Recalbox 6.1, le concentré d’émulation

Avec Recalbox 6.1 il devient facile et agréable de rejouer à des titres d’anthologie. Le système est efficace, rapide, performant mais propose également de vous aider à mieux gérer votre collection en vous prenant par la main.

Parmi la quinzaine de nouvelles machines que RecalBox 6.1 embarque de plus que la version 6.0 sortie au printemps, on retrouve des engins franchement exotiques que beaucoup d’entre nous n’ont que peu côtoyé comme le système d’arcade Naomi qui porta pourtant des merveilles comme les Virtua Tennis ou encore Crazy Taxi. Un système que l’on reconnaissait entre tous avec son design si particulier et sa jouabilité exemplaire.

2019-09-30 11_06_31-minimachines.net

La fameuse NAOMI n’est émulée que sur la version PC de RecalBox pour l’instant

Mais cette nouvelle version du système abrite également des choses plus grand public comme la Sega Saturn (PC uniquement), l’Apple IIGS, PalmOS, l’Othello Multivision, les Amiga 600 et 1200 et quelques autres comme l’Amstrad GX4000 ou le Thomson MO6. 

2019-09-30 11_08_49-minimachines.net

De quoi retrouver des sensations passées et se faire de petites Madeleines Proustiennes en se revoyant soit même plongé devant un écran cathodique. Attention toutefois à ne pas trop gâcher vos souvenirs. Certains titres mythiques de votre enfance peuvent se révéler extrêmement décevants  avec du recul. Ne gâchez pas votre passé en lui faisant découvrir aujourd’hui la bouille de pixels clignotants que votre imaginaire avait réussi à transformer sous vos yeux d’enfants.

Recalbox 6.1 - Nouveau Menu RetroArch OZONE InGame 02

Parmi les autres points mis en avant par cette version Recalbox 6.1, on découvre le support inattendu des formats optiques originaux pour les versions PC du système. RetroArch, qui sert de moteur d’émulation, a lancé le RetroArch Disc Project  qui permet de lire directement les CD, les DVD et les CD-i qui alimentaient les vieilles consoles. Ainsi, en mettant la main sur une vielle collection de jeux à ces formats dans votre grenier, vous pourrez immédiatement en profiter au travers d’un lecteur optique classique. C’est également une aubaine pour les collectionneurs qui vont pouvoir profiter de leur collection et jouer à leurs titres les plus rares… légalement.

Le souci rencontré par beaucoup de ces joueurs nostalgiques n’est plus dans la possibilité de jouer à ces titres puisque le système émule très bien énormément de solutions mais bien de se procurer les titres eux mêmes. La loi est stricte, si il est possible de réaliser une sauvegarde d’un de ses jeux, celle-ci doit être faite par soi-même. Il est illégal de télécharger une image d’un jeu et cela même si on possède un original du jeu. Le fait de pouvoir jouer légalement avec ce type de console sur un jeu original a donc un gros avantage légal.

Recalbox 6.1 - Nouveau Mode Démo

Dans la pratique, personne ne vous cherchera d’ennuis si vous jouez dans votre salon à de vieux jeux émulés sur votre système. Mais si vous comptez exposer un engin sous Recalbox au public, dans le cadre d’une exposition ou pour un événement particulier, ce ne sera pas la même histoire. Avec la prise en charge des originaux, vous pouvez donc facilement contourner tous ces soucis. A noter également que le mode Démo, permettant de faire tourner une console sans joueurs pour présenter ses fonctions, a été entièrement repensé.

Evidemment, RecalBox embarque toujours une version de Kodi, ici la 17.6, pour permettra d’utiliser sa solution “jeu vidéo” comme un lecteur multimédia complet et performant. Évitant au passage d’encombrer une prise HDMI supplémentaire sur votre téléviseur. Avec un Raspberry Pi dans un petit boitier et RecalBox, vous avez de quoi jouer et lire vos médias sans soucis.

Les Snaps vidéo, une fonction très éclairante.

Un des soucis liés aux systèmes d’émulation vient de la foule de jeux gérés par ces solutions. On a déjà du mal à choisir entre plusieurs titres mais il faut parfois en plus faire le tri entre des dizaines de versions d’un jeu quasiment identiques. Une fonction Snaps vient aider dans cette décision en proposant un petit extrait du jeu sous la forme d’un film du jeu lui même. On peut donc savoir exactement si le titre sélectionné est le bon mais également fouiller dans des jeux exotiques en sachant à peu près où on va mettre les pieds avant de lancer le chargement.

La nouvelle version signe également le retour de son Scraper, un système qui va générer tout seul les couvertures de vos jeux pour les illustrer mais également des données supplémentaires comme le nombre de joueurs, le résumé du jeu, son développeur et son éditeur.

C’est également là que vous pourrez connaitre quelles touches sont utilisée dans chaque jeu. Indispensable et facile à mettre en oeuvre.

Recalbox 6.1 - Traduction instantannée RetroArch

RecalBox 6.1 va vous servir de traducteur.

Les jeux vidéo n’ont pas toujours eu la distribution qu’ils méritaient, ils ne l’ont toujours pas du reste mais la mondialisation du média a largement changé les choses. Pendant longtemps certains titres ne quittaient pas leur pays d’origine et n’étaient donc pas traduits. Recalbox va utiliser une des nouvelles fonctionnalités de RetroArch pour traduire en temps réel les textes à l’écran de manière à rendre intelligible un jeu dont vous ne maîtrisez pas la langue. Encore au stade expérimental, cette traduction est impressionnante car elle permet à la fois de traduire les textes des dialogues entre personnages mais proposera également de traduire les images à l’écran. 

Cela aura un impact pour la jouabilité globale du titre. Le travail de traduction ne se fait pas de manière instantanée mais passe par un serveur distant. Chaque page à traduire est donc envoyée au serveur, analysée et retournée vers le système traduite. De quoi enfin comprendre les obscurs dialogues d’un titre Japonais très bavard.

Recalbox 6.1 - RaspberryPi3A+ COMPATIBLE FR

D’un point de vue matériel, RecalBox 6.1 évolue un peu avec la prise en charge de la Raspberry Pi 3A+ en plus des autres cartes de la fondation, des PC et des cartes Odroid XU4 et Odroid C2. Il faudra veiller à télécharger l’image adaptée à son système pour installer la distribution. Par contre, il est toujours impossible de profiter de la solution sur Raspberry Pi4 pour le moment. Le travail à fournir pour porter Recalbox vers la dernière née des cartes Raspberry Pi est considérable puisque la solution ne se contente pas d’émuler des solutions au travers du moteur RetroArch mais propose beaucoup beaucoup d’autres fonctionnalités d’ergonomie en parallèle. Il faudra donc patienter pour voir la dernière née des Pi exploiter la distribution. Et peut être lui apporter plus de fluidité pour certains systèmes encore hésitants sous Pi 3.

Recalbox 6.1 - GPi Case 6.1

La nouvelle mouture propose une seconde évolution matérielle avec la prise en charge du boitier GPi Case de RetroFlag. Un boitier au format GameBoy qui permet de glisser une carte Raspberry Pi Zero W dans une cartouche de support avant de la glisser dans la boite. Le boitier propose un affichage LCD en 320 x 240 pixels et permettra de retrouver un format portable classique. Quatre boutons sous le pouce droit et une croix directionnelle à gauche avec en prime l’ajout de gâchettes. Si le format minimaliste et la Pi Zero W ne permettront pas de profiter de tous les systèmes, ce boitier offre en tout cas une sympathique portabilité à l’ensemble.

Mockups Design

Le travail bénévole et conduit par une équipe de passionnés autour de RecalBox 6.1 est toujours aussi impressionnant. La distribution est efficace et complète, son intégration comme son installation sont un vrai jeu d’enfant et le service rendu est impressionnant. Et ne croyez pas que les vieux jeux qu’émule la distribution n’ont plus de pouvoir de séduction sur les plus jeunes. La jouabilité de certains titres est toujours intacte. Proposant une intelligence de jeu et une difficulté passionnant même des enfants d’aujourd’hui.


Soutenez Minimachines.net !
11 commentaires sur ce sujet.
  • 30 septembre 2019 - 12 h 56 min

    Je vais repasser à Recalbox pour la 6.1 pour mon XU4, pour trois raisons plus ou moins objectives et personnelles :

    – 1ere raison (la moins objective): Cocorico c’est un projet très français et donc pourquoi aller ailleurs quand on a tout ce qu’il faut dans notre beau pays ;).

    – 2eme raison : Niveau facilité d’utilisation et simplicité c’est l’un des meilleurs, simple et efficace, optimisé d’entrée, c’est un peu idéalisé car il y a évidemment des soucis de temps en temps, mais leurs objectif est très souvent tenu ;).

    – 3eme raison (la plus personnelle) : Mon frangin est handicapé, et j’avais besoin de customiser un peu les contrôles manettes pour qu’il puisse jouer en restant autonome, et j’ai été agréablement surpris par la gentillesse et l’écoute des personnes sur le discord de Recalbox, et surtout par les réponses apportées.

    Bref, un grand merci à Recalbox !

    Répondre
  • 30 septembre 2019 - 14 h 46 min

    @dobi13: Super Dobi. Bravo et merci a toi et aux gens de RecalBox pour le le soutien a ton frere.

    Répondre
  • 30 septembre 2019 - 15 h 27 min

    Utilisateur de Recalbox, c’est vraiment impressionnant le travail effectué et la communication est riche !!

    Adoptez ce système

    Merci Pierre pour eux d’avoir relayer l’information

    Répondre
  • 30 septembre 2019 - 17 h 17 min

    Pas mal de nouvelles sympas dans ta présentation .
    La première que cela prends enfin le RPI 3A qui me semble plus sympa qu’un Zéro munit d’un hub USB .
    La seconde ,l’ouverture a l’émulation d’autres ordinateurs .
    La troisième enfin compatible avec le GPI Case .
    La quatrième la simulation de lecture des lecteurs optiques .

    Ce serai sympa qu’il décide de vendre des DVD en boites avec plusieurs versions de leur programme .
    J’aime bien l’image artificiel du package ,un réel serait plus que sympa .

    Répondre
  • 30 septembre 2019 - 21 h 59 min

    @ptitpaj: il y a un monde entre une zero et une 3A, et surtout pour l’émulation, qui demande parfois de la puissance. J’ai un peu de toutes les versions des cartes (et d’autres marques) et pour finir je ne fais rien avec une zero…

    Répondre
  • 1 octobre 2019 - 0 h 34 min

    Je ne vais PAS passer à Recalbox pour une raison plus ou moins objective et personnelle :

    La raison la plus objective : Cocorico c’est un projet très français EN ANGLAIS et donc pourquoi aller ailleurs quand on a tout ce qu’il faut EN ANGLAIS dés le téléchargement dans notre beau pays ;)

    Répondre
  • 1 octobre 2019 - 5 h 45 min
  • 1 octobre 2019 - 7 h 30 min

    @dobi13: Attention aux nouveaux bugs introduits dans la 6.1 sur XU4 : Ça déconne comme jamais au démarrage et la Dreamcast a carrément disparu…

    Répondre
  • 1 octobre 2019 - 9 h 46 min
  • 1 octobre 2019 - 14 h 29 min

    […] un public particulier, souvent des amateurs de jeux rétro et souvent équipés de solutions type Raspberry Pi sous RecalBox ou autre solution d’émulation. Qui va accepter de payer jusqu’à 389.99$ pour sa VCS […]

  • 1 octobre 2019 - 18 h 23 min

    J’en profite pour informer sur un point important : les pixels que l’on voit sur nos écrans LCD via l’émulation sont issus d’un format brut (par analogie, c’est un peu le format RAW en photographie). Graphiquement, sur un vieil écran cathodique (CRT), les électrons tapent la grille de la télé de manière analogique, et donc on ne voit pas un pixel parfaitement carré, mais une sorte de carré avec une aura autour. Ce qui fait que l’écran analogique produit un effet un peu plus flou, mais bien plus beau que nos écrans LCD.

    Je travaille actuellement sur l’amélioration de mon bartop Minitel et j’ai trouvé des filtres sur l’interface anglais de retroarch (appelés “shaders”), et je vous invite à essayer particulièrement ceux qui comportent “ntsc” dans leur noms. J’ai testé sur un grand écran : l’effet est super, presque comme dans mes souvenirs.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *