Le Rabbit R1 est un presse papier en puissance

Vous en avez surement entendu parler, le Rabbit R1 a fait sensation au CES 2024. Mais est-ce que cet objet a le moindre avenir ?

Décrire le Rabbit R1 n’est pas forcément chose facile, l’objet se positionne comme un appareil sortant des sentiers battus. Il s’agit d’un accessoire annoncé à 199$ HT aux US dont l’objectif est de se comporter comme un assistant personnel mobile. Il est, évidemment, piloté par une IA.

Le Rabbit R1 en détail

L’objet est assez joli, il est dessiné par la fameuse équipe de design de Teenage Engineering1. Le Rabbit R1 se présente comme un appareil totalement autonome. Il propose un écran de 2.88″ tactile accompagné d’une webcam rotative d’avant en arrière. Un dispositif qui permettra de se filmer ou de prendre des photos. Il propose également une molette de navigation, des microphones et un bouton qu’il suffira de presser pour parler à l’objet. Le Rabbit R1 fonctionne sur batterie et offrira une journée d’autonomie environ. Il se rechargera avec un port USB Type-C et proposera une connexion de base en Wi-Fi et Bluetooth. Egalement équipé d’un modem 4G et d’un lecteur de cartes SIM pour « naviguer » en ligne où que vous soyez, il dépendra exclusivement des serveurs de la marque. Son système d’exploitation, dérivé d’une solution Linux s’appelle Rabbit OS, et a été pensé pour faire le pont vers ces serveurs où seront pilotées les IA de l’ensemble. La start-up lance donc ici tout un écosystème : serveurs, modèle IA, système d’exploitation et l’appareil pour piloter le tout.

L’objet embarque un matériel assez basique. Un processeur Mediatek MT6765  avec 8 cœurs ont 4 sont cadencés à 2.3 GHz et sans NPU, c’est à dire sans puce capable d’accélérer localement le calcul d’une IA. Ce qui revient à dire que tous les calculs mais également toutes vos recherches seront effectuées sur un serveur externe, chez Rabbit. Cette puce a été choisie car elle propose un modem 4G plus que pour ses capacités de calcul ou graphiques. Elle est accompagnée par 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. L’ensemble est donc bien moins compétent qu’un smartphone moderne qui propose les mêmes fonctions avec de meilleurs processeurs, des écrans plus grands, des capteurs photos plus précis et la même capacité de connexion aux réseaux.

Rabbit OS, l’ingrédient secret de l’équation

Le principe de base de Rabbit OS, c’est d’utiliser une IA qui effectue toute seule les actions qu’un humain ferait en ligne. Cette IA fonctionne an tant que LAM pour « Large Action Models ». Un algorithme qui apprend à se comporter exactement comme un utilisateur classique en enchainant les actions sur des sites web. Rabbit OS sait reconnaitre les champs à compléter, cocher des éléments, ajouter des éléments dans un panier, valider des commandes et autres. Elle ne fait pas que lire les données, elle actionne les éléments qu’elle croise pour mener à bien des tâches.

Le Rabbit R1 qui l’abrite ressemble un petit peu à une enceinte connectée dans son fonctionnement mais se veut donc plus active que ces dernières. On parle à l’objet et il exécute des ordres de manière classique tout en ayant la capacité de prendre des « décisions » basiques. On peut lui demander une musique sur le service de streaming de son choix comme de lancer un minuteur ou de faire une recherche sur un service type ChatGPT. Mais on peut également lui ordonner de commander des produits en ligne ou de réserver des services. Le point qui différencie son système d’IA de celui d’un smartphone ou d’une enceinte connectée vient du fait que l’on n’a pas besoin de télécharger une application pour chaque usage. Il sera évidemment nécessaire d’identifier l’utilisateur abonné aux différentes fonctionnalités choisies, comme un service de streaming musical par exemple. Mais pour beaucoup de choses, l’assistant personnel vous proposera de prendre en charge tout seul les différentes options. Il naviguera de manière autonome.

Le Rabbit R1 fonctionne en effet en singeant l’usage que ferait un humain d’un service en ligne. Le modèle est censé être entrainé pour savoir comment se comporter devant ces éléments et donc de pouvoir être capable de le prendre en charge tout seul pour vous fournir un résultat. L’idée de Rabbit est de contourner une des problématiques majeures des systèmes d’exploitation. Au lieu de demander à des compagnies et des développeurs de construire un écosystème d’applications pour un nouveau produit, chose très difficile parce que coûteuse et pas forcément rentable pour ces développeurs, le LAM s’appuie sur des services existants déjà en apprenant à les manipuler. Pas besoin de télécharger l’application d’un loueur de voitures si vous pouvez utiliser son site directement via une IA. Après tout, de nombreuses applications ne sont que des interfaces qui manipulent des données en ligne.

La camera permet également d’interroger des moteurs de recherche par image. Si vous avez un réfrigérateur muni d’une lumière intégrale à l’arrière de celui-ci et que vous utilisez les 5 premiers centimètres de ses étages pour séparer bien régulièrement votre nourriture afin que le capteur photo puisse l’analyser, alors vous aurez une recette de cuisine suggérée par l’appareil. Plus simplement vous pouvez faire comme les smartphones depuis un paquet d’années. Prendre une photo d’un objet et laisser un moteur de recherche par image vous indiquer de quoi il s’agit.  On peut également demander à l’objet de poser des questions à une IA plus classique ou de traduire de textes en temps réel. Voir de générer du contenu à partir d’une autre IA via un ordre vocal, au cas où cela servirait à quelque chose.

Sur le papier c’est très joli mais dans la réalité…

Ce service de conciergerie dans la poche est un vieux fantasme humain. On retrouve ce genre d’idée dans beaucoup de thèmes de science fiction. Un appareil qu’on peut piloter à la voix et qu’on dégaine pour lui dicter des ordres. L’engin s’active alors « magiquement » pour répondre aux problèmes posés, identifier une espèce autochtone ou commander à un vaisseau de venir vous chercher. J’écris magiquement parce que jusqu’à il y a peu, ce genre de technologie n’existait pas et imaginer qu’un appareil puisse résoudre ce genre de problématique apparaissait comme totalement illusoire.

Rabbit OS a t-il vu que d’autres pizza étaient disponibles en promo ? Non.

Sur le Rabbit R1, on promet pourtant cet usage avec une grande autonomie. On lui dicte de commander un repas, de réserver un voyage ou un service et l’appareil va butiner les sites disponibles pour s’exécuter. Il ne vous reste donc plus qu’à valider le paiement pour votre pizza, votre voiture ou votre tour du monde. Le premier élément à mettre en perspective ici est évident mais il est bon de le rappeler. L’appareil n’offre aucun financement des services qu’il propose. Il ne fait que les « fluidifier ». Quelqu’un qui ne pourrait pas s’offrir ce tour du monde financièrement parlant ne pourra pas plus se l’offrir avec ce Rabbit R1. Autrement dit, si il fait miroiter des usages, il ne s’adresse qu’à une catégorie d’utilisateurs aisés.

Qui rêve de voir ses vacances planifiées par une IA ?

Et on pourrait même aller un peu plus loin, l’objet s’adresse à une catégorie d’utilisateurs assez riches pour ne pas prendre soin de son argent. Qui va demander ce type de service sur un coup de tête tellement instantané qu’il ne voudra pas prendre la peine de se servir d’un smartphone pour comparer plusieurs offres ? Voir de simplement profiter d’une promotion sur son service habituel ? Une chose qu’Internet a rendu possible facilement c’est la comparaison des tarifs et des services. Acheter un voyage ou un repas, totalement à l’aveugle, en utilisant l’IA de Rabbit OS à la place de son cerveau signifie n’avoir aucune prise sur les choix effectués. Aucun élément de comparaison sur les différentes options. S’en remettre totalement à un algorithme  qui ne précise jamais son mode de fonctionnement.

Si je réserve un aller retour de train pour partir en vacances en famille, je n’ai personnellement pas les moyens de ne pas vérifier les détails qui accompagnent ce voyage. Le prix des places à quelques heures d’intervalle, les villes de départ, les différentes options de bagage ou d’assurance. Et cela marche dans les deux sens. Parfois un voyage en seconde est 3 fois moins cher qu’un voyage en première. Ou alors une voiture légèrement surclassée sera proposée pour une dizaine d’euros de plus pour une location. Accepter qu’un algorithme fasse vos choix à votre place, c’est tout simplement accepter qu’on me serve la formule de base voulue par le voyagiste. Et donc pas forcément la plus avantageuse pour moi. Le service Rabbit R1 s’adresse aux plus riches. Et aux plus riches seulement.

L’IA de Rabbit promet de surfer et comprendre des millions de sites en se comportant comme un humain

Un algorithme vraiment autonome ?

ll faut ensuite essayer de comprendre comment sera formée et entrainée cette IA. Comment va t-elle se comporter sur des interfaces en constante évolution ? Suivre des schémas de navigation peut s’avérer plus ardu que prévu. Entre les pages qui se modifient en permanence, les popups vantant des fonctions supplémentaires qui peuvent gripper la navigation habituelle, des promotions temporaires qui viennent s’intercaler dans un tunnel d’achat classique ou des changements complets d’ergonomie qui adviennent du jour au lendemain, le travail de navigation ne sera pas de tout repos pour ces LAM. A moins de les former en continu pour chaque service. Un effort très couteux en temps et en ressources pour Rabbit. On imagine assez mal le système être totalement fonctionnel en permanence, il suffit qu’un service en ligne évolue pour que l’IA demande à être entrainée à nouveau afin de pouvoir le gérer correctement.

Pire, un site web pourrait tout à fait détecter que l’appareil qui navigue sur son site emploie une IA et décider en conséquence de lui barrer le chemin. Il pourrait également facilement prendre en compte l’utilisation de Rabbit OS et, par exemple, adapter son offre en conséquence. Ne pas faire apparaitre certains choix mais, sachant que la navigation n’est pas faite par un humain, ne proposer que les options les plus chères ou les plus rentables. Voir refuser totalement l’affichage des données pour les sites web vivant en partie de la publicité. A quoi bon servir un client si on ne peut pas gagner de l’argent en lui présentant des produits publicitaires ? Les annonceurs vont probablement refuser de compatibiliser ces IA qui absorberaient de la publicité inutile.

L’usage de Rabbit OS nécessitera l’enregistrement préalable de services tiers comme Spotify ou Youtube Music

Enfin l’avantage concurrentiel promis par Rabbit OS consiste à rendre autonomes certains éléments décisionnels importants. La sélection de produits et leur mise dans le panier, la réservation de services ou la validation de choix réalisés à la place de l’humain. Ces éléments demandent très souvent de valider des Conditions Générales d’Utilisation ou des Conditions Générales de Vente ainsi que de remplir des formulaires contenant des informations personnelles. Le fondateur de la société indique très clairement ne pas stocker de données personnelles sur ses appareils. Ce qui veut dire qu’à chaque changement de CGU, à chaque première connexion ou pour chaque nouvelle adresse à valider, il faudra remplir à nouveau des fiches d’identification ou cocher des cases de validation sur le petit écran de 2.88″ tactile. Ce qui pose un petit problème par rapport au scénario de fluidité proposé. Encore une fois, Rabbit OS est censé faire mieux qu’une application de smartphone mais il sera toujours plus efficace d’utiliser son smartphone et ses applications spécialisées ou une navigation Internet dès que votre scénario de commande va un tout petit peu se compliquer.

Ne comptez pas trop sur la bonne volonté des marques pour laisser Rabbit OS butiner leurs services à l’aveugle. Personne n’a envie de voir les clients partir vers un appareil qui ne leur livrerait pas les merveilles de promotions, de suggestions d’achats complémentaires et de tunnels de vente savamment travaillés leur échapper. Les applications dégagent des bénéfices en affichant des suggestions ciblées sur vos centres d’intérêt. Les faire disparaitre au profit d’une commande « robotisée » leur ferait perdre de l’argent. La réservation d’un service de transport cherchera à vous vendre une assurance ou à rajouter la location d’une voiture à l’arrivée parce que c’est rémunérateur. Rendre tout cela invisible sera contre productif pour eux. Il y a donc de grandes chances qu’ils barrent la route à Rabbit OS dès que possible. Plus ou moins subtilement. Soit en exigeant de passer par leur site ou leur application, soit en ne servant tout simplement pas leurs données au service.

Pendant la keynote le CEO de Rabbit jongle entre ordinateur et Rabbit R1 en permanence…

Un usage fixé sur l’homme du XXe siècle

Mais enfin et surtout, l’usage décrit fait totalement abstraction d’une évidence. L’utilisateur moyen susceptible d’acheter cet appareil aujourd’hui n’a pas les mains libres. Qui a encore les deux mains libres autour de vous ? Le greffon smartphone est quasiment partout. Tout le monde a déjà un téléphone en main. Je ne vois pas bien qui va ranger son smartphone dans sa poche pour sortir un second appareil afin de lui dicter de lancer un album sur Spotify ? Il a déjà de quoi passer cet ordre dans la main, il lui suffit de deux clics pour lancer un album… Pire encore, cela veut dire multiplier les abonnements mobiles par deux pour conserver son téléphone et ajouter cette fonction doublon.

Tout le blabla de la présentation sur le manque de praticité du smartphone est assez ridicule. Le reproche des centaines d’applications rendant leur usage peu pratique est servi avec beaucoup de mauvaise foi. La Keynote semble s’adresser à quelqu’un qui n’aurait pas vraiment vu comment fonctionne un smartphone depuis 10 ans. Si un utilisateur a 200 applications sur son appareil, cela ne veut pas dire qu’il a un annuaire d’applications dans la main, rangées par ordre alphabétique ou via un classement décroissant d’installation. Les propriétaires de smartphones ont un ensemble d’applis qu’ils utilisent au quotidien et qui sont évidemment placées par degré d’utilisation sur les premières pages de leurs appareils. Il est parfaitement ridicule de considérer que le nombre d’applications est un handicap sur un smartphone alors que l’on peut depuis des années déjà lancer n’importe quel jeu ou utilitaire en faisant exactement ce que propose le Rabbit R1. A savoir demander oralement à son smartphone de lancer ce que l’on veut. Cet argument ne tient qu’avec une bonne dose de mauvaise fois.

En parlant d’usage d’ailleurs, le côté « dictée » de l’appareil est encore un contrepoint. Personne n’a envie d’utiliser un engin qui va exiger de signaler aux autres ce que l’on veut ou ce que l’on cherche. Je n’ai pas envie que mon voisin de transport sache ce que j’écoute ni qu’il connaisse mes goûts en matière de Podcast. Je ne veut pas devoir commander un service à haute voix. Je n’ai aucune envie de devoir le crier ou m’y reprendre à plusieurs fois parce que je suis dans un environnement bruyant. Je vois autour de moi pas mal d’utilisateurs qui ont parfaitement désappris a téléphoner et n’utilisent leur smartphone qu’avec leur clavier. Pour eux, l’usage du micro est un problème et le recours à ce type de technologie est bien moins efficace que le clavier virtuel. Comment joindre une image à son message ? Comment suivre plusieurs conversations ? Il faut secouer le bidule pour faire apparaitre un petit clavier sur l’écran tactile mais alors on perd tout l’intérêt du dispositif en plus de passer pour un maniaque.

Le problème du multitâche est également évident. Les utilisateurs de smartphones jonglent désormais avec plusieurs outils en parallèle, tiennent une conversation, surfent et écoutent de la musique sans soucis. Le Rabbit R1 est un objet mono tâche. Il propose un fonctionnement en « question-réponse » qui ne permet pas de faire plusieurs recherches à la fois. Pire, il ne semble pas prendre en compte la gestion des hyperliens dans ses réponses. Mettons que sur un coup de tête j’ai envie de réserver une soirée au cinéma. Je peux demander au Rabbit,R1 de me présenter les films disponibles. Si je ne connais pas certains d’entre eux, je vais devoir poser la question à l’appareil pour chaque film qui m’est inconnu… Une opération qui durera de longues minutes. Une simple recherche sur ma salle habituelle depuis un site internet me donnera en un seul coup d’oeil l’ensemble des séances et un synopsis de chaque film proposé en un clic. Je n’aurais pas besoin d’enchainer 5 ou 6 questions les unes à la suite des autres pour arriver au même résultat. Le cours de l’action Coca cola prendra toutes les possibilités d’affichage de l’appareil sur R1 lorsqu’il pourrait apparaitre en bandeau en permanence sur un smartphone…

Et, plus trivialement, si je commande mon billet de cinéma sur le Rabbit R1. Est-ce que je ne serais pas tenté de vérifier que la réservation que j’ai fait est exacte ? Que j’ai le bon nombre de billets, à la bonne heure pour la version Originale ? Que tout cela est correctement enregistré. Dûment payé ? Qu’il s’agit du bon cinéma et pas de la salle d’à côté ? Et ainsi de suite ? Autrement dit, mis à part des personnes vraiment absolument confiantes dans leur achat « aveugle » effectué par le dispositif, qui ne sortira pas au final son smartphone pour voir si tout est correct ? Et si cela ne l’est pas, pour une raison ou une autre, si votre voyage n’est pas le bon ou si le Rabbit R1 ne vous a pas précisé un détail comme le départ depuis un aéroport un peu plus excentré que prévu. Est-ce que vous aurez un moyen d’annuler le tout parce que c’est une IA qui l’a réservé ? Ne va t-il pas être nécessaire de jongler en permanence entre le Rabbit R1 et son smartphone ? 

Jesse Lyu, le CEO de Rabbit

Quelle valeur ajoutée face à un smartphone et une application ?

C’est bien là le problème du Rabbit R1. Et c’est d’ailleurs la première question qui a été posée en masse suite à la présentation de l’objet et de ses usages. Pourquoi ne pas avoir fait une application plutôt qu’un appareil ? Après tout, Rabbit OS dépend d’un serveur en ligne et on pourrait l’interroger exactement de la même manière avec une application. La réponse est assez simple. Parce que Google et Apple, ainsi que probablement Amazon et Microsoft, sont déjà sur les rangs pour développer leurs propres applications de ce type. On se doute que les assistants déjà en place et liés à leurs appareils respectifs vont débarquer un jour ou l’autre sur ce segment du service. C’est probablement l’affaire de quelques trimestres tout au plus avant que l’on puisse demander à son PC ou son smartphone exactement ce que propose Rabbit OS.

Et le problème pour la startup Rabbit est alors assez simple, en tant qu’application, leur visibilité serait nulle. Apple, Google et compagnie n’auront aucun scrupule à faire disparaitre une Rabbit App dans les méandres de leurs catalogues si elle fait de l’ombre à leur propre offre. La seule manière d’exister pour Rabbit est donc de proposer un terrain de jeu qui ne soit pas sous le contrôle des autres. Un objet indépendant sur lequel les différents acteurs de ce marché n’auront pas de prise.

Cela ne me déplait pas d’imaginer un indépendant cherchant à se battre contre les GAFAM. Mais encore faut-il que cela ait du sens pour l’utilisateur. Si demain Spotify, Netflix, Shazam ou votre application favorite se faisait la même réflexion que Rabbit, vous auriez les poches pleines d’appareils indépendants pour pouvoir répondre à toutes ces problématiques. Le walkman Spotify, le lecteur vidéo Netflix, le micro Shazam et ainsi de suite…

Le patron de Rabbit, Jesse Lyu,  a répondu sur Twitter à la question du « pourquoi pas une app » et a donné de multiples pistes… Mais la majorité de celles-ci ne concernent pas l’utilisateur final. Plutôt le businessman qu’il est. Son premier point est que construire une application et la maintenir est quelque chose de très difficile pour respecter les standards imposés par Apple et Google. C’est peut être vrai mais en quoi c’est le problème de l’utilisateur final ? Il explique également qu’il est difficile de conserver la loyauté des utilisateurs. Une autre manière de dire qu’il craint la concurrence. Le grand public va aller là où ce sera le plus efficace et n’aura jamais de scrupule à basculer de Rabbit OS à Siri ou Google Assistant le jour où ceux-ci proposeront le même produit. La construction de l’appareil physique est donc ici une manière de prévenir de la disparition de la clientèle en empêchant la concurrence d’exister.

Son deuxième argument est plus audacieux, il explique que la startup est « largement devant » Google et Apple sur le segment de l’IA et que leur modèle les surpasse. Je n’ai pas les éléments pour savoir si cela est vrai, je sais juste qu’il s’agit d’une course que les GAFAM vont avoir bien du mal à perdre au vu des ressources disponibles. Cela prendra peut être quelques temps, peu à mon avis, mais cela arrivera tôt ou tard. La fenêtre de tir de Rabbit est forcément très courte et on imagine déjà que la marque n’aura plus de visibilité dans quelques trimestres ou années.  C’est peut être malheureux mais parfaitement réaliste. Jamais une entité aussi petite que Rabbit ne pourra faire le poids face aux mastodontes du marché.

Dernier argument de Jesse Lyu, son appareil fera les choses mieux et plus vite que la concurrence sur smartphone. Mieux que les applications donc. C’est un pari audacieux à mon avis. Car si cela fonctionne très bien pour le moment, c’est parce qu’il n’y a pas de demande. Quand quelques utilisateurs commandent des courses, se font livrer des repas ou jouent avec les API de test des agences de voyage. Tout se passe forcément très très bien. Mais quand la clientèle évolue et que l’utilisateur lambda commence à demander des choses un peu plus exotiques… c’est une autre paire de manches. Que va t-on pouvoir dire à un utilisateur qui voudra réserver un bateau de pèche depuis son lieu de vacances alors que le site qui est censé gérer la chose a été référencé avec les pieds dans les moteurs de recherche ? Au bout de combien d’essais de commande d’une pizza dans un petit restaurant Italien, l’utilisateur va en avoir marre de parler à son appareil et sortir son smartphone pour surfer directement sur le site ?

Un détail important souligné comme un avantage de la solution Rabbit OS c’est sa capacité d’apprentissage autonome. Mais je suppose que cette capacité va de pair avec un surf sur des sites codés en respectant l’état de l’art en matière de code et d’accessibilité. Une IA pourra sans doute identifier un bouton de commande qui aura la forme d’un panier ou lire le texte « ajouter au panier » associé au bouton. Mais que fera cette IA si le webmaster à eu la merveilleuse idée de remplacer le bouton par une petite image de pizza avec un gros « +1 »  dessus sans commenter celle-ci ? Elle sera sans doute perdue. Autrement dit, Rabbit OS saura parfaitement piloter de gros sites internationaux qui disposent d’applications et d’interfaces bien optimisées mais sera beaucoup moins à l’aise avec des sites plus exotiques.

Rabbit OS met également en avant son système d’apprentissage pour contourner ces limitations mais c’est ce qui me semble être une fausse bonne idée. C’est parfait pour des choses simples et répétitives comme demander à son système domotique d’effectuer des scénarios précis ou surfer sur un site peu connu mais que vous fréquentez assidument. Réserver des tickets pour une exposition dans un musée National ? Cela sera un jeu d’enfant de suivre le cheminement pensé par des professionnels de la programmation et sera probablement pris en charge par l’IA. Mais pour tout le reste ? Pour ce site local qui permet de louer une salle de jeu pour un gouter d’enfant ? Il faudrait apprendre à Rabbit OS comment se débrouiller sur un site presque « amateur » ? Dans quel but ? Pour que l’on puisse éventuellement effectuer l’opération une nouvelle fois dans un an ? Il est plus probable que tout le monde sorte son smartphone et utilise son propre cerveau pour faire cette réservation « à l’ancienne ». En quelques minutes seulement. Jamais Rabbit n’aura la taille nécessaire pour surfer sur le net et apprendre le fonctionnement des millions de sites différents. Même en imaginant que chaque utilisateur partage son expérience, le nombre de Rabbit R1 en circulation aura bien du mal fasse aux centaines de millions de sites existants et changeant en permanence.

L’argument de la vitesse de traitement est identique, tant qu’il n’y a personne sur leur réseau, tout va bien. Mais combien de temps avant que leur système demande plus de ressources. La marque annonce avoir reçu plus de 20 000 précommandes mais n’espérait livrer que 500 appareils au lancement. Cela fait déjà un gouffre technique incroyable a combler. Et les 199$ HT demandé par appareil ne doivent pas dégager une marge folle a investir dans des serveurs adaptés.

Et c’est le dernier point de ma problématique avec ce Rabbit R1, quel est son modèle économique ?

Le Rabbit R1 est annoncé à 199$ HT. L’objet en lui même ne doit pas couter une fortune mais il s’agit de relativement petites séries. On parle quelques dizaines de milliers d’appareils. Je ne sais pas combien va gagner l’entreprise sur chaque vente mais cela n’est pas vraiment une part importante de l’équation.

Le Nabaztag

Le Rabbit R1 me fait irrémédiablement penser à un autre lapin, le Nabaztag. Un objet qui permettait de lire des emails, des flux RSS et d’autres sites d’info. Il pouvait envoyer des signaux lumineux ou bouger ses oreilles… C’était un précurseur des objets connectés puisqu’il est sorti en 2006, à une époque ou ce type de produit n’existait tout simplement pas pour le grand public. L’objet fonctionnait en passant par un serveur hébergé par la société Violet qui distribuait ces lapins. Le Nabaztag et les autres produits qui ont dérivé de cette idée de base fonctionnaient sur un modèle économique identique à celui du Rabbit R1. Un prix à l’achat du produit mais pas de frais d’abonnement.

Vous voyez le problème ?

Lorsque l’on vend un produit, on dégage une marge. Mais cette marge sera irrémédiablement rattrapée par les coûts du service si il n’est pas proposé avec un abonnement. Cela peut prendre 1 an, 2 ans ou plus mais mécaniquement, les salaires du personnel et les frais de gestion des serveurs continueront de couter de l’argent alors que la marge liée à la vente de l’objet restera fixe. Alors on peut toujours continuer a faire rentrer de l’argent dans les caisses en vendant de nouveaux produits mais il arrive toujours un moment où, fatalement, le marché se sature. Des milliers d’appareils se connectent chaque heure aux serveurs mais il n’ y a plus ou pas assez de nouveaux client pour payer la note. C’est ce qui est arrivé au Nabaztag et c’est ce qui arrivera tôt ou tard au Rabbit R1.

En imaginant un produit au prix de revient de 1$ pour chaque Rabbit R1 vendu (Ce qui est évidemment extrêmement généreux), les 20 000 réservations génèrent alors 3 980 000 $ de marge. Une somme importante mais fixe. Une somme qui ne pourra pas permettre de payer les ingénieurs en charge du développement des IA indéfiniment dans la durée. Si on ajoute à cette équation les serveurs nécessaires au fonctionnement du dispositif on a une société qui va irrémédiablement dans le mur. Même en imaginant la marge la plus élevée possible pour son produit.

Sans abonnement mais avec des frais fixes, le service ne peut pas continuer a exister indéfiniment. Le système économique de Rabbit ne tient pas debout une seule seconde dans la durée et  j’ai même peur que la fenêtre de commercialisation et d’existence du produit soit bien plus courte que cela. Si demain Apple, Google, Amazon ou Microsoft proposent des services identiques au modèle de Rabbit OS, les ventes du produit s’arrêteront d’un seul coup. Et sans un apport constant de liquidités, la société fermera alors ses portes très rapidement. D’ailleurs la garantie du Rabbit R1 exclu expressément le logiciel et les fonctionnalités de l’appareil. Aucun recours ne pourra être envisagé lorsque le Rabbit R1 se transformera en presse papier, du moment que ce presse papier à un écran et une camera qui fonctionnent encore.

Il existerait bien une solution pour se sortir de cette ornière qui passerait par de la publicité par exemple, mais je ne suis pas sûr que le client final serait ravi d’avoir de la publicité ciblée sur son appareil. Ni que beaucoup de marques aient envie de cibler 20 000 personnes spécifiquement. L’autre solution serait de s’entendre avec des services pour que l’IA oriente ses recherches pour de l’affiliation. Passer par telle offre de location de voiture, telle agence de voyage ou tel marque de pizza… Une idée qui pourrait fonctionner économiquement mais qui enlèverait a peu prêt tout l’intérêt du dispositif. Payer 200$ un objet dont l’objectif serait de mal chercher à votre place et de vous faire payer un produit différent que si vous utilisiez votre smartphone ne me parait pas être une solution miracle pour le client final.

Pourquoi lancer le Rabbit R1 et Rabbit OS si la société va dans le mur ?

La réponse à cette question est très simple et se rapproche de ce que proposent aujourd’hui les plateformes de financement participatif. Pour la visibilité que l’objet propose.

Quelle possibilité a un acteur comme Rabbit sur le marché de l’IA face aux mastodontes de la tech ? Aucune. Annoncer son Intelligence Artificielle et son mode de fonctionnement spécifique dans un article scientifique attirerait certes une attention de la part des GAFAM mais guère plus. Aller sonner aux portes des différents acteurs pour présenter son savoir faire serait sans doute une autre méthode. Mais le mieux qui puisse arriver serait alors d’être embauché comme un développeur lambda sur un Campus de Google ou Apple.  Le pire étant que les développeurs de Rabbit OS soient gentiment raccompagnés à la porte pendant que leurs idées, précieusement notées, seraient peu à peu intégrées dans les futures IA des grands groupes.

Quelle alternative ? Indiegogo ? C’est bien pour aller plumer des pigeons et se faire connaitre mais cela ne résout pas le problème d’un modèle économique qui finirait par s’essouffler tôt ou tard. Par contre, lancer une campagne bien ficelée, pendant le salon High Tech grand public le plus suivi au monde qu’est le CES parait être une très bonne idée. Pas forcément pour les clients qui précommanderont un Rabbit R1 mais pour les équipes en charge du développement du produit. En réussissant le tour de force d’être présenté par toute la presse High Tech de la planète et en annonçant 20 000 précommandes, Rabbit prouve qu’elle vaut quelque chose. Que son idée fait sens. En d’autres terme, qu’elle est peut être « bankable » pour un GAFAM. Et là les choses prennent une autre tournure. Toute la première partie de la  conférence décrit le fonctionnement spécifique du système et s’adresse non pas au client final mais à des investisseurs. Est-ce qu’il vaut mieux reprendre les idées de Rabbit pour son compte et ainsi gagner du temps et de la visibilité ou tenter de les copier tout simplement en faisant semblant de ne pas les avoir vu avant ?

Qu’est-ce qui est le plus séduisant en matière de communication grand public aujourd’hui. « Nous intégrons à notre IA le savoir faire de Rabbit OS et ses modèles LAM » ou « Cette IA se comporte comme les LAM de Rabbit OS mais ce ne sont pas les même. » ? 

Pour le grand public cela ne fait pas de différence. Les Rabbit R1 sont condamnés a se transformer tôt ou tard en presse papier. Mais pour les ingénieurs de Rabbit cela change vraiment la donne. La conférence donnée au CES n’avait pas pour cible le grand public et ceux qui ont commandé l’objet l’on sans doute fait sur un coup de tête. Non Rabbit s’adressait directement aux GAFAM, les seuls a pouvoir leur assurer un véritable avenir. 

Notes :

  1. Le patron de Rabbit OS a déjà travaillé par le passé avec Teenage Enginering pour la création d’un assistant personnel sédentaire pour Baidu.

Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

35 commentaires sur ce sujet.
  • 16 janvier 2024 - 16 h 44 min

    Abonné aux presses papiers en tous genres (Peebles, Nabaztag(s), remote sevenhugs, et bien d’autres…)
    Je reconnais bien là un futur presse papier en puissance, mais cette fois ce sera sans moi.
    Trop chronophage de trouver et mettre en oeuvre un jailbreak pour débriquer ces matos orphelins de leurs applis et serveurs…

    Répondre
  • gUI
    16 janvier 2024 - 16 h 47 min

    L’innovation c’est résoudre des problèmes, pas en créer de nouveaux…

    Répondre
  • 16 janvier 2024 - 17 h 03 min

    Bah, l’objectif final de tout est certainement de se faire racheter à plus ou moins brève échéance par un des GAFAMs…

    Répondre
  • 16 janvier 2024 - 18 h 04 min

    Alors c’est un très bel article mais sans changer les conclusions je pense qu’un LLM justement n’a pas besoin d’apprentissage spécifique pour un site même atypique puisqu’il pourrait apprendre de plusieurs sites différents codés avec les pieds pour en déduire le fonctionnement le plus probable d’un site similaire.

    De plus le LLM aurait du recul sur lui-même – un peu comme tous les warnings ou caveats lorsqu’on pose une question à chat gpt et pourrait donc poser des questions comme « euh c’est trois fois plus cher que le prix d’une pizza moyenne etes vous sur? »

    Répondre
  • to
    16 janvier 2024 - 18 h 16 min

    un presse papier… connecté !

    Répondre
  • 16 janvier 2024 - 18 h 30 min

    Et pour faire marcher le système il faut s’appuyer sur des applis… qu’il est censé remplacer…

    Répondre
  • hle
    16 janvier 2024 - 19 h 25 min

    +1 moins aussi j’ai pensé au Nabaztag en voyant un article sur ce produit !

    Répondre
  • 16 janvier 2024 - 19 h 35 min

    @Beaubarre: Je ne sais pas, je suis très dubitatif sur ce point. Qu’une IA se débrouille pour surfer sur des millions de sites type Shopify parce qu’ils s’appuient sur la même structure… Pourquoi pas. Mais parfois de croise des trucs invraisemblables comme des références en électronique où tu dois faire un glisser déposer de l’image dans un panier…

    Et puis, quand bien même cela serait possible quel intérêt. Je ne vais Jamais demander à une IA « trouve moi un joli bracelet en bois » pour faire un cadeau à quelqu’un, je vais choisir le bracelet qui correspondra aux goûts de la personne a qui je vais lui offrir. Le seul moment où je vais avoir la possibilité de commander un truc précis ce sera si, par exemple, on me recommande un livre avec son titre et son auteur. à je pourrais dicter « achète moi tel livre de tel auteur » et j’aurais sans doute l même résultat. Mais là encore, quelle véritable plus value par rapport à un smartphone classique ? Je peux déjà demander à mon smartphone d’acheter un livre et il m’ouvrira une selection de liens pour trouver mon bonheur en quelques clics.

    Je n’aurais pas un seul clic à faire mais au moins je choisirais ma librairie, mon prix et ma date de livraison.

    Répondre
  • 16 janvier 2024 - 19 h 39 min

    C’est bête mais ce Rabbit, me rappelle juste un autre objet plutôt inutile, le bouton « Dash » d’Amazon.
    Bon, c’est aussi le même principe d’Alexa ou OK Google mais avec moins de contrôle.
    Bref…Sans grand intérêt.

    Répondre
  • 16 janvier 2024 - 20 h 22 min

    « Personne n’a envie d’utiliser un engin qui va exiger de signaler aux autres ce que l’on veut ou ce que l’on cherche. Je n’ai pas envie que mon voisin de transport sache ce que j’écoute ni qu’il connaisse mes goûts en matière de Podcast. »
    sur ce point je ne suis pas trop sur, quand je vois ce que les gens disent à une table de restaurant ou dans le métro ^^’

    Répondre
  • 16 janvier 2024 - 21 h 27 min

    Long article…je l’ai lu en deux fois !!

    en effet c’est aussi, ce que je me suis dit au fur et a mesure de la lecture, ils cherchent sans doute a essayer de devenir le nouvel android de google ^^

    Répondre
  • Jle
    17 janvier 2024 - 0 h 31 min

    Ouaip, après la folie des drones, des cryptos et des blockchains, des nft, des metavers, la nouvelle mode c’est l’ « IA ». Plein de boîtes se lancent dans ce nouvel eldorado, propulsé par la hype du moment. Quelle tristesse, j’ai l’impression que c’est un éternel recommencement, sauf que le délai entre chaque itération semble se raccourcir.

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 7 h 53 min

    @Jle: cette remarque est soooooo 2023Q4… 🤣

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 8 h 07 min

    Il y a un truc qui m’échappe, quelle est la différence entre : sortir son smartphone de sa poche, et parler à une application un peu comme Siri pour contrôler le téléphone. Et sortir un appareil, d’un volume et prix similaire, puis parler à une application, un peu comme Siri pour contrôler le téléphone ?

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 8 h 11 min

    @Pierre: « Si un utilisateur a 200 applications sur son appareil, cela ne veut pas dire qu’il a un annuaire d’applications dans la main, rangées par ordre alphabétique ou via un classement décroissant d’installation. »
    Pour ce genre de personnes, dont je fais partie, je ne saurais que trop conseiller « KISS Launcher » (et ses dérivés). Il permet de lancer des applications, leurs raccourcis, des recherches en ligne etc. en passant exclusivement par le clavier. Avec un système « d’apprentissage » qui permet de classer les applications ou raccourcis lancés fréquemment en début de liste. Si bien qu’au bout d’un temps, une lettre permet de lancer la bonne application via un appui sur la touche entrée.
    C’est simple et redoutablement efficace : du KISS.

    Enjoy !

    PS : c’est open source et le dev principal est francais. Le site https://kisslauncher.com/

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 8 h 44 min

    Très bel article encore une fois et au moins à contrecourant des sites paraphrasant des communiqués de presse.
    Ce qui m’intrigue, c’est la couverture reçue par ce device. Il a été présenté sur un paquet de sites grands publics et spécialisés. Même vu à la TV :-)
    Je me demande comment une startup inconnue a réussi ce tour de force … pour 20000 appareils précommandés.

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 10 h 34 min

    Désolé de ce que je vais dire mais bon à la lecture de l’article et vu l’arnaque que c’est ,je ne peux pas m’empêcher au personnage de Jian YANG de la série « silicon Valley »de HBO .Ce produit correspond exactement à ce que ferait ce personnage de fiction pour se faire de l’argent.
    ( beau boulot pour l’article,bonne année aussi )

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 12 h 04 min

    @Lionel: Tiens, je ne connaissais pas, ça peux rendre service à certains !

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 13 h 40 min

    @Pierre Lecourt: tant mieux si j’ai pu être utile. 😀

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 13 h 52 min

    @Pierre – Les goûts et les couleurs…
    D’après développez.com il en a été vendus 10.000 en un jour.
    C’est clair qu’on perd un temps énorme avec un smartphone qui au lieu de faciliter la vie la complique.

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 14 h 39 min

    @Marc: Ce n’est pas une histoire de design, je le trouve mignon cet appareil C’est une histoire de logique.

    Oui, il a été précommandé 10 000 Rabbit R1 en un jour et le second lot de 10 000 précommandes a été également écoulé. La marque n’avait prévu que d’en vendre 500.

    Mais cela ne change rien a l’affaire, cela accélère même le problème. Quand la marge réalisée par les ventes de ces appareils sera totalement mangée par le cout de la structure (salaires, serveurs) ce seront toujours des presse papiers.

    Il peut se vendre 1 000 000 de machines, cela ne changera rien à l’histoire. Le Nabaztag a été un succès commercial avant de se transformer en faillite, puis rachat, puis faillite de la boite qui avait racheté. Chaque objet vendu ce sont des pertes à moyen terme, rien de plus.

    Répondre
  • 17 janvier 2024 - 15 h 06 min

    @Pierre Lecourt: Personnellement, je ne vois que 2 options, dont tu parles dans l’article : le rachat par un gros poisson ou le sponsoring par un ou plusieurs gros poissons.
    Dans les 2 cas cela se fera au détriment de l’utilisateur.

    L’avenir nous le dira, mais l’histoire a déjà donné quelques exemples (cf @Morreale).

    Répondre
  • Guy
    18 janvier 2024 - 2 h 21 min

    La troisième voie étant : l’utilisation est gratuite pendant un certain temps, celui de rendre captifs ses utilisateurs, puis un abonnement payant apparaît pour des fonctions « premium », …, puis un abonnement devient nécessaire tout court pour que l’outil ne se transforme pas effectivement en presse papier.
    Ca ne serait clairement pas la première fois que cela arrive, j’en ai d’ailleurs fait l’expérience avec des caméras de surveillance achetées au prix fort il y a quelques années.
    Il ne faut jamais négliger la capacité de ce type de boîte à générer du profit, ni faire preuve de condescendance auprès des financeurs qui ont oublié d’être naïfs.

    Répondre
  • 18 janvier 2024 - 3 h 24 min

    @Guy: Captifs comment ? Il y a peut être quelques mois seulement avant que ces fonctions soient intégrées nativement dans les IA de tous les appareils…

    Même en imaginant qu’il y aurait une quantité importante de « fans » du Rabbit, disons 50% des clients, c’est un micro marché. Si tu dois additionner les frais de l’abonnement + la ligne data en plus cela fait une dépense importante à l’année pour un usage en doublon avec un smartphone.

    Répondre
  • 18 janvier 2024 - 10 h 48 min

    Au delà de l’idée de se faire racheter par un GAFAM, est-ce que le modèle économique n’est pas d’engranger 4M$ puis de disparaitre du viseur avec l’argent ?

    L’idée qu’un rêveur voulant vendre 500 appareils se retrouve tout à coup dépassé avec 20 000 commandes … cela me semble trop simpliste.

    C’est terrible de finalement imaginer que toutes ces « innovations » ne sont que des manipulations pour soit se faire racheter, soit se tirer avec le fric…

    Répondre
  • 18 janvier 2024 - 12 h 42 min

    Derrière c’est Y combinator, gros investisseur de la silicon valley qui court après des robinets à fric infini.
    A partir de là on connait la direction du truc.
    Evidemment leur dernier petit soldat est chinois.
    La mondialisation à qui le tour ? (champs de ruines derrière)

    Répondre
  • 18 janvier 2024 - 22 h 42 min

    Pour l’instant, les IA et moi, c’est la grande glassation.

    Répondre
  • 20 janvier 2024 - 12 h 13 min

    J’ai lu l’article en plusieurs passes et a la première j’ai pensé au nabaztag (qui avait une fonctionnalité). Je viens de finir l’article et j’ai toujours pas compris l’intérêt du produit.
    Faire confiance à un machin comme ça pour commander quoique ce soit sans vérifier où il le fait et comment, ni si tout s’est bien passé ? Il choisit le site tout seul ? Le mode de paiement ? Si y a des options il va choisir lesquelles ? En fonction des habitudes de l’utilisateur qu’il ne connaîtra pas si ce dernier passe par le rabbit et le laisse faire (le rabbit connaîtra juste les siennes propres), je vois pas où est l’apprentissage des habitudes du proprietaire du produit. Et ce que tu veux acheter ou commander il le détermine tout seul aussi tant qu’à faire ?
    Peut être que c’est moi qui suis trop vieux pour comprendre ?

    Répondre
  • 31 janvier 2024 - 13 h 33 min

    Très bon article, merci !
    Ceci dit, je trouve l’objet vraiment très beau, mais je ne suis pas assez dingue (ou riche) pour tomber dans le panneau…

    Répondre
  • 30 avril 2024 - 9 h 19 min

    Je trouve tout ça très extrême.

    L’article est focalisé sur l’a hat en ligne. L’appareil de sert pas qu’à ça. De plus même si ne saurait gérer que 90% des sites de vente, c’est déjà énorme et suffisant dans la majorité des cas. J’imagine qu’il doit être possible de demander plusieurs propositions avant d’acheter. Donc ce n’est pas totalement à l’aveugle.

    L’utilisation que je verrais de cet appareil serait plutôt pour quelqu’un qui souhaite « déconnecter », et donc laisser son téléphone chez lui, et ne pas compenser à 100% avec cet appareil.
    Avec un téléphone on est sans cesse aspiré par 50.000 lien connexes, publicités, vidéos, … ici ça ressemble plus à une discussion avec un proche. Alors certes, on ne peux pas avoir autant de répondant qu’avec un téléphone, mais ce n’est pas le but. Il arrivera sûrement des fois où on nous répondra « je ne sais pas », et on reformulera ou on rangera l’appareil. Comme avec un humain. Et c’est tout à fait suffisant si le but est justement de déconnecter.

    Personnellement j’ai acheté une montre connecté en pensant à cet usage. Mais l’assistant vocal étant tellement bête (répondant uniquement à une liste de questions prédéterminées) j’ai vite abandonné. Je continue donc de sortir mon téléphone chercher ma réponse… et perdre le triple du temps à faire autre chose sur le téléphone qui n’était pas prévu…

    Le problème audio peut être résolu par l’utilisation d’un casque. Mais je suis d’accord qu’avoir un clavier avec un retour écrit seulement serait sûrement plus pratique. Pas sûr que ce soit impossible.

    L’appareil me tenterait bien, mais il manque à mon sens quelques fonctions de base d’un téléphone: SMS et téléphone. La aussi je ne pense pas que ce soit impossible à rajouter.

    Le modèle économique par contre me semble bancal effectivement. Je ne comprends pas comment des services d’IA en ligne peuvent être proposés gratuitement… sur OpenAI (GPT) faire 40 requêtes de 1000 mots coûte 0.03€ environs. Et j’ai beau chercher je ne trouve pas de vraie solution gratuite. (La seule solution aurait été d’avoir une AI totalement locale)

    Répondre
  • 30 avril 2024 - 9 h 57 min

    @Ezeta: Et si pour se déconnecter l’idéal n’était pas de ne pas avoir d’objet connecté ? Genre un bon bouquin par exemple ? Pas un ersatz de smartphone qui plus est incompétent ?

    Les 4 services proposés par Rabbit pour le moment sont tous des services de consommation : voiture avec chauffeur, bouffe, musique) ou de connexion pure et simple avec le recours à Midjourney pour générer des images. Cela n’a aucun sens.

    C’est drôle comme commentaire, sans animosité aucune, parce que cela commence par dire que c’est un billet « extreme » pour dire que c’est un appareil déconnecté et pas autre chose. Mais cela se conclut par une volonté de reconnexion (téléphone et SMS) tout en reconnaissant le fonctionnement impossible de l’offre actuelle.

    Répondre
  • 30 avril 2024 - 13 h 44 min

    @Pierre Lecourt:
    Je trouve que c’est extrême dans le sens presque uniquement à charge. Après, le titre annonçait la couleur.

    Tout n’est pas forcément noir ou blanc. On peut vouloir déconnecter sans pour autant devenir un hermite. Ou trouver un gadget prometteur tout en ne le trouvant pas totalement abouti.

    Répondre
  • to
    30 avril 2024 - 13 h 50 min

    @Pierre Lecourt:  » Et si pour se déconnecter l’idéal n’était pas de ne pas avoir d’objet connecté ? Genre un bon bouquin par exemple ?  » tsss tsss remplacer une addiction par une autre ;) pour se deconnecter il suffit de passer en mode avion (vous savez la petite icone en haut)

    bon apres, moi je lis sur mon smartphone (en mode avion)

    Répondre
  • 30 avril 2024 - 13 h 52 min

    @Ezeta: J’ai pas mal d’expérience avec ce genre de gadget et à chaque fois le constat est le même, une fois la mode passée, le soufflé retombe et l’objet se transforme immanquablement en presse papier. Alors je le dis puisqu’ici c’est un blog composé de mon avis sur les choses.

    Si je veux déconnecter, je me déconnecte. Plusieurs études sociologiques montrent que le simple fit de savoir qu’on a accès potentiellement au web modifient le comportement des gens. Des gens dans une pièce avec leur smartphone a porté de main mais interdit n’ont pas les mêmes signes d’anxiété que les mêmes gens dans une pièce sans aucune possibilité d’avoir accès à leur smartphone. L’impact des objets connectés est immense et encore mal connu mais en gros, un joujou comme ce Rabbit R1 ne fera que compenser et frustrer l’utilisateur. La vraie déconnexion ne s’obtient pas souvent avec un compromis.

    Je suis en train de faire un bilan sur la sortie du R1 et franchement il y a peu de raisons d’être tendre.

    Répondre
  • bob
    8 juin 2024 - 23 h 46 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *