Une manette de jeu pour enfant transformée en manette de jeu pour enfant

@Rudeism est un hacker facétieux. Le bonhomme a pris sa manette de jeu pour enfant Fisher Price et l’a modifiée pour la rendre compatible PC.

La manette de jeu de base est un jouet d’imitation destiné aux plus petits. Le genre de truc qu’on colle dans les pattes d’un bébé en espérant vainement qu’il ne s’intéresse pas à la vraie manette de jeu et qu’il cesse de s’inviter en tant que nouveau joueur dans vos parties. Le truc fait des petits bruits préenregistrés avec toute la cruauté sadique dont sont capables les ingénieurs de Fisher Price. Des sons qui, a force d’être répétés à chaque pression de touche, vous rendent complètement marteau.

Bref, un matériel de base hautement haïssable et parfait pour entreprendre un hack. Celui-ci a consisté à rendre opérationnel le faux paddle en reliant l’ensemble de ses boutons à un classique Arduino Pro Micro en parallèle du circuit d’origine.

La carte Arduino Micro Pro est en effet un des modèles proposant une interface USB complète et programmable, de telle  sorte qu’on puisse assigner des actions d’un bouton à une tâche spécifique sur PC.

En définissant les touches de la manette de jeu à une action adaptée sur PC, elle a ainsi pu communiquer « comme une vraie ». Comme Dylan Beck aka @Rudeism est un hacker masochiste, il a préféré garder les sons de la manette d’origine même si cela a du compliquer la tâche d’intégration de l’objet.

Ainsi, lorsqu’il joue à Elden Ring, on entend les petits bruits horripilants de base de la manette : « One, Two, Three, Four » ou « Green, Blue, Red » etc. La croix directionnelle est redevenue une croix directionnelle, le mini joystick remplit désormais son rôle et les différents boutons et gâchettes sont tous actifs. C’est amusant. Le hackeur en question s’est d’ailleurs fait une spécialité de ce genre de modifications avec une approche un peu différente du monde du gaming. Comme jouer à un jeu Starwars avec un sabre laser comme interface. Jouer à Dark Souls III en pianotant du code Morse ou d’autres titres mettant en scène d’autres approches de la maitrise des jeux. Et pas des plus faciles…

Au delà de ce côté farce, je trouve l’approche intéressante pour diverses raisons. La première est de réfléchir différemment à comment nous pilotons nos interfaces et c’est assez étonnant de voir à quel point la forme de contrôle peut changer l’approche d’un jeu. Mais la chose la plus intéressante est peut être l’approche ergonomique que ce genre de hack montre.

Ce WeekEnd, j’ai suivi le Festival du jeu Thonon Gaming Fest qui a fait un gros travail de présentation des associations Handigamers et E-quals. Ces associations promeuvent la pratique du jeu vidéo d’une manière inclusive en permettant aux personnes en situation de handicap de participer à des tournois de sport électronique, en montrant l’exemple de cette inclusion possible. Mais également en apportant leur expertise technique pour faciliter le jeu à des personnes à mobilité réduite. Cela passe par un travail d’amélioration ou d’adaptation des interfaces de jeu, au conseil sur les solutions à adapter ou un état des lieux des solutions existantes souvent invisibles en magasin traditionnel.

Et je me dis que le rapport entre la manette de jeu Fisher Price et les besoins de certains joueurs est évidente. Il y a quelque chose à créer autour des manettes de jeu pour satisfaire les joueurs handicapés. Une plateforme Open Source, documentée et facile d’accès pour que des fablabs puissent inventer des manettes sur mesures et les imprimer doit bien exister ? Un truc qui pourrait occuper des hackeurs en herbe aussi bien que les plus chevronnés. On a vu le fourmillement des idées et des projets de la communauté des fablabs autour des prothèses, il pourrait exister le même type de projets pour créer un format de manette évolutif. Avec des éléments communs comme cette fameuse carte Arduino et une programmation de base identiques. Mais des modules différents à adapter suivant les morphologies et la motricité de chacun. Je n’ai aucune idée si une telle solution est déjà en pratique ou si des projets du genre existent. Mais, à parcourir le site et le compte twitter de @handigamers, on se rend compte assez vite de l’énorme impact positif du jeu vidéo dans la vie de certains.

Faites découvrir le site en le partageant


 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

3 commentaires sur ce sujet.
  • gUI
    3 mai 2022 - 16 h 04 min

    Merci pour cette mise en lumière de Handigamers, je ne connaissais pas.

    Répondre
  • 3 mai 2022 - 23 h 09 min

    parce que il y a des parnets qui achètent des manettes comme celle-là à leur progéniture….
    Et lorsque le bambin aura 15 ans, ils lui diront de décrocher de son smartphone…!

    Répondre
  • 5 mai 2022 - 14 h 25 min

    Les bidouilleurs refont ce que les standards défont.
    Les standards, hormis dans le gaming ont tendance a simplifié l’interface homme/machine, de la ligne de code à l’interface graphique, du clavier au tactile, cela a l’avantage d’ouvrir l’usage ai grand public, tout en « enfermant » ou « limitant » leurs capacités à comprendre et faire ce qu’ils veulent vraiment.
    Mais imaginer de nouveaux claviers, de nouvelles intéractions et interfaces seraient pourtant une piste intéressante dans un monde « connecté ».
    La dernière fois c’était quasiment l’atelier xerox ou des chercheurs ont imaginés l’interface graphique, le réseaux, sans brevets, sans devenir milliardaire, juste parce que xerox avait un monopole sur la photocopie et voulait des pistes pour son business avec l’arrivé de l’informatique (et Jobs et Wozniak ont matérialisés une massification de leurs inventions).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *