Fin de partie imprévue pour la Odroid-W

Cela n’aura pas duré longtemps, après une première production et livraison dans la foulée, la carte de développement Odroid-W d’Hardkernel voit sa carrière s’arrêter brusquement faute de processeurs…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

L’histoire est somme toute un peu triste, Hardkernel a sorti la Odroid-W comme une solution concurrente – et plus compacte – de la Raspberry Pi sans toutefois chercher la bagarre avec la fondation. Vendue 30$, l’offre d’Hardkernel s’appuyait largement sur le travail communautaire de la Raspberry Pi tout en offrant un produit permettant d’autres designs.

Un mois plus tard Hardkernel annonce la fin de vie de son produit, il n’y aura pas de nouvelles cartes malgré le succès des premières. Mis en cause par la marque, la société Broadcomm qui livre le processeur BCM2835 nécessaire à la réalisation de la carte. non pas que Broadcomm ,ne le fabrique plus, c’est la même puce que la carte Raspberry Pi, mais la marque ne semble plus intéressée par la fourniture de la puce à la société Hardkernel.

Hardkernel Odroid-W

Difficile de savoir ce qu’il s’est exactement passé, même si un scénario plausible soit lié à la montée de boucliers de certains membres influents de la communauté Raspberry Pi. Ils auraient mal vu le fait qu’un autre s’appuie sur le travail effectué autour de la carte de la fondation  pour développer un produit commercial. De là à faire suffisamment de pression pour forcer la main à Broadcomm et l’empêcher de livrer des puces ? On se doute que le fabricant savait pertinemment à quoi allait servir ses processeurs, ce n’est pas tout à fait le genre de puce que l’on intègre n’importe où et depuis le succès de la carte Raspberry Pi elles ont obtenu un certain statut et une reconnaissance importante.

Hardkernel Odroid-W

Sachant qu’Hardkernel est spécialisé dans la conception et fabrication de ce type de cartes dédiées aux électroniciens et autres amateurs de solutions domotiques, il n’était pas difficile de voir ce que la société voulait proposer. Je doute que la fondation Raspberry Pi y soit pour quelque chose… Alors pression des distributeurs des cartes, peur de froisser ses fans ? Problème entre Broadcomm et Hardkernel ? Difficile d’y voir clair.

C’est néanmoins dommage, les acheteurs de la carte auront probablement peu de support. Aucune solution de remplacement en cas de problème technique ce qui n’incite pas à créer des projets complexes : Que faire d’un robot construit autour d’une carte Odroid-W choisie pour son format super compact si elle ne peut pas être remplacée ?

C’est également un signal très dangereux pour l’ensemble des sociétés qui développent des solutions basées sur ce genre de processeurs : Elles sont à la merci du bon vouloir de Broadcomm qui peut décider du jour au lendemain de la mort d’un produit dont le développement aura été long et coûteux. On comprend mieux pourquoi des sociétés comme Farnell se positionnent sur des solutions comme les puces Freescale pour leurs propres productions.

Hardkernel ne se laisse néanmoins pas abattre, le prochain développement est en cours, il faudra probablement attendre 2015 pour savoir  de quoi il s’agit.

15 commentaires sur ce sujet.
  • 1 septembre 2014 - 17 h 40 min

    Ha punaise, coup de poignard dans le dos.

    Répondre
  • 1 septembre 2014 - 17 h 53 min

    […] La carte de développement Odroid-W d'Hardkernel voit sa carrière s’arrêter brusquement faute de processeurs…  […]

  • 1 septembre 2014 - 18 h 44 min

    La raison la plus évidente qui me vient à l’esprit ce serait un manque de rentabilité…

    Répondre
  • 1 septembre 2014 - 19 h 57 min

    “on pas que Broadcomm ,ne le fabrique plus, c’est la même puce que la carte Raspberry Pi, mais la marque ne semble plus intéressée par la fourniture de la puce à la société Hardkernel.”
    J’ai beau réfléchir je ne vois pas comment un excuse pareil est possible!?
    Le but d’un fondeur/fabriquant n’est pas de vendre?
    A part une pression de RPi j’vois pas, ce serais décevant de la part de cette communauté!

    Répondre
  • fpp
    1 septembre 2014 - 20 h 01 min

    Je l’avais annoncé samedi en commentaire du billet précédent :-)

    Certes il y a pas mal de rumeurs, mais l’explication la plus plausible reste le volume…
    Broadcom ne vend normalement ses puces que par très grand lots, de plusieurs centaines de milliers voire en millions.
    La Raspberry a bénéficié initialement d’une grosse faveur, car son créateur (Upton) est cadre dans la boîte. Vu les volumes, elle n’en a plus besoin aujourd’hui…
    Hardkernel a dû fabriquer sa première série d’Odroid W à partir d’un échantillon commercial (sample) ou d’un stock racheté à un tiers, et ils sont tombés sur un os au moment de passer une vraie commande chez Broadcom, car ils ne jouent pas dans la même cour.

    Répondre
  • fpp
    1 septembre 2014 - 20 h 03 min

    …”grandS lots”… grrr

    Du coup je n’ai pas intérêt à me rater avec celle que j’ai reçue, c’est un collector maintenant :-)

    Répondre
  • 1 septembre 2014 - 20 h 29 min

    Oué…
    Mais finalement c’est une histoire qui se répète souvent : lorsque l’on dépend d’un “gros”, dès que celui-ci prend une décision qui coupe le robinet, alors le petit a du mal.
    Par contre, investir dans des développement autour de la Rasp, ce n’est pas perdu, il y en a au moins un million qui dort dans les fonds de tiroir ;o)

    Répondre
  • 2 septembre 2014 - 3 h 31 min
  • 2 septembre 2014 - 9 h 20 min

    Broadcom, de toutes manières, c’est un fabricant dont le succès est difficile à comprendre: Le prix ne fait pas tout. Presque a chaque fois que j’ai eu a utiliser un de leurs produits il y a eu des merdes: A l’orée des années 2000, leurs transceiver ethernet foutaient déjà la merde dans un reseau de cartes, n’arrivant pas à faire les autonégociations selon ce qu’il y avait en face. Obligeant à des magouilles soft dégeulasses et la pénalisantes pour que leur merde tombe en marche. Sur les switch ethernet, pareil. La plupart des merdes/bugs c’était dans leurs composants. Et on est loin de la complexité d’un processeur/SoC sur lesquels ils se sont aussi lancés, ce qui laisse imaginer le niveau de vermine possible.

    Il faut juste bannir cette boite et aller voire Freescale/Cavium… Voire Intel désormais.

    Répondre
  • 2 septembre 2014 - 10 h 00 min

    @gregoz: Tu as une source ?

    Répondre
  • 2 septembre 2014 - 10 h 10 min

    @Pierre Lecourt:
    “Apparently a moderator of the Huawei Tron Community has said that the Tron is canceled.
    There is a chance it may be combined into another project called Huawei Cubic .

    My guess is they went back to the drawing board after the Funbox beat them to market. They had been talking of a possible K1 change to its specs. The Funbox may have forced them to go down that path late. Who knows, I guess if nothing is heard in the next few months you can assume its a total goner.”

    Bon riez pas je l’ai lu sur un forum Ouya mais c’est plausible non ?

    Répondre
  • 2 septembre 2014 - 13 h 20 min

    Petit arrangement entre amis (Broacomm & Raspberry)… Le Monde du business est impitoyable. 1 mois après un long développement coûteux, c’est un cauchemar pour le président d’Hardkernel.

    Répondre
  • fpp
    3 septembre 2014 - 19 h 58 min

    Deux commentaires a priori autorisés mais un peu contradictoires sur le forum Odroid :

    “Disclaimer: Although I am an editor for ODROID Magazine, I in no way speak for ODROID or Hardkernel.
    Over a year ago, I wanted to develop a project based on the same Broadcom SoC used in the Raspberry Pi. I have a friend who works for Roku (who also use the same SoC as the RPi), and so I asked for an “in” with Broadcom to discuss purchasing the SoC chips. They stated that I could buy a small quantity for R&D, but then future quantities would have to be at least in the tens of thousands, if not hundreds of thousands in order for them to work with me. This was by far larger than what I was prepared to commit to, so I didn’t pursue my project.
    I’m guessing that Broadcom either increased the amount that they told HK they would need to buy in order to develop the boards, or perhaps they didn’t give HK a firm agreement in advance and then surprised them with this news.
    My gut feeling is that the Raspberry Pi Foundation has no part in this issue between HK and Broadcom.”

    et

    “It was the first time for us working with Broadcom. We could get a restricted data-sheet from Broadcom site after process of registering as a customer.
    All our purchasing for samples for our development and the first pilot(about 5K) lot was accepted without any issue. There was no MOQ issue at all.
    And we announced ODROID-W and tried to load a purchase-order for the next batch.
    But it was refused. Why? It’s time to ask Broadcom.”

    Répondre
  • 11 décembre 2014 - 14 h 06 min

    […] La ODROID-C1 est une production d’Hardkernel, une société dont on a déjà souvent parlé ici. Et une société quia voulu sortir une autre carte du genre, baptisée Odroid-W, avant de voir ses plans réduits à néants par la décision de Broadcom de ne pas leur livrer de puces. Hardkernel voulait en effet le même composant que celui qui équipe les Raspberry Pi. […]

  • 18 janvier 2016 - 18 h 25 min

    […] puce que dans la Odroid-W. Une solution vers laquelle s’est tournée la marque Hardkernel lorsque Broadcom a refusé de continuer a leur fournir les BCM2835 employés sur les Raspberry […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *