MyFC Powertrekk : Une pile à combustion USB

MyFC Powertrekk promet d’accéder à un rêve un peu fou, celui de tirer de l’énergie d’une cuillère d’eau. Quelques millilitres, quelques secondes et vous voilà avec 10 heures d’autonomie supplémentaire pour un Smartphone, un peu moins pour une tablette. Magie ? Arnaque ? Non, une pile à combustible de poche, vendue 199€, permet de partir en bivouac n’importe où sans risquer la panne sèche.

Mise à jour : Mum1989 m’écrit pour signaler la sortie de la PowerTrekk 2.0, une nouvelle version de cette solution de recharge à combustible. Beaucoup moins chère, elle ne coute plus que 99€ pièce au lieu de 199€. Une batterie et 15 recharges ne vous sera facturé que 149€ par exemple. La nouvelle solution est également plus performante, elle offre une solution de recharge USB utilisable en tout lieu.

Billet original (Juin 2013) : MyFC PowerTrekk c’est une micro-pile à combustion, un procédé chimique qui réagit à l’eau et crée de l’énergie électrique. Cette source est ensuite filtrée, stockée et déployée vers l’appareil de votre choix à travers une prise USB. L’entreprise a été fondée en 2005 et cette micro pile est son premier produit vraiment grand public.

Présentée au CES de Las Vegas, la technologie employée par le MyFC PowerTrekk est celle de la pile à combustible. Une véritable petite usine chimique qu’il a fallu mettre au point pendant ces dernières années avec des facteurs importants à prendre en compte pour qu’elle soit portable. Elle doit résister aux chocs, doit pouvoir être trimbalée dans toutes les positions, accumuler l’énergie produite et ne pas chauffer outre mesure. Autant de points qui ont été validés par la MyFC PowerTrekk aujourd’hui.

MyFC PowerTrekk

MyFC PowerTrekk

La pile se recharge avec de l’eau, c’est cet élément qui “déclenche” la recharge. Mais en réalité elle doit également embarquer une recharge propriétaire sous la forme d’une capsule en métal au design très camping. Lors d’un bivouac en pleine nuit polaire par exemple, compter sur son petit panneau solaire pour recharger sa tablette, sa caméra, sa lampe ou son GPS. La limite se situe à 3 watts, au delà de cette consommation la pile à combustible ne peut plus fournir.

Reste un détail, l’engin coûte cher, à 199€ pièce il ne contentera que les plus aventureux d’entre nous, ceux qui ont absolument besoin de recharger un téléphone satellitaire et veulent pouvoir le faire dans n’importe quelle condition.

MyFC PowerTrekk

Autre point, les recharges propriétaires ont un tarif public de 6€. Ce qui nous fait du 0.6 euro de l’heure tout de même.

MyFC PowerTrekk

Écologique, l’engin ne rejette que de l’eau et ne consomme que de l’hydrogène, MyFC prévoit de distribuer cet objet à grande échelle, ce qui permettra de diminuer son prix de revient et de baisser le tarif de l’objet comme des recharges.

Plus d’infos sur Powertrekk.com

33 commentaires sur ce sujet.
  • 6 juin 2013 - 16 h 49 min

    Oui, enfin c’est pas encore génial quoi…
    Les chargeurs solaires sont peut-être plus taillés pour les bivouacs non?
    Si on doit se trimballer avec des recharges pour chaque session de 10 heures, autant avoir plusieurs batteries externes, ça sera moins cher (mais moins écolo et on n’aura pas le plaisir de mettre de l’eau dedans)…

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 17 h 16 min

    Bonjour,

    Ecologique ? Green attrape couillon plutôt…

    La recharge est-elle recyclable ? Quel matériaux la compose, quel process industriel existe-il pour la recycler ?

    La boite contient une pile rechargeable utilisable comme toute pile rechargeable y compris sans la recharge à Proton. Facile à recycler aussi…

    Ne nécessite que de l’eau pour faire de l’électricité … + une recharge ha oui mais c’est bien sur, c’est plus mieux qu’avant donc…

    Si je peux me balader avec un sac de leur recharge pour un treckk, pourquoi ne pourrais-je pas me balader avec un chargeur à dynamo et un gros condensateur + circuit de normalisation en sortie du courant ainsi fabriqué/stocké ?

    Ben parce qu’une dynamo + 1 condo +des composants électronique c’est pas green et c’est du XX° siècle, mon ami, c’est pas coooool.

    MDR.

    mais merci pour l’info, j’ai bien rigolé.

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 17 h 35 min

    Le principe de la pile à combustible c’est :
    Hydrogène + Oxygène = Eau + Energie.

    Je suppose que dans la recharge il y a de l’hydrogène ou un hydrocarbure (méthane…), c’est comme une recharge de camping gaz.
    Par un système de catalyse (souvent à base de platine), on peut extraire l’énergie au ralenti, plutôt que de faire exploser l’hydrogène.

    La différence par rapport à une accumulateur au lithium, c’est que, en théorie, on peut stocker beaucoup plus d’énergie. C’est comme comparer l’énergie stockée dans un réservoir d’essence par rapport à des centaines de kilos de batteries.

    La pile à combustible, c’est une technologie d’avenir… depuis très longtemps. Par exemple il y en avait dans les navettes spatiales US. Cela a été toujours très cher, je crois que les développement récents concernent l’utilisation de l’air ambiant (à la place d’oxygène pur), de combustibles moins dangeureux que de l’hydrogène et de matériaux moins cher que le platine.

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 18 h 02 min

    Objet de choix pour un Geek Baroudeur :lol:
    5 w c’est déjà bien pour un chargeur tout temps !

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 19 h 11 min

    @TREZA: Même avant les navettes, exemple: Apollo 13…

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 20 h 42 min

    @Pierre
    C’est quoi cette phrase foireuse en début d’article?

    > MyFC Powertrekk promet d’accéder à un rêve un peu fou, celui de tirer de l’énergie d’une cuillère d’eau

    En l’occurrence, avec une pile à combustible, l’eau c’est le résidu de la réaction donc tu comptes pas en tirer grand chose. l’énergie viens de l’hdrogène (ou autre élément chimique) contenu dans les capsules et cet élément il a bien fallut le synthétiser industriellement et là il a fallut de l’énergie. La pile à combustible n’est qu’un moyen de stocker de l’énergie. Donc pas moyen de tirer de l’énergie d’une cuillère d’eau!

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 21 h 09 min

    @Philippe: ca s’appelle une accroche. Ca parle d’un “rêve” et c’est suivi d’une explication plus détaillée qui ne laisse aucun doute sur le fonctionnement du système non ?
    “La pile se recharge avec de l’eau, c’est cet élément qui « déclenche » la recharge. Mais en réalité elle doit également embarquer une recharge propriétaire sous la forme d’une capsule en métal au design très camping.”

    Tu préfères des copié-collé de fiches techniques et des communiqués de presse ?

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 22 h 32 min

    @Philippe: tu es dur là… c est joliment tourné je trouve

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 23 h 35 min

    @mebe @Pierre Je comprends le principe de l’accroche mais je trouve que celle-ci est plus que mal trouvée. Elle fait croire au lecteur qu’on peut tirer de l’énergie de l’eau alors que c’est physiquement impossible. Je suis pas sur que les lecteurs ne sachant pas comment ça fonctionne soit plus aidé par cette phrase. Surtout que l’article ne contredit pas cette phrase de façon claire.

    @pierre par ailleurs, j’apprécie ta prose. Continuez! Désolés si j’ai été un peu tranchant. Pas d’animosité dans mes propos.

    Répondre
  • 6 juin 2013 - 23 h 40 min

    @Philippe: Pourtant je me suis relu et j’ai du coup accentué mon explication… En mettant “rêve” pour l’eau (c’est comme ça que l’objet est présenté dans leur marketing) et “en réalité” pour la recharge dans l’explication… Ptet que c’est pas assez clair.

    Maintenant ça l’est en tout cas.
    PS : Il y a encore des gens qui croient au moteur à eau ?

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 0 h 27 min

    @Philippe: je ne serais pas aussi catégorique en affirmant que l’on ne peut pas tirer de l’énergie a partir de l’eau qui est composée de deux atomes d’hydrogène pour un atome d’oxygène(h2o)
    Il me semble que la pile a combustible tire son énergie a partir de l’hydrogène.
    Reste a savoir la fonction exacte de la capsule powerpukk !

    Répondre
  • uko
    7 juin 2013 - 1 h 14 min

    @BaffTech:
    Les chargeurs solaires, j’ai essayé… avec un résultat plus que mitigé. Je ne retrouve plus les références du modèle utilisé, il s’agissait d’un chargeur solaire acheté chez Nature & Découvertes 70-80€, presque aussi grand qu’un format A4.

    Après une journée complète de recharge en plein été au soleil du sud de la France, j’ai voulu recharger mon iPad avec. Il restait 30% de batteries sur l’iPad quand je l’ai branché, les deux appareils étaient vides quand je suis revenu quelques heures plus tard.

    Nouvelle tentative avec mon Smartphone. Résultat moins désastreux, mais il n’a pas réussi à le charger complètement.

    Sachant que les contraintes ne sont pas négligeables:

    – Pour que le chargeur solaire soit exposé toute la journée, il faut le mettre dehors. Et trouver un emplacement relativement protégé où il ne se retrouvera pas à l’ombre 2h plus tard. Et donc ne pas oublier de le rentrer par la suite, sous peine de risquer de lui faire prendre la pluie ou la rosée matinale.

    – Quand le temps se couvre, c’est sacrément frustrant: Il ne se recharge quasiment plus.

    – Difficile de charger un appareil en même temps que le chargeur solaire. Sauf si vous êtes disposé à le laisser passer quelques-heures en plein soleil. Moi, j’évite.

    – Le chargeur solaire contient une batterie… à priori sensible à la chaleur. Combien de temps durera cette batterie si elle passe ses journées en plein soleil ?

    Et que les usages sont difficiles à déterminer:

    – En camping ? A quelle fréquence allez-vous camper dans un lieu sans électricité pour une durée de plusieurs jours ? Si vous n’y passez pas au moins une journée entière, le chargeur ne fera pas son office: Il doit rester exposé au soleil grosso-modo toute la journée pour se recharger. (cette durée fluctue en fonction de la capacité de la batterie, de la taille du panneau solaire et de la qualité de ses cellules.. ainsi que de la qualité de l’ensoleillement). Et sur un Week-end, il est tellement plus simple d’embarquer un simple chargeur universel d’appoint.

    – A la maison, pour économiser de l’électricité ? A priori, vous ne rentrerez jamais dans vos frais. Les rendements des panneaux solaires sont très faibles, et même les modèles haut de gamme posés sur les maisons sont difficilement amortissables.

    – En randonnées de plusieurs jours dans un pays sous-développé mais ensoleillé où l’électricité n’est pas encore arrivée partout. Ok, pour cet usage et avec un modèle de panneau solaire intégré à un sac à dos, ça peut dépanner pour recharger son smartphone ou une lampe LED. Mais probablement pas une tablette ou quoi que ce soit de plus énergivore.

    Après, il reste les solutions à plusieurs milliers d’euros qui peuvent dépanner sur les bateaux ou les cabanes isolées. De telles solutions permettent d’envisager d’alimenter quelques appareils électriques (un ordinateur portable pas trop gourmand par exemple), Mais il faut y mettre le prix, et avoir une surface importante exposée au soleil où le positionner.

    Bref, pour un bivouac j’opterais pour des batteries externes, bien plus fiables et faciles d’utilisation. Ou éventuellement pour une de ces piles à combustion, si leur rapport poids/autonomie est plus intéressant (ce qui semble être le cas) et leur prix raisonnable (ce qui ne semble pas encore être le cas).

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 7 h 39 min

    @Pierre Lecourt: Oui… moi… Je fais le plein de ma Pijot 207 tous les jours avec de l’eau… de vie ;-)

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 8 h 42 min

    Pour un bivouac, ni smartphone, ni tablette !!! Enfin, c’est le moment de profiter de la nature !

    Un bon vieux Nokia 3210 constamment éteint à n’utiliser qu’en cas d’urgence.

    A moins que le bivouac fasse partie de votre métier, là bon…

    Bon, j’arrête de troller, et quand je vois cet article, je me dis vivement que ce petit appareil tombe entre les mains des chinois pour qu’ils nous fassent des versions sans recharges propriétaires !

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 9 h 27 min

    Perso je fais réaliser des chargeurs solaires de randonnée à mes élèves de troisième… C’est vrai que la charge est lente mais cela fonctionne. Attention le matériel à la Pomme est souvent délicat à charger…
    http://technoblogtroisieme.unblog.fr

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 9 h 41 min

    @Oups: C’est sympa ton blog :)

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 18 h 27 min

    @pierre
    Merci… Même si je me consacre actuellement à un autre projet mêlant entre autre codes qr, nfc et réalité augmentée… C’est pour cela que je recherche désespérément des tablettes android avec nfc et caméra dorsale… Seule la nexus 10 actuellement le permet… Cela fait peu de choix… J’attends avec impatience la nexus 7 v2…. Avec deux caméras j’espère tout en gardant sa puce nfc. Oups je m’égare du post… Désolé… http://technocodes.eklablog.com

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 22 h 48 min
  • 14 avril 2015 - 8 h 19 min

    @therevenger:
    arrete ton numéro tout le monde le sait qu’on ne parle que consommation et non de production ou de revalorisation

    Répondre
  • 18 janvier 2016 - 11 h 11 min

    Je me pause la question de l’utilité actuel d’un tel truc, une batterie xiamomi c’est 250 gr pour 10000 mah et ca 240 gr pour 1500mah pour 7 fois le prix.

    Répondre
  • 18 janvier 2016 - 12 h 37 min

    Pareil que @agemon, quand je vois qu’une batterie Anker 28600 mAh coute 45€ et permet de recharger un Nexus 4 dix fois, qui voudrait payer aussi cher pour un truc qui permet seulement 5 recharges de plus? Et qui prend encore plus de place que la batterie Anker?

    Répondre
  • 18 janvier 2016 - 12 h 39 min

    Après avoir écrit mon commentaire, je ne comprends pas, cet article date de 2013?! Alors que la date sur la page d’accueil indique 2016!

    Répondre
  • 18 janvier 2016 - 12 h 44 min

    @Pierre D: Comme indiqué, il s’agit d’une mise à jour pour la sortie du nouveau modèle.

    Sinon pour répondre à ta première question : Avec une batterie Anker, en bivouac en pleine nature, au bout de 10 recharges, que se passe t-il ? On a juste un poids mort dans son sac. Avec le PowerTrekk on a la possibilité de remettre une cartouche et de recharger alors encore et encore ses appareils. Ce n’est pas le même produit.

    Répondre
  • 18 janvier 2016 - 14 h 16 min

    @Pierre Lecourt: pas très honnête Pierre

    car la question peut être facilement retournée : Avec le PowerTrekk, au bout de 10 cartouches, (quand tu as épuisé ton stock pris pour le bivouac), que se passe t-il ? On a juste un poids mort dans son sac. Donc égalité de mon point de vue entre les deux produits.

    Répondre
  • 18 janvier 2016 - 14 h 41 min

    @Niconil: Sauf que tu peux anticiper ton voyage et emmener le nombre de recharges nécessaires à celui-ci. Je ne dis pas que l’un est meilleur que l’autre, ce n’est pas le même produit, ils répondent à des besoins différents et s’inscrivent dans des démarches différentes. Je ne vois pas où est la malhonnêteté là dedans ?

    Répondre
  • 18 janvier 2016 - 16 h 17 min

    De la même manière qu’on peut emmener plusieurs cartouche on pas aussi prendre plusieurs batterie (pour moins de place prise).
    Pour moi la solution ideal c’est le panneaux solaires en complément d’une batterie usb, il y a des modèles “compacte” qui permette largement de recharger un not/netbook (pour un coup non négligeable de plusieurs centaines d’euro).

    Répondre
  • eco
    18 janvier 2016 - 22 h 31 min

    Sans la cartouche ca serait très écologique. L’autonomie énergétique et ca c’est une sacré différence par rapport au produit chinoirdisé a 2 balles.

    Répondre
  • Ted
    19 janvier 2016 - 10 h 37 min

    ça se dit pile à combustion?? A combustible oui.

    Répondre
  • 19 janvier 2016 - 13 h 02 min

    @agemon:
    Tu comprends pas la différence entre les deux produits visiblement. Si tu as une batterie, tu as une quantité d’énergie fixe. Avec les recharges t’as une quantité d’énergie variable en fonction du nombres de recharges que tu prends. Donc si tu fais deux voyages de durées différentes, tu peux prévoir d’emmener une quantité de recharge différentes. De plus, les recharges ayant une densité énergétique supérieure aux batteries anker que j’ai regardé, plus tu en prends, plus tu gagnes en poids par rapport une batterie. Donc ceux qui se préoccupent du poids de leur équipement sont la cible de ce produit, les autres prendront une batterie externe.

    Répondre
  • 19 janvier 2016 - 15 h 31 min

    Ecologie mon oiel. J’aimerais bien savoir comment on recycle leurs recharges, car je suppose qu’elles sont à usage unique ?
    Bref encore un produit qui surjoue l’écologie (quelques cuillères d’eau et c’est parti !) alors que derrière il faut toute une industrie pour recycler les déchets que ça engendre.

    Répondre
  • 19 janvier 2016 - 16 h 49 min

    @Tabasco
    J’ai tout a fait compris l’intérêt de cette technologie, mais pas de cette implémentation. Le powertrekk avec les recharge (pas très écologique déjà) prend plus de place/poids qu’une batterie usb standard (voir de plusieurs pour le même prix) pour le même service, la différence est qu’une batterie usb ce recharge sur un petit panneau solaire et pas le powertrekk. Dans le cas d’une installation fixe et/ou de gros volume les pile a combustible ok, mais la bof.
    Pour terminer je ne comprend pas trop t’on histoire d’énergie variable, les recharge on une quantité d’énergie fixe non (comme une batterie quoi)?

    Répondre
  • 19 janvier 2016 - 20 h 25 min
  • 9 octobre 2016 - 13 h 56 min

    les chargeurs solaires ont déjà beaucoup de mal à se charger eux-même ! ! !
    Quand ils y arrivent !!! ombreux sont ceux qui n’ y arrivent pas ! ! !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *