Covid-19 : un impact réel sur le marché PC

La Pandémie de Covid-19 a eu des effets variés sur la planète et sa population humaine, parmi ceux-ci, une augmentation des ventes de PC. Les chiffres des divers analystes du marchés sont tombés et reflètent bien le phénomène.

Les expeditions de PC ont largement augmenté pendant le confinement du au Covid, ce n’est d’ailleurs pas une surprise pour ceux qui suivent ce marché. Les étals numériques des vendeurs ont été particulièrement touchés et certains étaient quasi vides au bout de quelques semaines. Entre les imprimantes indisponibles et les rayons de PC réduits à peau de chagrin, le confinement a largement impacté les ventes.

COVID

Les chiffres des différents analystes du marché sont désormais connus pour ce second trimestre 2020 dont l’économie a été fortement marquée par le Covid-19. Ils ne concernent pas les  ventes mais les expéditions de PC pour ce second trimestre 2020. Comme d’habitude les chiffres ne concernent pas les mêmes machines puisque chacun fait ses calculs à sa manière. Parmi les trois cabinets, deux estiment que les Chromebooks sont des portables comme les autres : IDC et Canalys. Gartner quand à lui sort les machines sous ChromeOS de cette catégorie. A l’inverse, Gartner choisi de comptabiliser les tablettes pouvant être utilisés comme un portable  – comme les Surface de Microsoft – alors que les deux autres n’en tiennent pas compte. Mais malgré ces différences, les chiffres vont tous dans le même sens.

Ce n’est d’ailleurs pas difficile à comprendre, entre le télétravail et les devoirs à la maison, l’usage habituel du smartphone comme outil de travail n’était plus suffisant. Le fait que les magasins en France soient à un moment quasiment tous en rupture de stock sur les imprimantes est également révélateur. Le discours général d’une partie du public vis à vis des PC est le suivant : “Depuis que j’ai mon smartphone, je n’allume plus ma machine”. Et c’est parfaitement vrai. Pas mal de gens préfèrent finalement surfer sur un smartphone dans leur canapé plutôt que d’allumer un PC qui vieillit et qui, à chaque réveil, assume une tonne de mises à jour. Mais le détail qu’ils oublient de préciser est souvent le même : si leur PC personnel n’est effectivement plus utilisé, leur boulot quotidien se fait souvent pas loin d’une de ces machine. Une machine pro reliée à une imprimante qui leur permet de faire au travail ce qu’ils ne font plus à la maison sur leur PC perso.

C’est très visible avec la Pandémie. Le recours au smartphone est parfait en machine d’appoint et de consultation mais travailler avec est beaucoup plus compliqué. Faire ses devoirs avec un smartphone, aussi grand son écran soit t-il, n’apportera jamais le même confort que sur un PC quel qu’il soit. On peut toujours ajouter un clavier et déporter son écran de téléphone vers un moniteur externe et imprimer en Wifi mais cela n’est en rien une solution grand public. La pandémie de Covid-19 a rappelé l’évidence, tout le monde se sert d’un PC. Ne plus en avoir un sous la main au quotidien pose problème.

Le public sait très bien se passer d’un PC et d’une imprimante perso quand ils ont un PC et une imprimante Pro. Quand ces “accessoires” ne sont d’un coup plus accessibles, le recours au “tout-smartphone” est un peu plus compliqué. C’est cette problématique qui a du pousser des millions d’étudiants, écoliers et salariés à investir dans une nouvelle machine ce second trimestre.

IDC

Chez IDC, les chiffres du second trimestre 2020 par rapport à ceux de 2019 sont clairs : 11.2% de hausse des expéditions avec des chiffres énormes pour certains acteurs comme Apple (+36%), HP (+17.7%) et Acer (+12.7%). Lenovo et Dell progressent moins mais ce sont des marques très portées par les entreprises, ce qui a  du impacter leurs ventes globales.

Canalys

Canalys analyse l’évolution des ventes par régions entre 2019 et 2020 sur ce second trimestre et c’est assez explicite. L’EMEA passe d’un trimestre en décroissance de 5.3% en 2019 à 24.6% de croissance en 2020. C’est le plus grand écart par rapport au marché même si la tendance passe globalement d’une baisse à la hausse. Cela s’explique par un confinement plus marqué et prolongé en Europe que dans le reste du monde. 

Gartner

Chez Gartner, la tendance est moins marquée, mais elle est tout de même présente. Là encore, Dell et Lenovo sont moins performants mais HP et Acer ont de très belles ventes. Apple est moins représentatif puisque l’analyste ne compte pas les iPad dans ses chiffres. Ce qui nous indique que le bon score chez IDC est lié à des ventes de ces tablettes et probablement plus en rapport avec du loisir pour s’occuper pendant le confinement que la recherche de solutions de travail.

Ces chiffres nous apprennent également un autre point clé sur le marché, l’impact de la Pandémie n’a pas été aussi considérable que ce que l’on pensait sur les expéditions. Les usines ont rapidement repris leurs expéditions et toute la chaîne a globalement bien fonctionné. Les marques ont réussi à produire et expédier plus de machines qu’à la même période en 2019 malgré les problématiques liées au virus. Il est fort possible que le Covid-19 ait impacté des chiffres qui auraient pu être encore meilleurs, mais dans tous les cas, ils ont dépassé ceux de l’année précédente.

La grande question désormais est de savoir si ce pic aura une influence à moyen terme. Combien de personnes ayant investi dans un nouveau PC pendant le confinement font partie des gens qui auraient investi dans les trimestres qui viennent. Ceux qui prévoyaient d’investir mais qui temporisaient pour une raison ou une autre. Le virus et le confinement  ont joué ici un rôle d’accélérateur dans la décision mais à terme ils pourraient jouer un rôle différent. Le retour de bâton pourrait être sensible et les ventes s’écrouler dans les mois qui viennent. Les expéditions étaient en hausse en 2019, pour la première fois depuis 6 ans, ce sera peut être encore le cas en 2020 mais quel impact aura le virus à plus long terme ?

A moins que ? Malheureusement, il est possible que le virus prenne ses quartiers sur la planète et que la pandémie se réinstalle en Europe. On estime que 6.7% de la population Française a été infectée parle Covid-19, c’est bien peu pour écarter tout risque de confinement à moyen terme. Peut être que le télétravail va devenir en partie une nouvelle normalité pour beaucoup d’entre nous à moyen et long terme et que les ventes de PC suivent ce nouveau chemin.

Sources : IDCCanalys et Gartner

Soutenez Minimachines, partagez le !


Violet
6 commentaires sur ce sujet.
  • Boo
    13 juillet 2020 - 14 h 28 min

    Quoi qu’on en pense, le PC reste une machine qui est vraiment multifonction ce qui n’est toujours pas le cas du smartphone ou d’une tablette.
    Bien que ces devices permettent de faire pas mal de choses maintenant, ils n’apportent pas toute les possibilités d’un PC qui possède un historique et une ouverture de programmes largement supérieure.

    Le PC, qu’il soit UNIX/Windows/OSX, continue de répondre à des besoins qui ne sont pas couverts par les smartphones et tablettes.

    Répondre
  • 13 juillet 2020 - 14 h 58 min

    “ces devices”… vous voulez dire “ces appareils” je suppose?
    Cette manie d’utiliser des mots anglais juste pour faire pro… C’est ridicule.

    Répondre
  • Boo
    13 juillet 2020 - 15 h 08 min

    @toto: c’est pas pour faire pro, c’est juste une mauvaise habitude, j’aurais dû dire appareils embarqués pour être parfaitement francophone mais est-ce vraiment intéressant de faire un débat là-dessus ?

    Répondre
  • 13 juillet 2020 - 15 h 13 min

    J’avais commandé un jumper x3 pro (250€, depuis, il est passé a 300, comme beaucoup d’autres) pour ma fille en décembre, avec cette histoire de confinement, ce fut un très bon investissement au final…
    Effectivement, un smartphone/tablette Android ce n’est pas un PC, même si la frontière se réduit entre les deux, l’usage d’Android ou iOS (je ne parle pas d’ipados) est très vite limitatif face a du linux/windows/osx.

    Pour le télétravail, je suis limite inquiet, pas mal d’entreprises y ont trouvé leur compte, notamment celles qui ont fait bosser leurs salariés tout en les rémunérant avec le chômage partiel mais aussi celles qui ont compris que la présence de leur équipes n’étaient pas indispensable…et que du coup, quitte a travailler en télétravail, un salarié des pays de l’est n’est pas moins compétent qu’un français mais surtout, il coûte bien moins cher.
    J’ai un proche qui vient d’apprendre que sa boite va toucher des ronds pour faire un petit plan sociale et délocaliser une partie du job (faisable en télétravail) a l’étranger….

    Répondre
  • 13 juillet 2020 - 21 h 57 min

    “A moins que ? Malheureusement, il est possible que le virus prenne ses quartiers sur la planète” Même si je suis accusé de faire ma Cassandre, peu importe, le retour de la maladie cet hiver est très probable. Avec même quelques spécificités bien embêtantes héritées d’autres virus semblables qu’on connait mieux. On aura donc assez de PC mais quid des masques ???

    Répondre
  • 14 juillet 2020 - 12 h 13 min

    “Peut être que le télétravail va devenir en partie une nouvelle normalité pour beaucoup d’entre nous à moyen et long terme”

    Je suis dev chez un éditeur info ayant des bureaux un peu partout dans le monde. Jusqu’à ce que la loi oblige mes responsables le télé travail chez nous était quasi impossible. Puis ils y ont été obligés (ils ont réussi à faire passer ca comme leur propre décision ^^). Un hiver de gilet jaune passe. Puis un second plus long et toujours sans transports. Donc le confinement en télé travail a été facilité car à la base notre métier s’y prête très bien et parce que les gilets jaunes ont fait que l’infra ces deux dernières années a été adapté pour cela (citrix, vpn, teams, cloud pour tout les documents, etc).

    Néanmoins si le télé travail plaît à énormément de monde il déplaît fortement aux responsables qui se sentent, eux, désoeuvrés. Ils découvrent que le boulot continue d’être fait – et bien fait – même quand ils ne sont pas là pour filer des coups de fouet. D’où une crise existentielle pour certains. A quoi je sers? Pourquoi je suis là? Quel est le but de mon poste? Est ce que mon poste va être supprimé?
    On est maintenant en semi télé travail et tout le monde doit revenir début septembre et tout doit recommencer comme si rien ne s’était passé, comme si l’expérience du télé travail n’avait pas été positive dans mon entreprise et ce pendant près de 3 mois pleins et 3 mois à venir en alternance.

    Bref une nouvelle ligne de front vient de s’ouvrir au sein du monde de l’entreprise… et je suppose que cela va devenir un incontournable dans les entretiens d’embauche.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *