La baisse des ventes de disques durs montre un changement d’époque

Nidec fabrique les moteurs de 85% des disques durs à travers le monde. Cet industriel constate froidement le déclin de ses commandes et annonce une baisse de moitié de sa production en 2019. Signe d’un changement d’époque.

Le fabricant Japonais Nidec voit les choses en face, sa production de moteurs de disque dur n’est plus aussi florissante qu’avant et elle va surtout poursuivre une lente mais continue décroissance dans les années à venir. 

2019-05-07 12_18_23-minimachines.net

Le grand public boude désormais clairement les disques durs. Face à la réactivité des smartphones, la démocratisation des stockages SSD sur les ordinateurs portables a été une vraie bouée de sauvetage pour l’industrie PC. Plus personne n’accepterait de patienter 20 à 30 secondes le temps que  son système se lance sur un portable neuf. Les quelques 3 secondes demandées sont encore jugées bien trop longues. Les utilisateurs d’ordinateurs personnels stockant encore leur système sur des disques durs ne le font pas par choix mais soit par impossibilité technique d’évoluer vers un SSD, soit par impossibilité financière. Reste également les nombreux utilisateurs qui ne savent pas ce qu’est un SSD ou n’imaginent tout simplement pas de passer du bon vieux système mécanique à un autre.

2019-05-07 12_19_17-minimachines.netSource : Nidec qui précise des sources variées1

En 2013, 289 millions de disques durs pour ordinateurs personnels se sont ainsi écoulés. En 2018 il n’étaient plus que 124 millions. En 2019  Nidec estime la production vendue à 65 millions soit une baisse massive de 48%. Le marché des serveurs de stockage se porte bien de son côté avec 54 millions d’unités qui devraient être vendues cette année et les solutions externes semblent également en bonne santé avec une certaine stabilité des ventes autour de 100 millions de disques expédiés. 

2019-05-07 12_24_31-minimachines.net

Ces chiffres montrent un vrai changement de philosophie vis à vis des usages de stockage aujourd’hui. La plupart des utilisateurs veulent un système rapide et si autrefois la capacité de stockage était clairement montée en épingle par les constructeurs et les revendeurs, les nouveaux modèles misent beaucoup plus sur la vitesse de chargement et de lancement des applications que sur la capacité de stockage. Les portables sont ainsi passés de solutions proposant des disques durs de 1 à 4 To en interne à des solutions plus sages limitées entre 128 et 512 Go de SSD. Les modèles de bureau ou les portables de plus grandes tailles mixent les deux solutions en offrant un système sur SSD et un stockage mécanique secondaire sur disque dur.

2019-05-07 12_21_38-minimachines.net

La bonne santé des solutions externes montre bien cette évolution. Si on achète un ultraportable limité en stockage pour privilégier la vitesse et la robustesse, il faut néanmoins trouver une solution pour conserver des données toujours plus lourdes. Les smartphones filment en FullHD ou en UltraHD et ont besoin d’être sauvegardés. Les photos font désormais plusieurs mégaoctets chacune. Notre boulimie d’images nous pousse à photographier toujours plus et à tenter de capturer et partager des dizaines de clichés. On stocke ses images mais aussi celles des autres… Les jeux n’hésitent plus à demander des téléchargements de plusieurs dizaines de Go et certains programmes basiques ne se privent pas d’occuper une place folle sur votre machine. La solution d’un stockage externe est donc un moyen de transition en attendant que les prix des SSD baissent dans les hautes capacités. Mouvement qui a déjà largement commencé ces derniers trimestres avec des modèles de 1 To très rapides désormais placés autour des 100€.

Autre point intéressant à suivre, la dématérialisation de certains usages. Alors qu’il y a encore quelques années tout le monde disposait d’une énorme bibliothèque de musiques, de films et de séries sur son propre stockage mécanique, l’arrivée d’offres dématérialisées a rendu cette pratique moins importante. Comme pour les lecteurs optiques qui ont aujourd’hui quasiment disparu, on préfère désormais fouiller un service de streaming pour écouter une chanson ou regarder une série. Ce qui permet d’éviter d’encombrer son stockage avec des données volumineuses. Pourquoi stocker un film quand on sait qu’on peu le trouver en un clic au bout d’une connexion web ? Le stockage de masse a laissé place pour beaucoup à une quantité de données téléchargeables via un abonnement auprès d’un opérateur. Les utilisateurs ont troqué le stockage permanent contre un forfait mensuel.

Source : Anandtech

Notes :

  1. On peut se demander quelles sont ces sources mais comme la situation n’est pas à l’avantage de Nidec on peut légitimement croire à leur bonne foi
35 commentaires sur ce sujet.
  • 7 mai 2019 - 13 h 31 min

    Comme je l’avais déjà expliqué, il y a quelques années, si les fabricants de disques durs
    veulent continuer à prospérer, il suffit d’intégrer un cache mémoire SSD rapide
    suffisamment conséquent d’au moins 32 Go, 64 Go, 128Go ou plus !
    Ou autrement passer à des technologies de type Optane,
    mais bien moins chers…

    Car jusqu’à présent, les fabricants de disques durs ont continué à privilégier la quantité,
    plutôt que les temps d’accès et les transferts !
    Donc l’effondrement du marché du Disque Dur est logique et normal…
    Car ce sont des choix marketing et techniques ‘volontaire’ et suicidaires !!!

    Qu’est ce que la logique pour un fabricant, pour les fabricants ?
    On ne peut ‘brider’ volontairement le marché…
    avoir le beurre et l’argent du beurre !!!
    Surtout que les prix des SSD ont énormément baissé…

    C’est comme nos PC portables, que les fabricants brident avec
    4 Go de RAM et 128 ou 256 Go de SSD…
    Alors que ce n’est plus pour des raisons techniques, ni de prix,
    mais seulement pour segmenter le marché…

    Mais il arrive un moment, où la et les segmentations explosent,
    sous les pressions des baisses des prix, et des évolutions technologiques…
    Alors c’est le GROS retour de bâtons pour les fabricants de disques durs,
    mais ça va faire pareil pour le PC Portable,
    et les nouveaux PC de Bureau !

    Ce n’est qu’un juste retour des choses…
    car il faut savoir évoluer avec son temps…
    En tout cas, ça va enfin faire bouger le marché,
    les technologies, et les prix…
    et il était vraiment temps !

    On en revient au succès des Mini-portables actuels,
    ils ne sont que le réchauffé, la réactualisation,
    de ce que nous avions connu en 2011, avec les EeePc…
    Encore un peu chers, mais la concurrence devrai faire baisser les prix…

    Le BON SENS et la logique sont les bases de réussite !
    On ne peut retarder et bloquer indéfiniment l’évolution,
    et la pression du marché…
    Car c’est la vie normale !!!

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 14 h 32 min

    Va falloir qu’ils se diversifient sacrément les gens de chez Nidec… (ceci je ne sais pas ce qu’ils font par ailleurs)

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 14 h 35 min

    Sans rentrer dans du Baudelaire ou du Proust, oui, rajouter directement un généreux morceaux de cache, faire du “fusion drive” à la Apple, cela permettrait de tenir encore la pilule un moment, mais la disparition des HDD dans nos ordinateurs est inéluctable

    Reste les outils de sauvegarde, les NAS, les DAS et les datas centers, c’est pas mal quand même.

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 15 h 13 min

    Juste une précision: les cellules électroniques des SSD se dégradent avec le temps d’ou des algorithmes correcteurs, jusqu’au moment ou le SSD claque avec la perte définitive des vos données maintenant inacessibles.
    Avec un disque classique, on peut changer la carte pilotant le disque ou monter les plateaux sur un autre support (sociétés spécialisées dans la récupération) pour relire l’enregistrement magnétique de vos données.
    La qualité médiocre dissimulée des puces dans les SSD chez certains fabricants est un autre facteur négatif.
    Avec un SSD il faut toujours avoir un backup disque sous risque de perdre beaucoup.

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 15 h 58 min

    SSD pour le système
    HDD (avec miroir, backup local, backup distant) pour les données

    Sans devenir parano, je ne me pardonnerai pas de perdre toutes les photos, vidéos de mes enfants

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 16 h 06 min

    ” Pourquoi stocker un film quand on sait qu’on peu le trouver en un clic au bout d’une connexion web ? ”
    justement on ne trouve pas tout ou c’est cher (va trouver un hitchcok sur netflix ou amazon prime ?), les offres cloud pour stocker les photos et vidéos persos sont chères, souvent si on n’est pas en ville, les connexions sont trop mauvaise ou inexistante et donc les avoir en local est la seule solution.
    le problème c’est peut être finalement que le disque dur est devenu assez robuste, donc le renouvellement est moins fréquent.

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 16 h 19 min

    Enfin une bonne nouvelle. Le progrès a parfois du bon : terminé le bruit, la surconsommation, les vibrations, la lenteur, le poids monstrueux et l’encombrement.
    Il était plus que temps de tourner la page et de passer définitivement aux SSD.

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 16 h 39 min

    @Thierry:
    “le problème c’est peut être finalement que le disque dur est devenu assez robuste, donc le renouvellement est moins fréquent.”

    L’obsolescence programmée, ils n’y ont pas encore pensé ?
    Bizarrre..

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 17 h 13 min

    @gob33:
    Tu as différentes types de mémoires et de qualité de mémoire !

    Et rien, n’interdit d’avoir prévu une sauvegarde sur le disque dur,
    en cas où la partie SSD flancherait…
    Le SSD n’étant en principe là, qu’en tant que mémoire cache des données
    les plus utilisés du Disque Dur, un simple accélérateur !

    Quand je disais 32 Go de SSD minimum, je me suis trompé,
    car il faut en principe un minimum de 64 Go de SSD,
    à cause de la taille du système d’exploitation Windows,
    qui est très gourmand… ce qui laissera encore un peu de place,
    pour la gestion des programmes et données !

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 17 h 14 min

    Ben, peut être aussi que des HDD de 10 To à + de 250Mo/s en sata III en remplace 10 de 1To à 80 Mo/s… ;-)
    Le nombre de vente diminue, mais qu’en est il du parc installé ?
    Le HDD n’est pas mort et est quasiment 3 à 4 fois moins cher que les SSD pour les grosses capacités.

    Répondre
  • 7 mai 2019 - 19 h 34 min

    En fait je ne sais pas si c’est l’oeuf ou la poule cad: les prix des disques durs ont augmentés là où il y a encore 6 mois il y avait de belles promotions mêmes sur des disques durs NAS… je ne sais pas si cela vient de la chute des ventes ou d’une volonté des fabriquants qui aussi ont réduit la concurrence par coup de rachat….
    Et comme dit plus haut et dans le poste d’en @Pierre : le prix des SSD continue de baisser.
    Autre bizarrerie : le prix des disques durs externes ont chutés ou en tout cas régulièrement en promotion… alors qu’ils sont plus lourdement taxés

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 0 h 02 min

    @jacalanda

    « Le HDD […] pas mort et est quasiment 3 à 4 fois moins cher que les SSD pour les grosses capacités »

    Merci captain obvious…

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 2 h 57 min

    Il devrait s’axer sur la conservation des données sur le long terme et la durée de vie de leur produit comparé aux ssd je pense qu’il y’a la une vraie porte de salut voire même un relais de croissance . D’ailleurs jen profite pour demander quelqu un à des news sur les Blu-ray mdisc ? .bonne journée

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 6 h 47 min

    @eeegr: La fabrication des moteurs pour disques durs représente à peu près un tiers de l’activité de Nidec. C’est beaucoup, mais leur service R&D est constamment sur la sellette car c’est un marché avec de fortes contraintes. De toute façon l’industrie dans son ensemble demande des moteurs moins chers alors que le coût de la matière première augmente.

    Nidec a l’opportunité de renforcer sa présence sur le marché des moteurs de support optique, moteurs de moyenne taille, moteur d’optique d’appareil photo, etc. Des secteurs où ils sont déjà présents. Je ne crois pas que cette firme ferme les yeux sur le marché alors qu’un de leur soucis est le faible nombre de fabricants de disques durs (donc chaque client a un grand poids pour eux : situation toujours dangereuse).

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 6 h 53 min

    @AlxV: “Reste les outils de sauvegarde, les NAS, les DAS et les datas centers, c’est pas mal quand même.”

    Merci captain obvious… 😁

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 12 h 11 min

    Le défaut des disque durs classique à ce jour c’est que depuis des années ils ne diminuent plus, les disques de 4to ou au delà n’ont pas vu leur prix diminuer depuis nombres d’années maintenant, qui ne voudrait pas renouveler son stockage au fil du temps car comme tu le dis si bien les données sauvegardées sont de plus en plus importantes, malgré cela on voit en effet les capacités des disques mécaniques augmenter régulièrement (on commence a parler de disque 20to aujourd’hui) mais les prix eux n’ont pas vu de décroissances depuis bien longtemps, je me souviens de mon premier nas acheté, un 6to en wd (2 disques somme toute basique) acheté il y a maintenant plus de 5 ans pour 300€, a cette époque et vu mon budget je trouvait ça déjà pas mal, équipé de deux disque 3to wd red, ces derniers sont encore affiché 100€ pièce, point d’évolution technique vu depuis le temps non plus dessus……
    Aujourd’hui on trouve des disques externes moins cher que les internes, n’y aurait il pas erreur, le boitier et la connectique seraient ils gratuit à la fabrication???
    Un wd blue 6to en nu se négocie a plus de 180€ alors que son homologue en externe lui s’affiche a 160€ hors promotion cherechez l’erreur!!
    A l’inverse les ssd ne cessent de diminuer, là aussi mon premier ssd acheté plus de 150€ à l’époque ne faisait que 128go, pour ce prix aujourd’hui on à facilement un modèle de 1to. Qui pour une simple machine à besoin de plus actuellement? Si l’on ne désire pas faire de stockage de vidéo, musique quel intérêt d”aller au delà?Sans oublier tous les avantages du à la vitesse d’accès, d’écriture et de lecture de ce format!
    Seageate à bien essayé de concilier le meilleur des deux monde avec du sshd, les momentus en premier lieu puis les firecuda mais n’a pas joué le jeu pleinement en étant pingre sur la quantité de mémoire flash intégré à ces produits qui pourtant étaient plutôt performant.Mais là aussi le prix était un frein au moment ou les ssd commençaient à apparaître et ou les disques plateau restaient moins cher ceux qui avaient la possibilité de monter deux disques préféraient un ssd et un disque plateau permettant plus de stockage flash pour le système entier et un stockage plateau au moins équivalent.
    Et pour finir en effet le streaming arrive par dessus permettant d’avoir accès a des millier de séries, films, musique et maintenant de jeux en permanence (tant qu’on a du réseau) sans avoir à stocker quoi que ce soit.
    Bref je pense que le marché des disque plateau n’a pas su évoluer face à la concurrence (intégrer de la mémoire flash au fil des années) eten ne jouant pas la politique de diminution de prix dans le temps (un disque de 3to n’as probablement pas connu d’évolution majeur depuis de nombreuses années et sa fabrication est aujourd’hui probablement rentabilisé depuis bien longtemps).
    Facile aujourd’hui de faire ce constat, mais il aurait peut être fallu évoluer en même temps que le marché lorsqu’il en était temps.
    Il n’est pourtant pas trop tard encore car le prix de tous ces abonnements en streaming mis bout a bout au fil du temps permettraient d’avoir un stockage local et sécurisé (non dépendant de connexion) et je reste persuadé que nombre d’utilisateurs apprécient encore aujourd’hui cette solution .

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 14 h 20 min

    Il y a une grosse baisse car on trouve de plus en plus de solution pc avec uniquement du SSD.
    Le HDD va perdurer un bon moment, je me vois mal remplacer les 12To en RAID de mon NAS par du SSD, pour un tarif de malade et surtout totalement inutile.
    De plus actuellement un SSD cela ressemble plus à grille pain, car une fois toutes les cellules grillé je doute d’avoir des SSD encore utilisable dans 10 ans.

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 15 h 31 min

    j’avoue ne pas avoir acheté de hdd depuis un bout de temps…avant je sauvegardais beaucoup de choses maintenant juste les photos et vidéos personelles, et j’ai tendance a collectionner les cartes mémoires (ce sont les pellicules de notre époque)…le contenu culturel c’est du jetable, on consomme puis on s’en débarasse…je me suis défais du sentiment de nostalgie.

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 15 h 45 min

    @MrPatate “Aujourd’hui on trouve des disques externes moins cher que les internes, n’y aurait il pas erreur, le boitier et la connectique seraient ils gratuit à la fabrication???”:

    C’est d’ailleurs cette anomalie qui m’a fait découvrir la notion de “Drive shucking”, l’opération consitant à récupérer les disques dans ces boitiers.
    Ce n’est pas écologique du tout mais c’est un autre débat.

    Le wd my book 8To malgrès sa loterie sur les couleurs est un bon candidat en ce moment.

    Si c’est pour du pro on peut encore faire baisser le prix en tentant ça chance chez :

    https://www.copiefrance.fr/fr/professionnels/exoneration-et-remboursement

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 18 h 04 min

    Fut une époque, j’hébergeais mes musiques sur Myspace. C’était l’avenir, les réseaux sociaux, les albums dématérialisés, etc. Mais en Mars de cette année, Myspace a malencontreusement perdu tous les sons hébergés il y a plus de 3 ans… volontaire ? involontaire ? Peut-importe.
    J’avais anticipé un coup pareil en montant un NAS Nextcloud sur une mini tour (faudrait que je fasse un topic sur le forum), et mes musiques y sont entre autres fichiers.

    Je suis très satisfait des HDD pour la capacité de stockage, mais aussi et surtout pour leur fiabilité dans le temps. Seuls défauts : le temps d’accès si on en fait son disque principal, ou encore le bruit des ventilos intégrés aux doubles baies pour faire tourner des HDD 7200 RPM. Ceci dit, aujourd’hui je ne fais aucune confiance aux SSD pour un backup dans le temps.

    Justement, je pensais un peu à ça dernièrement alors que je faisais des recherches sur les MiniDisc : les mp3, et smartphones les ont rendu obsolètes pour plein de raisons (capacité, portabilité, services type paroles/tags, etc.), mais en fiabilité, 20 ans plus tard environ, ça tourne toujours dans la mini-chaine Hi-Fi de mon cousin, là où on a énormément changé en baladeurs mp3 et en smartphones.

    Y a des trucs comme ça qui disparaissent à regret car ils pourraient être améliorés.

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 19 h 39 min

    @gob33: J’ai aujourd’hui autrement plus confiance en un (bon) SSD qu’en un (bon vieux) HDD.

    Tu te trompe complètement sur tes conclusions quand tu parle de la gestion de l’usure des cellules. Vis à vis des HDD, la gestion de l’usure faite par les SSD est au contraire un avantage décisif et contrairement à un HDD, la durabilité est connue et garantie.

    Sur un SSD, il y a une usure, mais uniquement lors des écritures. Quand les cellules ont servi un certain nombre de fois en écriture, par décret, elles ne sont plus utilisées en écriture par la suite (mais le restent éventuellement en lecture). Quand il n’y a plus de cellules disponibles, on ne peut simplement plus écrire sur le SSD (ça plante), mais on peut toujours le lire “à l’infini”. On perd donc pas de données.

    Avec un HDD, c’est nettement plus risqué. L’usure, il y en a aussi, et elle n’est pas gérée, ni vraiment gérable d’ailleurs car elle est assez aléatoire. Elle est juste suivie. Il y a les données statistiques S.M.A.R.T. pour se faire une idée de quand ça commence à craindre, mais rien pour prévenir les erreurs, et rien qui ne garantisse que ce qui est écrit aujourd’hui pourra être relu demain. Le HDD vérifie juste que ce qu’il écrit est re-lisible sur l’instant et corrige en marquant le secteur comme défectueux si ce n’est pas le cas. Quand on s’aperçoit qu’un HDD est usé, il est en général déjà trop tard, la perte de données à déjà eut lieu.

    Avec les SSD l’usure est gérée et ne peut engendrer de pertes. Avec les HDD, on se rassure avec des stats, mais en fait on joue à la roulette russe!

    Sinon, indépendamment du nombre d’écritures, si on regarde la durabilité du support, là encore, c’est aussi clairement à l’avantage des SSD. Les études faites de façon continue par Backblaze depuis des années sur 25 000 disques durs montrent que 10% des HDD n’atteignent pas leur 3ème année et que seulement 50% atteignent leur 6ème année. Difficile de prétendre qu’un HDD est fiable avec de tels chiffres. D’ailleurs, Sans étude, juste par expérience on savait déjà très bien que ce qui risquait de lâcher en 1er sur une machine, c’était les disques durs. Pour les SSD, la seule étude complète, sérieuse, et indépendante que j’ai pu voir portait sur des Samsung 840, de 256 Go je crois. Sur la base de ces tests poussés, la durée de vie moyenne estimée pour un usage normal était de plus de 21 ans en intégrant à la fois le nombre d’écritures possibles et les probabilités de panne du support proprement dit. Personne n’a encore eut l’opportunité de le constater mais personnellement, je n’utilise que des SSD (surtout des Samsung Pro) depuis déjà longtemps maintenant. J’en ai une douzaine. Mon premier prendra 10 ans cette année et je n’ai jamais perdu un seul octet sur aucun SSD. Avec le même nombre de HDDs, sur la même période de temps, il aurait pas était surprenant d’avoir au moins un petit accident de données sur la même période.

    Pour moi, le seul cas ou le HDD reprend clairement l’avantage, c’est pour stocker dans un tiroir pendant des années car les cellules Nand finissent par perdre leur charge si elles ne sont plus alimentées, au bout de 2 ans paraît t’il. Là, je n’ai jamais eu l’occasion de le vérifier.

    Répondre
  • 8 mai 2019 - 23 h 37 min

    @prog-amateur: Ton anecdote est intéressante. Je me disais ce matin après avoir lu l’article qu’il suffirait d’une perte majeure de données dans le cloud pour que les gens redécouvrent les joies du stockage personnel.

    Répondre
  • 9 mai 2019 - 0 h 32 min

    @Kikimoo:
    bonne remarque. Pour myspace, je lisais les commentaires de l’article, ça a fait réagir quelques personnes mais sachant que myspace est déjà une communauté assez obsolète, l’effet a été dilué. En revanche, j’imagine la même (quoique quasi-impossible) pour AWS, Steam, Google ou autre… c’est clair qu’il y aurait moyen que nos amis de chez Nidec se mettent à relancer leur machine de production.

    Répondre
  • 9 mai 2019 - 0 h 38 min

    @Laurent Simon: La gestion du Wear Level (comptage des cycles d’écritures par cellule) donc de la dégradation des NANDs n’empêche pas d’autres modes de claquage du SSD: défaut dans une puce mémoire de moindre qualité, perte du contrôleur, sensibilité aux surtensions ou à une forte température…
    Le SSD ne prévient pas quand il claque, le HDD on l’entend à l’oreille ou on le prévient par SMART.
    Alors peut être 2 SDD en RAID 1 serait plus sûr, pour ma part j’ai repris un Western Red 2To.

    Répondre
  • gUI
    9 mai 2019 - 9 h 19 min

    Marrant de lire cet articl justement au moment où j’ai viré pour dernier HDD de ma tour. Un SSD ultra rapide de 512Go pour le système, un SSD de 2To pour les données.

    J’ai encore des HDD à la maison, mais c’est dans un NAS (PC dans le garage, RAID 6 sur 6 disques).

    Je ne peux donc que confirmer la tendance :)

    Répondre
  • 9 mai 2019 - 9 h 56 min

    Il reste aberrant de voir qu’aujourd’hui pour de petites capacités le ssd est devenu moins cher qu’un disque plateau. On trouve en effet le wd blue en 500g moins cher que son homologue plateau. Comment dinamiser le marché des disque dur avec des prix aussi élevé alors que le ssd ne cesse de diminuer?

    Répondre
  • 9 mai 2019 - 13 h 30 min

    @gob33: Oui l’électronique d’un SSD peut claquer du jour au lendemain sans prévenir suite à une surtension ou au défaut d’un composant, comme celle d’un HDD. Là l’oreille ne sert à rien dans les 2 cas Éventuellement, sur le HDD, on peut entendre l’atterrissage de têtes.

    Le fait d’entendre la partie mécanique est complètement illusoire en terme de sécurité puisque ce risque mécanique, est un risque supplémentaire lié au HDD. Il n’existe tout simplement pas avec un SSD.

    Sinon SMART ne prévient rien du tout. Il constate les défauts, marque les secteurs défectueux et c’est tout. L’accident, il n’est prévenu en rien. On constate juste un taux d’anomalies, c’est sans filet, avec une limite de rupture inconnue et très variable d’un matériel à l’autre. SMART ne sert qu’à gérer au mieux l’aspect aléatoire de l’état de santé des pistes magnétiques d’un HDD. Sur un SSD il n’y a rien d’aléatoire, et ça je préfère.

    Ce qui est perturbant avec le SSD c’est que si l’on doit perdre des données, c’est du tout ou rien. Les chances de récupération sont quasi nulles, contrairement à un HDD où seulement une partie de la surface va être affectée, et où on peut espérer une récupération partielle. Mais le risque, ça se gère de façon statistique. En terme de sécurité des données, le débat HDD / SSD c’est un peu comme dans la sécurité des transports entre la voiture et l’avion. Dans un accident de voiture il y a généralement peu de pertes mais la probabilité d’accident est importante (comme avec le HDD) tandis qu’avec l’avion les accidents sont extrêmement rares mais les pertes sont en général totales (comme avec le SSD). Malgré ça l’avion est statistiquement 15 à 20 fois plus fiable que la voiture pour un individu lambda. J’estime que sur le principe c’est exactement la même chose avec le SSD. C’est à dire que ça me paraît statistiquement beaucoup plus fiable pour l’octet lambda. De toute façon, dans les 2 cas, HDD/SSD, seule la sauvegarde permet de prévenir les risques.

    Sinon, le RAID ne prévient qu’une défaillance du support de stockage, pas l’erreur humaine ou le bug logiciel qui sont les causes les plus fréquentes de pertes de données. Personnellement, avant je mettais tout systématiquement en RAID. Depuis les passage aux SSD, peut être à tord, je réserve maintenant le RAID uniquement aux choses vitales. La crainte du disque qui se met à déconner qui était quelque chose de fréquent a pratiquement disparu.

    Répondre
  • 10 mai 2019 - 6 h 35 min

    @Laurent Simon: Je savais qu’un processus de gestion des cellules existait sur un SSD (qu’il s’agissait même d’un élément prépondérant dans la qualité du “disque”), mais j’en ignorais le mécanisme. La description que tu en fait est intéressante.

    Un exemple où l’obsolescence programmée à grande échelle sert à la sécurité.

    Répondre
  • 10 mai 2019 - 15 h 20 min

    J’espère surtout que ca ne va pas trop impacter sur les prix et l’innovation des prochains disques durs, j’ai encore besoins de quelques gros Disque durs pour mon Nas. Malheureusement oui c’est la fin d’une époque, et l’évolution risque de s’accentuer , d’une part avec la concurrence des SSD pour le grand publique, mais également le changement de consommation des gens vers le streaming /demat’ pour la vidéo et les jeux (surtout ces 2 médias qui demandent de gros espaces de stockage).
    Légalement les gens vont bien plus regarder les films en streaming qu’ils n’en téléchargent (bien aidé par le choix restreint des films numériques à l’achat) , et il y a des chance que le jeu vidéo prennent la même tournure dans quelques années avec le cloud gaming.

    Répondre
  • to
    12 mai 2019 - 19 h 27 min

    petit test hier, 4 heures de surf tranquille sur le net : firefox, 4 millions de io writes pour 22 Go d’ecritures, un ssd peut-il soutenir ce rythme et combien de temps ?

    Quelle strategie de backup sur le long terme -10/20 ans- pour environ 2 To de donnees persos si ni les ssd et les hd ne peuvent tenir?

    Répondre
  • 12 mai 2019 - 21 h 19 min

    Avec du stockage, avant :
    – Pour voir un film on cliquait dessus et il commençait.
    – Pour installer un jeu “lourd“ il fallait 10 minutes.
    – Pour voir ses vidéos ou photos personnels on cliquait dessus.

    Sans stockage, maintenant :
    – Pour voir un film il faut le télécharger autant de fois qu’on veut le voir (consommation serveurs, pollution, abonnement payant, etc…).
    – Pour installer un jeu “lourd“ il faut 3 jours (je suis chez le gros bouygues) avec consommation serveurs, pollution, lancement impossible sans internet, maj steam (ou autres) de 300mo qui dure 20 minutes donc impossible de faire une partie rapide pour se détendre, etc…
    – Pour voir ses vidéos ou photos personnels on met tout sur le cloud. A la portée des entreprises. Je ne sais plus quelle entreprise a perdu 6 ans de document perso pendant sa migration (les cons ont perdu
    6 ans de souvenir d’eux en selfie cul de poule) et laquelle s’est fait “piraté“ les docs perso des gens lambdas.

    L’idéal serait un SSD pour l’OS et des HD pour le stockage.

    La disparition des disques durs réjouira ceux qui ne savent pas prévoir, ceux qui bouffe tout et tout de suite sans patience ou réflexion et sans se soucier que l’hiver arrive.
    Le con domine le monde (c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que le QI régresse) et dans 20 ans il s’apercevra que ses souvenirs n’existent plus mais ce sera trop tard et on sera entrainé avec eux car c’est la majorité qui compte, pas ceux qui réfléchissent.

    Répondre
  • 13 mai 2019 - 8 h 47 min

    @to: Pour obtenir la durée de vie estimée d’un SSD par rapport à l’usage réel qui en est fait, tu peux te baser sur les données S.M.A.R.T. Il suffit de prendre un utilitaire du genre CrystalInfo permettant de lire ces données. Ça te donne deux infos essentielles: Le nombre d’heures de fonctionnement total du disque (hrs) jusqu’à présent et son niveau d’usure actuel en % (used). Tu peux obtenir une estimation assez correcte de sa durée de vie restante en heures, si tu continue à l’utiliser dans les mêmes conditions, avec la formule suivante: hrs * ( (100/used) – 1). Pour l’obtenir en années, divise le résultat par 8760.

    Ne soit pas surpris si tu obtiens des dizaines d’années, ça n’a rien de surprenant; surtout avec de gros SSD.

    Pour ce qui est du backup sur du très long terme, le plus fiable reste incontestablement la gravure sur disque optique. Mais même là ce n’est pas infaillible et 20 ans c’est un grand maximum (pour que ça dure plus, il faut stocker les supports sous vide). La question à se poser toutefois, c’est de savoir si dans 20 ans on aura encore le matériel et les logiciels pour en lire le contenu.

    Sur le très long terme, la seule façon de garantir la conservation, c’est de réécrire de façon régulière sur un nouveau support. La fréquence étant à ajuster en fonction de la durée de vie du type de support utilisé.

    Ceci dit, en archivage pur (rangé hors tension), un SSD devrait permettre de tenir vraiment très longtemps, à condition de le stocker dans de bonnes conditions et de prévoir de le mettre sous tension à une fréquence régulière. Cette fréquence est à ajuster en fonction du SSD. Ils n’ont pas tous la même durée de rétention des données hors tension. Il faudrait prendre une fréquence de la moitié de celle-ci pour assurer le coup. Vu qu’elle est en général de 2 ans sur des SSD grand public, on devrait pouvoir prendre un an en pratique (attention, certains SSD pros sont plus performants, plus endurants, mais ont une durée de conservation hors tension moindre). Si on le laisse dans un tiroir, en ne le réveillant qu’une fois par an pour qu’il maintienne son état, alors il pourrait durer et maintenir les données pendant 20 ans sans problème car ce qui l’use c’est sa durée de fonctionnement et son taux d’utilisation. Dans un tel scénario les deux sont pratiquement nuls. La seule chose à laquelle il faut faire attention, c’est aux conditions de stockage du SSD. Il doit être stocké dans un endroit chaud (mais pas trop tout de même, ça améliore la durée de rétention hors tension) et parfaitement sec, à l’abri de l’humidité (idéalement emballé sous vide avec un sachet déshumidificateur) car la seule chose qu’il craigne dans un tel scénario, c’est l’oxydation de ses composants. En gros, un SSD devrait pouvoir maintenir ses données presque indéfiniment dans le temps, à condition d’être remis sous tension régulièrement, et tout le temps que son électronique reste en état de fonctionner.

    Répondre
  • to
    15 mai 2019 - 17 h 28 min

    @Laurent Simon, merci pour les infos, apres recherches supplementaires j’ai vu que les ssd il vaut mieux oublier pour le long terme donc maintenant ca va etre recopie sur disque reguliere + cloud + gravage m-disc.

    Répondre
  • tof
    16 mai 2019 - 9 h 31 min

    @gob33:
    “la dégradation des NANDs n’empêche pas d’autres modes de claquage du SSD: défaut dans une puce mémoire de moindre qualité, perte du contrôleur, sensibilité aux surtensions ou à une forte température…”
    -> exact, sans oublier le talon d’Achille de toute les électroniques: un simple condensateur qui ne tient pas dans le temps et qui lâche!

    Les condensateurs à durée de vie limitée sont intégrés dans nombres de matériels. Ils ont mis au rebut des millions de TV à écran plat, des quantités par palettes de laptops (qui ne démarrent plus après quelques années), et toutes sortes de matériels chaque année. Juste un petit rappel

    Dans du matériel plus ancien (ex: Hifi vintage) on peut aisément avec un simple fer à souder remplacer un vieux condensateur séché par un autre increvable (genre les condensateurs issus des anciens stocks militaires soviétiques) et lui redonner 40 à 50 ans d’espérance de vie… Dans l’électronique moderne avec la complexité des composants miniaturisés SMD, la barrière à la réparation est bien plus élevée en terme de coût et d’accessibilité… c’est la poubelle ou le recyclage qui prédestine ces objets.

    Les SSD intègrent des condensateurs, et j’aurai tendance à penser que les puces de NAND auront une durée de vie plus élevée que celle des condensateurs placés juste à côté sur le même circuit imprimé.

    Répondre

  • 16 mai 2019 - 10 h 39 min

    @tof:
    C’est TOUT à fait ça, les condensateurs sont
    une forme d’obsolescence programmée
    de tout système électronique !!!

    Disons que beaucoup de fabricants ‘jouent’ sur ce facteur…
    alors qu’ils pourraient mettre des condensateurs plus endurants !
    J’ai toujours pensé que certains condensateurs devait être mis
    dans des cartouches comme les fusibles,
    afin de pouvoir les changer facilement…
    Mais ça ne ferais pas leurs affaires !!!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *