Chatreey AMR5 : un look étonnant pour ce MiniPC Ryzen 5 5600U

Le Chatreey AMR5 est un MiniPC assez bien équipé, performant et évolutif enfermé dans un châssis vraiment… particulier.

Le Chatreey AMR5 est construit autour d’une solution AMD Ryzen 5 5600U. Une puce Zen3 gravée en en 7 nanomètres composée de 6 cœurs et qui développe 12 threads. Elle est associée à un circuit graphique Vega 7 aux performances plus que correctes en 2D, vidéo et même en 3D.

Le tout est assez bien entourée puisque le Chatreey AMR5 propose deux emplacements de mémoire vive SoDIMM DDR4 pour un maximum de 64 Go en double canal. Le stockage est double avec un premier port M.2 2280 NVMe PCIe x4 qui sera équipé d’une solution de 512 Go, 1To ou 2 To mais également un second port M.2 2280 NVMe libre pour une seconde unité de stockage optionnelle. L’ensemble de ces connecteurs sera accessible directement en enlevant un des capots sur le côté de l’engin.

La connectique proposée est assez vaste avec, en façade, un jack audio, deux USB 3.0 Type-A, un USB Type-C  avec prise en charge de données et de vidéo et un bouton d’alimentation original dont on reparlera plus bas. A l’arrière, on retrouve deux USB 3.0 Type-A supplémentaires. Une première sortie DisplayPort, une seconde en HDMI et un port Ethernet Gigabit. L’alimentation se fait via un jack et un boitier externe. L’ensemble mesure 13.92 cm de profondeur pour 15.61 cm de haut et 7.18 cm de large à sa base.

Le bouton de démarrage est situé au centre d’une roue permettant de choisir entre trois modes d’utilisation de l’engin. Le système influence probablement directement le TDP du processeur et permet au Chatreey AMR5 de proposer un comportement différent à l’utilisateur. Le Silent mode  permettra, sans doute, de baisser le processeur  à sa consommation minimale et par conséquent à faire tourner sa ventilation au minimum. Parfait pour regarder un film, écouter de la musique ou pour des tâches légères comme du traitement de texte ou autre. Le mode « équilibre » passer le TDP à une consommation moyenne pour les usages du quotidien. Le dernier mode « Performance » pousser le TFP au maximum pour un meilleur rendu dans les usages lourds : jeu, création 2D ou 3D, montage vidéo. 

Le processeur mobile d’AMD est parfaitement taillé pour réagir à ce type de réglage. La marque a juste trouvé le moyen de piloter les réglages logiciels avec un système mécanique et a ainsi facilité l’accès à ces ajustements. Elle en a évidemment profité pour coller des LEDs colorées partout.

La solution de dissipation est une aspiration extraction classique et le Chatreey AMR5 est censé embarqué un dissipateur de cuivre pour  encaisser les watts du processeur. Enfin, la machine est livrée avec une solution sans fil Wifi6 et du Bluetoioth 5.1.

Si le design de ce MiniPC est particulier, il est néanmoins assez intéressant. On pourrait imaginer d’autres manières de le mettre en scène avec, par exemple, une molette plus discrète et facilement accessible pour un engin compatible VESA à fixer derrière un moniteur.

L’engin est disponible sur AliExpress en version Barebone à partir de 480€ environ. La version la mieux équipée avec 64 Go de DDR4 et 2 To de SSD grimpe à 1100€… Chatreey n’étant pas un fabricant de MiniPC mais juste une marque qui rebadge des châssis fabriqués par d’autres, il est possible que l’on retrouve ce concept chez d’autres revendeurs et qu’il soit décliné sous d’autres formes plus tard.

Source : AndroidPC.es

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

6 commentaires sur ce sujet.
  • 17 mai 2022 - 15 h 28 min

    Design à la Nespresso non ?

    Répondre
  • Bob
    17 mai 2022 - 15 h 51 min

    Le « châtré », really ? ^^’

    Répondre
  • Jo
    17 mai 2022 - 16 h 13 min

    Les fameuses « tâches mégères »

    XD

    Répondre
  • 17 mai 2022 - 21 h 37 min

    @Alain: Croisé avec un Dalek alors !

    Répondre
  • 17 mai 2022 - 22 h 39 min

    Pour le changement de mode, il y a des possibilités de correspondance entre un objet ACPI et une interface d’un périphérique d’interface humain (HID); <a href="https://uefi.org/sites/default/files/resources/ACPI_6_3_May16.pdf"Wle chapitre 9.19 de la norme ACPI 6.3 le décrit; c’est une fonctionnalité qui existe depuis longtemps, au moins l’ACPI 3.0 de 2004, et qui permet de gérer les touches à fonctions spécifiques des portables ou l’interrupteur de mise en veille à la fermeture de l’écran.

    Il y a cependant 2 problèmes:
    – il faut un pilote et des développeurs qui supportent ce pilote, d’où des difficultés récurrentes avec Linux et des failles de sécurité souvent laissés par des développeurs de pilotes peu consciencieux et souvent externes aux fabricants; Entre autre Asus, MSI, Dell, HP, Lenovo, Acer ont connu et connaissent encore cela très régulièrement.
    – AMD et Intel n’offrent aucun interface de programmation pour changer le paramétrage impactés ici de leurs processeurs dans le gestionnaire UEFI (cela constituerait aussi une porte d’entrée indésirable pour la sécurité de ces machines). Donc les boutons ont, habituellement sur les portables, des connections pour commuter entre des plans prédéfinis du gestionnaire d’alimentation de Windows.

    Répondre
  • 18 mai 2022 - 8 h 38 min

    Le retour du bouton « Turbo » !!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *