Love Hultén Vs Ikea : une armoire IBM 2401

Vous connaissez sans doute déjà Love Hultén, du moins son travail. Ce designer émaille de ses créations les pages de Minimachines depuis ses débuts avec des créations souvent tournées autour des jeux d’arcade. Il revient avec une armoire de rangement qui a pris la forme d’un IBM 2401.

Ce garçon a décidemment un amour immodéré pour les machines, pas forcément les mini, mais celles du passé. Love Hultén revient avec une nouvelle idée. Celle  de transformer les armoires de stockage sur bande des vieux ordinateurs IBM en armoire de stockage classique. Son IBM 2401 de 1964 est un magnifique hommage à la grande époque.

IBM 2401

L’idée est simple, la mécanique nécessaire à la création de ces unités de stockage sur bande dans les années 60 était très impressionnante et reprendre le design d’un IBM 2401 permet de proposer une armoire de stockage suffisante pour stocker pas mal de choses de manière originale. En « oubliant » les éléments indispensables au stockage sur bande de ce type, on a donc une partie supérieure qui s’anime et s’illumine, pilotée par un mécanisme de moteurs, des LEDs et même un système sonore qui délivre des sons d’appareils de ce type. Le tout est piloté par une solution Arduino qui se charge de faire fonctionner l’ensemble de manière cohérente.

iBM

Evidemment, ce n’est pas l’armoire la plus optimisée qui soit en terme de rangement, je dirais même qu’elle propose plein de place perdue. Mais, imaginez ces engins dans un intérieur pour ranger vos petites affaires à côté de votre bureau, glissez un petit câble entre votre PC et l’armoire et imaginez la tête de vos visiteurs. Prenez une série de ces faux IBM 2401 et disposez les dans le hall d’entrée de votre département informatique… 

Une réparation d’un IBM 729 sur le même principe

Tiens, puisqu’on en est à parler du IBM 2401, savez vous pourquoi ils étaient si grands et encombrants ? Pourquoi une telle hauteur et non pas juste des bobines faisant tourner les bandes ? Tout simplement pour pouvoir créer un tampon de données facilement et rapidement accessibles. Les armoires provoquaient une dépression en aspirant l’air sous les bandes. L’arrière de l’armoire contenait donc une sorte d’aspirateur pour cet usage en plus des moteurs, courroies et autres composants nécessaires au fonctionnement de l’ensemble. Cette bande libre qui se situait sous les bobines pouvait alors être lue plus rapidement en activant le moteur d’une des deux bobine à toute vitesse. Cela permettait de faire des va et vient sur une section de bande magnétique et donc de récupérer des données situées sur une assez grande section de stockage. Oui, en gros, ces armoires créaient une sorte de « buffer », de « tampon » en lecture et écriture. La capacité totale des bandes était souvent très limitée.

2021-04-20 12_26_18

L’IBM 2401 d’origine, le Model 1 de 1964 proposait bien moins qu’une disquette en terme de stockage. On parle de bits et non pas de Kilo bits ou de Méga Octets. Le « buffer » en question était donc très très court. 

Si vous voulez en savoir plus sur les étapes de stockage de l’informatique, ComputerHistory a une page assez bien faite sur le sujet.


Jaune
10 commentaires sur ce sujet.
  • 20 avril 2021 - 13 h 02 min

    Merci pour cette vidéo (réparation de l’armoire à bande) !!
    J’ai enfin compris comment ça fonctionnait !
    Et surtout, je me dis que ces mecs/femmes, étaient vraiment des pionnier.e.s et de sacrés ingénieur.e.s.
    Bravo !!

    Répondre
  • 20 avril 2021 - 14 h 00 min

    Merci pour cette vidéo, c’est superbe !

    Répondre
  • Xo7
    20 avril 2021 - 14 h 13 min

    Bonjour la vitesse du dérouleur dans le meuble IKEA correspond plus à un lecteur audio ! Il aurait pu en mettre un histoire de bluffer son public !

    Pour info j’ai croisé la semaine dernière deux dérouleurs de bandes IBM dans une salle informatique chez un client ! Ils ne fonctionnaient pas mais ils avaient l’air fonctionnels. Les conduits d’aspiration servent à amortir les tensions de bande lorsque la bobine se déroule (vitesses de rotation différentes) ou lorsque le dérouleur change de sens de rotation

    Répondre
  • 20 avril 2021 - 14 h 25 min

    Merci Pierre pour ces moments d’histoire de l’info. J’ai eu la chance de visiter le Computer History Museum en Californie et cela reste un très bon souvenir.
    Il est indiqué « bytes » donc octets dans le tableau et pas bits.
    C’était donc quand même super rapide pour l’époque (surtout le model 4). Il est indiqué 60,000 bytes par sec de taux de transfert. Ce qui est cohérent avec la vitesse de défilement de la bande (37.5 inch/s) et la densité de données (1,600 bytes/inch). Ca fait quand même 58 Mo/s de taux de transfert !
    Ou alors je rate un truc.

    Répondre
  • gUI
    20 avril 2021 - 16 h 01 min

    @Matthias: Oui tu rates un truc :)

    60kB/s, c’est le résultat du débit, qui est bien confirmé par 37,5 (inches /s) * 1,6kB (densité par inch) = 60kB/s

    Répondre
  • 20 avril 2021 - 16 h 28 min

    Plus rapide qu’une disquette donc, non ?

    Répondre
  • 20 avril 2021 - 16 h 57 min

    @gUI:
    Oui bien sur ! Pas les yeux en face des trous…ou alors c’est que j’ai perdu l’habitude de compter en Ko plutôt qu’en Mo !
    Donc oui 58 Ko/s ! Ca colle mieux !
    Désolé pour mon erreur et merci pour la correction !

    Répondre
  • gUI
    20 avril 2021 - 17 h 35 min

    @matthias: Après dans l’absolu ça reste de belles performances: on parle de 1964 et moi en fin des années 90 c’est à peu près ce que je faisais à la fois sur mes disquettes (ok, on avait déjà des disques durs) et via l’ADSL (je ne parle donc même pas des modem RTC du début des années 90).

    Quand le CD-ROM est arrivé par exemple, il ne faisait « que » du 150ko/s.

    Bref en 1964 je me doute que c’était le top du top, et que ça coûtait un bras (+ 1 rein).

    Répondre
  • 20 avril 2021 - 18 h 32 min

    @gUI: C’était loué le plus souvent : Location + maintenance. Très très cher.

    Répondre
  • 20 avril 2021 - 20 h 46 min

    Bonsoir à tous !

    Super ces videos (y’en a d’autres), merci Pierre. Je comprends enfin comment ça marche, je n’ai jamais eu d’histoire de l’informatique dans mes cours, je ne connais que les machines modernes (disons depuis le premier PC, et elles sont proches en terme de conception générale – ça, c’est autre chose :) )

    Ivan.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *