ne connais pas Justine Haupt, mais j’aime sa démarche. Initialement elle n’a pas créé ce téléphone pour le commercialiser mais pour répondre à son besoin à elle. C’est une femme ingénieure et une hackeuse. Elle développe d’abord des solutions pour des problèmes qui la concernent. Surprise par le succés remporté par son téléphone, il a été relayé par toute la presse spécialisée, elle s’est retrouvée aec une forte demande pour cet appareil.
    Elle a finit par commercialiser des kits. Mais ầ un moment imprimer en 3D chez soi ce n’est plus tenable, on passe à la production de petites séries. Ça reste de l’artisanat mais à un niveau plus industriel.

    Et où trouve-t-on aujourd’hui des entreprises capables de produire de telles séries ? Reste-t-il encore des pays industrialisés où on peut produire du hardware en local ? Non.

    Il n’y a plus que la Chine.

    On la vu récemment en France. Pour produire de simples masques en papier, du gel hydro alcoolique ou des respirateurs il n’y a plus personne. Tout se fait en Chine.

    Donc je ne vois pas bien où est le problème. Justine Haupt n’est pas une start up dont le seul objectif est de faire un maximum de profit en compressant les salaires d’un côté et en faisant payer sa marge par le client final.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *