HiSilicon s’intéresse à l’architecture RISC-V

Huawei développe ses propres SoC ARM au travers de HiSilicon, une filiale spécialisée qui adapte aux besoins de la maison mère des architectures sur mesures. Pour faire face aux sanctions américaines, HiSilicon annonce une première solutions sous architecture RISC-V.

Quand Huawei subit les foudres de l’administration Américaine, c’est toute une chaine alimentaire qui en souffre. La maison mère dispose de nombreuses filiales qui la font vivre. HiSilicon est celle qui développe les solutions ARM qui équipent certains des appareils de la marque : smartphones, tablettes mais également d’autres produits.

HiSilicon Hi3861La Hisilicon Hi3861

La liste noire du gouvernement US planant avec la légèreté d’une enclume de Damocles au dessus de Huawei et de HiSilicon, ce dernier annonce la Hi3861, une première carte de développement autour de l’architecture RISC-V. Cette solution, insensible aux sanctions US, pourrait être l’avenir dont Huawei a besoin. Libre et Open Source, l’architecture RISC-V pourrait redonner à Huawei les moyens de proposer des produits sur le marché.

Si la carte n’est pas un gros évènement d’un point de vue commercial, il s’agit encore une foi d’une sorte de prototype qui vise avant tout des développeurs, c’est une réponse intéressante à suivre. Hisilicon dispose d’une  petite armée d’ingénieurs au travail et de ressources, la solution proposée est un SoC 32 Bits avec une maigre fréquence de 160 MHz, mais c’est un premier pas dans une nouvelle technologie qui pourrait intégrer, à terme, beaucoup de solutions réseau et IoT de Huawei.

HiSilicon Hi3861

Ce changement d’architecture, loin des pouvoirs de l’administration US, est une porte de sortie pour Huawei mais également la possibilité d’un avenir intéressant. Le pire qu’il puisse se passer, à terme, pour les US étant le développement de plus en plus massif de solutions RISC-V aussi bien matérielles que logicielles. Solutions qui pourraient prendre un bel essor dans le marché intérieur Chinois de Huawei mais également dans d’autres pays à forte densité comme l’Inde ou ailleurs. Le fait que le développement d’une puce RISC-V ne conduit à aucune royalties sur les ventes de produits est également un point fort de l’offre. Contrairement à ARM, cela amène rapidement à baisser les tarifs des ventes.

Le mouvement ainsi opéré peut également être interprété comme une menace technique. Si Huawei s’intéresse de près à RISC-V, alors que le gouvernement Chinois veut également gagner en autonomie par rapport aux technologies Européennes et Américaines, cela peut être un mouvement de fond très lourd de conséquence pour les US. Imaginez, à terme, un marché Chinois sans puces x86 ou ARM et sans logiciels de Microsoft, Apple ou Google…

Source : TomsHardware


secret
12 commentaires sur ce sujet.
  • 24 mai 2021 - 18 h 18 min

    L’arroseur arrosé… Et pas qu’un peu

    Répondre
  • 24 mai 2021 - 21 h 00 min

    Avec l’Américain Nvidia sur le point d’acquerir ARM et sa volonté de toujours enfermer le consomateur dans son échosysteme propiétaire (Demandez à Linus Torvalds ce qu’il en pense), les chinois ont tout interêt de basculer sur du Risc-V en effet.

    Répondre
  • 24 mai 2021 - 23 h 11 min

    Le problème pour nous autres européens est que nous sommes spectateurs, et non acteurs, de cette confrontation UAS-Chine. Et donc chaque jour moins puissants que la veille .

    Répondre
  • 25 mai 2021 - 9 h 31 min

    Si j’ai bon souvenir de mes anciennes lectures .
    Il me semble qu’en 1987 le magazine Science & Vie Micro parlait de la Guerre CISC vs RISC .
    Retrouver aujourd’hui l’idée de puce RISC sur nos machine semble intéressant .

    A l’époque les finesses de gravure n’étaient pas ce quelles sont maintenant ,en 1983 le magazine NEW LOOK affirmait que l’on aurait pas 1 000 000 de transistors sur un processeur en l’an 2000 .

    Aujourd’hui on parle de centaine de millions de transistors sur un CPU voir beaucoup plus sur un GPU .
    La grosse question que je me pose ,est ce bien utile toutes ces dépenses pour le processeur et le GPU le plus puissant sachant que l’utilisateur moyen en utilise que 10 a 20% de toute cette puissance .

    OK ,il y a de super graphisme de la vidéo en 4K mais a voir le nombre de joueurs sur Smartphones et Consoles de jeux nos PC ne sont t’ils pas trop puissant .

    La je lit architecture RISC cela semble sympa car cela pourrait le cas échéant consommer que très peu de puissance ,reste la disposition d’un bon OS facile d’accès et la disposition d’un bon GPU pour gérer l’affichage .

    Je pense qu’il y a un gros problème dans l’électronique actuelle ,un manque d’un certain standard .
    LES PC se sont bien vendus parce qu’a une époque on pouvait mette un processeur AMD sur un Socket 7 de chez INTEL .

    Je pense qu’il serait temps pour ARM de sortir l’architecture d’une carte fille universelle permettant de glisser une carte processeur avec AMLOGIC ,ROCKCHIP ou autres processeurs ARM .

    Beaucoup de cartes pour amateurs mais peut(pas) de cartes pour construire un Ordinateur Personnel de petit format type NUC ou Mini ITX hors solutions INTEL ou AMD .

    Une “nouvelle” technologie RISC gravé finement OK sauf qu’il faudra un OS spécifique ,les chinois sont t’ils capable de le faire ?

    Pas mal de bon OS ont vite disparu du marché faute de suivi mais aussi grâce au succès de MICROSOFT ,APPLE & LINUX .

    En tant qu’acheteur ,je n’achète pas HUAWAI pour l’absence d’un vrai ANDROID dessus ,il est évident que mon choix d’un smartphone de chez XAOMI est dut a cette présence d’ANDROID

    Répondre
  • 25 mai 2021 - 14 h 02 min

    @ptitpaj:

    Je vais casser ton argumentaire :)

    Les processeurs RISC sont déjà massivement utilisés et ce depuis le milieu des années 80 (raccourcis).

    Comme processeur RISC connue, tu as justement ARM. Donc niveau systèmes d’exploitations, on sait faire.
    Dans les architecture processeur de type RISC on trouve de l’utilisateur classique aux gros serveurs. On peut cité
    – ARM qui était le cœur des station ACORN
    – MIPS utilisé par SGI
    – DEC ALPHA
    – IBM POWER qui a donné les PowerPC que l’on a trouvé dans des mac, ou des consoles de jeux PS3, xbox360 et GameCube. POWER fait tourné des mainframe et les deuxièmes et troisièmes supercalculateurs les plus puissant au monde.
    – SUN SPARC
    Etc.

    Pour le monde X86, depuis le Pentium Pro (architecture P6), l’intérieur est une logique RISC et chez AMD c’est depuis le K5 que les instructions x86 sont traité en RISC. (1995-1996 pour les ses deux CPU).
    Je continue ma digression sur les instructions MMX, AVX, etc qui sont des architectures spécifique que l’on pourrait comparer a des co-processeurs dédiés a une tache de calcul spécifique.

    De nos jours, la guerre entre RISC? MISC et CISC n’existe plus. Car on ce retrouve avec un patchwork du meilleur de toutes ses logiques.

    La ce qui pourrait être intéressant, c’est de savoir si le processeur RISC-V de HiSilicon est out ou in of order. C’est a dire traitement des instructions dans l’ordre ou dans le désordre. Je doute que au vu de la carte ca soit du out of order et avec de la prédiction de branchement

    Répondre
  • 25 mai 2021 - 23 h 43 min

    Ce qui serait intéressant aussi, ce serait de savoir comment / par qui HSilicon fait fondre son CPU… SMIC peut etre ? Quels sont les limitation de la techno accessible à leur fondeur ? Est-ce suffisant pour permettre à HSilicon de devenier pertinent avec cette fonderie ou non ?

    Répondre
  • 26 mai 2021 - 10 h 07 min

    @Jean:
    Oui c’est SMIC qui a depuis octobre 2020 bien progressé sur la finesse du 7nm. Mais sa production reste en 14nm voir 28nm.

    Il ne faut pas oublié que RISC-V est juste un jeux d’instruction fait sur papier. Les entreprise qui propose du RISC-V comme HSilicon ou SiFive ont tout un travail de design et de validation de gravure à faire.
    ARM vend ca dans sa licence.
    C’est pour ca que les premières puces sont simple et 32 bits, le temps de monter en compétence ce qui va ce faire rapidement vu l’expérience de HSilicon sur ARM.

    Pour moi et je peux me tromper, mais je pense que les industriels Chinois d’ici 1 voir 2 ans vont être très pertinent en RISC-V. Et comme l’a dit hier Ren Zhengfei, PDG de Huawei :
    “Une fois que nous aurons dominé l’Europe, l’Asie-Pacifique et l’Afrique, si les normes américaines ne correspondent pas aux nôtres, et que nous ne pouvons pas entrer aux États-Unis, alors les États-Unis ne pourront pas entrer sur notre territoire.”
    La guerre économique comme technologique entre les USA et la Chine passe à la contre attaque. Mais ce n’est pas l’état chinois, ce sont ses entreprises qui vont aux fronts, tout l’inverse des USA.
    Cette guerre économique initié par les USA qui a monté en puissance avec Trump et pour le moment sous Biden ca ne bouge pas vers une désescalade me font craindre le pire pour les USA sur le coté technologique.

    https://inf.news/en/tech/e108107c4c6263b0826830d463993759.html
    https://fuse.wikichip.org/news/5002/q1-2021-foundry-update-spending-bonanza/
    https://min.news/en/tech/dc667e6452a27d10b98c5e08cf09b95a.html

    Répondre
  • 26 mai 2021 - 10 h 35 min

    Hormis les royalties demandés par ARM, je ne vois pas la différence entre ARM et RISC-V, sachant que tous les deux ont une architecture RISC ?! 🤔

    Répondre
  • 26 mai 2021 - 11 h 11 min

    Bien qu’ayant la même architecture RISC, la différence entre ARM (royalties) et RISC-V (royalties free) se situerait au niveau des instructions intégrées au processeur. Les instructions dans RISC-V seraient moins nombreuses que celles dans ARM, et elles seraient très basiques contrairement à ARM plus sophistiquées.

    RISC-V est le résultat d’un travail d’étudiants universitaires américains, qui a attiré récemment quelques entreprises spécialisées dans le hardware, l’informatique, l’électronique, etc du fait de sa technologie «gratuite» (royaltie free).

    Il y aurait également une seconde différence : dans l’architecture RISC elle-même qui serait «modulable» chez RISC-V. Mais cette information est à vérifier.

    Dans tous les cas, en l’état, le RISC-V ne va pas aller bien loin. Il faudrait que d’autres étudiants ou bénévoles travaillent dessus… Car si ce sont les entreprises, elles se serviront de RISC-V comme d’une base à améliorer et faire payer ensuite des royalties sur le fruit de leur travail.

    Donc, personnellement, actuellement, je ne crois pas que RISC-V a un superbe avenir. A moins que des étudiants, bénévoles ou entreprises s’y investissent beaucoup et sans demander des royalties.

    Cette histoire me fait penser à Linux et aux pilotes graphiques «libres» qui n’ont finalement jamais vu le jour. Et Linux est resté ce qu’il est, un OS des pauvres, tout juste bon à faire de la bureautique.

    Répondre
  • 26 mai 2021 - 14 h 39 min

    @Sopilou:

    RISC-V n’est plus un projet d’étudiant, va regarder la liste des contributeurs sur leur site ;)
    RISC-V est une fondation, qui est depuis fin 2020 en Suisse.

    Concernant le monde des CPU à architecture RISC, de nos jours rien n’est blancs ou noir.
    Chez RISC-V il y a une unité de calcul vectoriel, la virtualisation qui n’ont rien de très RISC. Il y a aussi cette logique de modularité, mais on la retrouve dans d’autre jeux d’instruction.

    Sopilou, fait juste attention dans ce que tu penses et le réalité. Sort de ta zone de confort et va lire des articles. Car tu dis des choses malheureusement fausse ou qui transpirent les idées reçus (et on en a tous, moi la première).
    Pour info, je fais des raccourcis pour simplifier et rendre plus abordable le sujet.

    Répondre
  • 26 mai 2021 - 15 h 58 min

    @Nidouille : Relis toi d’abord, car tu n’es vraiment pas clair dans tes propos.

    Mes propos sont clairs, et mes informations sont vérifiées et proviennent de sources officielles.

    Répondre
  • 26 mai 2021 - 16 h 38 min

    @Sopilou: Le soucis c’est que tu affirmes des trucs qu’il faut beaucoup de temps pour démontrer. Lire la fiche Wikipédia sur le sujet n’est pas suffisant pour le maitriser. Les implications de RISC-V sont complexes a cerner et encore plus a expliquer.

    Et qui aurait envie de les expliquer a quelqu’un pour qui l’aventure Linux est un “OS des pauvres, tout juste bon à faire de la bureautique” alors qu’il fait tourner le serveur sur lequel il a l’opportunité d’écrire ce même commentaire (et au passage fait tourner toute la planète web ainsi que 2-3 bricoles en passant).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *