Home Assistant Amber : un centre de domotique sous Raspberry Pi

Home Assistant Amber c’est une solution domotique sous Raspberry Pi Compute Module qui cherche un financement participatif pour exister.

Home Assistant Amber est une solution matérielle, assez aboutie tant sur l’électronique que le design, conçue pour faire tourner Home Assistant. Une solution logicielle gratuite et Open Source destinée à toutes les plateformes informatiques du marché. Vous pouvez installer Home Assistant sous Linux, Windows ou un MacOS, vous pouvez l’installer sur une carte de développement et même sur un vieux PC qui traine au fond d’un tiroir. Cela va fonctionner dans la plupart des cas. Et cela devrait fonctionner avec… à peu près tout type de matériel domotique. Des Hue de Philips en passant par les solutions Amazon, Ikea, Google, HomeKit, ZWave, Sonos, Plex….

Home Assistant Amber

Et Home Assistant est un outil assez merveilleux. Loin des solutions généralement proposées par les constructeurs de matériels domotiques. Quatre pauvres icônes placées de manière plus ou moins logiques et des schémas de fonctionnement vous faisant naviguer de sous menus  en sous menus pour avoir accès aux informations essentielles. Non, la solution proposée ici passe par un serveur en ligne qui sera hébergé sur la machine de votre choix. Elle profite ainsi d’un cadre de développement très pointu qui permet des fantaisies graphiques appréciables. On est loin, très loin des univers dessinés à la hache par les constructeurs classiques.

Home Assistant Amber

Tout est clair, autant dans l’énoncé des fonctions activées que dans leur visualisation. La programmation de scénarios, la consommation d’énergie, les éléments actifs ou non, les états et heures de déclenchement des différents appareils,; tout est lisible, simple et bien construit. Home Assistant étant hébergé et connecté, il est également possible d’y accéder de manière sécurisée depuis une connexion externe et sur tout type d’appareil : PC, smartphone, tablette…

 

Home Assistant Amber

Mais là où la solution Home Assistant Amber va se démarquer, c’est dans son approche matérielle. Non seulement la carte est assez originale d’un point de vue design mais surtout elle propose une connectique et des fonctionnalités adaptées à sa mission domotique. Elle a également le bon goût de fonctionner de manière totalement passive. C’est sur Crowd Supply1 que le projet est mis en avant. Avec un financement qui devrait amener la solution à être livrée pour la fin Juin 2022.

Home Assistant Amber est une carte mère acceptant comme cerveau un Raspberry Pi Compute Module 4. Une fois installé sur la solution, c’est le SoC du Pi qui prendra les commandes et gérera l’intendance logicielle de l’ensemble. Au passage la carte propose un port M.2 2280 PCIe x1 NVMe pour un stockage supplémentaire ou pour ajouter une solution type Google Coral AI. La carte propose également une connectique très complète.

Home Assistant Amber

Premier point intéressant qui distingue cette solution d’un PC lambda, la présence d’un module Zigbee 3 Silicon Labs MGM210P, le protocole sans fil massivement employé en domotique pour communiquer avec différents appareils. Le système est également d’ores et déjà compatible avec OpenThread et Matter, la nouvelle norme domotique, afin de rendre l’ensemble utilisable avec les principaux services de reconnaissance vocale d’Amazon, Apple et de Google. Une assurance de fiabilité, de sécurité et de compatibilité assez intéressante pour ce produit. Le module Silicon Labs pourra être mis à jour logiciellement.

Home Assistant Amber

D’un point de vue connectique plus matériel, la carte propose deux ports USB 2.0 Type-A, un USB 2.0 Type-C, un Ethernet Gigabit PoE et un jack  audio 3.5 mm stéréo. L’alimentation de l’ensemble se fera au travers d’un jack classique via une alimentation 12 Volts et 2 Ampères. Un choix intéressant car il permettra d’ajouter facilement une solution d’onduleur sous la forme d’une petite batterie entre le secteur et la carte.

Home Assistant Amber

La carte Home Assistant Amber accueillera également une horloge avec sa propre batterie CR2032 pour éviter que votre console domotique ne se remette à 00h00 en cas de coupure de courant. Sous son capot en polycarbonate transparent, on pourra également distinguer trois LEDs d’information rouge (stockage), jaune (état de la solution) et verte (alimentation) pour signaler les éventuels problèmes de fonctionnement ou de communication de l’ensemble. Deux boutons rouge et bleu seront accessibles facilement depuis l’extérieur du châssis. Un dissipateur sera fourni avec le kit pour venir couvrir la solution Raspberry Pi de manière passive. 

J’aime beaucoup l’aspect global de l’ensemble qui a, en plus, le bon goût de ne pas être énorme. 12.3 cm de côté, 3.6 cm d’épaisseur, l’engin est suffisamment mignon pour être exposé dans un coin ou caché près d’un tableau électrique, par exemple. 

Home Assistant Amber

La solution débute son financement avec un premier investissement de 99$ (+20$ de port et la TVA) pour la carte accompagnée d’une alimentation, cette version existe avec ou sans PoE. Pour 50$ de plus, la version supérieure est peut être plus intéressante puisqu’elle est livrée pré-assemblée avec une carte RPi CM4 en version 2/16 Go et son dissipateur. Prête à l’emploi, il suffira de la brancher pour profiter de ses fonctionnalités. Attention cependant, cette solution ne propose pas de PoE, ce qui peut être inutile si vous avez un routeur embarquant cette option.

Cela faisait longtemps qu’une solution domotique de ce genre ne m’avait pas autant enthousiasmée. L’équipe en charge de son développement est importante et semble dynamique, Home Assistant est une excellente solution sur laquelle s’appuyer, les composants et les choix techniques sont excellents. La plateforme est promise à un bel avenir à mon sens et vaut le coup de s’y pencher. Si vous avez comme objectif de construire (ou de reconstruire) une solution domotique, c’est clairement un produit à surveiller.

Pour plus d’infos, la page du projet sur Crowd Supply.

Notes :

  1. Que j’apprécie beaucoup car la plateforme n’invite que des projets ayant vraiment besoin d’un financement participatif.

Pas de Pub
14 commentaires sur ce sujet.
  • 17 septembre 2021 - 14 h 28 min

    C’est une intégration certes sympa mais … fonctionnellement ça n’apporte pas grand chose de plus qu’une pi 4 standard avec un dongle usb zigbee (ce que j’ai) et pour un tarif plus élevé.

    Il manque des ports USB pour connecter plus d’extension de pilotage, je ne vois pas de prise d’antenne pour le module zigbee (c’est pratique quand on a une grande maison d’avoir une antenne pour pouvoir capter tous les modules, le mode mesh ne fonctionnant pas pour toutes les marques), le M.2 est appréciable mais pas indispensable.

    Par contre je salue l’utilisation d’un CM, format qui devrait être bien plus exploité qu’il ne l’est.

    Répondre
  • 17 septembre 2021 - 15 h 21 min

    @DAVID LIOUVILLE: Outre les aspects purement intégration et robustesse, je note surtout la RTC, l’Ethernet POE (avec du vrai gigabit direct processeur ?) et un NVME qui sera toujours plus rapide/fiable/propre/puissant à court, moyen et long terme.

    De la bricole d’une Pi avec quelques dongles, on arrive sur un produit qui semble bien fini et pourra résister quelques années (et surtout qui soit simple à travailler).

    Seul regret, et je te rejoins, l’absence d’antenne pour le zigbee, mais aussi des possibilités d’ajout d’autres protocoles radio que sont le 433, le 866MHz et j’en passe. Bien sûr, il y a les rflink pour ça, mais ça aurait été bien de pousser le concept jusqu’au bout.

    Pour la V2, avec la connectique sans fil sur un carte mezzanine ?

    Répondre
  • 17 septembre 2021 - 15 h 24 min

    Et question prix : pour entre 50 et 100€ de plus, qu’est-ce que ça représente pour un système prévu pour tourner 24/7 pendant des années, et qui a la possibilité de gérer toute une maison. Finalement, c’est pas cher payé si on rapporte le prix au jour d’utilisation.
    Ces calculs sont à faire pour finalement savoir ce qui est cher payé (1 journée en famille chez Disney, à passer sa vie à faire la queue, par exemple) ou pas (un assistant domotique évolutif).

    Répondre
  • 17 septembre 2021 - 16 h 05 min

    @StarDreamer : le débit réseau pour une box domotique c’est secondaire. Le NVME certes plus fiable mais je n’ai pas à me plaindre pour l’instant de 2 années de fonctionnement de mon home assistant sur SD.

    Mais sinon, pour une toute autre optique … sans le zigbee, 2 ports 2.5Gb et une prise SATA et c’était la carte de rêve que je cherche actuellement …

    Répondre
  • 17 septembre 2021 - 20 h 23 min

    Pourtant on dirait bien qu’il y a un connecteur antenne pour le module zigbee en J9.

    Répondre
  • 17 septembre 2021 - 20 h 35 min

    @Pierre Lecourt

    En ce qui concerne domotique open source basé sur un serveur maison sur pi ou autre, il existe Nymea, sui dispose d’un dévelloppement très actif, et d’application sur Androïd, iOS, et Ubuntu Touch.

    https://nymea.io/

    Répondre
  • 17 septembre 2021 - 20 h 47 min
  • 17 septembre 2021 - 21 h 18 min

    Je ne comprends pas que la version pré-assemblée soit avec un RPi 2. Home assistant recommande le 3 minimum. Perso, ça tourne avec le 2, mais régulièrement, ça rame bien, et il faut compter plusieurs minutes de démarrage.
    Comme StarDreamer, je trouve l’absence du 433/868 MHz étonnante, vu l’énorme quantité de modules qui tournent dessus et que l’on trouve partout. Surtout que ça devait pas impacter le prix très significativement.

    @StarDreamer : N’oublie pas d’inclure le temps perdu pour configurer home assistant. Il y a en encore pas mal de boulot pour faciliter l’intégration.

    Répondre
  • 17 septembre 2021 - 21 h 55 min

    @Yannick: C’est toujours du RPi CM4 avec 2Go de ram et 16 Go de eMMC. Soit un RPi 2/16 en abrégé dans le billet.

    Répondre
  • 18 septembre 2021 - 17 h 14 min

    La vraie question à vous poser avant d’acheter ce genre de box est : que ferez vous le jour où çà tombera en panne (avec au moins une partie de vos équipements domotiques inutilisables à l’instant T) ?
    – a) vous aviez été prévoyant et vous aviez acheté une carte de spare
    – b) vous n’aviez pas de carte de spare, mais il est possible d’encore rapidement en commander une en ligne
    – c) vous n’aviez pas de carte de spare, et il n’est plus possible d’en commander une rapidement ou plus possible d’en commander une tout court et
    – c1) vous abandonner votre système domotique (pour revenir sur les applications natives type hue, etc.)
    – c2) vous réinstaller le logiciel, la configuration (que vous aviez backupée bien sûr), un dongle zigbee, etc. sur un autre serveur (un raspberry, un NAS, etc.)

    Il me semble important d’avoir ce point à l’esprit avant d’acheter.
    Si vous pensize partir sur « c2) » en cas de panne -> autant directement prévoir de garder le software et sa config relativement « portable » / sur du matériel facilement remplaçable.
    Sinon, vu le prix, prenez-en deux. Ou en tout cas enquérez vous de la disponibilité future (je n’ai pas été voir, ils en parlent p-e).

    Répondre
  • 19 septembre 2021 - 14 h 30 min

    C’est encore un peu le farwest, la [email protected], sans trop de standards.
    dans tous les cas, ça restera du bricolage et de la réinstallation ; si une carte crame, ce sera l’occasion de repartir avec un hardware du moment, et le soft à la mode (tout change si vite en qq années).

    Pour une base saine, sinon, il faudra partir sur du PC : les miniPC ne sont pas très chers, remplaçables, réutilisables, tout ça, tout ça.
    Le vrai soucis, c’est accéder à une interface permettant d’accéder aux objets domotique (comme RFLink, système fermé que je déteste)

    Répondre
  • 19 septembre 2021 - 19 h 35 min

    Bonjour

    Vous semblez avoir de la domotique à la maison. Mais à quoi sert elle réellement ?
    Pendant des années, de 1997 à … 2015 j’ai régulièrement suivi des démos de solutions plus ou moins propriétaires sur des salons du bâtiment ou d' »ameublement » ou design.
    Je fréquente un forum de la construction sur lequel il y a des discussions « domotiques »
    et je n’arrive pas à comprendre l’intérêt de la chose ?
    Alors si vous avez une explication qui soit différente de « ça gère automatiquement les volets » ou « c’est utile pour les BSO » ou « ça gère le plancher chauffant » ça m’intéresse beaucoup.

    Merci

    PS : c’est sérieux, quand je vois des personnes dépensant, parfois, quasi 10 000€ pour avoir un système qui éteint la lumière et ferme les volets quand il y a personne dans la maison, je m’interroge sur l’utilité réelle , mais si je pose la question sur le forum, rapidement c’est soit un salmigondis d’explications, soit un « tu peux pas comprendre si t’es pas équipé » …

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 9 h 29 min

    @Emmanuel: La question se pose réellement.
    La domotique chez moi, maison ancienne en pierres, c’est surtout des interrupteurs sans fils pour les luminaires, histoire de pas faire de trous de partout.
    Pas plus d’intelligence que ça.

    Après, le reste de la domotique est surtout pour simplifier les démarches : c’est cool que tout s’éteigne tout seul quand tu quittes ta maison, même si tu peux le faire avec tes pieds et tes mains.
    Par contre, il y a un intérêt pour piloter le chauffage, du style le rallumer qq heures avant de rentrer chez toi alors que tu es parti une semaine ; du confort qui devient pratique quand tu as un enfant en bas âge.

    Mais globalement, je trouve aussi que cela reste de la geekerie et du confort.

    Les vrais usages, plus pointues, sont ceux de l’analyse : analyse pointue de la conso de ta pompe à chaleur, impact de certaines consignes, …etc…
    cela implique une compétence, mais aussi la possibilité de programmer comme on veut tout plein d’équipements de la maison.

    Rien n’est indispensable, mais des économies sont alors possibles (et ça rembourse la domotique).

    Moi, je rêve juste d’une maison avec qui je peux intéragir avec la voix (je lui parle, elle me réponds, elle m’alerte, etc…). Alexa et Google sont des prémisses, mais j’aimerais un système local, non intrusif, véritablement utile, et qui ne succombe pas à une perte de la liaison Internet ….

    Il n’y a pas 1 domotique universelle, il y a autant de domotiques que de personnes qui l’utilisent !

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 22 h 46 min

    […] via Mini Machine : lire l’article source […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *