Obsolescence programmable : Intel et AMD ne supporteront plus Windows 8.1

On parle souvent d’obsolescence programmée, de matériels prévus pour perdre en efficacité ou tomber en panne au bout d’un certain temps. On parle beaucoup moins souvent d’obsolescence programmable, celle qui concerne les logiciels et leurs interactions avec le matériel. Et pourtant, ce phénomène prend de l’ampleur et va de plus en plus vite.

Windows 10 vient à peine de souffler sa première bougie que les portes de referment déjà sur Windows 8.1. Les nouvelles machines commerciales n’embarquent plus que rarement le système passé de Microsoft, seules quelques solutions à destination d’entreprises peuvent encore s’offrir ce caprice. C’est de bonne guerre – commerciale du moins – pour Microsoft que de mettre en avant sa nouvelle mouture de Windows. Ce qui l’est moins, c’est l’absence de support entre les anciennes versions du système et les nouveaux équipements.

windows-10

Coïncidence troublante, les deux frères ennemis que sont Intel et AMD annoncent que leurs nouvelles solutions ne supporteront plus que Windows 10. Cela ne signifie pas une incompatibilité avec les anciens systèmes mais l’absence de support en cas de soucis.

Ainsi, si vous choisissez un processeur Intel Kaby Lake ou un AMD Bristol Ridge, il faudra passer par la case Windows 10. Les essais d’installation de Windows 8.1, Windows 8 ou Windows 7 ne donneront lieu à aucun support ni à aucun pilote spécifique.

Intel Tick-Tock

Microsoft explique ce choix par une volonté de profiter au mieux des innovations liées aux matériels les plus récents. Cela impliquait de se tourner vers les futures puces du marché et de mettre tous les efforts de l’entreprise sur Windows 10. Cela veut dire que les futurs chipsets des deux marques ne seront plus optimisés pour Windows 7 ou Windows 8.1, ces systèmes ne sont plus au coeur de la stratégie de Microsoft. Le développeur ayant pour bonne excuse d’avoir offert une transition vers Windows 10 gratuite à ses anciens clients.

Si vous avez acheté une licence Windows 8.1 en boite, installable sur n’importe quelle configuration, vous devrez donc composer avec cette nouvelle. Il est fort possible que les pilotes officiels des chipsets Intel et AMD refusent de s’exécuter ou posent problème  sur votre licence.  Cette obsolescence qui se dessine est à prendre en compte pour vos futurs investissements. Investir dans une solution Skylake ou Bristol Ridge n’est pas une excellente idée si vous possédez un parc sous Windows 8.1 et comptez vous mettre à jour. C’est aussi un élément à prendre en compte si vous avez un engin sous Windows 8.1 et que vous attendez de nouvelles versions de pilotes pour passer à Windows 10. Ils n’arriveront sans doute jamais.

Source : PCWorld

25 commentaires sur ce sujet.
  • 7 septembre 2016 - 15 h 02 min

    Encore une raison d’utiliser Linux… Ce style de politique est vraiment se tirer une balle dans le pied.

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 15 h 38 min

    Critiquable en soi certes, cependant, du point de vue stratégique, Microsoft, par des accords avec les producteurs de Hardwares push à l’harmonisation des OS. L’éparpillement est, de ce point de vue, une aberration. De plus, si l’argument technique est vérifié, cela donne aussi du sens. S’assurer d’une compatibilité parfaite entre os et hardware, pour 1 éviter tout problème technique et 2 assurer une optimisation des performances.

    Apple n’agit pas différemment…

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 16 h 20 min

    Ce qui est dommageable, c’est la durée effective de la compatibilité.
    Ce serait 5/8 ans, je ne dis mais là… :-(
    Pour un habitué du tripotage des systèmes, je ne dis pas, mais pour le pov’ pépère qui n’utilise son matériel que comme un outil très primaire : ‘pas d’autres choix que de le laisser en gros en l’état.

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 16 h 28 min

    @Guillaume Betous: Je plussoie, la moitié de nos PC sont sous Ubuntu, le reste sous 7.
    Avec leurs idées tout deviendra sous Linux chez nous:)

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 16 h 48 min

    Une pensée émue à tous les administrateurs système qui vont galérer au passage forcé vers 10…. Tous ces logiciels, tous ces matériels qui ne seront plus supportés… Hum……….

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 16 h 57 min

    @Baldarhion: c’est bien pour ça qu’une grande majorité des administrations de notre cher état, passe leur park de machine sous linux maintenant. Enfin ça y va petit à petit mais surement !

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 17 h 29 min

    @myke:
    Boaiff’, c’est valable pour une majorité de serveurs mais pour les grands comptes & grandes entreprises, ils aiment se gérer avec une ou des AD/OU/GPO and so on…donc il faut de l’OS Krosoft en stations.
    Nous, avec un parc de plus de 50 000 workstation, ce n’est pas près d’arriver, il y a même un retour en arrière, sauf une bonne quantité de serveurs/virtualisation/hébergement/sécu/applicatifs avec des BDDs libres & cie
    De plus, elles sont généralement accompagnées, aussi bien au niveau prod, recettes, dév. par Krosoft, ce qui ne sera pas le cas sous nux. Pour ces systèmes libres (donc serveurs), c’est le plus souvent la compétences des admins-système (très changeante en fonction des sites) qui fait la différence.
    De plus, il y a toujours un CCT (Cadre de Cohérence Technique) qui précisent les matos, un nombre limité d’OS, et d’applicatifs à utiliser par “spécialités”… c’est valable aussi pour les stations, portables & cie.
    Krosoft est très bien introduit au niveau des hautes sphères administratives : ils continueront à vendre de l’AD, KMS/VLK à tire-larigot (j’aime beaucoup ce terme :-D) : ce n’est qu’une histoire de coût, ça se négocie toujours, et ils sauront toujours arriver au bon compromis qui leurs permettra de perpétuer leur implantation.

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 17 h 37 min

    Attention, on parle de fonction avancé. Les fonctions standards x86 et les jeux d’instructions, MMX, A64, SSE, AVX, … resteront compatibles avec les anciens systèmes par contre si de nouveaux jeux d’instructions sont introduits ils ne seront bien sur pas “actifs” mais également le chip graphique (juste en “soft”).

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 17 h 54 min

    c’est qui Miranda ? :D

    sinon, je plu-sois aussi pour Linux, malheureusement le passé est rempli d’exemple de ce type ( les loupés de Vista, l’horrible interface de 8…) sans que cela ai le moindre effet sur le consommateur !
    vous pourriez leur resortir Win3.1 l’an prochain sur tous les pc, vu qu’ils n’ont pas le choix (merci la CJUE au passage), ben ils achèteront un [email protected] !

    Par contre… chez nous une personne c’est loupé et a accepté la MaJ Win10… et à perdu sa licence Origin à 1K€ !!! -.-‘

    @Raph: Apple ce n’est pas pareil… ils gèrent ET le software ET le hardware !
    Assez rare de devoir passer sur une nouvelle machine car notre machine actuelle est incapable de tel ou tel action !
    enfin je bosse sur un Imac de 2009 et j’ai pas encore le problème :D

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 22 h 41 min

    Objectivement, Linux n’est pas forcément mieux.

    J’ai récemment eu un problème avec un PC à base de Celeron N3050 qui n’était supporté qu’avec une distribution super récente.

    Pour ceux qui ont besoin absolument de garder un système immuable, par exemple à cause de vieux programmes incompatibles avec les nouveaux OS, il reste souvent la possibilité de virtualiser.

    Répondre
  • 7 septembre 2016 - 23 h 38 min

    @treza : Enfin une remarque intéressante 😃 lol

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 9 h 24 min

    oui treza, tu as raison de conclure et de généraliser sur un exemple .. .

    En plus tu ajoutes le petit “Objectivement” pour quand même finir de convaincre ..

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 9 h 26 min

    sinon d’un point de vue plus général, ça fait 30 ans que ms et intel s’arrangent pour “forcer” le renouvellement du parc .. .ce qui est nouveau c’est que amd rentre dans ce mauvais jeu, mais ont’ils le choix ?

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 9 h 28 min

    @TREZA: étonnant, j’ai réussi à faire tourner ubuntu 15.04 (qui a plus d’un an) sans accrocs avec un hp sous celeron n3050, le seul bémol, devoir désactiver secureboot afin de pouvoir charger les extensions kernel pour le pilote propriétaire intel (fourni). Sans cela le wifi était capricieux (réception faible).

    Je vote comme les autres à passer leur vieux matos sous linux (selon le contexte : pro ou perso c’est pas forcément facile…), cela redonnera un coup de jeune.
    Et même le matos récent si y’a un raz le bol… à la maison on est à 2 pc basculés sous ubuntu/mint

    Répondre
  • JPM
    8 septembre 2016 - 10 h 33 min

    @toto:
    je ne sais pas si c’est treza ou toto qui a raison.
    Mais d’un point de vue sémantique/argumentaire et car je bondis à chaque fois qu’on reproche à quelqu’un de “généraliser sur un exemple” sans plus d’argument.
    Dans cette situation, treza expose une situation générale (j’ignore si c’est vrai ou pas) puis illustre cette généralité par un exemple.
    Il ne s’agit donc pas de généraliser à partir d’un exemple mais d’utiliser un exemple pour illustrer une généralité ou un propos (cf définition d’exemple).
    Par conséquent la démarche d’exposer une généralité/un avis puis de l’illustrer d’un exemple me semble plus constructive qu’un “oui treza, tu as raison de conclure et de généraliser sur un exemple .. .” car à l’évidence ce n’est pas ce qui est dit dans son message.
    Ceci étant rien ne vous empêche de critiquer le point de vue de treza mais critiquer un avis en attaquant uniquement son argumentaire tout en utilisant des arguments fallacieux n’apporte selon moi pas grand-chose.
    bien à vous

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 12 h 20 min

    le but n’est pas de savoir qui a raison, tord ..cela dépend de son cadre de référence …

    je voulais juste noter que la généralisation du “Objectivement, Linux n’est pas forcément mieux.” s’appuyait dans ce post sur un exemple et que du coup la remarque était pour le moins fragile ..

    après attention, on ne peut pas généraliser sur un exemple et ce dans aucun domaine, quelque soit le verbiage imposant qu’on peut mettre autour ..

    si je dis la clio de ma voisine est en panne donc les renault ne sont pas fiables … on va a raison me tomber dessus …

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 12 h 43 min

    et pour finaliser, quand on lit cet article on se dit que les 3 grandes compagnies se sont entendues pour léser le client … c’est la réaction normale, logique .. et une partie des lecteurs se dit et bien j’installerai du linux pour ne plus être limité … et la notre ami annonce que linux c’est pas trop bien non plus sur UN exemple .. qui de plus n’a rien avoir avec le sujet (puisque le 3050 est supporté) et que surtout la difficulté n’est pas liée à une basse manœuvre commerciale (car le kernel linux est gratuit ..) …

    je l’ai ressenti comme le fait que cet article critiquait ms et que pour certains c’est insupportable … et que donc ils doivent vite poster pour critiquer l’alternative quitte à se fourvoyer dans l’argumentaire …

    après c’est mon avis ok, j’ai ni tord ni raison …

    Répondre
  • JPM
    8 septembre 2016 - 16 h 24 min

    @toto: Toto je chipote car j’ai toujours trouvé intéressant les formes utilisées dans l’argumentation.
    C’est une question de sémantique et de logique, treza n’a pas utilisé d’exemple pour généraliser mais un fait à partir duquel il en tire une conclusion (qui est tout à fait discutable sur ce point nous sommes d’accord)
    Si on ne peut pas généraliser à partir d’un exemple c’est que cela n’a pas de sens car un exemple est par définition là pour illustrer une généralité, un point de vue ou une assertion quelconque.
    Dans la phrase:
    “si je dis la clio de ma voisine est en panne donc les renault ne sont pas fiables … on va a raison me tomber dessus …”
    la clio de ma voisine est en panne c’est un fait (pas un exemple) à partir duquel tu généralise (donc)
    par contre si tu dis:
    “les renault ne sont pas fiables, regarde par exemple la clio de ma voisine est en panne” là ça devient un exemple qui illustre l’assertion les renault ne sont pas fiable.

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 16 h 36 min

    oui c’est exactement ça dans « les renault ne sont pas fiables, regarde par exemple la clio de ma voisine est en panne »

    tu as envies de dire un truc, tu le dis et tu le justifies par un exemple …c’est la ou est le “loup” …

    pour moi treza a généralisé quand il dit “Objectivement, Linux n’est pas forcément mieux.”
    Il n’aurait pas voulu généraliser il aurait dit un truc dans le genre “j’ai un pb avec mon ordi sous linux qui n’est pas supporté par les veilles distri …”

    pour finir on est ok qu’un exemple ne peut que servir à annuler une assertion genre si je dis “Tous les chats sont gris” suffit que j’en trouve un roux pour démontrer que mon assertion est fausse … l’exemple ne peut servir qu’a ça …

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 17 h 14 min

    Ce n’est pas les puces Intel et Amd qui ne supportent pas windows 8.1 mais plutôt Microsoft qui n’implementera pas dans win 8.1 les nouvelles instructions qu’apportent ces CPU.

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 17 h 33 min

    @TREZA:
    Pour la consolidation/virtualisation, c’est valable pour un système domestique ou TPE, sûrement pas dans une très grosse boite ou un grand compte. Que ce soit Hyper-V, VMware, Proxmox, ils ne sont, en général, utilisés que pour les archis serveurs. Les 3 ont leurs avantages persos et sont très efficaces.
    Le bin’z up-to-date pour les stations dans les boites, qui permet d’utiliser des solutions totalement testées, sécures, mis à niveau, compatibles avec les applicatifs “maison”, etc, ce sont désormais les nouveaux RDS. On peut bien sûr y faire tourner du linux comme du Krosoft mais c’est ces derniers qui vont encore se gaver.

    Le fait de dire que linux ou krosoft est la meilleure solution n’avance à rien. Les 2 solutions apportent leurs lots de bin’z intéressants mais autant l’employé-type préfèrera le plus souvent la solution qu’il exploite depuis des lustres (sans remise en cause ou formation concernant son savoir), autant les admin-système (principalement ceux qui travaillent sur des serveurs sensibles : hébergement, BDD open-source, sécurité, supervision réseau & métrologie, etc préfèrent gérer le plus finement possible leur archis et favorisent linux.

    Mais parfois, ils n’ont pas de choix, cela reste souvent des histoires “politiques” (cf. les CCT) et il ne faut pas raisonner en terme d’économie. Hélas, car par les temps qui courent – économie – certains budgets permettraient des réductions de coût très importantes.

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 18 h 17 min

    @Lucas: C’est aux fabricants de développer des pilotes pour supporter leurs outils ou à Microsoft d’embaucher une équipe d’ingénieur à chaque fous qu’une marque sort un produit nécessitant des pilotes spécifiques ? Dans le cas de Intel et AMD, les ingénieurs bossent en coopération chez MS et les fabricants de puces.

    Répondre
  • 8 septembre 2016 - 22 h 24 min

    @toto: Non mais je rêve.

    Autrefois, les PCs avaient une très large compatibilité ascendante, permettant aux vieux OS de tourner sur de nouveaux PCs. Par exemple les cartes VGA intègrent une emulation EGA et CGA et démarrent dans le mode texte MDA des premiers PCs.

    C’est beaucoup moins vrai aujourd’hui, et tout est moins compatible et plus complexe : du microcode dans les variantes de CPUs au drivers spécifiques pour chaque carte graphique, interface wifi, contrôleur IDE/SATA/NVMe… etc.

    Pour Linux (et les BSDs…), l’essentiel du support matériel est directement intégré au kernel (à par les drivers X11/GL) et, même si il est quelquefois possible de compiler un nouveau driver pour un vieux kernel, cela reste compliqué (j’ai déjà fait ça, j’ai même participé au développement de drivers Linux… Pour le côté ‘fanboy’ Windows, il faudra repasser.)

    Donc, souvent, en particulier pour les portables, pour arriver à faire tourner Linux correctement, il faut utiliser un distribution contemporaine du matériel intégré dans ledit ordinateur. Et tout les gadgets que l’on branche, des imprimantes, webcams, wifi, tablette Wacom… risquent de ne pas être compatibles s’ils sont trop récents.

    ET ma minuscule expérience personnelle m’a fait plutôt sentir que le problème a tendance à empirer. Même en faisant abstraction de UEFI, Secure Boot et autres bêtises.

    Ce que Microsoft annonce, c’est qu’ils ne feront pas l’effort de développer de nouveaux drivers pour Windows 8.1. Ce que Intel et AMD annoncent, c’est que leurs processeurs ne seront pas totalement compatibles avec les précédents, et cela impacte Linux (et les BSDs…) : Puisque Microsoft ne prendra plus la peine de supporter le nouveau matériel pour les vieux OSes, il est inutile pour Intel, AMD, NVidia et les autres, d’essayer d’assurer à tout prix la compatibilité ascendante.

    L’époque de Windows XP, qui a duré presque 10 ans, est révolue. Il était possible de garder le même OS familier, et avoir des drivers à disposition pour chaque nouveau gadget. Linux n’a jamais connu ce genre de stabilité.
    OBJECTIVEMENT, Linux (pour PC x86) n’a JAMAIS été MIEUX.

    Le fait que Linux soit gratuit ne change rien. Il faut du temps pour développer du logiciel. Les versions “entreprise/serveurs” (RHEL et autres) font du “backporting” pour assurer le suivi pendant de nombreuses années, mais cet effort a besoin d’être financé par des gens prêts à payer pour avoir un Linux stable.

    Maintenant, les OS sont à durée limitée, avec des patchs de sécurité réguliers.
    C’est un problème surtout pour les entreprises, qui préfèrent avoir un parc uniforme
    avec les mêmes versions de logiciels et d’OS partout.

    @clark : Je ne comprend pas. Pour certains logiciels pro, qui ne sont plus développés, ou incompatibles avec des nouveaux OS, ou avec une licence débile associée à l’adresse MAC Ethernet, la virtualisation peut être une solution.
    Je connais une boite qui fait tourner un émulateur VAX pour avoir accès à des outils de dev pour du matériel qui a plus de 20 ans, mais est toujours fabriqué.

    Répondre
  • 9 septembre 2016 - 11 h 20 min

    oui mais la tu mélanges .. l’article parle d’une limitation marketing décidée et tu mélanges avec des difficultés techniques …

    Répondre
  • 9 septembre 2016 - 18 h 40 min

    @TREZA: Pour le déploiement à grande échelle de solutions virtualisés, je parlais exclusivement pour les stations. Pour les serveurs, la virtualisations est rentrée dans les moeurs depuis quelques années.
    Après, tu peux faire tourner beaucoup de systèmes sur une des 3 solutions les plus utilisées.
    Par contre tu peux rencontrer d’énormes problèmes pour faire tourner un vieux système avec de vieilles applis (surtout si elles ne disposent plus de dépôt et que la sortie sur internet est interdite), par exemple, une vieille…mandrake exploitée sous VMware : difficile de la migrer sur Hyper-V ou même Proxmox, quelque soit le format de fichiers (vmdk/vmx, vdi, ova, qcow, etc) ou l’outil de migration utilisé.
    De plus, pour ceux qui sont soucieux de sécurité, le fait de faire tourner un vieil OS datant de Mathusalem n’est pas non plus la panacée.

    Le plus pratique pour un déploiement à grande échelle reste RDS (à la limite de l’appli-web sous un SSO), on peut y faire tourner n’importe quel nux ou krosoft.

    Mais une fois encore, ces choix sont avant tout “politique”, car techniquement, sur chaque système tout est en gros possible.
    Tous les parties parlent d’économie mais peu se lancent dans l’aventure : il existe une sacrée dose d’hypocrisie dans cette lutte contre le gaspi des dépenses publiques.
    Sont-ils bien entourés, le désirent-ils réellement, quel est la puissance d’influence de lobbies ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *