Yoga Book, une rapide prise en main du nouveau format de Lenovo (Dispo à 399.99€)

La question est de savoir si c’est moi qui ai pris en main le Lenovo Yoga Book ou si c’est lui qui m’a attrapé. Le premier contact avec la machine est saisissant, étonnant et fait totalement mouche. Pour tous ceux qui cherchent depuis des années une solution pour prendre des notes, gribouiller et écrire à la fois sur leur PC et sur papier, l’engin se pose comme un petit miracle technologique.

Mise à jour : Le Yoga Book sous Android 4Go / 64 Go est disponible sur Amazon France à 399.99€. La version Windows 10 est disponible chez Boulanger à 479.46€ desquels ont peut extraire 50€ de remboursement via l’offre d’ODR de Lenovo pour cette machine. total 429.46€.

Le Lenovo Yoga Book a déjà de la bouteille même si il ne sortira que dans quinze jours, cela fait trois années que la marque est au travail sur ce nouveau format. Il faut dire que le fabricant a une stratégie assez efficace pour s’implanter sur un marché. Si celui-ci fonctionne bien, comprendre qu’il est en croissance, la marque ne touche à rien. Si, par contre, le marché visé est en décroissance, si il pique du nez et si l’impression générale est que tout le monde copie tout le monde, alors Lenovo tente de viser à côté.

C’est toute l’histoire du Yoga Book comme celle des derniers produits de la marque. Les machines Yoga à écran qui s’ouvrent à 360° dans le segment des portables PC. Les tablettes avec béquille et une grosse autonomie avec les Yoga Tab côté tablette. Les modèles proposant un vidéo projecteur intégré… A chaque fois, Lenovo cherche à coller aux usages majeurs des produits : Mobilité, consommation de contenu vidéo, autonomie… Et ça fonctionne, les produits se vendent bien et c’est au tour de la concurrence de copier peu à peu le fabricant Chinois.

Lenovo Yoga Book

Ce Lenovo Yoga Book qui apparaît comme un engin à la fois semblable dans ses usages classiques, il s’agit d’une tablette avant tout, mais également différent dans son approche. Un successeur des précédentes Yoga Tab dans l’esprit tout en proposant d’autres services.

Lenovo Yoga Book

Le produit se définit en un seul mot, Book. Le format livre, c’est ce qui désigne le mieux l’objet. La taille, la prise en main, l’aspect, tout ici rappelle une sorte de carnet de notes ou un bouquin grand format. Avec une façade sobre et neutre, un logo brillant et une charnière métallique, le Yoga Book interroge sur ses possibilités.

Lenovo Yoga Book

On sent immédiatement que l’objet pourrait vous suivre partout, sans crainte pour son écran, sans questionnement pour sa sécurité. C’est robuste, bien construit et suffisamment discret pour ne pas trop attirer la convoitise.

Lenovo Yoga BookLenovo Yoga Book

A vrai dire, si Lenovo avait pu produire un engin totalement neutre, sans logo Windows ou étiquette d’informations techniques obligatoires, cela aurait été encore mieux. Mais ce n’est pas possible et l’intégration est tout de même suffisamment discrète pour ne pas sauter aux yeux.

Lenovo Yoga Book

Le format est, quant à lui, parfait, au centre d’une feuille A4 traditionnelle, on se rend compte de sa portabilité. La plupart des sacs peuvent embarquer un tel engin, sa finesse et son encombrement sont tels qu’il se glissera partout. Mon sac pour appareil photo, dans lequel j’embarque un reflex et 2 objectifs, peut également accueillir une liseuse numérique. Il pourrait dorénavant loger en prime un Yoga Book. Cette portabilité qui vise aussi bien le sac à dos que le sac à main est un atout majeur de cette machine.

Lenovo Yoga Book

L’autre point fort vient du format tablette réellement revendiqué par la marque. Déplié, l’objet montre toute sa finesse mais même en le considérant déplié, le Yoga Book ne mesure que 9,6 mm d’épaisseur, ce qui, avec 690 grammes au total en fait une tablette 10,1 pouces tout à fait dans la norme.

Lenovo Yoga Book
Mais c’est la somme de ses atouts, de ses usages et des possibilités qu’il offre qui font de ce Lenovo Yoga Book un engin différent des autres, de tous les autres. Un objet qui inaugure clairement un nouveau format chez le constructeur. Le Book est le premier d’une série à n’en pas douter. D’abord parce que l’on ne passe pas trois ans à développer un produit pour n’en faire qu’un seul, ensuite parce que ce nouveau format se justifie totalement de part toutes les attentions portées à son développement.

Lenovo Yoga Book

C’est une machine à écrire, à dessiner, gribouiller, prendre des notes et imaginer. Si l’engin dispose d’un écran tactile 10,1 pouces classique, il propose aussi une surface tactile signée Wacom qui permet d’utiliser un stylet. L’objet est livré avec ledit stylet et un petit carnet contenant 20 feuilles. Premier réflexe, habitué que nous sommes à vivre dans un monde où les consommables sont vendus au prix du platine; combien coûtera chaque recharge ? Non, si la marque proposera ses propres consommables, elle ne vous engage pas du tout sur la voie d’un usage particulier ou d’une technologie propriétaire.

Lenovo Yoga Book

Prenons le carnet pour commencer, il est offert avec la machine mais rien ne vous empêche d’utiliser un bête carnet commercial du même format, de le poser dessus et de travailler avec. Le stylet employé utilise la résonance magnétique de Wacom et peut traverser un bon centimètre de papier tout bête tout en étant détecté par la surface de la partie tablette graphique.

Lenovo Yoga Book

L’avantage du carnet est lié à la foule de petits détails mis en place par Lenovo. Il est par exemple aimanté sur sa surface arrière de manière à ne pas tomber lorsque vous l’utilisez. On peut prendre la tablette ouverte par l’écran, le carnet ne tombera pas de son support. Il suffit, par contre, de forcer un peu dessus pour le détacher aisément en le faisant glisser. Un premier détail très intelligent qui montre que le produit a subi pas mal d’études chez le fabricant. Il a baroudé avec ses développeurs et n’a pas vécu qu’une vie d’ingénierie sans jamais sortir d’un labo pour se confronter à des usages réels.

Lenovo Yoga Book

Mais en observant mieux le carnet on comprend très vite que la marque ne cherche pas spécialement à vous vendre du papier dans la durée, ils sont plus malins. Au lieu de jouer les papetiers du dimanche avec des produits à forte marge mais qui cassent l’image du fabricant, ils transforment l’objet en un véritable trésor pour énormément d’utilisateurs : Professionnels ou particuliers.

Lenovo Yoga Book

La partie supérieur du carnet se soulève pour révéler deux aimants néodymes assez puissants qui sortent en relief du support. Ce sont ces aimants qui retiennent physiquement la souche de papier du carnet, non pas avec un papier spécial mais simplement grâce à deux trous pratiqués dans le haut de chaque feuille.

Lenovo Yoga Book

Vous l’aurez compris, avec un petit accessoire de papeterie permettant de trouer des copies, il est possible de prendre n’importe quelle feuille de papier et de percer les deux trous nécessaires à l’intégration d’un carnet dans le support. Papier classique, papier à carreaux, papier fin ou papier épais, tout est possible. Pour un professionnel, il est ainsi possible de se faire faire, chez un imprimeur, un papier à façon, avec son entête et les éléments que l’on souhaite pré-imprimer, de lui demander de le massicoter et de le perforer à mesure pour se retrouver avec un carnet à souche numérique qui prendra une note papier d’un côté et gardera une trace numérique de l’autre.

Lenovo Yoga Book

Un bon de commande, une livraison, un inventaire, tous ces éléments qui demandent encore souvent un support papier trouveront ici une solution totalement efficace.  Avec le gros avantage de proposer, en prime, la possibilité de sauvegarder une version en ligne, dans les nuages. Pourquoi pas pour que la livraison soit directement lancée chez le fabricant, pour que l’état du stock soit régulé ou que le client d’une course sache que la livraison a bien été effectuée et signée… La présence d’un GPS dans la solution de Lenovo permet de rajouter en prime un positionnement qu’il sera possible d’exploiter dans ces usages.

Lenovo Yoga Book

Bref, ce petit carnet d’allure toute bête donne déjà de belles opportunités à l’utilisateur. Pour un particulier, cela signifie une intégration économique ou un choix vaste de papier suivant les besoins et les habitudes de chacun. Lenovo ne cherche pas à enfermer le Yoga Book dans un monde de papier spécial et de recharges hors de prix. Un bon point qu’il faut garder à l’esprit quand on parle de cet outil.

Lenovo Yoga Book

Mais si le papier est une chose intéressante, il faut qu’il fonctionne avec un stylet efficace pour être réellement utile. Là encore, Lenovo a mis tous les atouts de son côté. Le petit stylet noir est sobre, simple et efficace. Son bouchon se détache avec une pression assez forte pour ne pas le perdre. Son épaisseur est classique, agréable et efficace à manipuler.

Lenovo Yoga Book

Il et livré avec une mine tactile et une mine numérique. Les deux mines n’entrent pas en ligne de compte pour la détection du signal via sa surface numérique magnétique. La technologie de détection est située dans la pointe et non pas dans la mine, c’est un élément important à prendre en compte. Sur l’image ci dessus vous voyez la pointe de stylo de base à encre noire, une tête de stylet classique qui permet de gribouiller ou prendre des notes.

Lenovo Yoga Book

Pour changer la mine, il ne faudra pas avoir recours à la solution habituelle des tablettes graphiques, à savoir une sorte de minuscule pince à épiler qui permet d’ôter la pointe. A sa place, Lenovo a  eu une idée brillante. Celle de percer le haut du capuchon d’un petit trou qui permet de l’extraire du corps du stylo.

Lenovo Yoga Book

En positionnant la tête de la mine dans le trou du  bouchon et en inclinant légèrement celui-ci, on peut très facilement l’extraire. Une excellente idée qui permet de changer de mine en moins de 10 secondes, montre en main. Dès lors, plus besoin de choisir une mine ou de devoir trimbaler une pince à épiler. Le stylet se suffit à lui même pour toutes ces manipulations et si vous voulez changer d’usage en passant du dessin papier à la simple manipulation en tablette graphique, ou  si vous arrivez à court d’encre, il ne vous faudra pas 5 minutes pour retrouver le plein usage de la Yoga Book.

Lenovo Yoga Book

Une fois la mine stylet retirée, on peut intégrer la mine “neutre” qui permet de dessiner directement sur la surface de la tablette sans encre.

Lenovo Yoga Book

Celle ci est constituée d’une sorte de plastique noir, très dur, qui ne raye pas et qui glisse bien à l’écran comme sur la dalle. Il permet de piloter l’écran comme un stylet capacitif mais également la surface noire attachée en dessous comme une tablette graphique classique de Wacom. Avec tout de même 2048 niveaux de pression et une précision assez redoutable à l’écran. Passer d’un mode à l’autre est immédiat avec une simple pression sur un bouton et on peut jongler facilement du clavier à la palette.

Lenovo Yoga Book

Le résultat est impressionnant, ici avec l’excellente application Art Rage1 et une mine virtuelle très fine, on parvient à une écriture identique à la version papier.

Lenovo Yoga Book

Ce petit texte gribouillé sur une feuille de papier A4 cartonnée est reproduit avec beaucoup de fidélité à l’écran. Pourtant, il ne fait que quelques centimètres carrés sur la feuille… Je n’ai pas eu le temps de tester tous les atouts de la solution mais sous Windows la capture des signaux n’a pas de ralentissement, pas de latence entre le geste de  la main et l’apparition à l’écran. Il est vraiment possible de dessiner ou écrire avec beaucoup de vivacité. Mieux encore, ArtRage convient parfaitement à la tablette avec une utilisation à deux mains. Il est agréable de poser la tablette puis de dessiner d’une main sur la surface tactile avec le stylet et de modifier les outils sélectionnés, couleurs ou épaisseur du trait avec l’autre. C’est fluide et très agréable à manipuler. Autre atout, avec ce format tablette, la solution est ambidextre, on eut l’utiliser dans un sens comme dans l’autre.

Lenovo Yoga Book

Il n’y avait pas d’autres outils à tester sur les tablettes de démo, j’aurais adoré faire une petite session de Photoshop sur l’engin en version Windows. Ou tester un programme de dessin comme Autodesk Sketchbook sous Android.  Je n’ai pas pu non plus tester d’outils de reconnaissance d’écriture mais je garde évidemment l’idée sous le coude pour un test plus complet.

Lenovo Yoga Book

Et donc, une petite pression sur cette surface, en haut à droite là où se trouve l’icone d’un petit stylet, fait apparaître le dessin d’un clavier sur la surface de saisie de la tablette graphique. Une fois activée, le stylet peut être rangé, dans une poche puisque le Yoga Book n’a pas d’emplacement pour le positionner. Il n’y a physiquement pas la place pour. Il ne sera en tout cas plus détecté par la surface Wacom du Book. A la place, on retrouve un dispositif de clavier assez intéressant.

Lenovo Yoga Book

La taille du clavier est classique du monde des 10 pouces, il imite d’ailleurs un positionnement Chiclet en taille comme en espacement des touches. Sur les 25, 66 cm de large de l’engin la grosse majorité est occupée par les touches avec une profondeur qui correspond à un peu plus des deux tiers des 17 cm disponibles. La frappe ne sera pas aussi confortable qu’un clavier standard avec 80% de la taille classique d’un clavier de bureau mais pour qui a déjà bagarré l’ergonomie d’un netbook de cette diagonale, il n’y a vraiment rien d’insurmontable.

Lenovo Yoga Book

La distribution est plutôt bien trouvée avec pas mal d’aides techniques pour aider la frappe sur cette surface neutre. Sans l’appui d’un mécanisme ou d’une membrane, il n’y a évidemment pas de course de touche et rien non plus pour signaler la présence de la touche. Cela nous mène à une problématique que seul un caméléon pourrait réussir à résoudre.

Si on quitte l’écran des yeux, on ne sait pas exactement où placer ses doigts, du moins tant qu’on a pas pris le pli de l’agencement du dispositif. Mais si on ne regarde que le clavier, on n’est pas franchement sûr que ce dernier ait enregistré la frappe à l’écran. Dès lors, les aller-retour de l’un à l’autre se font sans cesse, ce qui n’aide pas a la productivité de la frappe.

Lenovo Yoga Book

Pour compenser cela, Lenovo a mis des éléments assez intéressants en place. Trois pour être exact. Le premier est des plus logiques, un élément qui ne vous a probablement pas frappé au regard du dessin global de la machine mais qui est très important. Il s’agit de la touche retour, en haut à droite. Elle est logiquement plus large que les autres mais elle est également disposée sur deux rangs de touches classiques. Cet embonpoint permet d’y accéder à coup sûr et de réparer rapidement une faute de frappe. Ça à l’air idiot mais c’est une excellente idée car les premiers moments passés avec un nouveau clavier sont souvent un matraquage de cette touche pour compenser des erreurs. Augmenter cette taille permet de compenser rapidement des fautes de frappe, d’autant que cette très bonne idée ne bouscule pas outre mesure le reste de l’engin.

Lenovo Yoga Book

Le second moyen est matériel également puisque la marque a intégré un système haptique sur le clavier. Chaque pression de touche en surface donnera un retour via une brève vibration de la surface. Mais au lieu de donner une sensation globale identique pour chaque touche, Lenovo a disséminé plusieurs petits moteurs sur le dispositif de manière à être plus précis lors de la frappe. Un appui sur A fera réagir la zone gauche supérieure de la surface. Et non pas la partie droite. Un choix technique qui permet de mieux isoler la frappe de chaque touche.

Lenovo Yoga Book

Le dernier effort est logiciel avec un support prédictif des frappes de mots de la même manière que sur les systèmes de smartphones. Quand on commence à écrire “Boulan”, le système va proposer des mots ayant cette racine et un appui sur entrée validera d’un coup le mot “Boulangerie”, économisant donc 5 lettres à pianoter.

Anecdote amusante, le chef produit du projet que j’ai pu rencontrer à l’occasion de cette présentation a eu un mal fou à faire comprendre à ses collègues ingénieurs Chinois qu’il voulait cette option. La raison est simple, pour quelqu’un qui écrit en idéogrammes, cette fonction existe depuis toujours. Pour écrire en idéogrammes sur un clavier, on utilise un système de ce type, on appuie sur une racine de mot représentée par un idéogramme simple, puis on le complexifie avec d’autres idéogrammes qui apparaissent ensuite à l’écran et enfin on sélectionne le mot final. C’est la méthode standard pour écrire là bas sous Windows comme sous Android ou ailleurs et donc, dans l’esprit d’un utilisateur de cette méthode, c’est également quelque chose de naturel pour tout le monde. Aussi quand le chef produit a demandé à avoir un outil de ce type sur le Yoga Book, les ingénieurs locaux ne voyaient pas où il voulait en venir. Pour eux, il était déjà présent sur Android et Windows, par défaut.

Lenovo Yoga Book

Cette intégration matérielle est impressionnante puisque le dispositif est complexe et la place laissée à chaque élément est minimale. La partie écran 10,1 pouces embarque la dalle IPS FullHD ainsi que le moteur logique de l’engin. Le processeur Intel Atom, la mémoire vive, le stockage, le réseau wifi 802.11ac, la connectique… Tout l’ensemble de la tablette sauf la batterie 8500 mAh.

Cette dernière est située sous la partie clavier pour deux bonnes raisons. D’abord, il faut bien la mettre quelque part sur un engin de ce type et de cette épaisseur. Ensuite, sans la batterie, le Yoga Book basculerait en arrière en mode portable faute de poids. Au dessus de la batterie, on retrouve donc le système de rétro éclairage du clavier, la partie tactile de ce dernier et évidemment le système de résonance magnétique du stylet.

Lenovo Yoga Book

Tout cela est intégré dans un engin d’une finesse réellement impressionnante qui offre en outre une connectique minimale. Un port MicroUSB OTG pour charger et connecter l’appareil, un lecteur de cartes MicroSDXC et une sortie MicroHDMI. La carte MicroSDXC est intelligemment intégrée de la même façon qu’un smartphone, il faut déloger un support avec une pointe trombone pour la placer ensuite dessus. Elle reste à l’intérieur de l’engin. Les version 4G de l’appareil placeront ici leur carte nano-SIM.

Lenovo Yoga Book

De l’autre côté, en plus de la seconde ouïe des haut parleurs, on retrouve les boutons classiques des tablettes avec au centre l’allumage de l’engin et au dessus, plus proche de la charnière, le bouton de volume. Un port jack audio classique complète l’équipement.

Lenovo Yoga Book

L’ensemble de la connexion entre la partie basse et la partie haute passe par la fameuse charnière de Lenovo. Celle développée en métal en copiant le principe des articulations des bracelets montre. Elle fait transiter le courant de la batterie mais aussi les impulsions du clavier et les signaux de la tablette graphique. Autre détail qui circule par cette charnière, les images en provenance de la webcam 8 mégapixels.

Lenovo Yoga Book

Au dessus de l’écran, on trouve en effet une classique webcam 2 mégapixels mais contrairement à ce que je pensais la webcam 8 mégapixels avec autofocus de la Yoga Book est située sur la partie clavier. En haut à droite de celui-ci. Ci-dessus, vous pouvez la voir à droite ainsi que l’icône du stylet qui sert à activer ou désactiver la surface de la partie tablette graphique.

Lenovo Yoga Book

Du coup, en mode “portable” cette camera 8 mégapixels n’est pas réellement exploitable pour de la vidéo conférence, à moins de positionner la Yoga Book en mode tente mais dans ce cas là on ne voit plus l’écran. On aura aussi vite fait de se servir de la 2 mégapixels classique.

Lenovo Yoga Book
Par contre, une fois la tablette prise en main, ce placement s’explique assez simplement, une fois  repliée pour n’afficher que l’écran, si votre camera se situait au dos de l’appareil, vous ne pourriez pas prendre de clichés. Il faudrait garder l’engin ouvert ce qui ne serait pas des plus pratique. Avec cette intégration sur la partie clavier, il est possible, comme je l’ai fait ci-dessus, de cadrer un cliché en utilisant simplement l’engin à une main.
Lenovo Yoga Book
Que conclure pour cette prise en main ? Que l’engin n’a pas beaucoup de défauts si l’on accepte le parti pris choisi par Lenovo. Bien sûr, il aurait été préférable de voir ce type de solution exister avec un clavier plus standard et un système Wacom intégré à l’écran à la façon d’une Cintiq. Evidemment, l’engin aurait été très différent, plus gros, plus épais, plus lourd et probablement encore plus cher.

Pour apprécier ce Lenovo Yoga Book, il faut partir sans parti pris d’usage, sans essayer de calquer ses habitudes d’utilisateur de PC ou de tablette sur l’objet. Il s’agit d’un nouveau dispositif destiné à être employé différemment de nos habitudes. Il sera parfait pour les grands baroudeurs toujours sur la brèche, surtout si son autonomie annoncée de 13 heures est tenue. Il sera également adapté à ceux qui prennent des notes manuscrites au quotidien, ceux qui travaillent sur des projets où un petit croquis est souvent bien mieux qu’un long email pour se faire comprendre. Pour les dessinateurs en herbe, les architectes et autres maniaques du stylo/stylet qui trouveront là de quoi croquer rapidement un sujet ou jeter une idée sur le papier et dans leur cloud en même temps. Depuis que j’ai vu passer l’engin, je l’imagine dans les mains de dessinateurs de presse ou de ces gens qui font les portraits dans les salles d’audience lors de procès. C’est vraiment l’outil idéal pour leur usage.

Lenovo Yoga Book

Et cela n’en reste pas moins une excellente petite tablette classique : Que ce soit sous Android 6.0 ou sous Windows 10 Pro, elle offre exactement tout ce qu’une solution de ce calibre est capable. La combinaison processeur Atom Cherry Trail et 4 Go de mémoire vive fonctionne admirablement bien, le stockage de base de 64 Go peut facilement être complété dans les nuages et avec une carte MicroSDXC de 128 Go… Bref il y a là tous les avantages d’une machine Yoga pour travailler ou se distraire.

Lenovo Yoga Book
Il ne faut juste pas perdre de vue ce format si particulier : Il ne s’agit pas d’un ultrabook mais bien d’une tablette. Qu’elle soit sous Windows vous offre l’opportunité d’utiliser énormément de logiciels compatibles mais cela ne changera pas l’ergonomie particulière de la solution. Impossible de pianoter un roman sur cet engin qui s’avère d’un autre côté parfait pour mélanger prise de notes, schémas et saisie clavier sur le pouce. Impossible de faire un rendu vidéo rapide avec la tablette mais pas de soucis pour regarder plusieurs films d’affilée en FullHD dans les transports…

Lenovo Yoga Book

Le Yoga Book est un engin différent et tout ceux qui ne jugeront l’objet que par rapport à son équipement basique en terme de performances par rapport à son prix passeront à côté de leur sujet. Avec un tarif  public de 499€ en version Android et 599€ en version Windows 10,  le ratio performance prix est indubitablement mauvais. Pour la même somme, on commence à trouver des engins bien plus rapides et complets dans une optique PC. Mais aucun, absolument aucun, n’approchera de près l’ergonomie particulière proposée par cette Yoga Book.

Minimachines.net

Mise à jour : Le Lenovo Yoga Book Windows 10 4 Go / 64 Go est disponible chez Boulanger. Vous pourrez vous l’offrir à son prix public de 479.46€ en suivant ce lien. Mais vosu pourrez lui soustraire 50€ de réduction en enlevant les 50€ d’Offre de Remboursement Lenovo de ce tarif.

voirloffreenligne

Minimachines.net

 

Le Lenovo Yoga Book Android 4 Go / 64 Go  est aujourd’hui en vente chez Amazon pour 399.99€ également sans frais de port.

voirloffreenligne

Notes :

  1. Offerte en version complète dans la version Android de la tablette, en version démo sur la machine Windows
270 commentaires sur ce sujet.
  • 1 octobre 2016 - 16 h 36 min

    Juste une chose.

    Magnifique!!!!! ça c’est du compte rendu, journalisme, objectivité etc etc… rien ne manque.

    Bravo et merci a toi.

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 16 h 39 min

    Superbe article, merci !!!
    ce site est vraiment une pépite !

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 17 h 00 min

    J’ai toujours la Yoga 2 qui fonctionne à merveille et je lui cherche sa remplaçante, peut-être avec ce Yoga book dès que je l’aurai essayé. J’hésite entre les deux OS. J’avoue ne pas être très fan de Windows 10 en version tablette.
    Quelle serait d’après-vous l’expérience utilisateur la plus aboutie sur ce type de tablette, Windows ou Androïd ?, même si windows ouvre peut-être plus de perspectives, la convivialité me parait le plus important pour ne pas se lasser d’une produit. Merci

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 17 h 04 min

    Merci pour le test Pierre.

    Petite question, sais tu si le stylet fonctionne aussi sur la partie écran de la tablette ?
    Avec gestion de la pression, comme sur les Ms Surface par ex ?

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 17 h 49 min

    Merci pour ton retour pierre, excellent comme d’hab.
    Pour la web cam 8mp, c’est étrange peut-être un bug de conception…

    C’est sur je crois que je vais craquer, un seul frein pour l’heure c’est la crainte de voir arriver une diagonale supérieure, je pense que Lenovo attend de voir si le succès est au rdv pour y aller franco.
    Au final cela m’arrangerais si ils font comme ça j’aurais une 10″ android et une 12″ windows.

    J’espère que tu auras le modèle W10 en test, je compte prendre l’android sauf si…

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 17 h 49 min

    Super article !
    Ont-ils parlé de la version Chrome OS qui devrait sortir dessus ?

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 18 h 26 min

    @Math: Difficile de répondre, l’OS donne une utilisation différente à l’bjet. La version Android sera probablement moins capable logiciellement parlant. LA version Android probablement plus conviviale. Après il ne faut pas trop espérer de la performance logicielle de l’objet. La possibilité d’installer un logiciel x86 existe. De là à ce qu’il donne satisfaction avec ce materiel en est une autre.

    @Barbu Raleur: Non, Wacom n’est pas très chaud pour cela. Ils ne veulent pas concurrencer leur marché Cintiq. La Surface emploie une technologie NTrig pour cette raison. Ici on n’a pas le confort d’écrire sur l’écran par contre je n’ai pas senti de latence, c’est comme si on avait une Graphire de Wacom sous la main, en format A5… Par contre il est possible d’utiliser la mine noire des images ci-dessus pour l’écran tactile mais c’est du capacitif et donc pas de niveaux de pressions…

    @yanos: Non c’est réfléchi. Le positionnement en frontal, a part pour les selfie n’aurait eu aucun intérêt. Au dos de l’appareil cela n’aurait pas été pratique. là où il est c’est le plus adapté notamment pour les usages “documentaires”.

    @Neolytic: Aucune mention de ChromeOS pour la tablette. Ni de près ni de loin.

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 19 h 03 min

    Oui, superbe engin… Je vais passer commande de la version Android LTE
    Pour ma part, le seul bémol, c’est l’absence d’option pour avoir plus de stockage pour transporter ses fichiers.
    Sinon, un petit linux dessus, cela doit aussi faire une machine sympa.
    En tout cas, cela rajeunit le marché et ce format, avec clavier, est vraiment top.

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 19 h 14 min

    @Pascal: Ben cela fait de base 64 Go + 128 Go (max apparemment) de MicroSDXC rapide + le cloud c’est pas si mal :)

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 19 h 27 min

    Oui, mais pour moi, l’intérêt d’une solution mobile, c’est aussi de pouvoir accéder à ses fichiers sans se soucier du wifi/4G. Surtout quand on est en zone non couverte ou déplacement. Par exemple de pouvoir avoir avec soi photos, ou des archives pro etc ou quelques films.
    Après, c’est à mes yeux le seul point faible de l’engin et seul point qui est techniquement possible d’améliorer sans trop de difficultés

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 20 h 18 min

    Pierre, j’ai deux questions
    La résolution de l’appareil – plutôt pas mal – permet-elle de lire des BD avec une bonne qualité (la qualité d’affichage pouvant compenser les 10 pouces un peu justes.
    est-ce que quand on crayonne, avec plusieurs niveaux d’appui ou de finesse, les détails sont bien retranscris numériquement ? Parce que c’est malheureusement un des défauts de la série “Bamboo” de Wacom. retranscription avec peu de contraste, et des pertes de finesse importantes.

    Merci sinon pour ces supers articles.

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 20 h 29 min

    @Pascal: PAs si simple, le eMMC devient moins intéressant en haute densité. On doit le passer en SSD ce qui peut poser des soucis d’épaisseur, de chaleur et… de tarif. Cela ferait une autre machine. J’adorerais que les constructeurs fassent du 10 pouces netbook classique avec les évolutions d’aujourd’hui.

    @Eric: Je te dirais quand je testerais le bazar, pour le moment je n’ai pas assez de recul.

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 21 h 08 min

    Merci Pierre.

    Je crois que je vais attendre de voir le Lenovo Miix 510. Les graphistes préfèrent maintenant dessiner sur les écrans tactiles, à ce que je lis, et puis il est 12 pouces.
    Mais que le look de ce yoga book me fait envie !!!

    J’en profite pour te passer une petite commande, et comme j’apprécie beaucoup ton site, je te paie aussi un café et … je vais m’en servir un :-)

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 22 h 35 min

    @Eric: Merci, te v’la dans la colonne de droite ;)

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 22 h 52 min

    la même avec Gnome-Shell je prend direct :p

    oui oui je connais la sortie =>

    Répondre
  • 1 octobre 2016 - 23 h 47 min

    @H2L29: Tu sais quoi, je me bat avec un revendeur Chinois pour proposer un MiniPC en Ubuntu et… Je suis en train d’y arriver !

    Au lieu d’un MiniPC Windows, plus de ram et Ubuntu !

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 1 h 06 min

    Super test comme d’habitude. Et produit intéressant. Je vais y réfléchir quand j’aurai besoin de changer mon matériel.

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 9 h 13 min

    Pierre Lecourt, tu nous tiendras au courant pour ton minipc ubuntu :D Parce que franchement, sur un netbook, windows perd un peu de son intérêt (à part, genre, word, mais libreoffice fait presque aussi bien aujourd’hui, donc). Si on peut avoir une machine de bonne facture, pas chère, etc.

    Idéalement :
    – 12′, 720 ou 1080p en IPS. Tactile si on est fou
    – Un atom X8xxx pour le hevc (et en x86, c’est important)
    – 10h minimum d’autonomie
    – Un chiclet agréable
    – 32 ou 64go en ssd/mmc, mais extensible via SD
    – Ubuntu
    – 4go de ram

    Le tout autour des 200-230€ (genre 189$-199$ quoi), ça vendrait du rêve.

    Sinon, pour le Yoga Book, c’est de l’ARM ? Savoir un peu le genre d’applications/logiciels qu’on peut s’attendre à voir tourner.

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 9 h 39 min

    pourquoi en 10″ 16/9 ? ca détruit tout … c’est bien pour joeur 10 minutes, mais pas utilisable !

    la meme en 12/13″ en 16/10 et la on peut commencer a travailler !

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 9 h 49 min
  • 2 octobre 2016 - 10 h 01 min

    Minipc pas portable…

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 11 h 32 min

    100 € de différence entre Windows et Android, ça me parait beaucoup. Surtout que je ne comprends pas pourquoi Lenovo vend la Yoga Book avec une version Windows Pro et non une Windows Home (qui doit couter moins cher).

    J’avoue hésiter aussi sur le choix du meilleur OS. Android, bien plus adapté (à mon avis) pour un usage tablette (*), ou Windows, bien plus souple pour mon usage quotidien…

    Dur dur…

    (*) : j’ai un Lenovo Yoga 900s. C’est un super PC, mais en mode tablette je ne suis pas convaincu par Windows 10. Beaucoup d’applications ne sont pas optimisées pour ce mode (petits icônes, …)

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 11 h 54 min

    “Une rapide prise en main”.
    Si seulement certains cites spécialisés pouvait en prendre de la graine et nous sortir des tests complets de cette qualité!!!
    La façon d’appréhender les produits par le rédacteur est toujours pertinente et surtout cohérente.
    Pour en revenir au sujet, je trouve l’objet vraiment beau dans sa simplicité à l’intégration digne d’apple des grands jours mais je ne pense pas que j’y trouverais une utilité particulière.
    Ce serait plutôt destiné aux pros voir aux étudiants dans les cycles supérieurs.
    J’ai un cousin qui travaille dans le service recouvrement d’une plateforme logistique au maroc, je sent que ça pourrait lui être très utile. Gps, signature de bons à la volée, édition de tableau exel et annotation sur le pouce. Cette machine est en effet bien moins gadget quelle ne le laisse présumé au premier abord pour le profane.
    Je trouve les bords trop large par contre. Et comme soulevé plus haut, un ratio 16/9 c’est pas ce qu’il y a de plus judicieux surtout sur la tranche 9-13 pouces.

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 12 h 06 min

    @Pierre Lecourt: Ca c’est de l’initiative qu’elle en est bonne!!!
    Pourquoi pas intégré deepin Os même vu que c’est du chinois et que c’est une des distro les plus prometteuses pour le grand public.

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 12 h 16 min

    […] résultat est impressionnant, ici avec l’excellente application Art Rage1 et une mine virtuelle très fine, on parvient à une écriture identique à la version […]

  • 2 octobre 2016 - 14 h 18 min

    Salut Pierre,

    Super test! Merci :)

    Petite question: peut-on rabattre l’écran sur l’arrière et continuer à prendre des notes avec la partie Wacom (comme un livret de note)? En effet si l’écran reste allumé derrière, les doigts risquent de changer de programme ou autre et donc de tuer la prise de note.

    Perso le seul instrument se rapprochant vraiment du cahier électronique rêvé depuis le Newton, c’est l’iPad pro et son stylet.

    Enfin l’utilisation de Win pro permettra de faire tourner OneNote et la conversion d’écriture… À voir comment tout cela tourne vraiment. Je me réjouis déjà du futur test!!!

    Encore une fois, merci pour ce superbe post.

    Niko

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 16 h 43 min

    @Denony: La version Pro a des fonctins intégrées de reconnaissance d’écriture et autres prises en charge du stylet que n’a pas la version Home… Voilà la raison :)

    @Rick: Question de marketing. Ubuntu est pas facile a mettre en avant pour un truc grand public. Là je parle de solutions low cost sous Core i5 avec 8 Go de ram et du SSD 128 Go en format MiniPC à 299$. Avec Ubuntu c’est à mon sens vendable, libre ensuite d’installer ce que l’on veut dessus : Windows comme une autre distro.

    @Nikotttin: Au delà de 180¨la surface tactile Wacom et le clavier sont désactivés.

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 17 h 04 min

    Merci Pierre pour cette précision.
    Sais-tu si ces fonctions de reconnaissance d’écriture sont intégrées à la version Android de la Yoga Book ?

    Il me tarde de lire ton test complet. J’espère que tu auras la chance d’avoir les deux versions en tests.

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 19 h 33 min

    Et bien voilà une petite machine qui rentre dans la filiation EEE PC ou Asus T100. C’est-à-dire une machine qui marque vraiment son époque.

    Suggestions pour la partie test à venir : Utiliser pour dessiner l’excellent logiciel gratuit FireAlpaca. Le logiciel est léger multi os, avec gestion des calques en mode propriétaire ou en mode Photoshop (PSD en ouverture et sauvegarde).

    Particularité sympathique : on peut gérer – via les calques – le mode pelure d’oignon pour réaliser du dessin animé, avec l’image d’avant celle sur laquelle on travaille en tracé fantôme orange et l’image d’après en tracé fantôme vert. C’est simple et ludique.

    Il existe une version sans le module d’animation qui s’appelle Medibang mais avec quelques options graphiques supplémentaires. Celle-ci est déclinée en version Android, FireAlpaca non.

    Et je le répète que ce soit sous Windows, sous Mac OS, ou sous Android, ces 2 applications sont gratuites.

    Merci Pierre pour cette prise en main détaillée qui donne envie d’investir dans ce produit.

    Répondre
  • 2 octobre 2016 - 21 h 43 min

    @Denony: Je n’ai pas eu le loisir de tester…

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 9 h 23 min

    Bonjour
    Quel article fleuve, détaillé et riche en prises de vues!
    Si le concept présenté me parle, je trouve que la retranscription de ton écriture est loin d’etre satisfaisante pour un dessinateur, trop de détails altérés, de petits traits manquants.
    Et j’ai l’impression que l’ecran risque d’etre compliqué à utiliser en exterieur, avec tant de reflets.
    Mais séduisante tout de meme.
    Merci pour cet avant gout déterminant, c’est rare d’avoir un point de vue accompagné de suffisamment de données objectives permettant de se faire sa propre opinion.
    Vivement le test!

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 9 h 53 min

    @Pierre
    Y a t’il une chance pour que les composants de ton futur mini-pc soient compatibles Hackintosh ?

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 10 h 03 min

    Si seulement toute la presse spécialisée hi-tech en faisait des “rapide prise en main” comme ça ! Pour moi tu as fait un test quasi complet de la machine. Bravo encore pour ton travail et ton analyse tout à fait pertinente.

    Pour réagir à la machine elle même on sent qu’elle a été mûrement réfléchie, travaillée, optimisée, peu de reproches à faire si ce n’est une connectique limitée (vu l’épaisseur comment faire autrement ? on lui pardonne)
    Le format est juste parfait, la partie stylo aussi, il faudra surement un (petit) temps d’adaptation pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’un clavier “tactile”. Le prix quand à lui me paraît absolument dans les clous, surtout pour la version Win 10 Pro.

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 10 h 14 min

    @belijee: Tu sais, ce n’est pas spécialement une référence, j’ai essayé de filmer en écrivant et au final ca ne rend rien ni d’un côté de la caméra ni de l’autre. Il faut bien comprendre que ce genre de soirée de présentation est compliquée pour faire une prise en main. Il y a beaucoup de monde, le temps est compté et surtout le soleil se couche alors qu’on est sur les toits de Paris ! J’ai du faire vite et efficace. Je pense qu’il faut attendre un test pour avoir un vrai aperçu des qualités de l’ensemble. Ce ne serait pas juste de se décider sur la base d’un cliché.
    Pour les reflets c’est un peu vrai mais là encore j’ai du faire avec la lumière ambiante pour capturer le produit et donc l’exposer a umieux pour ne pas utiliser de flash.

    @Math: Je n’ai pas la main sur tous les composants, en aprticulier Wifi/Audio/ Bt donc je ne sais pas encore. Ptet !

    @Dimitri: Merci.

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 10 h 38 min

    Bonjour et merci pour cette prise en main.

    Qu’en est-il de la reconnaissance d’écriture manuscrite ? Est-ce que ce que je peux écrire avec le stylet une URL dans un navigateur web ?

    Sous Windows et Android ?

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 10 h 42 min

    @Pierre Lecourt:

    un mini pc(on parle bien de l’UC) en ubuntu ou linux (ubuntu est sur base debian), je pense que ça va en intéresser un certain nombre.
    du genre du vorke v1 ?
    en Fanless ?
    avec une entenne externe ?
    un lien avec ce que tu présentes @inix-neo-z83: ?

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 12 h 20 min

    @linuxien: Ben j’espère oui, que ça va plaire parce que sinon je pense que ce sera la fin des haricots pour l’expérimentation de trucs de ce type…

    Pas fanless non on est sur du Core i5/i7 et ça exploserait le budget en fanless, environ 70€ de plus.

    Antenne je ne sais pas encore (je crois pas mais il y aura une carte MiniPCIe avec une antenne interne et la possibilité d’en monter une autre de son choix.

    Pour le moment on me propose ça :
    “i5 6200u with 8G DDR3L, 128GSSD, with ubuntu system, price is 349usd free shipping
    i7 6500u with 8G DDR3L, 128GSSD, with ubuntu system, price is 399usd free shipping”

    J’ai demandé des aménagement et évolutions : Un support 2,5″, de l’USB 3.1 type C compatible HDMI/DP, une taille plus mini et un meilleur dissipateur. Pour le moment je ne peux pas montrer d’images.

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 16 h 23 min

    Je n’aurai pas déjà un NUC je serais acheteur : /
    Néanmoins c’est une bonne idée.

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 19 h 39 min

    Je pensais lire une “vrai prise en mains” mais c’est tellement fouillé qu’on dirait un test, Pierre. Chapeau bas! :)

    Sinon, avec ce device Lenovo a concrétisé le concept Courrier de MS, c’est assez impressionnant.
    Dommage que la dalle soit en 16:9. Du 16:10 voir du 3:2 aurait été plus adapté pour un engin qui se veux le bloc-note du future.
    Attendons les modèles suivants, qui ne manqueront pas de gommer les défauts de jeunesse…

    Répondre
  • 3 octobre 2016 - 23 h 54 min

    Je vous invite à regarder cette vidéo de l’IBM Thinkpad TransNote.

    https://www.youtube.com/watch?v=GMJ9PkDBW0Q

    Ça date de 2001… Voyons si la version 2016 essaimera plus que sa devancière…
    Le succès ne vient pas toujours à la première tentative.

    Répondre
  • 4 octobre 2016 - 2 h 05 min

    je l’avais eu le transnote…..avant le TC1100 !

    Répondre
  • 4 octobre 2016 - 11 h 28 min

    Merci pour cet article et pour le site de super qualité !
    Y’a t’il du lag avec l’atom et windows ?
    Bon café !!

    Répondre
  • 4 octobre 2016 - 11 h 33 min

    Bonjour à tous,

    Pierre as tu une date de disponibilité STP?

    La FNAC c’est “sine die”.

    Cordialement

    Alex

    Répondre
  • 4 octobre 2016 - 12 h 02 min

    @Eddie NICOLAS: Il faudra attendre le test final du produit pour savoir ! (Merci pour le café !)

    @Alex: On m’a dit aux alentours du 15, je collerais un billet de dispo sur le site dès que possible, tu peux en être sûr.

    Répondre
  • 4 octobre 2016 - 14 h 17 min

    Cette article me met la hype, c’est tellement parfait pour mon usage que je serai presque prêt à en oublier le prix de la version Windows.

    Répondre
  • JJ
    4 octobre 2016 - 17 h 40 min

    je confirme, article vraiment très complet!
    Je vais prendre la version Android. J’ai déjà une Surface Pro 3 pour Windows et je la trimbale partout..un peu lourd à la longue.

    Je ne crois pas en une version linux..la SP3 a des pb de bluetooth et clavier avec ubuntu. Avec leur techno, ce sera impossible.
    Par contre, un dual boot Android/W10 + SD 128GB, car on a aura bouffé toute la place, ce serait cool.

    Répondre
  • 5 octobre 2016 - 9 h 03 min

    […] de cette machine. Le premier retraçait une partie de la genèse d’un tel engin. Le second est une prise en main de l’appareil en version 10 pouces. Mais l’annonce de ce Yoga Book 12 pouces confirme bel et bien l’apparition d’une […]

  • 5 octobre 2016 - 17 h 32 min

    Bonjour,

    bizarrement sur le site de boulanger.fr ils annoncent le windows dispo pour samedi 8, alors que partout ailleurs ça tourne plutôt vers le 18.
    la semaine dernière les deux versions étaient “sous 3 semaines”.
    Vous croyez que c’est un bug où ils savent des choses que les autres ne savent pas ?

    Répondre
  • 6 octobre 2016 - 16 h 39 min

    @Pierre : jte l’avais dit ! faut être optimiste ;p

    Répondre
  • 6 octobre 2016 - 16 h 42 min

    Dipso aussi sur la boutique Lenovo, j’ai eu leur mail de pub ;)

    Répondre
  • 1 2 3 6

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *