La Poste : une place de marché comme les autres

Le site de La Poste a lancé une place de marché informatique à la plus value assez difficile à distinguer.

La Poste est aussi une boutique en ligne, la marque y vend des timbres et des services depuis toujours. Mais plus récemment ce business s’est enrichi de nouveaux produits. Des éléments logiques comme des boites aux lettres ou des documents liés au métier du service.


Mais, en parcourant les 3857 pages de 48 produits différents proposés par le site, on se rend compte que La Poste est allée beaucoup plus loin qu’un simple listing de produits en rapport avec sa thématique. 

C’est Pierre Dandumont qui a remarqué cette montée en puissance sur Twitter, s’étonnant que le site propose désormais du matériel informatique entre beaucoup d’autres choses. Et, en regardant d’un peu plus près le service, je m’aperçois que ce développement inattendu est complété par un énorme travail d’optimisation sur les moteurs de recherche. Il n’est plus rare de retrouver le site de La Poste bien placé dans les résultats de Google. Trustant les premières places sur certaines références spécifiques.

Derrière ce vaste catalogue de produit, la solution Mirakl. Ce site qui permet d’ajouter une place de marché simplement et efficacement à un site existant. La Poste a aggloméré une place de marché à son offre et a ouvert son catalogue à tous ceux que cela pouvait intéresser. Numismates, vendeurs de produits de bricolage, de jardinage, d’électroménager ou de loisir. Mais également désormais, marchands de produits informatiques.

On y retrouve donc logiquement les mêmes offres que les autres sites de vente utilisant ce service. Avec les mêmes intervenants et les mêmes catalogues produits. Un exemple ? Le VivoBook R12 d’Asus est en vente sur La Poste à 327.95€. Il est expédié sans frais de port par TopBiz. 

On retrouve exactement le même produit expédié par le même TopBiz sur le site RueDuCommerce. Le vendeur doit expédier le même catalogue aux deux places de marché qui les affichent dans leurs colonnes avec les mêmes images et un descriptif technique identique. Petite nuance, la version RueDuCommerce est plus chère passant de 327 à 341€. Une évolution de prix probablement liée aux frais demandés par RueDuCommerce.

Il est également proposé par La Fnac sur sa propre Marketplace avec un prix plus bas, à 319€. Toujours le même portable et toujours expédié gratuitement par TopBiz… L’appellation du produit est un tout petit peu différente avec quelques tirets en moins.

Et, très logiquement, comme La Fnac et Darty travaillent de concert, on retrouve encore TopBiz sur le site du contrat de confiance… Cette fois-ci la machine  est proposée à 334€ avec une livraison toujours aussi gratuite. Ici, le portable a encore un autre nom, un mélange entre nom commercial et référence produit, mais c’est bien la même référence.

La marketplace de La Poste a ouvert en mars

C’est le 12 mars que cette nouvelle boutique du groupe La Poste a ouvert, avec à ses débuts une vision quelque peu plus encadrée de son offre. Sylvie Latour, directrice e-commerce, Branche Numérique du Groupe La Poste, expliquait alors vouloir une place de marché concentrée autour des produits liés à l’expédition de documents et de colis. Sur L’Usine Digitale, elle indique avoir « voulu insuffler les valeurs de La Poste, qui sont la confiance et la proximité » dans cette nouvelle boutique.

L’objectif avoué est de permettre aux clients du groupe de trouver en un même endroit tout ce qui touche de près ou de loin au monde de l’expédition. En début d’année, la volonté du groupe était clairement de limiter son catalogue. Une étanchéification de l’offre à des domaines très précis qui devait se compléter par d’autres au fil des mois : téléphonie, ordinateurs… Et on découvre aujourd’hui sur le site qu’il est possible d’acheter une tondeuse ou une bague fantaisie sans soucis.

L’objectif de la poste est assez clair, son image est très rassurante auprès d’une partie du public. La marque continue de jouer à fond sur son passé historique. L’image du facteur de Jour de fête, qui entre dans toutes les maisons et toujours prêt à rendre service, est toujours dans le folklore du public français même si aujourd’hui la réalité du terrain est bien différente. Le « facteur » traditionnel n’existe plus, la poste de proximité vous envoie dialoguer avec des automates ou son site web… La Poste essaye donc de vivre dans un grand écart permanent entre l’image traditionnelle de son offre et la plus value qu’elle lui apporte avec un service totalement déshumanisé et sans aucune proximité qu’elle a organisé pour limiter au maximum ses coûts.

Quand TopBiz envoie un colis avec un ordinateur dedans, peu lui importe que la commande vienne de La Poste, de La Fnac ou de RueDuCommerce. Pour lui, le travail sera le même. La plus value du groupe La Poste sera nulle pour le client final car je suppose qu’en cas de pépin ce ne sera pas le facteur du coin qui viendra vous dépanner mais bien un SAV piloté par TopBiz ou le fabriquant.

L’Ecole des facteurs, court métrage de Jacques Tati

Bref, cette offre me pose toujours les mêmes questions. Les sites qui proposent des places de marché ne font que rentrer en concurrence les uns avec les autres. Le travail d’optimisation pour les moteurs de recherche devient de plus en plus complexe. Si on voit bien sur la référence Asus au dessus comment chacun des sites pousse des appellations différentes pour se démarquer des autres, cela reste une ruse assez limitée. Au final est-ce que ce n’est pas se tirer une balle dans le pied que d’inonder son catalogue de produits de ce type ? Je serais curieux de voir qui va vraiment acheter un ordinateur portable via le site de La Poste ? Quelle image aura un professionnel qui cherche un paquet de formulaires de recommandés quand il tombera sur les 185 000 produits recensés sur le site ?

La Poste améliore t-elle vraiment son chiffre d’affaire en proposant des chaises de jardins ? Est-ce que le choix de faire un catalogue aussi vaste est le bon. Je me doute que la tentation doit être grande quand on s’offre un outil de ce genre de tenter de le faire fructifier au maximum en intégrant un catalogue gigantesque mais est-ce la bonne chose à faire ? Sur le papier, cela semble être une bonne idée mais en pratique ?

Combien de temps La Poste pourra t-elle encore jouer sur son image passée pour séduire ? Comment réagiront les éventuels clients croyant commander sur La Poste quand ils découvriront que le service est confié à des prestataires ? Autre questionnement, certains produits expédiés gratuitement par les partenaires de La Poste sont livrés par des sociétés concurrentes. Ce n’est pas indiqué sur le site mais clairement notifié chez d’autres places de marché. La Poste joue donc contre elle-même en hébergeant des services qui emploieront ses concurrents directs pour livrer ses clients. Quelle drôle d’image pour un acheteur de recevoir son salon de jardin commandé sur La Poste et livré par un DHL ou un GLS ?

Au final de la filmographie de Jacques Tati, le film le plus proche de cette offre est le magnifique Playtime qui sert à illustrer ce billet, bien plus que ses pittoresques aventures de facteur.

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

15 commentaires sur ce sujet.
  • Cid
    17 novembre 2022 - 20 h 54 min

    Je viens d’entendre une pub à la radio qui dit que « La Poste vous aide pour votre CPF » What else ?
    Les places de marché ruinent ma navigation sur les sites de magasins traditionnels genre But ou Confo, pour savoir ce qu’on va trouver en boutique.

    (Merci pour Tati, j’adore ses scènes de rue même si elles sont fausses, on y voit de belles voitures.)

    Répondre
  • 17 novembre 2022 - 20 h 59 min

    le grand n’importe quoi des marketplace !!

    quand on vois que les colissimo sont livrés dans des points relais,
    la poste continue de perdre sont identité et sa valeur ajoutée…

    Répondre
  • 17 novembre 2022 - 21 h 00 min

    C’est pénible tout ces sites de marketplace. À titre personnel ça me fait plus fuir qu’autre chose. Par exemple je ne commande plus chez Leclerc car il est quasiment impossible d’identifier clairement quel type de produit est vendu ou non par le marchand. Cdiscount n’en parlons pas non plus, le site ne vend quasiment plus rien en propre.
    Si au moins il y avait une plus value comme Amazon : vendu par /expédié par Amazon.

    Le plus fort, ma mère a commandé un produit chez Cdiscount expédié par la marketplace depuis Amazon qui est son prestataire donc elle se retrouve avec un emballage Amazon.

    Répondre
  • 17 novembre 2022 - 21 h 56 min

    et pendant ce temps, l’expédition de courriers papiers est de plus en plus coûteuse.
    Nous avions l’habitude de réaliser chaque année un carte de voeux, imprimée chez un imprimeur et expédié via La Poste à environ 150 personnes.
    En décembre 2021, le coût du timbre a dépassé le coût d’impression, cette année, le timbre, est plus élevé que l’impression et l’enveloppe additionnées.
    Nous avons dont cessés d’envoyer des cartes de voeux en nombre, maintenant nous achetons une dizaine de carte standard à envoyer aux grands parents et oncles et tantes, finie l’expédition de cartes personnalisées à toute la famille et aux amis quelque soit l’âge !
    Et je ne préfère pas parler des courriers de 25 g qui demandent 2 timbres … soit des augmentations indécentes en moins de 10 ans.

    Le seul intérêt du site de la Poste => l’expédition des courriers avec AR à partir d’un fichier PDF.

    Répondre
  • 17 novembre 2022 - 22 h 53 min

    Et il y a aussi la Banque Postale qui est devenue spéciale ^^’
    La dernière fois dans le bureau du « conseiller en capital » il y avait des affiches pour de l’assurance, du gardiennage/présence contre les voleurs, de la tablette assistante personne âgée, etc… C’est en faisant n’importe quoi que l’on devient n’importe quoi. Le capitale sympathie cela fait longtemps qu’il est bien entamé avec les fermetures dans les petites villes ou le postier qui considère qu’il n’a plus à se déplacer jusqu’à la boite à lettre. Triste.

    Répondre
  • 17 novembre 2022 - 22 h 55 min

    Rassuré de lire que je ne suis pas seul à trouver que ces places de marché sont une plaie : c’est la raison principale qui me fait préférer Amazon à ses alternatives.
    Quant à la poste, la dégringolade continue… heureusement qu’il reste encore des facteurs consciencieux.
    Et merci pour la référence à Jacques Tati !

    Répondre
  • 17 novembre 2022 - 22 h 58 min

    Ma dernière commande pièce de rechange pour un produit à environ 25€.
    Directement chez le fournisseur presque 7€ (6€ de fdp), par Amazon un peu moins de 4€ directement par le site tiers vendeur un peu moins de 3€ (payé par PayPal pour avoir une assurance).

    Répondre
  • 18 novembre 2022 - 3 h 46 min

    La Poste n’est plus qu’une marque qui surfe sur ce que ce nom a pu signifier mais qui n’a à peu près plus rien avoir avec ce que c’était il y a encore 20 ans.

    Le service aux particuliers est désastreux, les gens qui y travaillent sont précarisés et y souffrent comme partout. Il n’y a pas si longtemps, être facteur était une fierté. Ces gens rendaient service, tissaient du lien, on avait confiance en eux, on les connaissait et eux nous connaissaient. Ce n’est plus le cas.

    Alors que La Poste devienne une marketplace, laissez-moi rire. Déjà qu’elle est devenue une mauvaise banque.

    Il y a d’autres pays, comme le Japon, par exemple où le service postale a été privatisé et qui fonctionne du feu de dieu avec un niveau de service haut de gamme pour tout le monde. Le Japon est un pays de l’OCDE qui pratique l’économie de marché. Qu’on m’explique pourquoi on a transformé un service public qui fonctionnait très bien en un truc qui fait tout et n’importe quoi n’importe comment. Ah oui, je sais, on a les managers les plus débiles du monde. Et les mecs en plus se croient fort.

    Répondre
  • bob
    18 novembre 2022 - 7 h 25 min

    La poste « livre » les vélos de location Veligo de la region île de France.

    Il y a quelques années j’ai travaillé à la facturation nationale en sous traitance et déjà on sentait que c’était la recherche de tous les services possibles à facturer.

    Répondre
  • 18 novembre 2022 - 8 h 53 min

    @R2D2:

    Et encore, à la Banque Postale tu n’as pas essayé de fermer des comptes. Il y a bien longtemps, j’étais chez eux (et dû ouvrir un compte ailleurs au 1er prêt immobilier, ils n’étaient alors pas vraiment une banque) et puis ils avaient le monopole sur les livrets A avec la caisse d’épargne.
    Ce compte ne me servait donc que pour les transferts livrets de la famille (4 en tout).
    En juillet, je reçoit un avertissement que les frais pour compte inactif vont monter à 25€!!! Je prends RDV pour tout fermer (CCP+livrets, à transférer dans ma banque ou j’ai les comptes « actifs »).
    Résultat: 3 sur 4 fait dans un délai raisonnable (3 semaines quand même) après 1h00 d’attente du conseiller à la bourre (bien la peine de donner des heures de RDV) et 1 de plus à tout faire niveau papier, tellement tout fonctionne mal chez eux.
    Le dernier, suite à multiples réclamations, aura mis pile 3 mois à être fermé. Le compte chèque, j’atends toujours: Il est passé négatif du fait des prélèvements de frais de tenue compte inactif car il sne l’on pas fermé malgré mes demandes réitérées et ils me menacent désormais d’interdit bancaire!

    Quand ils étaient devenus « La Banque Postale », certains contrepêteurs en avaient fait « La Poste Banquale »: Vraiment on y est. C’est devenu n’importe quoi. Au bout de 6 mois on peut escalader et contacter un médiateur visiblement: Là aussi, quelle diligence.

    Alors bon courage aux clients de leur « place de marché »…

    Répondre
  • 18 novembre 2022 - 9 h 11 min

    En métropole vous avez la Poste, à la Réunion on a la mafia Poste and Co (ups et consort)
    La douane ayant légué le dédouanement à la Poste and Co, c’est devenue un gros raquette.
    Ca taxe tous même ce qui le devrait pas outrageusement, si le client paye tant mieux pour eux, sinon ils renvoient aux fournisseurs en métropole et leurs réclament les taxes.
    Ce qui vas arriver, c’est que plus personnes va vouloir livrer des particuliers, et donc de gros zozos de l’import vont se gaver.

    Répondre
  • 18 novembre 2022 - 10 h 36 min

    La Poste essaie de survivre, en faisant un peu n’importe quoi et en imitant les autres.
    Qui aura l’idée d’acheter des gants latex ou une table de mixage chez eux !
    Pour voir, j’ai tenté quelques recherches sur des exemples récents. Effectivement quelques PC 1er prix sont bien placés (mais rien d’exceptionnel), coté smartphones ils sont bien trop chers (+35% sur le mien acheté en grande surface) mais -15% sur une boite aux lettres.
    Une batterie 5 futs chez eux coûte 10 % de plus qu’à la FNAC, et même 30 % de plus que le modèle supérieur de même marque chez Amazon… Aucune chance dans un moteur de recherche ! Ils creusent un peu plus leur trou.

    Répondre
  • 18 novembre 2022 - 19 h 10 min

    @ Marie la tarte
    La Poste a dit bye bye au service public le jour où elle est devenue une SA. Ce n’est plus qu’une entreprise détenue en majorité par la CDC (l’État se gardant 33%). On peut remercier les guignols qui nous gouvernent avec pour seule boussole le privé. Le prochain service public sur la liste ? L’hôpital public. Mais bon, les français le veulent bien, eux qui votent comme un seul homme au mieux pour cette droite idiote, au pire pour l’autre droite dégueulasse. Alors puisque telle est la volonté du peuple… Amen.

    Répondre
  • 21 novembre 2022 - 14 h 20 min
  • Tof
    22 novembre 2022 - 7 h 51 min

    J’ai été également surpris de découvrir aussi cette place de marché en cherchant des piles très spécifiques pour un système d’alarme sur google. Il y avait l’offre de piles d’un marchand à la réputation pourrie sur d’autres market-place comme Amazon, à cause des nombreux retours clients sur la piètre qualité de ses marchandises. Sur la place de marché de la Poste, cela lui donne une nouvelle virginité pour écouler ses camelotes pourries à des gogos (la valeur ajoutée de la Poste est de fournir de nouveaux gogos).
    Une seconde fois je suis retombé sur la place de marché de la poste, en cherchant une pièce de remplacement (poignée de porte de lave-linge). Prix environ 27€, il y avait le nom du marchand-tiers, que j’ai cherché par la suite sur google. J’ai acheté cette même pièce directement sur le site du marchand à 3,80€.

    A terme c’est encore un cran de plus pour détruire l’image de marque de la Poste.

    Il y a des enseignes dont l’expérience market-place ajoutée à leur catalogue devient un tel répulsif (comme certaines dans le bricolage dont le nom commence par « Brico »), que juste chercher un truc pour
    1. savoir s’ils l’ont en magasin et aller le chercher direct sur place,
    2. voire le commander à ce magasin, et aller le chercher plus tard
    et sans avoir les avalanches de tonnes de références de guignolos plus ou moins territorialisés, cela ressemble plus à un combat contre une hydre qu’à une expérience plaisante d’achat.

    A ce demander, si quand une enseigne ajoute un market-place à son catalogue ce ne serait pas le signe du début de la déconfiture de celles-ci car elles ont un besoin rapide de cash-flow (à cause d’un manque d’adaptation au marché, ou d’une mauvaise gestion). Un peu comme la revente de listing clients à des entreprises de télémarketing, les offres de cartes de fidélité-paiement qui cachent un crédit-revolving ou les offres de cash-back qui cachent un abonnement onéreux…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *