3 nouvelles tablettes MatePad sous HarmonyOS chez Huawei

Huawei peut t-il survivre sur le marché tablette sans Google ? Ses trois nouvelles tablettes MatePad tournent sous HarmonyOS.

Huawei lance trois nouvelles tablettes sans le soutien de Google. L’ancien partenaire est devenu persona non grata des entreprises Américaines, accusé d’être trop proche de l’armée et du gouvernement Chinois. 

Les MatePad 11, MatePad Pro 10.8″ et MatePad Pro 12.6″ vont donc être lancées en Chine et en Europe… sous HarmonyOS, le système “Maison” de Huawei. De gros guillemets à Maison puisqu’il s’agit d’une version d’Android grandement remaniée par Huawei avec une interface et des services développés par la marque. On n’aura pas accès au Google Store mais à un magasin maison.

Ce choix est déjà problématique dans les pays Européens, moins en  Chine où des services différents jouent le rôle de Gmail ou de Youtube par exemple. Mais en France et dans le reste de l’Europe, une des grandes forces du système de Google vient de ses synergies. On ne pourra plus faire cohabiter aussi facilement un smartphone Android avec une tablette HarmonyOS. Les utilisateurs du navigateur Chrome n’auront plus non plus les mêmes avantages.

Paradoxalement, deux de ces tablettes embarquent des puces Qualcomm qui sont censées être indisponibles pour la marque. Il est étrange de voir ce passe droit appliqué ici, comme si le gouvernement US autorisait le commerce avec la marque suivant les avantages économiques que cela procure à ses marques. Ce mouvement de Huawei est donc soit une temporisation dans l’espoir d’une nouvelle évaluation de son cas par les autorités US, soit une approche très pragmatique du terrain. Une manière conciliante de continuer à travailler malgré la tonne de poutres glissées habilement dans ses roues. Il est également possible que Huawei soit dans l’incapacité de produire facilement ses propres SoC en ce moment, la production de ce type de puce n’est pas brillante en ce moment.

Huawei MatePad Pro 12.6″

Huawei MatePad Pro 12.6″

On retrouve ici une tablette 12.6 pouces avec un affichage OLED en 2560 x 1600 pixels en 60 Hz. Un bel écran donc qui proposera une prise en charge du HDR10 et surtout d’une colorimétrie très travaillée. La dalle annonce en effet une colorimétrie 100% NTSC et surtout 100% DCI-P3. De quoi afficher de belles images et profiter d’une chaîne de gestion de couleurs complète.

A son bord, un SoC Kirin 9000E de Huawei accompagné de 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage interne. La tablette est très classique avec un port USB Type-C permettant une recharge en 40 watts de sa grosse batterie 10 000 mAh. A noter également que ce modèle dispose d’une fonction de recharge sans fil en 27 watts.

Huawei MatePad Pro 12.6″

Pour le reste, on retrouve un port jack audio combo 3.5 mm et quatre capteurs embarqués ! En frontal, un module 8 mégapixels est présent tandis qu’au dos de l’appareil Huawei a choisi d’intégrer un premier capteur 13 Mégapixels, un second en grand angle en 8 MP et enfin, un troisième capteur offrant une mesure de profondeur généralement utile pour les portraits. C’est un équipement assez rare sur ce type d’engin de grande diagonale mais l’usage de ces tablettes pour filmer ou photographier semble être largement entré dans les mœurs désormais.

Dernier point intéressant de cet engin, la présence de 4 microphones pour vous enregistrer et dialoguer avec une correction de bruit ambiant et la gestion de la détection vocale pour piloter un éventuel assistant. Un atout pour la vidéo conférence puisqu’avec le capteur frontal en 8 MP, cette Huawei MatePad Pro 12.6″devrait être bien plus efficace qu’une webcam d’ordinateur portable classique. La partie sonore est également très bien pourvue avec pas moins de huit haut-parleurs disséminés autour du châssis, dans un système audio signé par Harman Kardon. La tablette sera livrée nue mais des accessoires optionnels pourront l’équiper utilement : un clavier/ cover et un stylet actif pour de la prise de note ou du dessin.

Vendue  en Chine dès demain, la tablette sera commercialisée à partir de 4999 Yuans soir 640 €. 

Huawei MatePad Pro 10.8″

La version inférieure, la MatePad Pro 10.8″ est une solution quasi identique mais de diagonale inférieure. Sa dalle passe à 120 Hz mais bascule en IPS. On retrouve un SoC Snapdragon 870 de Qualcomm avec toujours 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. La batterie tombe à un respectable 7250 mAh. Ce modèle est annoncé à 3799 Yuans soit environ 490€ en version de base sans clavier ni stylet.

Huawei MatePad 11

Enfin, la MatePad 11 proposera un écran 11 pouces, toujours en IPS 2560 x 1600 pixels avec encore un rafraichissement de 120 Hz et une colorimétrie 100% DCI-P3. Son prix officiel Européen a été dévoilé avec un tarif public de 399€ chez nous. On retrouve ici un SoC Qualcomm Snapdragon 865+ avec 4 à 6 Go de mémoire vive et de 64 à 128 Go de stockage embarqué. Un lecteur de cartes MicroSDXC sera également présent pour étendre cette capacité de base.

On retrouve une disposition de capteurs plus classique avec deux objectifs. Un en 13 Mégapixels au dos de la tablette, un autre en 8 Mégapixels en façade. La batterie reste une 7250 mAh qui se rechargera via un port USB Type-C en 22.5W. Quatre haut-parleurs sont de la partie sur cet engin, de quoi proposer un rendu sonore puissant et peut être enveloppant même si Huawei ne précise pas de technologie de ce type.

Harmony OS

Difficile de voir à terme l’impact de ces modèles sous HarmonyOS pour les utilisateurs. Difficile même de voir si le logiciel est une vraie réponse de Huawei ou si il s’agit juste d’une solution d’intimidation de sa part. La menace la plus sérieuse pour Google est celle d’un basculement massif de produits vers HarmonyOS via des mises à jour. Le constructeur a en effet annoncé vouloir basculer plus de 100 smartphones et tablettes récents sous son propre système en remplacement de la solution native de Google. Un manque à gagner énorme pour le moteur de recherche car ces produits ont été massivement achetés ces dernières années par des millions d’utilisateurs en Asie et ailleurs. Cette transition massive devant se dérouler jusqu’en 2022, elle pourrait donner non seulement du poids à Huawei pour attirer des développeurs sur HarmonyOS mais aurait également un impact sur les services de Google.

Harmony OS

Huawei joue donc la montre avec la possibilité de réagir de manière différente suivant les scénarios qui se présentent. Si le gouvernement US rétro pédale et autorise à nouveau une collaboration avec Google. La marque pourra reprendre ses activités passées tout en continuant de travailler sur HarmonyOS. Si ce n’est pas le cas, il sera possible de récupérer un beau parc de machines employant la solution.

Harmony OS

Huawei met d’ailleurs les petits plats dans les grands en annonçant des nouveautés intéressantes et originales dans son système. La possibilité d’utiliser ces tablettes comme les écrans secondaire d’un PC sous Windows par exemple devient une fonction native de l’OS. Cette fonction, en plus d’un mode multi tâche permettant d’afficher jusqu’à 4 programmes en même temps à l’écran ou de lancer plusieurs fois la même application en parallèle. De quoi se différencier suffisamment des solutions de Google ?


Rivière
21 commentaires sur ce sujet.
  • 9 juin 2021 - 17 h 08 min

    Du coup est ce que c’est pas là une superbe opportunité pour la commu linux de dev un os pour tablette digne de ce nom sur du hardware de qualité qui ne demande que ça ?

    Sinon on peut installer des play store alternatifs, fdroid et aurora store, et même microg, un émulateur de services google sans mouchard. Et vivant en Asie je peux témoigner de la surprenante ( à mes yeux) popularité de ces stores autres des communautés de certains pays.

    Répondre
  • 9 juin 2021 - 17 h 25 min

    Hello tous,

    Pour posséder une matepad 10.4 sortie il y a un an environ le suivi n’est pas vraiment là : 1 mise à jour de sécurité depuis l’achat, pas d’applis de mise à jour sur le store Huawei, j’ai 3 ou 4 applis téléchargées dessus, mais rien, pourtant les stores alternatifs indiquent bien des mises à jour.
    De plus tout ce qui est Google est compliqué à utiliser, impossible à installer nativement sur le la 10.4 et via bidouille sur la Pro.
    J’ai aussi le stylet, qui est plutôt pas mal, mais il se décharge tout seul à partir du moment ou il se trouve à une faible distance de la tablette (Bluetooth environ 2-3m), du coup il est quasiment tout le temps déchargé et sur la 10.4 la charge se fait avec un adaptateur dédié qui ne permet pas l’utilisation en même temps… (heureusement presque gratuit avec le pack clavier et stylet).
    À moins d’un vrai changement de politique chez Huawei sur le suivi de leurs modèles (hors flagship) je ne suis pas prêt à acheter de nouveau chez eux…

    Répondre
  • 9 juin 2021 - 19 h 31 min

    Très probablement une ROM AOSP, “dégooglisé” avec un launcher personnalisé comme le fait /e/ Fondation (au passage,fonctionne parfaitement sur 3 de mes smartphones) et qui possède également un appstore avec aussi bien des applis “Google” que F-droid, avec micro-g.
    C’est bien plus adaptée en terme d’ergonomie, pour les applis sur une tablette tactile, qu’une distribution Linux, même sous gnome et dérivé.
    Maintenant, si HarmonyOS permet certaines choses que l’on retrouve dans les ROM custom, tel la possibilité d’interdire l’accès a internet, gps, etc… pour d’applis choisis, c’est déjà ça de pris ;)

    Répondre
  • 9 juin 2021 - 20 h 15 min

    @Neurobioboy

    Dans les OS à vocation tactile qui se veulent des Linux adaptés aux écrans de tablettes (et aux laptops), il y a – par exemple – JingOS

    Comme le dit la page de une de leur site :

    “‎Système d’exploitation mobile basé sur Linux pour les futures tablettes et ordinateurs portables‎, ‎JingOS est un système d’exploitation Open Source « convergent » basé sur Linux pour les futures tablettes et ordinateurs portables.‎

    ‎Il offre une toute nouvelle façon de fusionner les expériences mobiles et de bureau.‎

    ‎Il peut exécuter à la fois des applications Linux et des applications Android.‎

    ‎Il est adapté pour fonctionner naturellement avec écran tactile, stylet, clavier et trackpad.”‎

    https://en.jingos.com/

    Répondre
  • 9 juin 2021 - 21 h 16 min

    A condition de pouvoir débloquer le bootloader pour installer une autre ROM que celle d’origine, et pour les MatePAd (Pro et 10.4) il n’y a rien, le site xdadevelopper et d’ailleurs très pauvre concernant ces deux tablettes, peu d’espoir que cela avance…

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 8 h 09 min

    Etant utilisateur d’une MatePad Pro avec clavier depuis un an, je vis très bien sans google. J’avais déjà déplacé mes mails chez un autre fournisseur et je n’utilisais déjà plus Chrome. Dans ce contexte, c’est sans souci pour utiliser sans Google. Si d’aventure je veux maps ou youtube : un raccourci vers la webapp (dans Brave donc) et ça fonctionne.

    Une petite souris bluetooth et j’ai toujours avec moi un mini ordi, pret à se connecter grace au VPN et RDP vers mes serveurs boulot.

    D’ailleurs souvent je me fais la réflexion que c’est le digne successeur des Psion puis Netbooks (eeepc) : léger, usage quasi instantané et écran suffisant.

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 8 h 36 min

    De bonnes Idées chez HUAWAI .
    Du beau matériel aussi mais peut t’on vivre sans ANDROID ou iOS ?
    C’est a des prix corrects sur ta présentation .
    je lisais récemment 1000 & 1200 euros pour la 12 pouces ,ce qui est peu compétitif face a un tarif APPLE .
    Je pense qu’un iPAD est certainement la meilleure tablette sauf que joueur et utilisateur d’un peu de Rétro Gaming ,la Sphère ANDROID m’est de ce fait plus intéressante .

    Pour la puissance ,du Snapdragon puissant ,de la RAM et du stockage ,a quand un ANDROID localisé sur ces tablettes HUAWAI .
    Je comprends la politique US qui bloque HUAWAI facilitant de ce fait la vente de matériel APPLE dans certaines régions du Monde .
    Reste a savoir si priver HUAWAI de l’OS de GOOGLE n’est pas une pratique de commerce déloyal .
    IMAGINONS AIRBUS INDUSTRIE privé de moteurs d’avions parce qu’une partie de ces moteurs est de technologie américaine .

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 9 h 16 min

    @Neurobioboy:
    Justement, Android c’est du Linux.
    Pour l’Europe, il aurait été sympa de créer une alternative aux produits de Google (avec Qwant par exemple).
    Pour en revenir aux tablettes de Huawei, leur prix et l’absence de solutions Google va sérieusement les handicaper.

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 9 h 34 min

    @ptitpaj:
    “Reste a savoir si priver HUAWAI de l’OS de GOOGLE n’est pas une pratique de commerce déloyal .”
    Ou justifiées. Après tout, les relations entre Huawei et l’état chinois sont ambiguës, Ren Zhengfei étant un ancien colonel de l’Armée populaire et est toujours membre du Parti communiste chinois (il n’a d’ailleurs jamais caché son attachement).

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 10 h 06 min

    @LBDHS: au lieu de maps j’utilise https://openrouteservice.org , avec la version “classic” j’adore déplacer l’itinéraire grâce au glisser-déposer.
    Pour naviguer avec gestion du trafic : Magic Earth
    Pour les chemins : OsmAnd

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 11 h 41 min

    @zafira500: /e/ le fait deja d’une certaine maniere, avec son OS basé sur AOSP debarassé au maximum de Google (ils vendent egalement des smartphones reconditionnés avec /e/ Os installé).
    Pour un OS purement Linux sur tablettes et smartphones, pas mal de choses sont en cours sur les appareil Pine64, plasma-mobile (dont JingOS est un fork avec Anbox integré), Mobian, postmarketOS, Ubuntu touch, etc…
    Peut etre que le marché est maintenant plus propice a des OS alternatifs comme on a pu en avoir par le passé avec FirefoxOS, Ubuntu touch, sailfishOS mais qui ont été un echec commercial.

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 12 h 41 min

    @Madwill:
    Malheureusement, hier comme aujourd’hui, pb des alternatives au duopole Android/iOs, ce n’est pas l’OS mais l’écosystème. Faut arriver à convaincre les dev à venir sur le nouveau Store…

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 12 h 43 min

    @Madwill:
    Même si une tablette avec une vraie solution Linux ne me déplairait pas, je n’y crois pas trop, le monde du mobile étant trop verrouillé par Google/Apple. Même les Os propriétaires style Tizen n’ont pas réussi à percer.
    Firefox Os, j’avais testé, c’était sympa mais très limité. Et Mozilla à vite abandonné le projet.

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 14 h 43 min

    @sidero: il y a certainement un avenir pour des OS qui permettent d’utiliser des app Android, Anbox est fait pour ça.

    @zafira500: Cannonical aussi à abandonné, mais ce projet a été repris et existe toujours (ubports). WebOS avait disparu, et puis revient doucement…
    Le monde du smartphone et tab sous des GNU/Linux n’a jamais été aussi actif, ex. le PinePhone peut lancer 15 OS ! https://linuxsmartphones.com/

    Pendant longtemps les solutions ARM ont été critiqués pour leurs limitations, nombreux étaient ceux qui avaient la convictions que des ARM ne pourraient jamais concurrencer des Intel… Aujourd’hui il y en a qui correspondent tout à fait pour une partie des utilisateurs. Pour les smartphones et tab sous GNU/Linux ça deviendra certainement le cas.
    (j’utilise encore ma tab UbuntuTouch (maintenant en ubports), je n’en ferai plus si elle était en Android)

    Répondre
  • 10 juin 2021 - 16 h 51 min

    A voir si cette OS va devenir un OS universel en Chine ? Car si le gourvernement les soutient il y a de forte change que les autres marques l’adoptent pour avoir une alternative à l’emprise américaine.

    Apres pour l’Europe ca reste une grosse interrogation ???
    Peut être dans des TV, voitures

    Répondre
  • 11 juin 2021 - 9 h 47 min

    @sidero: @zafira500: Même si cela me mine un peu, je partage vos conclusion, et puis pour marcher, il faut une facilité d’utilisation ou d’installation pour le lambda, ainsi qu’une puissance de frappe commercial énorme, ce que n’a pas la communauté du libre et de l’open source.

    @Skwaloo: Anbox ne suffit pas, il y a bien Wine sous Linux et pourtant, ce n’est pas ce qui fait basculer les utilisateurs Windows…
    Maintenant, je pense que ce n’est pas plus mal que Linux, et tout ce qui l’entoure, restent “confidentiels”, si c’est pour se taper tout les problèmes des “géants”, cela lui serait nuisible (augmentation d’attaques, gérer plus de “consommateurs” plus prompt a râler quand c’est gratuit, etc…).

    Pour en revenir a HarmonyOS, cet OS a quand même ses chances, Huawei a une image haut de gamme sur son territoire, avec un marcher intérieur de plus d’un milliard de consommateurs.
    Il ne manquerait plus qu’ils intègrent parfaitement TikTok, voir un partenariat, et la, possible carton mondial.

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 0 h 38 min

    @Skwaloo:
    J’utilise aussi le gps Magic Earth depuis de plusieurs années.
    Trés belle app avec mode hors ligne qui remplace de fort belle manière Here Maps de la belle époque Lumia.

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 9 h 29 min

    @Madwill: la force de frappe peut venir de la Chine qui pour se mettre a l’abri des tas-uniens peut faire basculer le marché. Si toutes les marques chinoises (d’autres suivront certainement le mouvement) passent sur un OS très proche de la facilité d’utilisation d’Android ET qu’il fait fonctionner les app Android,je ne vois pas ce qui empêcherait sa réussite commerciale.

    @Rick: avec en plus des options Dashcam et une étonnante IA d’aide à la conduite.

    Répondre
  • Tof
    12 juin 2021 - 17 h 17 min

    @ptitpaj: “mais peut t’on vivre sans ANDROID ou iOS ?” –> Si ça ne tenait qu’à moi, je pourrais parfaitement, mais l’enfer c’est les autres!
    Exemples:
    – la Caisse d’Epargne me relance depuis plusieurs mois en me signalant (/menaçant) que je ne pourrais bientôt plus payer sur internet avec ma carte bancaire si je n’installe pas leur appli Android ou iOS. (5 pisteurs et 28 permissions, dont pas mal assez abusives dans leur applis Android)
    – Radio France, désormais lorsque j’écoute des podcasts sur mon appli de podcast “AntennaPod” (libre) ou ma radio connectée Squeezebox (libre aussi), j’entends à la place un message que désormais que je ne peux écouter ces podcasts que depuis l’appli Radio France (21 pisteurs et 15 permissions)

    Répondre
  • 12 juin 2021 - 18 h 58 min

    @Skwaloo: Oui, je ne doute pas que la Chine va se donner les moyens mais, a contrario, pas sure que l’utilisation des applis Android se fasse sans encombres…
    Beaucoup des applications les plus populaires sont le produit des GAFAM et pour la plupart, elles nécessitent les services Google Play (bah oui, ils veulent s’assurer que tout leurs trackers et autres sdk fassent tourner la machine a cash) pour fonctionner correctement.
    C’est pour ça que je mentionnai TikTok, (mais on peut aussi ajouter Aliexpress) qui pourrait peser lourds dans la réussite commercial d’un OS Chinois, et puis il faut aussi attirer les dev pour enrichir le catalogue, ce qui ne doit pas manquer en Chine.
    Je doute pas également que ce sera, comme Android, un OS basé sur Linux, qui sera progressivement quelque peu verrouillé, sur des machines au bootloader tout aussi verruoillé, mais bon, c’est le jeu…

    @Tof: Pour les payements par CB, les comptes carte que l’on trouve chez les buralistes , on met ce que l’on a besoin par virement (pas d’obligation d’applis pour ça) et ça évite de se faire tirer plus que ce que l’on a dessus.
    Pour les podcasts, même via le navigateur ce n’est plus possible?

    Répondre
  • Tof
    13 juin 2021 - 13 h 26 min

    @Madwill:
    – Pour la banque c’est ce que je vais faire, et ce sera bye-bye la Caisse d’Epargne, voilà.
    – Pour Radio France, par le navigateur ça reste possible. Mais sur radio connectée ça veut dire impossible, ou alors aller sur la page avec le navigateur depuis mon laptop, récupérer l’url, lancer un youtube-dl sur l’url afin de récupérer un mp3 puis uploader ce mp3 sur la radio connecté… donc j’oublie ma télécommande de la radio. C’est un peu comme faire le plein de sa voiture uniquement en faisant des aller-retour à la station essence avec des bidons de 5L…. Ca va que je suis capable de me débrouiller et pas sans ressources, donc je vais me faire un script sur un serveur qui scrape les émissions qui m’intéressent, download automatiquement les fichiers et me reconstitue un flux XML pour mon propre usage. Mais c’est juste chiant de la part de Radio France (service publique), d’imposer 21 pisteurs de m… , alors que le service existe toujours mais ils l’ont juste cloisonné dans leur silo.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *