IFA 2017 : Minix NEO N42C-4, un MiniPC Pentium N4200 évolutif

Avec un nom aussi poétique et long que la page des M de l’annuaire, le Minix NEO N42C-4 est un des nouveau MiniPC de la marque. Présenté à l’IFA, il embarque un Pentium Apollo Lake mais aussi et surtout un équipement évolutif.

Livré sous Windows 10 Pro, ce nouveau Minix NEO N42C-4 devrait être disponible dès le mois d’octobre pour 269€ environ “si tout va bien” me confie-t-on chez le constructeur à l’IFA. Un peu cher à priori mais la qualité de la construction est là.

Minix NEO N42C-4 - 00

La fiche technique annonce la couleur, Minix vise un marché totalement mixte dorénavant. Des professionnels de l’affichage numérique et des industriels mais également tout une population de particuliers qui cherchent des solutions compactes et robustes.

Avec le Minix NEO N42C-4, la marque passe au Pentium N4200 et l’associe à une base de 4 Go de DDR3L. Il sera possible de faire évoluer cette mémoire de base vers 8 Go de ram puisque l’ensemble des composants mémoire sont montés sur deux slots en double canal. Le stockage est composé de plusieurs modules. Le système est installé sur 32 Go de stockage eMMC 5.1. Minix insiste sur la qualité de ce dernier, la marque a choisi des composants haut de gamme de type MLC pour son stockage de base. Soudé à la carte mère, il proposera une belle durée de vie et d’usage. On me fait assez lourdement comprendre que face à des solutions concurrentes, le choix de la marque coûte probablement plus du double. Il est vrai que de nombreuses solutions eMMC internes utilisent en général des composants assez entrée de gamme.

Un choix technique couramment utilisé par les constructeurs de ce gabarit afin de bénéficier des licences les plus abordables de Windows 10. Avec 32 Go de base, la machine peut glisser un Windows 10 gratuit pour un investissement minimal d’une poignée de dollars en composants. Minix a fait le choix d’aller au delà de cette simple aubaine en proposant un stockage robuste.

Minix NEO N42C-4 - 02

Heureusement, le Minix NEO N42C-4 propose également un stockage SATA 6 Gbps via un slot au format M.2 2280. Il sera donc là aussi possible de faire évoluer le miniPC en lui ajoutant un stockage supplémentaire. Mon interlocuteur n’a pas su me dire si il sera possible de démarrer sur ce stockage secondaire et optionnel mais a commenté ma question par un “il n’y a pas  de raisons”.

Minix NEO N42C-4 - 03

La connectique est plutôt complète avec, pour commencer, un Wifi de type 802.11AC, un Ethernet gigabit et des sorties assez nombreuses : Au dos de l’appareil, par exemple, on trouve un MiniDiplay Port 1.2, une sortie HDMI 1.4 et une sortie USB Type-C 3.1 permettant d’afficher et d’alimenter un écran externe. Ce même câble suffit également à faire tourner le Mini PC. De sorte qu’il est techniquement possible de faire fonctionner ce Minix NEO N42C-4 avec un seul et unique câble en profitant d’une solution Bluetooth pour les périphériques de saisie.

Minix NEO N42C-4 - 04

On note également que la minimachine propose un port d’alimentation plus classique et une sortie audio de type Toslink S/PDIF. Une solution qui vise clairement les équipement audio-vidéo.

Minix NEO N42C-4 - 05

En facade, en plus du bouton de démarrage, trois ports USB 3.0 sont largement séparés les uns des autres.

Minix NEO N42C-4 - 06

Enfin, sur le côté de l’appareil on distingue une solide solution Kensington Lock qui servira d’antivol à la machine. L’accès aux composants se fait par la partie inférieure de la machine.

Seul problème pour Minix, encore et toujours sa distribution erratique. Un distributeur semble se développer en Espagne pour une solution à proximité mais pour toucher rapidement un stock important des derniers modèles, il faudra encore et toujours choisir une importation asiatique. Pas de changements à ce niveau.

13 commentaires sur ce sujet.
  • 6 septembre 2017 - 18 h 39 min

    2 slot Ram,Double sorties écran en 4K, Usb3, Wifi AC et éthernet 1000, parfait, manque plus que le prix.

    enfin la mémoire eMMC ne sert strictement a rien puisqu’il y a un sata, ils auraient économisés en le virant …

    Répondre
  • 6 septembre 2017 - 18 h 57 min

    @kantfredo:

    Oui mais en le virant plus de licence windows 10 installé à vil prix :)

    Répondre
  • 6 septembre 2017 - 19 h 17 min

    @kantfredo: @Hares01 a raison, 32 Go = Win10 pas cher voir gratos. Pour le prix, 269€ a priori.

    Répondre
  • 6 septembre 2017 - 19 h 43 min

    fallait faire un choix dès le départ, là la config a le *** entre 2 chaises avec une semi évolutivité à cause de l’eMMC (si il grille poubelle) tout ça pour win10 qui sera désinstallé après achat, on vire win10 et l’eMMC ça nous fait un barebone réellement évolutif

    à la limite il aurai fallu 2 versions

    pareil pour le hdmi1.4, devoir utiliser une adaptateur usb-c pour profiter du hdmi2.0 (si ça existe) pas glop

    Répondre
  • 6 septembre 2017 - 19 h 46 min

    @H2L29: Sauf que quand tu fais une config Linux ou sans Win, tu fait 2500 à 3000 pièces. Avec Win10 tu fait 10 000 pièces. L’achat des composants s’en ressent niveau tarif.

    A priori tu peux bypasser le eMMC pour ne pas l’employer ou alors comme tampon.

    Répondre
  • 6 septembre 2017 - 19 h 50 min

    Perso j’aurais préféré un Toslink plein format plutôt que du mini-Toslink (qu’on sera obligé d’acheter soit un câble ou un adaptateur)

    Répondre
  • 6 septembre 2017 - 19 h 50 min

    bah avec le choix des 2 solutions tu fais 12500 à 13000 pièces non? :p

    Répondre
  • 6 septembre 2017 - 21 h 59 min

    Même si je tourne à 99% sous Linux, je ne crache pas non plus sur une licence Windows gratuite et à jour. C’est toujours utile pour mettre à jour les drivers, mettre à jour mes périphériques (gps, imprimantes…) ou utiliser des logiciels du boulot (voire même utiliser des antiquités comme ActiveX…). Ce sont des choses toujours délicates à faire fonctionner avec Wine.

    Du coup, je trouve que cette solution avec eMMC très satisfaisante; De toute façon, avec un second disque M2, le eMMC ne sera jamais utilisé et ne s’usera pas.
    Je n’ai jamais rencontré de problème avec la mémoire flash de qualité raisonnable. Même mon ssd OCZ fonctionne toujours très bien. Seules quelques clés USB noname m’ont posé des soucis. Il ne faut pas oublier que les BIOS de nos cartes mères sont des composants flash ! Qui a perdu sa carte-mère à cause de son BIOS ? Les condensateurs sont moins fiables…

    Répondre
  • 7 septembre 2017 - 8 h 23 min

    @aka_mgr:
    La comparaison avec un BIOS me paraît peu pertinente, dans la mesure où l’on flashe ce dernier zéro, une ou deux fois dans la vie de la machine – rien à voir avec un SSD avec accès en écriture permanent !

    Répondre
  • 7 septembre 2017 - 10 h 03 min

    À confirmer quand même qu’on peut correctement y faire tourner un linux 64 bit. Je suis devenu méfiant. Sinon il a pratiquement tout bon (un ssd en 2.5 eut été mieux qu’en M.2 question récup).
    ça doit valoir quoi niveau puissance de calcul ? Pas pour des jeux 3D mais plutôt du calcul pas parallélisable ?

    Répondre
  • 7 septembre 2017 - 10 h 34 min

    Après un Minix NEO Z64 sous atom z3735f, offert à mon frère pour son Netflix et Rugby via myCanal, je cherchais un remplaçant j’ai hésité entre un Voyo V1 et un Beelink AP42 avec Pentium N4200.
    Finalement j’ai opté pour le Beelink car Fanless.
    Voir le test de Lon (le Pierre américain :-)
    https://www.youtube.com/watch?v=1gj-7t9e-tc
    Enfin Minimachines est plus proche de liliputing, en fait.
    Le test révèle une faiblesse au niveau de la mémoire, mono-canal, dont je m’accommode.
    Par contre ce comparatif entre le N4200 et le N3450 m’a laissé perplexe :
    https://www.youtube.com/watch?v=e24l0GaOdik
    pour 147€ avec 4go et 64Go de eMMC c’est …Amazing…en ce moment.

    J’attends avec impatience le Pentium “Gemini Lake”
    https://www.minimachines.net/actu/pentium-silver-n5000-53590
    Une Puce bien prometteuse…

    Répondre
  • 7 septembre 2017 - 13 h 43 min

    Je pense que la solution 32 Go de stockage interne reste peu intéressante .
    C’est sur que Microsoft est pas trop malin non plus ,je pense qu’une solution serait d’offrir un WINDOWS activable dans le pays d’utilisation moyennant peut etre 5 ou 10 euros chez nous .
    Inversement ,le fait de payer permettrait d’avoir un produit 100% fonctionnel chez nous .
    Reste aussi a certains fabricants a offrir une alternative utilisateur face a Microsoft , un Mini PC pour un LINUX ou un REMIX par exemple .
    Là encore ,je pense qu’un poil d’intelligence aurait voulue que Google achète REMIX pour en faire une alternative a Windows ou Max OS sur PC .

    Quand je lis 1x M2 2280 SATA 6 GB ,je pense que M2 est le type connectique de ce SDD tandis que 2280 serait le format de ce SDD .
    Cela correspond a quoi en prix de SDD ?

    Répondre
  • 31 août 2018 - 13 h 12 min

    […] Le Minix Neo G50C-4 reprend les designs habituels de la marque. Une coque sobre de 13.9 cm de côté et 3 cm d’épaisseur avec la possibilité de le fixer en VESA derrière un écran ou de le positionner de manière plus classique sur un bureau. C’est la copie exacte du design du Neo N42C-4 sous Pentium N4200 présenté à l’IFA l’année dernière. […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *