NVISEN FU01 : un MiniPC Fanless sous Intel Core de 11e Gen

Le NVISEN FU01 est une bonne surprise, décliné en Intel Core Tiger Lake, il propose des éléments de mémoire et de stockage évolutifs dans un châssis dénué de pièce mécanique.

Le NVISEN FU01 propose un châssis qui reste compact avec 19 cm de large pour 12.7 cm de profondeur mais tout de même 6.3 cm d’épaisseur. La présence d’ailettes destinées à absorber les 28 watts de TDP des processeurs proposés étant nécessaires pour fonctionner en silence.

Trois puces sont proposées pour ce modèle. On retrouvera ainsi le Core i3-1115G4 (2C/4T/6Mo de cache et Intel UHD), le Core i5-1135G7 (4C/8T/8Mo de cache et Intel Iris Xe)  et le Core i7-1165G7 (4C/8T/12Mo de cache et Intel Iris Xe) avec deux emplacements SoDIMM DDR4 pour accepter jusqu’à 32 Go de mémoire. Le stockage est confié à un slot M.2 2280 NVMe PCIe proposé en différentes versions suivant les processeurs. La machine profite de son côté fanless pour apporter des fonctions sympathiques à l’ensemble, comme la possibilité d’un redémarrage automatique après une coupure de courant ou la garantie d’un fonctionnement stable 24H sur 24 et 7 jours sur 7.

La connectique du NVISEN FU01 est très correcte avec des fonctions que l’on trouve rarement sur des MiniPC de ce type comme le Thunderbolt 4. Un port USB Type-C à ce format est disponible sur la partie arrière de l’engin au côté de quatre ports USB Type-A partagés en deux paires en USB 2.0 et USB 3.0. Un Ethernet Gigabit Intel 8111F, deux prises d’antennes Wifi amovibles pour le module M.2 intégré et deux sorties vidéos DisplayPort 1.2 et HDMI 2.0 complètent cette face de la machine. A l’avant, on retrouve un jack audio combo casque et micro et encore une double paire de ports USB Type-A. 

Le NVISEN FU01 pourra donc piloter jusqu’à 3 affichages avec d’excellentes compétences de calcul et cela sans émettre le moindre bruit. Mieux, son poids assez léger et son encombrement réduit permettent de l’utiliser avec un support VESA fourni et il pourra donc se fixer facilement derrière un écran un téléviseur ou sur un meuble pour disparaitre totalement du paysage. Associé à un hub Thunderbolt ou une solution de carte graphique externe, cette minimachine particulière peut très bien devenir un PC de bureau inaudible et convaincant. C’est également un engin qui ne craindra pas la poussière dans un atelier ou qui fera un excellent MiniPC de salon.

Annoncé comme compatible Ubuntu et Windows, il est livré avec une licence de Windows 11 Pro et débute à 525.23€ en Core i3 8/256 Go. Le modèle Core i5-1135G7 16/512 Go est lancé à 620.73€ tandis que le Core i7-1165G7 en 16/512 Go est annoncé à 763.98€ au moment où j’écris ces lignes. Des tarifs TTC depuis les entrepôts Chinois de Banggood.

J’ai bien envie de tester ces engins, d’autant que je suspecte le design particulier de ces machines de fonctionner assez correctement en fanless. J’ai néanmoins bien envie de voir comment ils sont construits et notamment la jonction entre le processeur et le châssis pour assurer la dissipation de l’ensemble.

Les images laissent entrevoir une plaque amovible sous l’engin et je suppose que c’est par là qu’on pourra intervenir  sur les différents composants mémoire, carte Wifi et stockage.

J’aime également beaucoup la tête de la machine une fois en mode VESA avec son look de radiateur spatial. 

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

10 commentaires sur ce sujet.
  • 2 mai 2022 - 15 h 32 min

    belle machine, qui démontre bien qu’on peut donc passivement refroidir 28w (sous réserve d’absence de throttling agressif)
    je ne peux m’empêcher néanmoins de le comparer à l’étalon de référence M1 Air, qui est aussi totalement passif, propose un écran, une batterie, des HP, un clavier et touchpad exceptionnel pour un peu plus cher…
    la concurrence est rude..

    Répondre
  • 2 mai 2022 - 17 h 20 min

    @Etienne: Je doute que le TDP ici soit de 28W, je dirais plutôt de 12W ou 15W maxi vu la taille de la boite, la surface de métal extérieure exposée et la masse de l’ensemble.
    Le M1 Air est une superbe machine mais on n’est pas dans les mêmes usages (mini PC vs laptop) ou la gamme de prix (1129€ en entrée). Le Mac Mini est un concurrent plus direct. Il a lui un ventilateur qui fait du bruit, un processeur plus performant et plus efficient, un boitier moins volumineux mais plus large et un écosystème différent.

    Répondre
  • 3 mai 2022 - 11 h 02 min

    @SebM: ça m’a également supris, comparé à d’autres boitiers prévu pour refroidir 28w et bien plus imposants (comme le akasa
    Turing TN) mais les proc listés ici (comme le 1165G7) sont bien dans cette enveloppe.
    Sinon vois régulièrement des promos de M1 Air en dessous de 1000€ d’où ma comparaison face au modèle à 763€
    mais effectivement le concurrent direct serait le mac mini.

    Répondre
  • 3 mai 2022 - 14 h 15 min

    @Etienne: Une fois de plus les processeurs mentionnés ici, compris dans le groupe des Tiger Lake UP3, sont des processeurs avec des rampes d’allocation d’énergie électrique configurables sur 3 niveaux pour atteindre une valeur de dissipation thermique moyenne de 12W, 15W, 28W.
    Ces valeurs sont faiblement documentées, en tout cas hors d’Intel et des grands fabricants. C’est un choix libre du fabricant de la plateforme d’en sélectionner une. Cela rend l’équivalence sur de deux plateformes disposant d’une puce nommée Core i5-1135G7 caduque, et il arrive dans certains cas que des plateformes basées respectivement sur un Core i5-1135G7 et sur un Core i7-1165G7 aient des performances voisines ou égales.

    Nous, consommateurs, subissons une régression forte de notre capacité à comprendre ce que l’on achète réellement derrière ces noms de puces par rapport au passé. Intel, AMD, Apple, Samsung Qualcomm, ou Mediatek et les fabricants qui les intègrent jouent en permanence avec cela en ayant changé la nature de ce qu’ils vendent aux utilisateurs.
    C’est pourquoi les processeurs à destination des serveurs, pour ceux qui en produisent, offrent d’autres garanties (gammes par TDP arrêtés par fréquence de base). Par ailleurs, l’information tierce (presse, site internet) du secteur est en pleine déroute et effectue mal, très mal particulièrement en France ce rôle.

    Répondre
  • 3 mai 2022 - 14 h 34 min

    @SebM: Difficile de faire mieux sur ce point sans accès à la machine et à son BIOS. Sans cet accès je suis bien obligé de me baser sur les caractéristiques de la puce et non pas sur les capacités de la machine. Car, il est possible que la machine propose – comme souvent – les 3 étages d’alimentation. Et cela avec une température de jonction en dessous des réquisitions d’Intel même si élevée.

    Ce serait comme reprocher d’indiquer la présence d’un Wifi6 à cause de l’ajout d’une puce à ce format alors que le système ne parvenait pas, par une mauvaise intégration, a proposer des débits de Wifi4. Sans avoir la machine en main on est bien obligé de donner l’information la plus exacte qui soit, à savoir les liste des composants en interne.

    Du reste accuser les autres de mal faire leur travail en se basant sur vos « doutes » est peut être aussi problématique ? Le billet est basé sur des éléments documentés par le fabricant. Lorsque je doute réellement de quelque chose, je ne me prive jamais de le faire mais je n’ai jamais eu ce design en main contrairement à d’autres solutions du marché.

    Que vous doutiez que la machine atteigne les 28 watts est-il plus pertinent que d’indiquer que le processeur embarqué propose un TDP maximal de 28 watts ? Dans le premier cas c’est une supposition basée sur un a priori, dans le second c’est un élément factuel. Seul un test pourra départager la situation. En attendant je me vois mal écrire un pavé pour expliquer encore et encore que la consommation supposée de la puce n’est peut être pas la bonne, faute d’informations valides. Il sera toujours temps de rectifier le tir si j’en ai l’occasion. J’ai demandé la machine en test à Banggood, on verra si le fabricant tiens à ce qu’elle soit décortiquée.

    Répondre
  • 3 mai 2022 - 15 h 20 min

    @Pierre Lecourt: Je ne jette la pierre à personne. L’économie du secteur de l’information sur l’informatique, n’arrive pas à se financer suffisamment dans le monde entier, et nous, les consommateurs, avons notre part de responsabilité dans cette affaire, les fabricants aussi. La publication d’information anglo-saxonne baisse, en qualité et en production concrète. En France, elle a disparu corps et biens il y a 15-20 ans. Seule les publications allemandes et polonaises semblent aujourd’hui à même de faire des progrès dans ce domaine.

    Minimachines, je crois, ne pretend pas et propose rarement des revues détaillées, les billets sont des présentations de produits que vous trouvez intéressants sur le marché et laissent ouverts les discussions. Je crois donc que vous faites une production honnête mais elle a ses limites; Je ne remets pas en cause le travail, nous avons déjà pu en parler.

    De mon côté, dans le cadre de ces discussions ouvertes à l’arrière des billets, je tente d’apporter ma pierre à l’édifice avec les informations dont je dispose:

    -Sur Internet, je n’ai jamais trouvé aucune revue d’un Tiger Like UP3 avec une solution thermique adaptée, testé aux trois régimes de cTDP 12W, 15W et 28W. Mes comparaisons, comme l’équivalence des performances entre un Core i5-1135G7 et un Core i7-1165G7 dans certains cas particuliers, peuvent seulement être faite sur des machines croisées ou testées mais configurées différemment et sont donc d’une valeur très limitée.
    -D’autre part, le boitier présenté du NVISEN FU01 ne permettra jamais de diffuser 28W de chaleur de manière continue (à moins qu’il ne soit en aluminium et or sous la peinture) occasionnant la montée en température du processeur qui finira par couper, c’est l’implacabilité de la physique.

    Répondre
  • 3 mai 2022 - 15 h 31 min

    @SebM: Je dis juste qu’il me parait un peu bancal, comme ligne éditoriale, de présupposer de l’incompétence par défaut des différents acteurs en jeu dans cette équation qu’est la construction d’un PC. Ce qui est possible en commentaire sans état d’âme me parait plus difficile en tant que ligne directrice d’un média.

    Répondre
  • 4 mai 2022 - 11 h 16 min

    C’est exactement ce type de machine que je recherche pour remplacer ma vieillissante (et bruyante) tour.
    Quelque chose qui ne consomme pas trop et qui fonctionne en silence tout en ayant la capacité de gérer mes trois écrans.
    Je vais surveiller si un petit code promo sauvage apparait sur minimachines :-)

    Répondre
  • 4 mai 2022 - 11 h 27 min

    @Pierre Lecourt:Mouais, je suis pas vraiment d’accord; c’est pas l’incompétence par défaut des acteurs qu’il faut présupposer comme ligne éditoriale mais leur absence de crédibilité par défaut. Et de reprendre la description par un bout d’un corps de connaissance viable (souvent des connaissances scientifiques, historiques), partageable, sur lequel on peut construire une analyse, et même échanger des compétences avec ses lecteurs.
    Après c’est pas évident, ça consomme des ressources, et ça ne garantit aucun succès d’audience ou de revenu.

    Répondre
  • 4 mai 2022 - 11 h 46 min

    @SebM: C’est peut être viable comme approche quand on a affaire a des acteurs stables. Dans le cas qui nous préoccupe, Nvisen, ce n’est pas un constructeur mais une marque qui choisi des produits sur catalogue et les estampille à ses armes. Du coup le « corps de connaissance viable » est bien maigre. Il n’y a pas d’historicité des produits et les seules traces scientifiques sont liées soit à la fiche technique (ce qui est fait ici en rappelant les informations basiques dont on dispose) soit à l’expérience.

    Rien ne me dit que le CPU est limité en TDP. La crédibilité de la marque est totalement hors contrôle puisque suivant le fournisseur la machine peut être tout à fait différente. Certains fabricants proposant des BIOS hyper frustres et d’autres laissant la totalité (et de façon dangereuse) des options accessibles aux utilisateurs finaux.

    A châssis identique, on trouve des PC différents sur le marché .Le fournisseur de base proposant des options alternatives à ses différents clients. Il nous est même arrivé d’avoir des séries aux comportement changeant suivant les livraisons parce qu’un composant avait évolué dans le temps.

    La base d’éléments pour affirmer telle ou telle chose me parait trop fine pour être catégorique. Je préfère encore dire que la puce interne est prévue pour tourner a XX watts parce que justement c’est une donnée stable fournie par Intel et préciser après réception de l’engin si ce n’est pas le cas sur cette machine.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *