La ECS Liva X 64 Go en test

La ECS Liva X 64 Go en test

La ECS Liva X est la seconde construction de la marque sur ce segment particulier des minimachines. Après un premier modèle remarqué pour son aspect éducatif, économique et silencieux, ECS revient avec un engin un peu plus construit mais très éloigné de sa machine d’origine.

Désormais en vente aux US, la nouvelle solution de ECS n’a apparemment pas trouvé de revendeur en France. La petite solution ne sera donc pas en rayon chez votre marchand préféré et il faudra l’importer sur une base de tarif de 210$ (2Go/32 Go) aux US.

ECS Liva X

La ECS Liva X est donc la seconde minimachine de la marque, elle embarque 4 Go de mémoire vive et exploite un eMMC de 32 ou 64 Go. La nouvelle venue change également de processeur avec un Intel Bay Celeron N2808, un double coeur gravé en 22 nanomètres fonctionnant de 1.58 à 2.25 GHz en mode turbo. Une puce très basse consommation avec 4.5 xatts de TDP ce qui permet à l’engin d’être dépourvu de ventilation active.

ECS Liva X

Très peu d’aérations pour le ECS Liva X, étonnant pour un engin fanless

ECS Liva X    ECS Liva X

Un placement étonnant du dissipateur, il est situé sous le boitier ce qui l’empêche de dissiper naturellement la chaleur qui aura tendance a s’y accumuler

ECS mettait en avant de nombreux éléments pour justifier sa première Liva : Le premier modèle était livré en kit, à assembler soi même, une idée mise en avant par la marque dans un soucis éducatif d’apprentissage des composants informatiques et du fonctionnement d’une machine. Le nom Liva était une contraction des termes Living et Viva, une idée mise en avant par le choix de matériaux écologiques pour la construction du boitier : Composants recyclables, emballage écologique et impression à l’encre à base de soja. Malheureusement, comme souvent, ce joli discours n’avait pas d’autre intérêt que celui du marketing.

ECS Liva X

A gauche, l’emplacement mSATA

La nouvelle ECS Liva X a en effet totalement oublié ce discours écolo pour se contrer sur les avantages bien plus pragmatiques de l’engin. Il faut dire que l’époque a changé, la concurrence est plus sérieuse et le segment enfle de jour en jour de nouveaux produits. Si il fallait justifier ses choix, il y a 6 mois par un discours alambiqué autour de l’éducation ou de l’écologie, le temps est venu de la concurrence.

ECS Liva X

Le Celeron au centre, la mémoire vive juste à gauche et la carte Wifi MiniPCIe demi format.

ECS Liva X       ECS Liva X

L’engin reste évidemment très compact avec 13.5 cm de long pour 8.3 cm de large et 4 cm d’épaisseur. Assez d’espace pour construire une machine efficace et surtout insérer à la fois un énorme dissipateur en aluminium et un emplacement mSata en plus du stockage de base.

ECS Liva X

Le module eMMC, ici en 64 Go

Pour 40$ de plus, vous devriez pouvoir profiter de la version la plus évoluée, et bien plus intéressante, de l’engin : Un modèle en 4 Go de mémoire DDR3 et 64 Go de stockage de base. Pourquoi plus intéressante ? Parce que les composants de base sont soudés sur la machine. Rendant ainsi impossible toute évolution. Les 4 Go de base prennent ainsi une toute autre valeur, ils ne sont pas négociables sur ce type d’engin, on ne pas acheter un modèle 2 Go en se disant qu’on passera à 4 si c’est utile.

ECS Liva X

Le reste de la machine est classique avec 1 port USB 3.0, 2 ports USB 2.0, un HDMI et un VGA pour la sortie d’un signal ce qui permettra à l’engin de gérer le double écran, un Fast Ethernet sur base de Realtek RTL8111G, un Wifi classique en 802.11 b/g/n et du Bluetooth 4.0 montés sur un port MiniPCIe. Le port mSATA est commun aux deux versions ce qui permettra d’ajouter facilement un peu de stockage sur la machine. A noter que le eMMC de 64 Go présente des résultats très corrects sur une plateforme de ce type.

ECS Liva X

La faible consommation de la machine est intéressante, ses performances en font également un engin exploitable pour de nombreuses tâches. La présence de la fonction QuickSync d’Intel ouvre également des portes à des traitements vidéo. Avec 10 watts consommés en streaming Youtube, 7 watts en surf et 4 watts en veille, ce n’est pas la machine qui augmentera drastiquement votre consommation d’énergie.

ECS Liva X

Le processeur a imprimé une marque en profondeur dans le pad thermique, malheureusement celui ci est mal placé.

Par contre Legit Review remonte que la machine n’est pas particulièrement bien optimisée en terme de dissipation ce qui entraîne rapidement un étranglement de la performance proposée puisque le processeur se protège en baissant sa fréquence. ECS assure que cela est du à un mauvais placement des pads permettant la conduction de la chaleur des composants vers le dissipateur en aluminium et que le problème et déjà réglé en usine. Le design général de la machine semble plus en cause que cette simple erreur de placement, quoique fasse la puce, elle accumulera de la châleur naturellement avec un dissipateur qui ne trouve pas de moyen de faire circuler l’air frais autour de lui par simple convection.

Difficile de prédire l’avenir de cet engin, je ne suis pas sur que ce qu’il propose soit réellement plus pertinent qu’une machine proposée 2 fois moins cher sous Atom BayTrail : La destination du produit semble être la même et les avantages proposés par la ECS ne sont finalement pas nombreux : S’il est évidemment appréciable de pouvoir installer un système Linux sur l’engin, l’intégration mSATA ne me semble pas une chose suffisante pour sauter le pas. Un verdict qui aurait été différent avec une implantation de type barebone avec mémoire vive et stockage sur supports amovibles.

Lire la totalité du test avec plein de benchs chez Legit Review. Via FanlessTech

10 commentaires sur ce sujet.
  • 16 janvier 2015 - 18 h 00 min

    petite coquille
    « . Il faut dire que m’époque »

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 18 h 09 min

    Mince, moi qui comptais m’en prendre une pour y installer SteamOS et faire du streaming de jeux dans ma chambre, je suis un peu déçu après lecture des tests du coup…

    Que me conseilleriez-vous pour cela ? Sachant que je cherche une solution entre 50 et 150€, et pas d’ARM.

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 18 h 17 min

    On peux trouver un ASUS VIVOPC-VM42-S028V Celeron® 2957U à 230/250 € avec clavier et souris sans fil.
    Ca me semble un peu plus intéressant malgré l’HDD de l’Asus

    Répondre
  • 17 janvier 2015 - 15 h 44 min

    Vraiment dommage que le HP Chromebox à 114 euros n’ai que 16 GB …

    Répondre
  • 17 janvier 2015 - 18 h 07 min

    Mode Maitre Capello on
     » que le problème et déjà réglé en usine  » (avant dernier paragraphe)
    EST

    Mode maitre Capello off

    Désolé Pierre :(

    Répondre
  • 17 janvier 2015 - 23 h 08 min

    Ya un espoir que la carte mère soit vendue seule un jour?
    Cest du super matosse pour les bricolos je trouve :)

    Répondre
  • 18 janvier 2015 - 15 h 15 min

    dernier paragraphe : ‘3 coquilles en 5 mots’
    « Si il est évidemmen appreciable »
    S’il est évidemment appréciable

    Répondre
  • 19 janvier 2015 - 12 h 30 min

    Bon pour repérer les coquilles sur les mots courants, il y a du monde, mais pour se demander combien valent « 4.5 xatts’ et si c’est convertible en gigowatts, y personne :p
    sinon,la proposition technique par rapport au prix n’est pas très intéressante effectivement.

    Répondre
  • 20 janvier 2015 - 15 h 41 min

    Eh les gars,
    A choisir, pleins de super articles très rapidement écrits (mais de qualité), ou quelques articles super bien léchés….
    Comme Pierre est du genre à faire plein de choses en même temps pour enrichir son blog,
    je propose une amnistie générale sur les coquilles qui se glissent çà et là.

    Bonne année à tous

    Répondre
  • 12 février 2015 - 11 h 03 min

    Et par rapport à un Raspberry Pi 2 ? Avantages, inconvénients ?

    En tous cas, c’est plus cher…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *