Google abandonnera QuickOffice d'ici quelques semaines

Google abandonnera QuickOffice d’ici quelques semaines

Racheté par Google il y a 2 ans, QuickOffice vit ses dernières semaines de gloire sous Android et iOS. Le moteur de recherche a décidé de fermer cette application et de la retirer des différents stores d’applications.

Pas vraiment une surprise, QuickOffice était sous la menace d’un couperet de guillotine dés son rachat par Google, l’application fait en effet doublon avec l’offre en ligne de Google et n’a servi qu’a proposer une solution – et récupérer brevets et développeurs – en temporisant l’adoption de Google Docs.

QiuickOffice

QuickOffice est une application de bureautique plutôt complète et bien pensée qui permet de travailler les différents types de documents courants facilement et sans de trop grands dommages de conversion depuis, notamment, des vielles versions de Microsoft Office.

Si vous ne l’avez pas encore, téléchargez le rapidement avant qu’il ne disparaisse des Stores. Une fois sur votre appareil, il n’y bougera plus mais après la date fatidique, il ne sera plus possible de l’obtenir en ligne officiellement.

Evidemment, il existe de nombreuses autres solutions de bureautique dont Office de Microsoft, AndrOpen Office ou Google Docs. A vous de voir si vous voulez poursuivre avec QuickOffice ou migrer vers autre chose.

Source : Engadget

 

18 commentaires sur ce sujet.
  • 30 juin 2014 - 11 h 28 min

    Bonjour, j’ai bénéficié de l’offre gratuite d’Amazon pour télécharger OfficeSuite aussi a t-on besoin de Quick Office en doublon ou pas ?

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 11 h 54 min

    Youpi… déjà qu’ils l’avaient charcuté (plus de Claoude autre que drive) , mais là troquer une appli qui devait faire moins de 30Mo décompressée pour 3 applis de 20-25 Mo chacunes avec probablement un stockage obligatoire dans ze claoude …. mmmm que du bonheur

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 12 h 01 min

    9a commence à être agacant ce genre de procédé, on a déjà eu le coup sur le très pratique BUMP.

    On a Facebook qui impose un second logiciel pour le messenger , et à présent c’est quickoffice qui sautes ?! c’est vraiment abusé !!

    Répondre
  • s@s
    30 juin 2014 - 12 h 11 min

    Oui enfin il restera toujours la possibilité de trouver l’APK « ailleurs ».

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 12 h 16 min

    @ S@s: of course, mais tu parle d’un binaire qui ne sera plus débuggué, plus mis à jour, rien…

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 13 h 10 min

    Ben oui, c’est ça le monopole les gars : le client n’a plus qu’une chose à dire, merci.
    Autre décision de sa Majesté Google, dégager la bibliothèque openCL interdisant l’accélération des calculs via une API STANDARD !
    Sa Majesté a décidé que sa bibliothèque d’accélération RenderScript (qui s’appuie sur opencl du reste mais en interne) valait bien mieux un coup de projecteur.
    Autre décision unilatérale qui nous pend au nez : supprimer JavaScript au profit de son propre langage.
    Dites-vous bien que Google est, depuis le début, the Evil, au même titre qu’un micromou, qu’une pomme, qu’une fesse ou encore qu’une Amazonie.
    Favoriser les standards va à l’encontre du business (sauf lorsqu’il s’agit de communiquer) et il en a toujours été ainsi.
    À bon entendeur …
    Db

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 13 h 23 min

    @bastien:

    Si j’ai bien compris, les principales « fonctions » de Quickoffice et notamment l’édition hors ligne des documents et la compatibilité accrue avec les fichiers office ont été intégrés directement dans les applications Google Docs.

    Alors oui ça oblige à télécharger plusieurs applis séparément…mais l’objectif du rachat de quickoffice est atteint côté google.

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 15 h 42 min

    @Gaduc : d’accord avec toi et ce depuis tellement longtemps. Cela ne sert a rien de le dire, de le démontrer ou de le crier, tu comprends pour les gens Google c’est (ca parait) gratuit donc c’est bien…

    Ensuite, les acteurs du libres ne sont pas innocents, ils sont même vachement coupables après avoir travaillé main dans la main avec Google pour des cacahuètes, sans être le moins du monde capables de s’entendre sur une version cohérente de leur OS réellement libre… Parce qu’a chaque fois qu’ils sont failli y arriver, il y en a un qui a voulu monailler le bouzin.

    Les libristes peuvent me tirer dessus a boulet rouge, je m’en tape, il reste que GNU/linux est un système pourtant au point et fonctionnel mais leur absence de cohésion et de génie marquetting les conduit à un éparpillement total et une visibilité proche de rien.

    D’un naturel assez peu optimiste, je vois l’avenir des DEV vraiment en noir et blanc.

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 16 h 11 min

    Tant qu’ils intègre directement les fonctionnalités dans GDrive !
    Car c’était nul lorsqu’il obligeait de télécharger QuicOffice en plus de GoogleDrive pour pouvoir gérer des fichiers (et j’sepère surtout que l’édition hors ligne fonctionnera tjs, quel que soit l’éditeur)

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 18 h 25 min

    Il manque à android de manière générale une vrai culture du libre
    – la médiatisation de replicant et d’autre plateformes AOSP le plus « libre » possible est nulle
    – le portail fdroid est inconnu, peu approvisionné (moins de 1100 apps), et pour l’essentiel en petits utilitaires, les quelques gros outils free-like (QPython,darmouth basic, etc ….) n’y figurent pas
    – Pas de suite office digne de ce nom « andreopenoffice » étant fonctionnel, mais peu adapté, surtout au petits écrans. Et cet état de fait n’est pas prêt de changer, une telle appli nécessitant un investissement personnel important, sur une durée courte (cf ci dessous), donc nécessitant rémunération

    La Busynessification autour d’android est un coup de force de google, qui a assuré la survie de son système, mais qui n’incite pas les développeurs à faire du gratuit
    d’autre part les versions d’android, et les appli qu’ils portent, ont une durée de vie courte, rendant le développement opensource classique, traditionnellement lent & « long-termiste » non viableéconomiquement

    La seul alternative que je puisse y voir est FireFox OS, même si
    – les plateforme qui le promeuvent sont pour l’instant trop light pour y faire tourner des appli « lourdes » (office)
    – si l’OS en lui même est plus libre, l’écosystème suit le même schéma que celui d’android avec les mêmes conséquences (peu de libre à prévoir)

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 20 h 53 min

    J’imagine que Dadoo est comme 90% des utilisateurs de produits commerciaux, il n’a pas acheté le quart du dixième de ce qui se trouve sur sa machine. Alors parler de génie commercial…

    Répondre
  • 30 juin 2014 - 22 h 08 min

    @Dadoo

    Libre ne veut pas dire gratuit ;) c’est le pape du Libre qui le dit hein ;)

    En attendant, j’espère que Canonical va réussir un peu à faire bouger les lignes

    Répondre
  • 1 juillet 2014 - 3 h 04 min

    @Dadoo: Y a libre (open source c’est plus correcte, car ce n’est pas libre) et y a les standards. Faut pas tout mettre dans le même panier et surtout jeter le bébé avec l’eau du bain comme tu le fais.
    Oui faire un standard c’est compliqué car il faut que les gens soient d’accord pour aller dans la même direction.
    Mais c’est possible (standard gratuit genre W3C, OpenXX, ou payant genre MPEG/ISO).
    Sur le coups d’OpenCL, Google semble jouer au con (j’suis pas expert du truc, mais l’argumentation me laisse plutôt perplexe).
    Et si il faut le dire quand une entreprise fait un coups de filou.

    Répondre
  • 1 juillet 2014 - 11 h 28 min

    @bastien:

    Il y a quand même une petite communauté active sur XDA; et un gros écosystème de rom alternative fondées sur AOSP, donc libres (à peu près), même si celui-ci tend aussi à s’orienter de plus en plus business.

    Ce qui est surtout inquiétant, c’est la propension de Google à sortir de plus en plus d’applications du giron AOSP pour en mettre des versions propriétaires sur le play store…

    Répondre
  • 1 juillet 2014 - 11 h 31 min

     » il reste que GNU/linux est un système pourtant au point et fonctionnel mais leur absence de cohésion et de génie marquetting les conduit à un éparpillement total et une visibilité proche de rien. »

    faudrait pas oublier la vente liée aussi … pour moi c’est pas du génie, c’est de l’escroquerie …

    sinon je note que tu dis que c’est « au point » …

    Répondre
  • 1 juillet 2014 - 15 h 59 min

    Bon, je vais donner quelques réponses,

    @MooMarama ok, merci pour la leçon mais au delà, il est où le système linux unifié, avec son store, son apparence graphique, sa déclinaison pc/tablette/téléphone ? C’est pourtant pas un système récent et pire, il partage son cœur avec googleOS et appleOS… Gratuitement pour des systèmes +/- propriétaires de fait ! Il y a de quoi manger son chapeau !

    Montre-moi un téléphone linux avec les services de recherche, de gps, de navigation, de reconnaissance vocale et je l’achète de suite !Pas davantage de montre, ou de nouveautés dont le public est friand.

    C’est pourtant simple d’aller un tant soit peu dans le sens du marché, mais chez linux, il y a des papes, alors que chez Microsoft, Google et apple il y a des démons… Forcément le résultat est moins sexy dans le premier cas de figure.

    Depuis le début linux manque d’un visionnaire aux commandes, point de génie commercial, point de design, mais plain de nerv et de disputes intestines.

    Un exemple, je fais modestement de l’astronomie, et j’ai des potes qui ont développé des modules pour un moteur d’affichage stellaire libre. Ces modules ont demandé des années de travail. Et puis du jour au lendemain le moteur est payant, les binaires cryptés, et les modules plus compatibles…

    C’est dommage. Pendant que les linuxiens se regardent le nombril ou se chamaillent, on nous prépare en silence un joli enfermement à double tour, et une fois l’information elle-même verrouillée on ne pourra pas revenir en arrière.

    Répondre
  • 1 juillet 2014 - 17 h 41 min

    @Dadoo

    Linux étant juste un noyau, on ne peut pas parler d’unification :) Je suppose que tu veux parler des distributions GNU/Linux ?

    Je pense pouvoir dire qu’on est arrivé justement à une harmonisation relativement correcte des distributions Linux. Personellement, tu peux me coller devant n’importe quelle distribution, je suis dans mon monde. Canonical (Ubuntu) semble faire un peu jeu à part en ce moment, mais à la limite, je pense que c’est une bonne chose. Ubuntu phone fonctionne plutôt bien (il faudrait qu’un grand constructeur joue le jeu simplement.).

    Le problème du Libre ne vient pas forcément des guéguerres que se livrent les aficionados de telle ou telle distribution. À mes yeux le problème vient du fait que la plupart des industriels/développeurs ne respectent pas les règles de l’open source (cf tes amis qui se retrouvent avec des binaires d’un logiciel devenu payant). Je suis persuadé que si on analysait les principaux pilotes avant compilation des différents CPU/GPU du marché on trouverait tout plein de morceaux de code sous licence GPL ou Opensource. Bref, oui, ce monde est pourri mais pas forcément de la faute des amateurs du Libre ;)

    Quant à l’enfermement, il est déjà là… Va installer un GNU/Linux, FreeBSD ou autre sur un ordinateur « certified Windows 8″… Je te souhaite bien du courage :D

    Bref, certains se regardent peut-être le nombril, mais nous utilisateurs ne faisons pas grand chose non plus à part nous plaindre. Résultat, le monde ARM est pourri de bootloaders qui exigent des boot signés et le monde X86 y est presque.

    Installer un système libre va presque devenir un choix politique. Installer un système libre va bientôt devenir impossible. Alors, arrêtons de nous chamailler sur des détails et essayons de suivre la philosophie Stallman.

    Répondre
  • 2 juillet 2014 - 3 h 07 min

    @Dadoo: Je suis plutot d’accord avec tes remarques sur le monde de Linux. Ca part dans tout les sens, on se demande si il y a une vision et souvent du point de vue grand public, ca donne l’impression de suivre ce que fait Microsoft et al. sans être avant-gardiste.

    Mais en même temps on ne serait pas ou nous en sommes en informatique si il n’y avait pas l’OpenSource. A part Microsoft qui n’utilise rien d’open source dans ses solutions (peut être aussi Adobe), les grands (comme les petits) de l’industrie ont construit leurs solutions sur l’OpenSource.
    L’exemple récent de Heartbleed à montrer comment pratiquement toutes l’informatique a été touchée car tout le monde s’appuie sur les mêmes solutions OpenSource (et le bogue à été identifié et corrigé car c’était OpenSource).

    Comme le dit Baldarhion, les distributions Linux se rationalisent aussi (merci en autre à Ubuntu).

    Après que les Linuxiens se chamailles bon pourquoi pas. Mais le problème d’enfermement me semble être surtout un problème politique : Est-ce que l’on veut un Internet libre ou pas, Est-ce que l’on autorise la rétro ingénierie ou pas, Est-ce que l’on permet de breveter des APIs, etc… plus qu’un problème technique.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *