C64Pi : Un hack bien mieux que la console Commodore 64 Mini

Si comme moi vous avez déjà croisé de vieilles machines dans un état déplorable par le passé, des Amiga 500, Atari ST ou autres Commodore 64 ayant subi les affres du temps. Voire ayant pris carrément la flotte avec des ports dégoulinants de rouille… Ce C64Pi vous donnera surement des idées.

L’idée de ce C64Pi est toute simple. Remplacer les entrailles hors service d’un vieux Commodore 64 par une carte Raspberry Pi tout en recyclant son interface, à savoir le clavier d’origine. C’est exactement la philosophie inverse de la console Commodore C64 Mini qui a repris le design d’origine de l’engin en réduisant son échelle mais en perdant l’usage d’un clavier devenu fixe et totalement décoratif.

Si vous avez déjà ouvert une de ces machines qui a pu traîner trente ans au fond d’une cave ou d’un grenier, il y a de fortes chances que vous ayez eu de mauvaises surprises. Que vous rencontriez une araignée égarée est courant et pas bien grave. Que vous ayez une belle couche de poussière à décrasser non plus, mais pour peu que votre machine ait été en contact plus ou moins prolongé avec de l’eau et c’est généralement la catastrophe. Il n’y a en général plus grand chose à sauver de l’électronique embarquée.

2018-05-09 13_45_59-minimachines.net

Qu’à cela ne tienne, au lieu de jeter votre prochaine carcasse de Commodore 641 ou d’en faire un gros presse papier, vous allez pouvoir facilement le transformer en C64Pi. Pour se faire, il n’y a qu’a suivre les instructions publiées sur Amigalove par un dénommé Mattsoft.

Le processus est relativement simple. On enlève tous les composants informatiques hors service et on les remplace par une petite carte Raspberry Pi qui fait tourner Combian 64, un émulateur de C64 pour la Raspberry Pi.

2018-05-09 13_45_34-minimachines.net

Evidemment, plus l’intégration est maîtrisée plus le résultat est intéressant. C’est pour cela que des fichiers STL de pièces à imprimer pour boucher les ports inutilisés sont proposés en libre accès. On peut ainsi également porter les connecteurs à déporter vers l’arrière de la machine. Ici, à droite, on peut voir un port MicroUSB pour l’alimentation de la carte Raspberry Pi. Un interrupteur de mise en marche et la sortie HDMI de l’appareil.

2018-05-09 13_45_47-minimachines.net

Sur le côté de ce C64Pi, on retrouve une autre partie de la connectique de l’engin. Il ne s’agit pas de celle de la Raspberry Pi ni  d’un reste de celle du Commodore 64 mais des options proposées par une carte spécialisée baptisée Keyrah V2.

2018-05-09 14_04_30-minimachines.net

La Keyrah V2

C’est cette carte qui va permettre de faire l’interface entre le clavier du Commodore C64 d’origine et la Raspberry Pi. Cette dernière pourra se connecter ensuite via USB et profiter des ports série sur lesquels on connectera, par exemple, des joysticks.

2018-05-09 14_09_14-minimachines.net

Le Powerblock en bleu posé sur les GPIO de la Raspberry Pi

Un autre ajout a été nécessaire pour ce montage particulier, un Powerblock pour Raspberry Pi. Ce dernier permet deux choses très importantes. Tout d’abord, il autorise la présence d’un interrupteur au dos de l’appareil mais aussi et surtout il permettra d’alimenter la LED rouge caractéristique du Commodore 64.

Pour plus d’infos sur ce C64Pi, rendez-vous sur AmigaLove.

Notes :

  1. Ne faites pas ça !
4 commentaires sur ce sujet.
  • 9 mai 2018 - 15 h 15 min

    Pour Eric : amigalove.com/viewtopic.php?f=6&t=552&p=3121#p3024

    Répondre
  • 9 mai 2018 - 16 h 01 min

    Et sur Amstrad CPC, y’a la même ?

    Répondre
  • 9 mai 2018 - 16 h 12 min
  • 9 mai 2018 - 23 h 30 min

    Pour info la version “Pi16” (Pi dans un Commodore 16) existe depuis plusieurs mois, voir ici le résultat final : https://www.amigaimpact.org/forums/topic/rech-raspberry-pi-2-pour-projet-happi-game-center-happiga/#post-302018

    Plus d’explications dans ce post : https://www.amigaimpact.org/forums/topic/rech-raspberry-pi-2-pour-projet-happi-game-center-happiga/page/2/#post-302108

    Prévu à l’origine pour RecalBox, le boîtier a accueilli très récemment Combian64 pour un boot direct sur C16, C64 ou VIC-20. Il reste à gérer les SUB-D 9 (manque driver pour GPIO) mais pour tout le reste c’est 100% fonctionnel.

    Celui-ci est une approche plus “face nord” et “artisanale” sans imprimante 3D ni Keyrah, juste de la récup et de la bricole pour un résultat que les membres du forum AI ont trouvé bien propre.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *