NanoPi Neo Plus2 : Une carte de développement ultra compacte

FriendlyARM annonce la carte de développement NanoPi Neo Plus2 qui propose une connectique complète dans un format deux fois moins encombrant qu’une carte de type Raspberry Pi.

La nouvelle carte NanoPi Neo Plus2 poursuit le travail de FriendlyARM sur  ce secteur. La marque nous a habitués à proposer des solutions performantes ou compactes mais jamais avec ce ratio d’encombrement et de services.

NanoPi Neo Plus2

Annoncée à 25$, la NanoPi Neo Plus2 ne mesure que 5.2 cm de large pour 4 cm de profondeur, une dimension des plus réduites pour une carte qui ne pèche ni par sa connectique ni par ses capacités. A bord, on retrouve un SoC 64 bits AllWinner H5, une solution quadruple coeur ARM Cortex-A53 associée à un circuit graphique Mali-450. Sa mémoire vive embarquée est de 1 Go et son stockage de base est de 8 Go de mémoire flash signée par Samsung. 8 Go auxquels il faut ajouter un lecteur de cartes MicroSD pour étendre ses capacités.

NanoPi Neo Plus2

La solution embarque donc tout ce qu’il faut pour faire tourner très correctement un système d’exploitation complet : FriendlyARM annonce une compatibilité avec Ubuntu Core 16 et Ubuntu OLED mais aussi Debian NAS. Des solutions basées sur Linux 4.x complétées par une version adaptée d’ARMBian qui devrait également être publiée pour la NanoPi Neo Plus2.

NanoPi Neo Plus2

A 24.99$ (ou 29.99$ avec un kit comprenant un câble USB, un petit dissipateur, un “boitier” acrylique et des entretoises) , on a donc une solution qui tient dans un format de petite boîte d’allumettes et qui reste totalement abordable en plus d’être complet. La marque ne fait pas l’impasse sur les composantes les plus importantes de ce type de carte. On retrouve  non seulement une belle connectique mais relayée en plus par des composants compétents. La prise RJ45 par exemple cache une connexion Gigabit pour vos données, ce qui n’empêche pas de glisser un chipset Wifi 802.11 b/g/n et un module Bluetooth 4.0 sur la carte. Le réseau filaire est piloté par un circuit RTL8211E-VB-CG tandis que la partie sans fil est livrée à un Ampak AP6212A.

NanoPi Neo Plus2

Le reste de la carte propose deux ports USB 2.0 pré-câblés et deux autres ports sous forme de pins sur la carte. Un port MicroUSB servira uniquement à alimenter la solution via une solution 5 Volts sur secteur ou batterie.

NanoPi Neo Plus2

On retrouve également des broches d’extensions classiques : 24 broches avec I2C, 2 x UART, SPI et GPIO. 12 broches avec les 2 USB, une entrée infrarouge, des I2S et GPIO et enfin 5 broches  pour gérer la partie audio avec entrée microphone et sortie ligne. Deux LEDs

NanoPi Neo Plus2

Et c’est tout. Pas de sortie vidéo pour cette carte dont le but n’est pas de venir afficher des données en direct sur un écran ou un téléviseur mais bien d’être embarqué dans des projets autonomes pour piloter à distance via une autre machine. La NanoPi Neo Plus2 est parfaite pour devenir le cerveau d’un projet domotique simple, d’un robot, surveiller des accès ou renifler un réseau. Elle s’adresse à des bidouilleurs cherchant une solution compacte et efficace à prix raisonnable et pouvant également être alimentée en mobilité.

Source : FriendlyARM et CNX Software

21 commentaires sur ce sujet.
  • 4 juillet 2017 - 11 h 21 min

    Arf, y a que moi qui trouve dommage le manque de sortie vidéo ?

    Ça aurait fait un petit linux pc dans la poche. J’allais acheter jusqu’au dernier paragraphe, vraiment dommage :/

    Merci pour l’article Pierre.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 11 h 52 min
  • 4 juillet 2017 - 11 h 53 min

    Non-non, moi aussi, après avoir lu la présence d’un circuit graphique MALI, je suis étonné qu’il ne présente aucune sortie vidéo. Du coup ca réduit un peu l’intérêt.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 12 h 35 min

    Pour quel usage ?

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 13 h 02 min

    Voila un compromis pas trop mal entre Raspberry et Arduino.
    Avec un petit écran OLED de 2″ ca devrait faire une chouette montre connectée haha :p

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 13 h 11 min

    Disons que s’il n’y a pas de e sortie vidéo, alors ça positionné la carte différemment.
    Elle devient moins multiples usages.
    Elle n’est plus en concurrence avec une Raspberry.
    Elle se positionne en face d’une Orange pi Zéro à 6€ ou 8€ selon le modèle, moins puissante certes, mais pour de l’embarqué…
    Voilà, je crois que l’on partage un peu de déception à la lecture du dernier paragraphe.
    Presque aussi onéreuse qu’une Rasp qui est la norme de fait, mais sans sortie video, beaucoup plus chère qu’une OPz (plus puissante néanmoins)…
    Bon, la multiplication des produits permet d’avoir un plus large choix, donc à ce titre merci FriendlyArm.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 13 h 17 min

    Je vous rejoins. Il aurait peut-être été plus judicieux d’offrir une sortie mini HDMI qu’un connecteur Ethernet RJ45. Surtout pour de l’embarqué.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 13 h 26 min

    Heu non… Pour de l’embarqué tu te fiches de la sortie vidéo, au pire tu utilises i2C pour un LCD. Alors que pour ton embarqué, parfois le réseau est primordial, par exemple pour un serveur quelconque : pas de vidéo dont on se fiche mais qui pulse sur le réseau, ce qui est important.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 13 h 34 min

    @Pierre Lecourt: C’est moins sexy et plus gros.
    Pour un “non Raspberry pi tech” que je suis, cette carte Neo plus 2 parait mieux :/

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 13 h 44 min

    j’avoue que j’aime bien l’écran pour l’installe… après plus trop besoin !

    ils ont juste recycler un H5 avec tout ce qu’il y à dedans… mais c’est sur que le MALI450MP6 (MP6… oO), ben c’est triste de le laisser moisir qq part !

    mais sinon j’aime bien la carte, par rapport à celle d’hier elle apporte une nouveauté dans son format !

    pour mes relevés temps/consoEDF cela serai plus discret que ma Rpi1… mais qui fait bien le boulot !
    w&s

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 14 h 31 min

    Ce qui est bien dans cette carte, c’est le réseau filaire gigabit. ça permet de faire tourner un petit serveur avec 1Go de RAM. Ce qui serait bien comme tuto, c’est de montrer comment mettre un écran lcd dessus et un autre pour y faire une install depuis un autre PC (soit avec un serveur de boot via la rj45, soit autrement mais je vois pas trop en fait :-)

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 14 h 56 min

    Jean Pierre, tu parles de quoi comme écran LCD ? du 16×2 ou 20×4 caractères connectés en i2C ou des LCDs en 2″ ou 3″ avec le circuit ili9325 ou le plus rapide ili9341 connectés en SPI ?

    Pour mettre un LCD dessus, chaque carte a sa propre recette : ça dépend de la distribution et des bibliothèques à installer (ou pas), et des adresses matérielles spécifiques à la carte, du type d’interface d’écran à connecter et du circuit de gestion de l’écran à connecter.

    Donc pour en parler, il faut la carte dans les mains, de la documentation, de la patience et de la ligne de commande…

    Pas gagné.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 15 h 09 min

    Bizarre ce nombre de pins sur le port GPIO.
    Au début, c’était 26 et c’était bien. Puis après on est passé à 40 et puis bof.
    Et maintenant 24 pins. Et j’en fait quoi de mon afficheur 26 broches qui dort sur mon Raspberry A1.

    Un port Gigabit, c’est sympa pour faire un petit NAS. Mais pas de port SATA ou USB-3. Du coup, cela a moins de charme.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 16 h 11 min

    Sur ton afficheur qui dort toutes les broches ne sont pas connectées. Tu cherches la correspondance des broches et avec un peu de chance tu pourras le connecter.

    Ou alors tu restes sur Raspberry parce que cela ne demande pas d’effort.

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 20 h 09 min

    @Dadoo:
    Je ne comprends pas!ta remarque.
    Le circuit MALI est surtout là pour faire du calcul (via OpenCL par exemple) très utile pour du semi-embarqué comme ici.
    Cette carte est destinée à devenir un noeud (puissant) d’un réseau d’objets communicants et non un PC de bureau.
    Aucun besoin d’écran dans cet usage. La connectique et le chipset nécessaires viendraient largement alourdir et le coût et l’empreinte. Donc eject.

    Pour ma part je me pose, plus sérieusement, la question de la pérennité des logiciels (pilotes surtout) et du matériel.

    Db

    Répondre
  • 4 juillet 2017 - 23 h 02 min
  • 5 juillet 2017 - 6 h 07 min

    Excuse moi, je ne vois pas où se trouve le problème, il y a certainement quelque chose que je n’arrive pas à comprendre. C’est un problème de câbles qui se promènent au lieu d’avoir quelque chose de compact et sans la filasse au milieu ?

    Répondre
  • 5 juillet 2017 - 7 h 36 min

    Comme beaucoup ,je suis déçut par l’absence d’une sortie vidéo .
    Je veux bien que la boite soit petite mais entre un RJ 45 et une prise HDMI ,je prends du HDMI .
    Peut etre une carte un poil plus grosse comprenant un HDMI est a venir .
    Je pense pas que 3/5 euros de plus sur une carte soit un handicap ,les processeur Allwiners sont les moins cher et toutes les cartes de ce fabricant disposait du HDMI .
    J’ai en commande un PI Zero W qui dispose de tout sauf d’une grosse capacité de RAM ,cette petite carte m’aurais plus pour faire une console de jeux .

    Répondre
  • GRV
    5 juillet 2017 - 15 h 18 min

    Pour moi LA killer feature c’est qu’il n’y a pas de carte SD.
    Je sors d’une session “durcissement de carte SD sur un RPi pour éviter la corruption du FS”, et ben, je pense que je vais trouver mon bonheur.

    Répondre
  • 5 juillet 2017 - 23 h 17 min

    Elle ressemble beaucoup aux cartes microPython, mais en plus puissante.
    Il faut reconnaitre que de plus en plus commencent a en avoir un peu marre des grosses cartes rasberry ou même Arduino

    Répondre
  • 6 juillet 2017 - 10 h 05 min

    Alors pourquoi ne pas prendre des Orange pi zero…

    La H2+ coute moins de 10€ et n’apas de sortie HDMI (composite uniquement) et les versions H3 et H5 – AllWinner – sont sans RJ45 mais avec HDMI, mais ça coûte le double…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *