BigMe S6 Color : une liseuse 7.8 pouces couleur avec stylet actif

La BigMe S6 Color est une liseuse couleur utilisant Android derrière une dalle E Ink permettant également la saisie au stylet actif.

Equipée d’un SoC huit coeurs, de 6 Go de mémoire vive et de 128 Go de stockage, la BigMe S6 Color est une liseuse au cœur de tablette. Pilotée par un Android 11 largement remanié, elle se démarque par le choix d’un affichage passif couleur. La dalle est signée E Ink, il s’agit d’une technologie Kaleido Plus de la marque et donc, pas la dernière en date. 

Alors que E Ink  a annoncé la technologie Gallery 3, la BigMe S6 Color a fait le choix d’une dalle de génération précédente. Peut être pour des histoires de coût, plus probablement pour des raisons de disponibilités. La nouvelle venue est déjà en vente en Chine alors que les nouvelles dalles de E Ink doivent entrer en production en janvier. Toujours est t-il que la liseuse affichera en 1872 x 1404 en niveaux de gris, soit une densité appréciable de 300 points par pouce. L’affichage en couleur, qui nécessite la juxtaposition de plusieurs points colorés les uns à coté des autres, aura un gros impact sur la définition de l’affichage. La dalle n’affichera alors plus qu’en 624 x 468 pixels soit 100 points par pouce. Une baisse de qualité qui devrait être clairement sensible à l’affichage sur un engin de 13.75 cm de large et 19.6 cm de haut pour  6.9 mm d’épaisseur.

Pour le reste, on retrouve une liseuse avec des capteurs photo en face avant et arrière, pas moins de 4 micros pour enregistrer des notes vocales ou faire de la vidéo conférence et une paire d’enceintes stéréo. Il faut tout de même rappeler que si ces usages sont techniquement possibles tout comme la vidéo ou le jeu sur Android 11, l’affichage n’aura probablement pas la réactivité désirée. La connexion au réseau se fera au travers d’un Wi-Fi5 associé à un Bluetooth 5.0 et une option 4G via une nano SIM sera également disponible en Chine. Un stylet actif permettra la prise de notes, l’annotation de documents et l’emploi de tout type d’application de dessin disponible sur le Store officiel de Google. La liseuse est en effet compatible avec l’offre de Google. Le stylet propose 4096 niveaux de pression et une fonction gomme.

Vendue 3699 Yuans en Chine, soit environ 500 € HT, la BigMe S6 Color apparait donc comme un mauvais investissement. Notamment parce que son affichage couleur n’en vaut pas la peine. Je me souviens d’un lecteur, philatéliste, qui me demandait par email pourquoi ce type de liseuse couleur n’était pas encore présent sur le marché. La réponse est peut être enfin claire avec cette BigMe S6 Color. Qui aurait intérêt à afficher en 624 x 468 pixels sur une liseuse de 7.8″ de diagonale. Cet amoureux des timbres voulait pouvoir identifier et classer sa collection ou des trouvailles avec un objet neutre, passif et insensible à l’éclairage ambiant. D’où la recherche effrénée d’une liseuse couleur. Mais avec une telle définition, le niveau de détails espéré n’est pas suffisant pour en faire un outil intéressant.

C’est peut être là, tout simplement, la raison de cette quasi absence de liseuses couleurs sur le marché. Sortir un engin avec une résolution de 100 points par pouce ne parait pas être une bonne idée. Surtout si on doit compter sur un tarif de 500 € HT. Le marché m’apparait comme très bancal. La bonne nouvelle est donc dans l’arrivée des nouvelles technologies E Ink Gallery 3 qui proposeront une densité de pixels colorés identique à celle des niveaux de gris et un bien meilleur mélange de couleurs. L’arrivée de cette génération d’affichage couleur devrait libérer de nombreux constructeurs qui vont pouvoir proposer des produits un peu moins bancals que cette BigMe S6 Color.

Source : ITHome via Liliputing

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

10 commentaires sur ce sujet.
  • 29 décembre 2022 - 15 h 40 min

    Je vais rester sur ma pocketbook inkpad 2 qui n’a pas tout ces gadgets mais reste un tres bon rapport qualite/prix

    Répondre
  • 29 décembre 2022 - 16 h 40 min

    100 ppp c’est mieux que mon 32″ 1080p. Ce ne serait pas pertinent pour de l’affichage lent ? Menus kebab/pub agence voyages/affichage munkcipal etc ?

    Répondre
  • 29 décembre 2022 - 17 h 21 min

    @Arpenteur:
    L’erreur est peut-être là… un moniteur 32″ en 1080p c’est une hérésie… Si tu as besoin de plus de 24″ faut passer sur une résolution supérieure… (sauf problème de vue particulier).

    Répondre
  • 29 décembre 2022 - 17 h 43 min

    Il y a sans doute une seconde hérésie : les liseuses qui ne font que liseuse (et surtout pas tablette) vont finir par disparaitre avant que la couleur n’arrive… snif !

    Répondre
  • 29 décembre 2022 - 17 h 58 min

    Ce n’est pas une erreur, à 3m du canapé il me convient ^^ 12/10 aux deux yeux, merci de t’en inquiéter.

    mon 17″ 5/4 1280×1024 est à 98 ppi (sur le bureau).
    mon 32″ 1080p c’est 68 ppi (3m de distance).
    65″ 2160p c’est 68 ppi.
    27″ 1440p c’est 110 ppi.
    24″ 1080p c’est 91 ppi.
    un 32″ 1440p on n’est plus qu’à 90 ppi.
    16″ 1080p c’est 137 ppi.

    Pour de l’affichage c’est quand même bien 100 ppi. C’est même une écrasante majorité des affichages qui sont moins denses. C’est certe moins fin que des kindle de base (150 ppi pour mon modèle, 300ppi pour les actuels), des smartphones ou smartwatchs, mais ça me semble utilisable, sur le papier. Pour de la bd/manga.

    Répondre
  • 29 décembre 2022 - 19 h 18 min

    Oui, les ppi seuls ne veulent pas dire grand chose, tout dépend de la distance de visionnage.
    Les 68 ppi de la TV vue de 3 m équivalents à 200 ppi à 1 m ou 4OO à 50 cm.
    Une image avec les 100 ppi de cette liseuses à 50 cm correspondent à une TV qui afficherait une vidéo en VHS.

    Répondre
  • 30 décembre 2022 - 10 h 57 min

    Du coup faut se cotiser pour les gens à 30cm de leur 24″ 1080p en 91 ppi ?
    Et les tvs 65″ à 3m avec leurs 68 ppi ?
    Les prolétaires en 32″ 1440p sur le bureau ?

    Je comprends bien que c’est moins fin que 300ppi, je ne comprends pas que ce soit qualifié d’inutilisable devant 90% des affichages numériques qui font moins bien, affichages de proximité compris.

    Pour la Vhs en Sécam, 768×576 sur un cathodique, donc sans grille fixe de pixels numériques, ça n’est pas moins beau que beaucoup de tv avant la 4k. Tout le monde a oublié les 40″ 1080p et les 32″ 768p vendus aux masses pendant des années ? Avec « les numériques » qui t’expliquent qu’en dessous de 4m de recul, 32″ 768p = belle définition ?

    Parce qu’en suivant cette logique, tout le monde utilise du 250ppi made in Apple sur du 11 pouces ?

    Répondre
  • 30 décembre 2022 - 16 h 55 min

    @NotMe: Ben non, 32″ en 1080p, c’est pas une hérésie. C’est même parfait pour mes usages :
    – ça me permets de surfer et lire en étant vautré dans mon fauteuil à au moins 80cm de mon écran (et pas collé dessus).
    – ça permets aussi à ma carte graphique de faire beaucoup de FPS (>150) plutôt que d’avoir une résolution de ouf inutile.

    Et surtout, oui, en vieillissant, la vue est moins bonne, l’oeil est fatigué surtout en fin de journée, alors que les pages sur les Web ont des caractères de plus en plus petits !
    (ou les webdesigners ont des écrans supergrands lorsqu’ils travaillent leurs pages ?).

    Donc, mon 32″ en 1080p, je l’aime beaucoup :)

    Répondre
  • 30 décembre 2022 - 17 h 27 min

    @StarDreamer: En matière d’affichage il n’y a pas de vraie règle et chacun voit son besoin particulier.

    Pour de l’affichage à encre numérique par contre cela pose un vrai soucis la faible définition des dalles. Suivant les lecteurs et leur vision c’est parfois compliqué de baisser la définition. En particulier sur les marchés asiatiques où le recours à des idéogrammes demande des affichages très fins. Du coup l’affichage couleur « basse def » donnera des images où les textes seront bien moins lisibles que l’affichage en niveau de gris. Cela changera avec la nouvelle gen.

    Répondre
  • 30 décembre 2022 - 17 h 37 min

    @Pierre Lecourt: Yep. A chacun selon ses usage.
    Mais je peux aussi comparer avec ma liseuse, qui a un cas d’usage complètement différent : ça me permets de lire le soir avant de m’endormir, sur l’oreiller, et je tiens le bouzin quasiment contre ma tête. Donc oui, dans ce cas, la résolution est alors importante.

    Après, je te rejoins sur l’article : un « smartphone » android eink couleur à 500€, c’est déjà ultra cher. Si en plus, il n’excelle pas à la tâche, c’est mort-né.

    Comme tu as pu le lire mainte fois, les 2 usages e-ink que je vois le plus -hors liseuses standards- c’est :
    – soit ajouter un écran eink sur un smartphone normal, pour des affichages permanent style heures, notifs, etc
    – soit un eink couleur de grande taille (13″ idéalement) mais à prix contenu (300€ max?) pour lire des BDs.
    En dehors de ces marchés, les besoins ne m’ont pas l’air assez présents pour sortir des niches.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *