Test : MSI Bravo 15, un ultraportable Ryzen 4000 “gaming”

Avec le MSI Bravo 15, le constructeur cherche à proposer un portable abordable tout en l’estampillant d’une appellation gaming. Un grand écart difficile à comprendre si on ne se penche pas plus sur le sujet.

Le MSI Bravo 15 A4DDR est 15,6 pouces sous processeur Ryzen 4000 que la marque destine aux joueurs. Si ce type de diagonale n’a pas eu le droit de cité sur Minimachines pendant très longtemps, elles ont aujourd’hui suffisamment évolué pour y trouver leur place. Tout simplement parce qu’avec les changements techniques récents du marché, leur encombrement est désormais équivalent aux 14 pouces datant du lancement du Blog en 2012.

MSI Bravo 15

Pour créer ce portable, MSI a fait des choix techniques lui permettant de réunir de belles performances dans un budget assez serré. Avec un ticket d’entrée à 899€, le MSI Bravo 15 se présente comme un ordinateur orienté jeu. Une appellation difficile à comprendre si on compare directement cet engin aux autres machines de ce marché, en particulier les modèles les plus haut de gamme qui font très peu de concessions.

MSI Bravo 15

Le logo de la marque sous l’écran moulé dans l’ABS

Comment MSI peut t-il faire un PC orienté jeu à ce tarif quand ses concurrents, et le reste de ses propres machines sur ce segment, se positionnent à 500, 700 voir 1000 euros de plus ? La réponse est en réalité assez simple. Premier élément technique, le châssis n’est pas uniquement constitué de métal, une partie de l’engin est en ABS contrairement à beaucoup de portables de ce type.

MSI Bravo 15

Si le dos de l’écran et le repose poignet comme le pourtour du clavier sont bien en aluminium brossé et anodisé en noir, le dessous de l’engin comme les bordures de l’affichage sont en matière plastique. Un choix qui permet de faire des économies à la marque sans signaler forcément une baisse de qualité globale pour cette machine.

MSI Bravo 15

Le dos de l’appareil est également en aluminium brossé et on constate très rapidement le problème que pose ce revêtement noir. C’est un vrai aimant à empreintes de doigts et même avec le recours à des solutions de nettoyage régulièrement, la surface perd souvent de sa superbe. Un traitement oléophobique aurait été un plus.

L’autre point clé qui explique ce tarif, l’emploi d’une solution 100% AMD en interne. Avec un processeur AMD Renoir Ryzen 4000 gravé en 7 nanomètres d’un côté et un circuit graphique Radeon RX 5500M de l’autre, MSI profite à plein de la politique de prix assez généreuse de la marque pour baisser le tarif global de l’engin.

MSI Bravo 15

Plusieurs versions sont prévues : En France, on retrouvera principalement deux gammes de processeurs. La première avec un AMD Ryzen 5 4600H et un circuit RX 5500M équipé de 4 Go de GDDR6. A l’opposé, on pourra également trouver un modèle Ryzen 7 4800H, toujours avec la même Radeon RX 5500M mais cette fois-ci avec 16 Go de mémoire vive et une licence de Windows 10 installée sur son SSD de 512 Go. Ce modèle haut de gamme sera proposé à 1299€ prix public.

Le modèle que MSI m’a expédié est une version un peu à mi chemin entre ces deux engins. Il est livré avec un RYZEN 5 4600H, 16 Go de DDR4, 512 Go de SSD et une licence préinstallée de Windows 10 version Famille. Il est vendu à 1199€ prix public. Un tarif abordable et proche des solutions ultrabooks classiques malgré la présence d’un moteur interne capable de se comporter plus que décemment en jeu.

MSI Bravo 15

Toutes ces machines sont construites de la même façon et les choix opérés par MSI sont identiques. Malgré sa finesse relative, le Bravo 15 mesure 2,3 cm d’épaisseur, l’engin permet d’accéder facilement à ses entrailles pour opérer quelques changements.

MSI Bravo 15

Il faudra retirer 12 vis, identiques et cruciformes, pour décrocher le châssis bas de la machine. Une opération évidemment délicate mais sans réelle difficulté. En écartant doucement la coque en plastique du reste du châssis, le capot bas se retire très facilement. Le remettre ne sera pas plus compliqué.

MSI Bravo 15

Une fois ouvert, l’engin révèle des capacités évolutives intéressantes : la mémoire vive est montée sur deux slots SoDIMM DDR4 classiques en double canal. On pourra donc acheter n’importe quel modèle de Bravo 15 et le faire évoluer jusqu’à 64 Go de DDR4. Je ne sais pas si une telle évolution serait utile mais un passage à 32 Go au gré d’une promotion peut toujours être apprécié. Le Bravo 15 est ici monté en 2 x 8 Go de DDR4. De la mémoire signée Samsung pour un total de 16 Go. 

MSI Bravo 15

La partie stockage peut également évoluer. On retrouve pas moins de 2 slots M.2 2280 disponibles sous l’engin. Le premier est compatible NVMe et SATA 3,0 tandis que le second n’acceptera que les SSD NVMe. Il sera donc là encore assez facile de faire évoluer votre machine dés l’achat ou dans la durée. Le SSD embarqué est un KIOXIA PCIe NVMe aux performances très correctes. Le SSD atteint 3560 MB/s en lecture et 3000 MB/s en écriture sous CrystalDiskMark, des débits excellents pour un engin de cette gamme.

MSI Bravo 15
La carte Wifi6 et Bluetooth 5,1 sera interchangeable puisque montée là aussi sur un port M.2. Il s’agit ici d’une Intel AX200NGW en Wifi6 qui devrait convenir à la majorité des utilisateurs. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’Intel parvient à trouver sa place dans cet engin 100% AMD par l’entremise d’une solution Wifi 802.11ax. Cette carte fonctionne d’ailleurs très bien, connectée à un routeur Wifi6, le débit dépasse les 1300 MBits/s en reception d’un fichier de 100 Mo environ. En émission, on est plus proche des 1200 MBits/s soit des résultats très concluants pour ce type de solution.

MSI Bravo 15

La batterie est connectée via une nappe et pourra également être remplacée au besoin. Il s’agit d’un modèle MSI BTY-M6K en 3 cellules 11.4v et 52.4 Wh de 4500 mAh. Une solution assez classique chez le constructeur. 

Les résultats en autonomie sont assez… contrastés. Si en usage léger, c’est à dire en lecture de document, travail bureautique simple de saisie ou en consultation de documents PDF, la machine oscille entre 6H30 et 7H d’autonomie. Du moment où l’on lancera un jeu exigeant jusqu’au moment où la batterie rendra grâce, il ne s’écoulera pas plus de 50 minutes. Si on outrepasse tous les gardes fous logiciels que MSI a mis en place pour forcer l’engin à accepter de jouer en qualité de jeu élevée en mobilité, on tombe sous l’heure d’autonomie. Le MSI Bravo 15 est un ordinateur portable et performant mais cela ne signifie pas forcément qu’il pourra concilier la portabilité et la performance pendant la même période.

En usage plus classique, Wifi allumé, pour surfer, écouter de la musique, lancer des applications classiques, on tablera sur une autonomie située entre 5H et 5H20. Les exploitations plus lourdes ont une forte incidence sur la batterie. Ainsi, le logiciel de retouche d’images Affinity Photo utilisé hors secteur, fait tomber l’engin à des autonomies situées entre 3 et 3 heures 30. Ces solutions, exigeantes en performances, pâtissent de toutes façons assez fortement d’un usage mobile puisque les composants sont bridés par le système.

La batterie étant amovible, on pourra facilement la changer en cas de besoin dans le futur. Il suffira de la décoller du châssis et de la remplacer par un modèle neuf. Des batteries de ce type se trouvent assez facilement en ligne.

MSI Bravo 15

Vient la partie calcul de l’appareil et le détail des choix de MSI pour encaisser la chaleur émise par le duo processeur et circuit graphique. Un gros travail d’optimisation du refroidissement avec un système élaboré de caloducs prenant en charge les deux puces AMD. Le dispositif est classique dans son fonctionnement mais très largement optimisé pour une efficacité maximale. Les deux puces sont couvertes par trois circuits de refroidissement indépendants pour convoyer la chaleur qu’elles dégagent vers les ailettes de refroidissement. Ainsi le processeur Ryzen d’un côté et le circuit graphique Radeon de l’autre, bénéficient d’un système de prise en charge intensive.

MSI Bravo 15

Le ventilateur de gauche récupère la chaleur de trois caloducs qui transmettent leur watts à des ailettes placées de manière à évacuer la chaleur vers l’arrière de l’engin. Le ventilateur aspirant de l’air frais depuis le dessous du châssis pour qu’il soit repoussé au travers de ces ailettes.

MSI Bravo 15

De l’autre côté, le ventilateur droit distribue la chaleur à deux séries d’ailettes pour maximiser au mieux son efficacité. 

MSI Bravo 15

Ainsi le ventilateur repousse de l’air à gauche et derrière le Bravo 15, une disposition qui permet d’éviter que l’appareil chauffe trop et trop vite. 

MSI Bravo 15

Cette double aération et assez efficace même si elle ne parvient pas forcément toujours à conserver l’engin toute la fraîcheur à un confort parfait d’utilisation. Comme vous le lirez plus bas, la machine a tendance à chauffer de manière importante au niveau de son châssis. Néanmoins ces contre mesures de refroidissement et une bonne gestion logicielle font que le Bravo 15 n’entre jamais dans une phase nécessitant une baisse drastique de ses performances pour compenser le surchauffe des composants.

MSI Bravo 15

Il n’y a pas et il n’y aura jamais de miracles en matière d’émission de chaleur, le corollaire d’une machine plus fine est forcément un accroissement des difficultés en terme d’évacuation des watts qu’elle génère. La solution trouvée sur le Bravo 15 est efficace mais n’empêchera pas l’engin de chauffer et de faire du bruit.

MSI Bravo 15

A l’ouverture, on note immédiatement la qualité et la robustesse de la charnière du Bravo 15. La partie écran s’ouvre sans difficulté et ne bouge pas ensuite. la charnière est souple mais solide et permettra sans doute une utilisation confortable même en voyageant.

MSI Bravo 15

Une fois ouvert on découvre un écran FullHD de 15,6 pouces qui semble assez classique mais qui cache quelques petites surprises. D’abord l’implantation est bonne avec des bordures assez fines et une empreinte proche voir équivalente aux 14 pouces d’il y a quelques années. Le MSI Bravo 15 mesure 35,9 cm de large pour 25,4 cm de profondeur. Il fait 2,3 cm d’épaisseur pour un poids total de 1,8 Kg. Ce n’est donc pas l’engin le plus compact du marché mais il fait partie de cette nouvelle génération de portables qui proposent de très bonnes performances dans un encombrement acceptable.

L’écran est un FullHD de type IPS avec des angles très ouverts et un traitement anti reflets plutôt efficace, un ensemble de points positifs pour la machine mais c’est surtout la fréquence de rafraîchissement qui est à noter ici. La dalle est capable de monter à 120 Hz et profite d’une compatibilité complète avec la technologie AMD Radeon FreeSync Premium. Un ensemble qui permet donc d’afficher des jeux de manière très fluide et très agréable en 1920 x 1080 pixels.

C’est probablement cet écran qui a décidé la marque à classer le Bravo 15 comme un portable « Gaming ». Il faut dire que la justesse des couleurs de l’objet n’est pas formidable et qu’il serait difficile de le positionner comme un ultraportable créatif. Il est un peu trop rouge et cela donne un affichage typiquement orienté « multimédia ». Un écran qui pousse les contrastes pour flatter les jeux et la vidéo. Mais beaucoup moins efficace pour un travail graphique.

Cela n’affectera bien sûr que les utilisateurs ayant une réelle volonté de faire de la création vidéo et photo. Ceux ayant une vocation professionnelle, qui ne sont donc pas vraiment la cible de cette machine, pourront au pire avoir recours à un écran externe de plus grande diagonale. Un écran de toutes façons quasi indispensable pour une utilisation pro et qui corrigera évidemment le problème. La luminosité est moyenne, autour des 300 nits. On sent parfois la dalle un peu à la peine face à un environnement très lumineux. L’engin sera sans doute plus à l’aise en intérieur qu’en extérieur.

MSI Bravo 15

Le clavier est très correct mais malgré la dalle de 15,6 pouces de diagonale, MSI n’a pas réussi à glisser de pavé numérique dans son engin. C’est un choix qui peut se comprendre et qui arrange bien les lecteurs de Minimachines. Soit la marque intègre un écran 16″ dans un châssis d’ancien 15.6″ avec un pavé numérique. Soit elle réduit la voilure et propose une dalle 15.6″ dans un châssis d’ancien 14″ mais n’a plus la place pour ce pavé numérique… Le choix se porte donc vers la seconde solution pour plus  de compacité.

Ce clavier chiclet est rétroéclairé uniquement en rouge et reste tout le temps très lisible. A vrai dire, ce clavier est une bonne surprise puisqu’il propose une frappe immédiatement agréable. On retrouve vite ses marques avec un pianotement doux et une course de touches qui se déclenche de manière efficace.

MSI Bravo 15

Chaque lettre s’attrape sans problème et malgré une espacement assez faible de l’ensemble, on ne commet rapidement plus aucune faute de frappe. Certains regretteront le positionnement en « profondeur » du clavier qui se positionne sous la surface du repose poignet dans un léger renfoncement. Au final, les appréhensions vis à vis de ce choix sont surtout théoriques. En pratique, cela ne change pas grand-chose lors de la prise en mains.

MSI Bravo 15
Le Bravo 15 pourra servir à jouer donc mais proposera également un clavier suffisamment efficace pour tous les travaux d’écriture classiques. Un plus pas désagréable au quotidien qui continue à construire un positionnement finalement plus large que la simple machine Gaming présentée par la marque. L’ensemble est efficace, propose une course de touche sensible.  Petite interrogation cependant, les touches de F1 à F12 sont bien présentes mais MSI a choisi de ne pas en tirer totalement parti. Certaines ont des doubles fonctions pour piloter l’affichage ou désactiver le pavé tactile mais beaucoup ne proposent aucun raccourci. Dommage.

MSI Bravo 15

Le pavé tactile pose plus de soucis pour être apprivoisé, entièrement en plastique lui aussi, il fonctionne de manière très confortable mais demande un temps d’adaptation. Quand vous pressez le pavé tactile, au-delà d’un certain poids, celui-ci va s’enfoncer légèrement dans une course d’un demi millimètre. Mais ce mouvement ne déclenchera pas de clic. Il faudra d’abord ressentir une résistance puis appuyer encore un peu plus fort pour entendre le bouton du clic résonner. Là, une action se produira à l’écran. Cela n’a rien de grave mais demande une certaine gymnastique d’apprentissage.

MSI Bravo 15

La partie son est correcte même si, là encore, on sent quelques concessions techniques pour éviter de faire gonfler la note. MSI a beau ajouter des fonctions aux noms ronflants comme le Nahimic 3 Audio Enhancer, le son n’est pas exceptionnel.

MSI Bravo 15

Ça reste très correct mais le volume sonore est moyen, probablement parce que les enceintes sont dirigées vers le dessous de la machine. Une certaine spatialisation se fait entendre et dans l’absolu le traitement est suffisant pour tout type d’usages. Evidemment la qualité audio du Bravo 15 change du tout au tout en ayant recours au casque ou à un système audio extérieur.

MSI Bravo 15

On note cependant un bel effort d’intégration avec des enceintes montées sur une structure spécifique ayant pour rôle de rendre les enceintes indépendantes du reste du châssis grâce à des petits supports rouges qui absorbent les vibrations.

MSI Bravo 15

Le résultat ne se fait pas entendre spécifiquement mais évitera que toute la carcasse résonne quand un bruit sourd se fait entendre. On peut monter le son très fort et ne pas ressentir le moindre tremblement dans le châssis.

MSI Bravo 15

La webcam est tout ce qu’il y a de plus classique avec un enregistrement en 720P un poil sur-compressé et une nette tendance à cramer les parties claires. Par contre, le double micro fait un très bon travail de capture sonore. Pour avoir essayé la machine en conférence sur Zoom, l’ensemble des participants a constaté la même chose : une image juste correcte mais un très bon signal audio, net et détaillé.

MSI Bravo 15

La connectique est assez bonne avec sur la partie de droite un port jack audio stéréo combiné casque et micro, un ensemble de quatre ports USB 3.2 Gen1 constitué de deux paires en USB Type-A et deux autres paires en USB Type-C. Suit un port Ethernet Gigabit et pour finir un antivol Kensington Lock. Les prises sont intelligemment espacées pour être exploitées en parallèle.  A noter que les prises USB Type-C ne sont pas compatibles avec les fonctions annexes du format : Pas de sortie vidéo ou de charge au travers d’elles. Le positionnement est par contre assez bas sur le clavier ce qui pourra gêner des mouvements de souris autour de la machine.

MSI Bravo 15

Sur la partie gauche, on retrouve un port HDMI 2.0 plein format et la prise d’alimentation de la machine. Prise qui vient se placer sous l’ouïe de ventilation latérale, ce qui ne sera pas forcément toujours pratique puisque la machine va souffler en permanence de l’air sur le câble d’alimentation.

MSI Bravo 15

En parlant d’alimentation, celle-ci est assez imposante comme souvent avec ce type de machine. C’est une 19.5 volts pour 9.23 Ampères et 180 watts signée Chicony. Un modèle sobre et qui ne chauffe pas outre mesure.

MSI FULL LOAD

Branché au secteur, après une heure d’usage maximal avec les deux puces AMD exploitées au maximum, l’appareil chauffe sensiblement. Le processeur AMD Ryzen n’est pas le plus facile à dissiper puisqu’il atteint les 90°C en jeu. Le circuit graphique Radeon est, quant à lui, situé entre 79 et 80°C. Ce scénario est hypothétique, hormis en test, aucun programme ne demande autant à l’engin.

MSI Bravo 15

 

Le bruit généré est en rapport avec ces performances. Les ventilateurs tournent à plein et le bruit dépasse les 57 dB. Ce n’est pas insurmontable mais cela peut être usant à force. En mode jeu ou en usage lourd, il faudra recourir à un casque pour ne pas entendre cette ventilation permanente.

bravo15light

En usage léger, le portable propose des températures classiques pour un engin de ce type. Cela est parfaitement utilisable et agréable pour pianoter des textes ou surfer. L’engin est alors tout à fait agréable avec des températures qui n’excèdent pas les 30°C. Parfait pour le traitement de texte, le surf ou la vidéo conférence par exemple.

MSI Bravo 15

Le bruit généré est alors bien plus faible avec 30 à 31 dB, il faut coller son oreille au MSI Bravo 15 pour l’entendre à peine ronronner. Quand le chipset Radeon n’est d’ailleurs pas sollicité, il arrive que la ventilation s’arrête totalement ou qu’un seul ventilateur ne fonctionne.

BRAVO 15 LEGER

En usage de jeu, sous Tomb Raider en FullHD par exemple, le portable se comporte finalement assez bien. les températures relevées sont situées entre 29 et 47°C. On note un déplacement de la chaleur par rapport à un usage au maximum des possibilités de tous les composants. Cela est dû à une plus grosse exploitation du circuit graphique et non plus à un usage à 100% du processeur et du circuit Radeon en parallèle. Le clavier est tout de même assez chaud avec 38 et 39°C relevés sur sa surface. Le repose poignets reste plus sage.

MSI Bravo 15

La machine ventile sensiblement également avec un relevé pouvant atteindre presque les 50 dB mesurés. L’engin encaisse donc assez bien la température de ses composants même si les conséquences directes de cette exploitation grèvent un peu le confort proposé par la machine.

Au niveau du clavier, les touches H et J au centre, la température atteint les 38°C. Les touches de fonction en haut à gauche atteignent les 47 °C. Le repose poignet est bien plus sage mais encore assez chaud puisqu’il dépasse les 29°C. Les trois sorties d’air peuvent également rejeter un flux constant et assez désagréable de chaleur. C’est typique d’un engin dédié au jeu dans ce genre de situation, on perd en confort d’usage évidemment mais cela va de pair avec les performances délivrées. Puisque cet usage est lié à une utilisation sédentaire, le recours à un clavier USB et une souris compensera cette problématique.

Le contrepoint de cette montée en chaleur sera ressenti d’un point de vue performances, le MSI Bravo 15 propose un moteur robuste pour tous les usages classiques avec, en plus, de belles possibilités de jeu. 

Je ne suis pas un grand fan des benchmarks mais pour cette machine 100% AMD il me semblait justifier d’en proposer. On a du mal à voir ce que peut donner ce couple Ryzen 4600H et RX5500M ensemble aujourd’hui. 

MSI Bravo 15 R15

CineBench R15 donne 1810 points, là encore un score très correct par rapport au marché. Le duo de puces AMD propose un score largement comparable à une solution Core i7 et GeForce concurrente.

MSI Bravo 15 HANDBRAKE

Sous Handbrake, il ne faut que 5 minutes pour passer une séquence UltraHD de 10 minutes en FullHD. C’est encore une fois très performant. 

MSI Bravo 15 AFFINITY PHOTO

Une macro sous Affinity photo sur un fichier de test issu d’un Reflex Canon en JPG se fait relativement efficacement. Le processeur AMD est bien sollicité, la partie graphique beaucoup moins. D’un point de vue création en général, le MSI Bravo 15 est un engin spectaculaire pour son prix. Il parvient sans problèmes à piloter un logiciel de retouches comme Affinity Photo avec une très belle réactivité. Même lorsque l’on ouvre des fichiers très lourds issus d’appareils photos Reflex haut de gamme et sans compression. L’engin réagit vite, reste efficace et ne fait pas monter dans les tours sa ventilation dès qu’on le sollicite un peu.

En montage vidéo, la machine sait également parfaitement piloter un logiciel comme DaVinci Resolve. Venir à bout d’un montage FullHD ne pose aucun souci au Bravo 15. Ni en manipulation des fichiers, ni en gestion des effets en temps réel ni en rendu global de son montage. Taquiner de l’UltraHD est possible mais on sent rapidement les limites de l’équipement embarqué par MSI.

En terme de création 3D, que ce soit sous Fusion360 pour concevoir un objet ou sous un logiciel de gestion d’impression 3D comme Cura, le processeur comme le chipset graphique suivent la cadence. Toute la machine permet de travailler la 3D sans soucis avec une réactivité très satisfaisante.

MSI Bravo 15 3D MARK

Sous 3D Mark en FullHD, les résultats sont également très corrects. Les scores sont dans la moyenne haute pour ce niveau de tarif.

MSI Bravo 15 GTA VMSI Bravo 15 WITCHER 3

En mode sédentaire, les performances relevées sont bonnes pour ce niveau d’affichage FullHD en jeu 3D. Sur des jeux “anciens” comme GTA V et The Witcher III sortis en 2015, les scores sont excellents en medium et parfaitement jouables avec les détails élevés. 

MSI Bravo 15 FortniteMSI Bravo 15 TR

 

Sous Fortnite ou Rise of the Tomb Raider, on dépasse en moyenne les 100 images par seconde en 1080P avec les réglages moyens, le passage à des détails hauts ou très hauts sont excellents. Meilleurs que sur des jeux plus anciens probablement grâce à des optimisations de moteurs techniques. 

MSI Bravo 15 Dirt Rally 2MSI Bravo 15 ANNO 1800

Dirt Rally 2 et Anno 1800, tous deux sortis en 2019, donnent des résultats plus contrastés. Le premier est très bien pris en charge avec une fluidité très appréciée dans un jeu où les réflexes sont de mise. Dans le second, qui emploie beaucoup d’éléments graphiques mais également pas mal de calcul d’affichages d’éléments disparates et autonomes à l’écran, le passage à un niveau de détails élevé le fait tomber sous les 40 images par seconde.

MSI Bravo 15 Farcry 5MSI Bravo 15 JEDI

Far Cry 5 comme Jedi Fallen Order donnent des résultats très corrects et une jouabilité toujours sans faille. le titre Star Wars est très agréable en Medium comme en détails élevés avec une fluidité qui dure tout au long de la partie. Les rares baisses à 60 images par seconde se font au cours de scènes épiques de bataille mais ne gênent en rien la jouabilité du titre.

Cela fait bien de cet engin une solution de jeu satisfaisante même si, évidemment, elle ne sera pas au niveau d’un portable ultra haut de gamme. On sent l’engin très à l’aise en réglages de détails moyens, moins lorsque l’on va chercher des fonctions très avancées. Certaines, propres à Nvidia, ne sont d’ailleurs pas toujours accessibles. Sur les derniers titres testés, plus récents, le nombre d’images par seconde a tendance à baisser de manière plus importante, mais même pour ces ces jeux, si l’on sait se contenter d’un affichage FullHD en détails moyen, on retrouve une très bonne expérience.

Les versions Ryzen 4800H du Bravo 15, vendues quelques centaines d’euros plus chères, peuvent être une alternative  intéressante à pendre en compte pour manœuvrer plus de titres dans un futur plus lointain sans subir de baisse de fréquence d’images.

On sent dans tous les cas que le fait de proposer 16 Go de DDR4 donne également du souffle à cette machine qui est très à l’aise en multitâche. C’est très agréable en solution double écran HDMI où l’on peut jongler avec de nombreux programmes sans que les performances n’en pâtissent. Les performances sont homogènes et agréables au quotidien tout au long des journées d’utilisation. Je vous déconseille donc de choisir une version 8 Go si vous n’avez pas l’intention de la faire évoluer vers 16 Go ou plus à terme.

MSI Bravo 15

En multimédia enfin, je vous passe la partie bureautique qui est évidemment survolée par cet équipement, le MSI Bravo 15 se comporte admirablement avec une belle réactivité à l’usage. On peut naviguer dans des films UltraHD et en profiter pleinement sur un écran externe avec la sortie HDMI.

Ces très bons résultats se conjuguent avec un comportement à l’usage très agréable pour l’utilisateur. Le processeur parvient à proposer un bon niveau de performances en continu. MSI a semble t-il choisi de limiter d’emblée une partie des capacités de calcul de son moteur pour proposer une expérience de jeu stable. Au lieu de tirer le maximum de ses puces dans une course au nombre d’images par seconde inutile, la marque a préféré créer des profils d’utilisation. Ce qui permet au Bravo 15 de tenir une cadence moyenne dans la durée, sans surchauffe des composants ni Throttling. L’idée étant qu’en proposant un nombre d’images par seconde suffisant dès le début d’un jeu mais sans aller plus loin que nécessaire, le portable peut proposer une excellente tenue de ses performances sans entrer en surchauffe et sans baisser d’un coup ses performances pour se mettre en sauvegarde. Cela a également un impact positif sur les nuisances de la machine. La chaleur est contenue et après une grosse heure de jeu la partie la plus chaude de l’engin, sous le châssis, reste sous les 50 °C. 

MSI Bravo 15

Reste que l’on a parfois l’impression que l’expérience est… mitigée. D’un côté, la machine se comporte bien dans un usage FullHD avec des performances très correctes qui remplissent le cahier des charges d’un PC de ce type. De l’autre, on a l’impression très forte que le processeur est sous exploité dans le Bravo 15. Le choix d’une Radeon RX5500M ne lui permet pas de libérer tout son potentiel en tant que solution gaming. Mais était-ce vraiment là le but recherché par les ingénieurs de MSI ? Je n’en suis pas si sûr.

Le Bravo 15 est peut être effectivement un PC pour joueurs. Mais peut être pas dans la même vision que l’on en a d’habitude. Le budget annuel consacré au jeu PC n’est pas si élevé chez tout le monde. Les profils sont très différents et l’image que l’on se fait d’un “gamer” en examinant des PC portables très haut de gamme ne correspond que très mal à la réalité.

MSI Bravo 15

Cet ultraportable se positionne comme un engin jeu de 15,6 pouces compact et performant pour le « grand public ». MSI a compris que le marché du jeu PC était celui d’une génération entière et que les gens qui s’équipent aujourd’hui ont souvent un passé de joueur. Pas forcément des « Hardcore Gamer »… mais des joueurs qui aiment bien lancer une petite partie d’un titre récent dans de bonnes conditions. Autour de moi beaucoup de joueurs ne jouent en réalité qu’à 2 ou 3 titres par an : Un jeu de sport collectif type FIFA où ils retrouvent des amis, un jeu d’aventure comme Tomb Raider ou Assassin’s Creed dont ils achètent toutes les versions et un titre plus intemporel. Ils jouent mais ce n’est pas leur seul loisir.

MSI Bravo 15

Est-ce que tout le public de joueurs PC va forcément investir dans un portable à 1500, 2000 ou 2500€ ? Evidemment, non. Le schéma du PC portable gaming sans concessions colle finalement assez mal avec la réalité du marché. La majorité des joueurs va plutôt choisir de réduire la voilure. Abandonner les rêves de titres 3D récents en UltraHD tous détails à fond et se contenter d’une solution plus abordable mais qui saura afficher très correctement les derniers jeux du moment en FullHD.

Et c’est là que le MSI Bravo 15 entre en scène. L’engin est proposé de 899 à 1199€ et permet de travailler comme de faire tourner des jeux 3D en 1920 x 1080 de manière très satisfaisante. Il aurait pu être plus efficace, offrir de meilleures prestations en échange de quelques centaines d’euros de plus. Mais MSI vise cette expérience avec d’autres engins de sa gamme.

Pour toucher un vaste public, ce positionnement tarifaire est finalement une alternative intéressante. Parce que le Bravo 15 peut venir à bout de toutes les tâches du quotidien, parce qu’il est capable aussi bien de faire de la 3D que de la 2D ou de la vidéo, il se pose finalement comme un bon PC familial. Pas forcément la machine « Gaming » la plus intéressante du marché mais un choix raisonnable pour un public touche à tout.

Le modèle testé SANS OS – MSI Bravo 15 (A4DDR-049XFR)
AMD Ryzen 5 4600H – 16 Go DDR4 – SSD 512 Go – AMD Radeon RX 5500M – sans OS
Disponible à 1049.99€ chez TopAchat

 

Le modèle testé  MSI Bravo 15 (A4DDR-047FR)
AMD Ryzen 5 4600H – 16 Go DDR4 – SSD 512 Go – AMD Radeon RX 5500M + Windows 10
Disponible à 1199.99€ chez TopAchat

 

Le modèle haut de gamme MSI Bravo 15 (A4DDR-046FR)
AMD Ryzen 7 4800H – 16 Go DDR4 – SSD 512 Go – AMD Radeon RX 5500M + Windows 10
Disponible à 1299.99€ chez TopAchat

Soutenez Minimachines, partagez le !

MSI Bravo 15
8
MSI Bravo 15
  • LES PLUS
  • Grande évolutivité mémoire et stockage
  • Performances convaincantes
  • Engin homogène
  • LES MOINS
  • La chauffe inconfortable du clavier
  • Les traces de doigt
  • Pavé tactile étrange
  • SAVO
    8

Jaune
17 commentaires sur ce sujet.
  • 24 juillet 2020 - 18 h 16 min

    Bonjour Pierre,

    j’avais oublié à quel point certains de tes tests sont complets et mis en perspective par rapport à l’usage.

    C’est vraiment intéressant, et agréable de te lire

    Nicolas

    Répondre
  • 24 juillet 2020 - 18 h 39 min

    Salut et merci pour le test.

    Petite question : comment brancher une solution double écran avec une seule sortie HDMI, sans possibilité de sortie graphique via l’USB-C ?
    Tu parlais de l’écran du portable + un autre écran ou de deux écrans externes ?

    Merci

    Répondre
  • 24 juillet 2020 - 18 h 43 min

    @Nicolas Gras: Merci !

    @alexandre cheneau: Oui, écran 15.6″ du PC en FullHD et écran secondaire en HDMI. Pardon si ce n’est pas clair.

    Répondre
  • 24 juillet 2020 - 19 h 10 min

    Super test, très instructif, merci Pierre. Je serai très intéressé par un test aussi approfondi sur l’ideapad 5 de Lenovo (chauffe, temps batteries, . L’éclairage rouge, je n’étais pas pour et puis en te lisant je percute que ça doit être le meilleur éclairage pour une utilisation vidéo dans le lit (le soir) pour ne pas agresser les yeux.
    Tes écrits sur la nécessité d’un pavé numérique me font réfléchir également.

    Bon week-end.

    Répondre
  • 24 juillet 2020 - 19 h 14 min

    @Geppeto35: Je copie colle ta demande à Lenovo ^^

    Répondre
  • 24 juillet 2020 - 20 h 05 min

    Merci pour ce test très très complet et intéressant. En tant que vieux fan de MSI, et cherchant un nouveau PC gaming, je suis convaincu.

    Répondre
  • 24 juillet 2020 - 22 h 16 min

    ça fait toujours plaisir de lire ce genre de test sur Minimachines : complet, clair et nuancé.
    Le problème, c’est qu’après, ça donne des envies d’achat…

    Répondre
  • 25 juillet 2020 - 20 h 04 min

    @Pierre Lecourt:
    Pierre je te trouve trop gentil avec cette machine. En particulier avec son clavier, qui n’est pas un vrai clavier azerty. C’est un clavier qwerty usa maquillé en clavier azerty.
    Si c’est ce qui est vendu en France c’est du foutage de gueule de la part de msi. Ils le font aussi avec leur pc gamer. A mon avis c’est juste histoire de grater quelques dollars sur le coût de production. Mais c’est assez désagréable.

    Répondre
  • 25 juillet 2020 - 21 h 09 min

    @Pierre : Très bon test d’un produit convaincant avec un beau rapport qualité/Prix :)

    Répondre
  • 26 juillet 2020 - 13 h 02 min

    150€ la licence windows, c’est pas un poil exagéré? Ou alors j’ai pas tout compris.

    Sinon, Linux et AMD, ils sont enfin copains ou il y a encore des limitations?

    A+

    Répondre
  • 26 juillet 2020 - 22 h 45 min

    Merci beaucoup, on a le plaisir de retrouver un test Minimachines à l’ancienne, un peu comme lorsqu’on re-goute le plat d’un restaurateur qu’on a particulièrement apprécié.

    Il en faudrait plus des portables multi-profils comme ça, MSI a fait des choix cohérents.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 16 h 21 min

    La qualité interne me paraît très (trop) artisanale. Ce qui explique peu être le mauvais rapport perf/bruit du système de refroidissement.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 17 h 57 min

    @Will: Artisanale pour quoi ? C’est du très standard ici.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 21 h 27 min

    @Pierre Lecourt: Du standard comme l’on en faisait il y a quelques années.
    Rien qu’à voir les heatpipes tout tordu avec des plies et non peint pour le protéger de l’oxydation en plus de les rendre plus discret au travers les aérations. Et j’imagine que les soudures ne doivent pas être terribles non plus.
    Voilà par exemple un PC moderne dans sa fabrication :
    https://www.techpowerup.com/review/adata-xpg-xenia-15-inch-gaming-laptop/images/teardown2.jpg
    https://www.techpowerup.com/review/adata-xpg-xenia-15-inch-gaming-laptop/4.html

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 22 h 24 min

    @Will: Euh tu compares un PC MSI entrée de gamme sur son segment à un PC design par Intel himself (qui ne fait pas payer à ses partenaires le coût du design au passage) et rebrandé par Adata pour être vendu de 1500 à 2000$ HT. C’est normal qu’il y ait des nuances.

    Sinon je n’ai jamais croisé de caloduc corrodé, probablement parce qu’ils sont vernis ?

    Je persiste, c’est du standard pour ce niveau de prix. Et si le Xenia devait être assumé à 100% par Adata et non pas en partie par Intel, tu pourrais facilement augmenter la note.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 22 h 26 min
  • 28 juillet 2020 - 11 h 10 min

    J’ai donné cette exemple parce que j’étais entrain de lire le test mais j’aurais pu citer d’autres PC comme les Nitro 5 d’Acer ou encore les A15 et A17 d’Asus qui sont pourtant des PC entrée de gamme gaming et qui sont mieux fini que celui là.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *