Vers une baisse de 8% des ventes de tablettes en 2015

Les ventes de tablettes stagnaient, maintenant elles plongent. Le bilan de 2015 risque d’être un peu plus amer que prévu et le marché commence déjà à décliner sur ce segment. Rien d’étonnant à cela , les équipements déjà en place font toujours très bien leur boulot et personne n’a finalement envie de changer de tablette tous les ans.

Pour autant, cette baisse a de multiples conséquences sur le marché. Elle n’est pas du tout inattendue et plusieurs acteurs l’avaient anticipée dès 2014. Après avoir été la star de deux Noël consécutifs, la tablette ne sera pas celle de 2015.

Minimachines.net

On ne reviendra pas sur le pourquoi ces ventes sont en baisse, le principal élément est lié aux équipements déjà en place et au fait que le marché logiciel Android et iOS ne demande pas un renouvellement important de la puissance de calcul des tablettes. Le système économique, basé souvent sur les  achats in-app, de ces applications demande à être massivement déployé pour être rentable. Obligeant donc les développeurs à penser leurs applications pour qu’elles puissent tourner sur des produits aux performances faibles, ce qui n’invite pas le consommateur à repasser à la caisse pour suivre l’évolution technologique du marché.

Ce qui est plus intéressant, par contre, c’est de noter que la volonté de certains acteurs de proposer des tablettes ultra-low-cost n’a pas porté ses fruits. HP, par exemple, indique vouloir cesser de vendre des tablettes trop entrée de gamme. D’autres acteurs ont décidé de faire de même et n’ont pas renouvelé ces gammes pour 2016. C’est peut être la meilleure chose à faire aujourd’hui. Vendre des modèles sous équipés à 79€ n’a pas empêché l’érosion du marché. Les ventes de tablettes n’ont jamais autant baissé que depuis qu’elles sont hyper accessibles.

Surcouf HP Touchpad

La queue devant chez Surcouf pour les 70 HP Touchpad en vente en 2011…

On s’est battus pour trouver une HP TouchPad à 99€ en 2011, aujourd’hui il n’est plus rare de trouver des  équipements supérieurs pour moins cher en feuilletant un catalogue de Noël.

Les consommateurs ne sont probablement pas tombés dans le piège d’un équipement trop low-cost. Résultat, les marques ayant proposé des modèles aux capacités trop  limitées n’ont fait qu’étouffer un peu plus le marché lui même. Chaque tablette vendue étant installée pour un moment dans le parc des machines avant de nécessiter un renouvellement. La montée en puissance des écrans de smartphones a eu probablement une conséquence directe sur les ventes de tablettes. Entre des modèles 5,5 ou 6 pouces aux produits très haut de gamme ou un 4,5 ou 5 pouces et une tablette 7 ou 8 pouces plus classique, de nombreux acheteurs ont fait rapidement leur choix.

Minimachines.net

Il suffit de faire un tour dans un supermarché pour voir l’érosion du stand tablette aujourd’hui, prenant de plus en plus d’espace sur les PC, celles-ci sont revenues à des linéaires beaucoup plus faibles qu’il y a une année.

On s’arrêtera à 2014 et 2015 sur ce graphique signé IDC.
L’autre conséquence est logicielle. La baisse des tablettes pose évidemment un souci à Android mais profite à Microsoft. Apple garde un marché plutôt stable. L’investissement a été reporté vers les machines hybrides, à écran détachable, le plus souvent sous Windows. Ces 2-en-1 offrent évidemment plus de productivité et rattrapent peu à peu leur retard en terme d’applications dédiées au “tout tactile”. De plus en plus de fabricants proposent ce type de produit et leurs prix sont en baisse constante avec une nette amélioration de leurs finitions et de leurs capacités chez de nombreux constructeurs.

Plus le format prendra de l’ampleur, plus les hybrides étofferont le marché des tablettes sous Windows dans le futur et plus le Windows Store sera rempli des dernières applications et jeux importants du marché. Le seul moyen de rentabiliser une application aujourd’hui étant de le proposer au plus grand nombre, cette logique mathématique reste évidente.

L’avenir nous réserve donc un marché toujours dominé par Android, et où Apple restera le numéro un des ventes. Mais pour compenser deux secteurs en crise, à savoir le PC traditionnel et la tablette qui devait pourtant être en croissance cette année suivant les prédictions des analystes, les machines hybrides restent une bouée de sauvetage pour de nombreux constructeurs.

34 commentaires sur ce sujet.
  • 3 décembre 2015 - 12 h 04 min

    Seulement 8% ! C’est étonnant j’aurais cru beaucoup plus.

    Les tablettes ont montré leur limitations, elles ne servent pas à grand chose depuis l’arrivée massive des smartphone à grands écrans (5,5″ et plus).

    L’avenir est à l’hybride en dual boot.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 12 h 06 min

    Il y a aussi un autre avenir possible, celui du scénario catastrophe :

    -Le marché des tablettes est phagocyté par les téléphones de grande taille (complémentés par la prolifération de procédés comme Miracast).

    -Les PC hybrides « 2 en 1 » sont un flop (car win10 ne fait que déguiser un compatible IBM PC en tablette, et le système des « OEMs » sans véritable service après vente ne correspond plus aux exigences du public).

    -L’appstore « Métro » est abandonné, et MS se recentre enfin sur son métier : vendre Office pour ipad et WindowsNT pour stations de travail et serveurs.

    L’idée de Jobs était que le client lambda n’avait aucunement besoin d’un PC ni d’un Mac, mais qu’ils continueraient à exister pour des utilisations professionnelles, de la même façon que les camions existent mais les gens normaux achètent des voitures de tourisme. Récemment, Cook a repris ce dsicours dans un entretien en disant qu’avec l’ipadPro personne n’aurait besoin d’un PC.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 12 h 11 min

    @zhir: Quand tu dit “sont un flop” ou “est abandonné” tu es dans Fringe oubien ?

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 12 h 26 min

    Quoiqu’avec IOs, ils ont réussi à rendre mon Ipad 2 poussif sans lui ajouter de véritables fonctionnalités.
    Obsolescence programmée, c’est le cas de le dire.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 12 h 28 min

    “plus le Windows Store sera rempli des dernières applications et jeux importants du marché”

    Oui et non. A la différence d’Android, la logithèque tournant sur Windows est énorme et il n’est pas nécessaire de passer par le store.
    Même si effectivement les habitués des smartphones et tablettes se focaliseront sur un store pour installer qqchose. Pour ma part, un hybride qui permet d’installer n’importe quelle appli x86 reste le top (sauf pour le tactile…).

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 12 h 38 min

    @[email protected]: J’en discutais avec des éditeurs et ils sont manifestement persuadés que des types comme toi (et moi) sont des dinosaures. En fait les jeune génération ne comprend plus les applications x86 à l’ancienne. Devoir payer un truc à l’avance pour y jouer ou s’en servir semble devenu une aberration. Regarde l’effet Overwatch de Blizzard par exemple. tout le monde pensais à un Free To play et les gens sont déçus de devoir payer le jeu pour y jouer… L’autre truc qui m’a marqué récemment, ce sont les commentaires autour du jeu Does not Commute sur le Playstore : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.mediocre.commute&hl=fr

    Minimachines.net

    Le jeu est gratuit, parfaitement jouable, joli et bien codé mais les gens insultent les dev parce que l’option de sauvegarde est payante. En fait ils voudraient un jeu 100% gratuit. Sans réfléchir du tout au fait que les dev doivent gagner leur vie…

    Il reste les gros jeux AAA qui sont bien perçus ou les grosses applications mais dans l’ensemble, la nouvelle génération veut du tactile gratuit avec des achats in-app.

    Evidemment je parle ici d’application très grand public, on n’est pas dans une idée pro.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 13 h 12 min

    Bon, ben je dois faire parti des dinosaures… mais j’ai sciemment fait l’impasse sur Androïd et Ios pour ne pas diluer mon expérience acquise au fils des ans.
    Résultat, je me retrouve avec du Windows phone 10 (bientôt) et du Windows 10 qui ne cessent de fusionner pour mon plus grand bonheur
    Je gagne sur tour les plans et mon expérience tactile est un vrai bonheur sous W10 (bien que je trouve que W8 proposait plus de facilitées pour switcher naturellement entre les applis et pour accéder aux paramètres de chaque appli via la charm barr)

    Androïd ? j’y touche quand même quand un ami (eh oui, 75% des mes “amis” sont sous Androïd, 24% sous Ios… et puis le reste ;-) )
    Mais franchement, que de galère pour accéder a tous ces paramètres éparpillés, pour désinstaller en 2 click une appli… pour faire des choses simples sans devoir choisir et installer 10 applis du GooglePlay avant d’y arriver

    Pour moi, qu’elle hérésie d’avoir un environnement de travail pro sous W10 et de vouloir y rajouter une extension tactile sous Androïd ou Ios via un smartphone ou une tablette.

    Mais bon… je fais parti des dinosaures… Quoi que, quand je vois cette espèce de marée de petits robots qui arrivent avec des capacités au ras des pâquerettes, qui sont incapables de se mettre à jour et qui obligent à sans cesse ré-investir, je me demande au final qui de W10 ou d’Androïd mérite le titre de dinosaure ;-)

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 13 h 18 min

    @Pierre Lecourt: Les joueurs veulent surtout de la clarté ! Le modèle économique de ce jeu Overwatch doit donc être à revoir. Bien sur qu’il y a de la place pour des jeux achetés à un prix fixé dès le départ sans achats “in app”, suffit d’apprécier le succès de Steam, de Gog, des indépendants et même des AAA sur les stores des différents acteurs. Des joueurs, et même de la jeune génération (mais avec CB) sont prêts à passer à la caisse. Mais il y a rien de nouveau sous le soleil, depuis toujours il y a les jeux piratés, les jeux copiés, les démos, les shareware, les jeux boites, etc. Déjà sous Amiga ou PC compatible, on était de gros profiteurs hein ;-)

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 13 h 23 min

    @Pote: Pourquoi à revoir, c’est un jeu classique en multi. On paye et ensuite on joue. Comme des centaines d’autres avant lui, je vois pas le soucis ?

    Steam, GoG et les indépendants ne font pas de jeux tactiles comme le suppose l’arrivée dans le Windows Store. Pour faire grossir le Windows Store il faut que des jeux au succès mondial débarquent.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 13 h 29 min

    Bonjour

    Il peut y avoir une certaine saturation du marché, mais il y a aussi que dans les pays asiatiques, c’est le smartphone qui fait déjà office de “phablet”. Là bas les consommateurs n’ont pas la sensation du “ridicule” (sentiment plutôt occidental pour le fait de porter une phablet à l’oreille pour téléphoner).

    Il y a aussi les récessions aux USA (Zéro Edge a sorti le chiffre réel de 94.700.000 américains qui sont en âge de travailler et n’ont aucun travail déclaré).
    Plus la récession aussi dans toute l’Europe qui ne nous apporte pas les promesse de paix, croissance,…
    Rien qu’en France c’est plus 1.300 chômeurs supplémentaires OFFICIELS et par JOUR. 1 ou 2 entreprises qui ferment, en plus de celles qui licencient…

    Donc ça devient difficile de trouver de nouveaux clients dans ce cadre là.
    Et si les consommateurs veulent du gratuit, ce n’est pas que nous soyons des dinosaures, mais que plus il y a de peuples avec peu de ressources, plus il y aura cette demande pour du gratuit.

    Cdt

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 13 h 32 min

    @Pierre Lecourt: Ok, je ne connais pas bien Overwatch mais d’après ta capture d’écran, les joueurs reprochent de devoir payer pour sauvegarder sa progression, il s’agit bien donc d’achats intégrés pas bien annoncés ou très mal pensés. Certains éditeurs exagèrent, ils voudraient combiner le modèle Candy Crush et le modèle premium pour un même jeu, non, c’est intenable. C’est soit l’un, soit l’autre. Concernant le tactile, c’est un mode d’interaction qui n’a rien à voir avec le modèle économique d’un jeu. Un jeu AAA pourrait très bien être 100% tactile et payé au prix fort. Certes, cela s’adresse à une niche de joueurs par rapport au Candy Crush mais ce marché existe. Si demain, on me propose un point’n’click digne de la grande époque sur iOS/Android, je pourrais lacher 10/15 voir 20 euro.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 14 h 02 min

    Marché qui arrive à maturité. (Saturation ?)

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 14 h 04 min
  • 3 décembre 2015 - 14 h 13 min

    En fait, pour que les hybrides PC / tablettes soient efficace, on a oublié l’essentiel pour l’utilisateur : la transparence.

    Une bonne app moderne sous Windows devrait pouvoir passer du mode tablette en mode bureau automatiquement avec le contenu sur lequel on travaille ou joue qui reste à l’écran.

    Prenez Onenote de Microsoft; Vous avez deux applications : tactile et bureau. Mais chacune doit être lancée séparément.

    De plus, au lancement, les applications ne communiquant pas entre elles, on revient au précédent fichier utilisé et pas à celui utilisé en tablette alors qu’on veut passer en mode souris + clavier. idem dans l’autre sens. Anti-ergonomique au possible !

    De plus, il est probable que chacune ces deux applications Windows crée leur propre duplication des données. Ce qui est une catastrophe sur les tablettes avec 32 maigres Go de stockage. Pour le coup, on l’a dans le C: !

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 14 h 18 min

    @Pierre Lecourt: j’avais bien mis dans le titre “scénario catastrophe”, donc c’était un exercice de science-fiction.
    Je crains toutefois qu’il ne devienne une réalité, puisque j’entends dire ici qu’il faut “que des jeux au succès mondial débarquent” donc ce n’est pas encore le cas alors que ce store est ouvert depuis 2 ou 3 ans? Combien d’entre vous ici ont vraiment payé une seule app sur ce store?
    A mon sens, la raison ultime de la chute de l’appstore Métro sera le cheval de Troie que constituent les téléphones. Pour référence, au temps de Win3.11 on disait que “celui qui contrôle les postes clients contrôle les serveurs”. Malgré son absurdité technique, win3.11 fut le cheval de Troie pour faire régner WinNT et ses successeurs dans les entreprises.
    Ce modèle n’a hélas pas été suivi pour win8/win10 d’où l’impossibilité pour son appstore de décoller. Comment voulez-vous vendre un éco-système de PC hybride avec son propre appstore à quelqu’un qui a déjà un téléphone plein d’apps payées 1 euro sur un appstore concurrent? Pourquoi winphone n’a pas eu le même store que win8/win10 dès le départ? Sans téléphones win10 compatibles “Métro” disponibles massivement, l’appstore win10 disparaîtra, et les PC avec. Je crains en effet que les PC ne deviennent des machines à usage professionnel hors de prix, comme les stations Sun autrefois. Ça va revenir cher d’être un vieux dinosaure.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 14 h 29 min

    @zhir:

    ça sera peut-être vrai quand il y a aura plus d’application pro ou que le marché pro sera dominé par des applications web.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 14 h 44 min

    @doigt agile : tu confonds OneNote gratuit et OneNote de la suite Office
    OneNote du Windows Store ne permet que de sauvegarder sur son OneDrive, mais il n’y a pas de doublon dans les fichiers

    OneNote 2016 de la suite Office est plus complet et s’ouvre indifférement en mode tablette ou bureau

    Les deux fonctionnent très bien en tactile… Mais comme je ne suis pas toujours connecté, je n’utilise que OneNote 2016 :-)

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 15 h 05 min

    J’ai eu le plaisir et l’immense honneur de posséder une galaxy tab 1 en 2011, c’était la tablette ultime dès le début, avec la 3G+ direct, les versions wifi étant marginales, les versions 3G “données” par orange (1€ puis 30 e/ mois pendant 1 an, forfait 1 go inclus), l’écran était très bon, les jeux 3d tournaient bien, l’autonomie était pas trop mauvaise, la qualité des finitions et de fabrication au top, et surtout 16go de stockage.

    Puis est apparut la galaxy tab2 en 2012, elle reprenait la recette, mais déjà il n’y avait plus que 8go de stockage, les versions 16 Go mais aussi 3G étaient introuvables, le poids était réduit, le design minci et arrondi, une version android plus récente (encore heureux).

    Puis à partir de là, la version 3 aucune évolution, mais à la place des régressions, qualité d’écran et finitions en baisse, prix constant, lenteurs, version lite excecrables…

    Forcément le consommateur n’est pas connaisseur, mais il n’est pas dupe non plus. (et je ne donne l’exemple que de samsung, mais toutes les marques se complaisaient dans la médiocrité et la non évolution/innovation)

    Apple est constant encore de nos jours ? je ne suis pas du tout fan mais je pense que c’est normal, la qualité de leurs produits augmente à chaque génération, le support de l’os se fait jusqu’a des ipad très anciens. Ma galaxy tab1 et 2 ont reçu peut être une update 1 mois après leur achat respectf, puis plus jamais… Le client se fait avoir une fois, puis il se souvient…

    PS: je préfère éviter le sujet des tablettes ultra low cost, sinon je vais m’énerver :p

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 15 h 25 min

    Je crois qu’en fait la solution serait le retour des netbook mais sous android. Ca réglerais le probléme des apps , de la productivité , du prix.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 15 h 41 min

    @mike: Ca s’appelle (presque) un Chromebook ^^

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 15 h 53 min

    je pense que juste bêtement c’est une histoire de prix , achetez une tablette entre 300 et 400 euro devient un peu ridicule or quasiment tout ce qui sort est à ce prix
    du coup il serait intéressant de voir combien de personne ont un bousin chinois

    par ailleurs j’aimerai bien savoir s’il ya une réelle baisse ou si de nombreuse personne se sont tourné vers une distribution alternative

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 16 h 02 min

    “mais j’ai sciemment fait l’impasse sur Androïd et Ios pour ne pas diluer mon expérience acquise au fils des ans.”

    c’est sur, tu aurais même du rester sous dos …

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 17 h 08 min

    @Dimitri:
    “PS: je préfère éviter le sujet des tablettes ultra low cost, sinon je vais m’énerver :p”
    Tant mieux! Sinon, on sera 2 à nous énérver! (je me suis aussi fait avoir…) :-(

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 17 h 52 min

    PS: ils avaient mis un flash et un autofocus sur l’APN de la galaxy tab 1… jamais réitéré ensuite, la fonction téléphone/SMS jamais vu ensuite.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 20 h 01 min

    Étant dans le choix de savoir si je prends un netbook ou une tablette ,je dois dire que le plus ou le moins de chaque modèle compte .

    J’oserai dire qu’Android ne me convient pas trop bien et que ma préférence reste donc un Windows 10 puisque que c’est aussi dans l’air du temps .

    Le plus du modèle hybride Asus semble bien entendu le tactile et le clavier séparé .
    Par contre passer en 1280*800 me plait pas trop .

    Le plus du netbook ,c’est un écran avec une définition de 1368*768 auquel je suis plus habitué .
    Par contre luminosité de 200 contre 350 pour la tablette .

    Le processeur de la tablette est un x5 Z***** contre soit un Atom 3735 ou un Celeron N3050 (pour le Celeron l’écran passe en 14 pouces) .

    J’ai pas besoin d’une autonomie diabolique ,4 ou 5 heures me suffirai sur batterie .

    Acheter une tablette ou un portable ?

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 21 h 09 min

    @toto : rester sous dos ? Hummm a bien y regarder, a partir du moment ou un OS moderne inclus la possibilité de saisir une petite ligne de commande… l’heritage du dos n’est pas si loin ;-)

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 21 h 26 min

    Personnellement, avec les prix en ce moment, j’ai du mal a ne pas choisir d’avoir le beurre et l’argent du beurre en prenant un tablette dual-boot.
    C’est pas plus cher que le modèle équivalent simple boot (Android et Windows/Tablette sont gratuits). Bon, ça oblige a prendre un modèle en Atom, mais ça n’est pratiquement plus un handicap; et c’est des modèles chinois, ce qui n’est plus non plus un gros problème (surtout comparé a il y a quelques années): la qualité est honnête, bonne même.
    C’est surement pas optimal pour tout le monde, mais ça correspond à mon usage, 90% Android et 10% Windows, mais 10% dont je n’arrive pas a me passer.

    Répondre
  • 3 décembre 2015 - 21 h 38 min

    @peper-eliot: J’ai les deux, et Windows a de grosses lacunes en mode tactile, à la fois les apps tierces, mais aussi les apps MS et même l’OS lui-meme. Non seulement a peu près la moitié des apps que j’utilise n’ont pas d’équivalent dans le store MS, mais en plus la moitié qui a un équivalent est nettement un cran en-dessous, ou carrément du scamware (je me suis fait piraté mon Twitter par l’une d’elle surement).
    J’en suis plutot a installer Android sur mon PC Windows via AMI duOS que chercher a mettre du Windows partout. Surtout que la qualité de Windows est en nette baisse: Win10 sur mon PC a eu plus de problèmes en 2 mois que les versions antérieures en 5 ans. Sur tablette et téléphone, c’est simple, tous les gens autour de moi qui en avaient ont laissé fui vers des horizons plus souriants.

    Répondre
  • uko
    4 décembre 2015 - 0 h 50 min

    @Marc:
    Bon résumé de ce que Pierre explique dans son article ;)

    Pour ma part, je pense qu’il reste de la place pour innover et vendre sur le marché des tablettes. A mon sens, le plus gros défaut des tablettes actuelles, c’est leur ergonomie. L’extrême finesse des machines et des bordures en deviennent un défaut, elles les rendent difficiles à manipuler.

    Lenovo avec ses yoga tablet donne une idée des pistes disponibles. Quelques constructeurs chinois font de même avec des tablettes dédiées au jeu, ça reste des exceptions.

    Plutôt que de sortir des brouettes de tablettes moins chères dans l’idée que le prix va appâter le pigeon (et probablement le décevoir…), face à l’affaissement des ventes de tablettes rectangulaires et toujours plus fines, il me semblerait plus cohérent de cibler des usages spécifiques avec un matériel à l’ergonomie repensée.

    Des formes moins fines mais plus agréables en mains, des tablettes légères mais plus épaisses, l’intégration de fonctionnalités différentes. Quelques idées en vrac:
    – Audiophile avec un DAC intégré, ou le matériel adéquate pour en faire une table de mixage ou un centre hi-fi potable,
    – Vidéoludique avec un projecteur et des HP plus convaincants,
    – Assistant cuisine et sdb avec une coque étanche, lavable et facile à accrocher
    – Antichoc, bien engoncée dans une protection intégrée (ça existe, mais au détriment des performances…)
    – Endurante, avec une batterie double capable de tenir 20h
    – Et pourquoi pas des tablettes à clavier, avec une coque arrondie pour une meilleure prise en main, avec des boutons physiques pour ceux qui préfèrent…
    Bref, il y a tellement plus à faire que simplement des tablettes rectangulaires et les plus plates possibles qui ne se différencient réellement que par la taille de leur écran. Certes, ne viser qu’une niche d’utilisateur c’est tellement moins vendeur pour les actionnaires que de cibler *le monde entier*. Mais les résultats pourraient s’avérer plus probant à l’heure où tout le monde est déjà équipé d’une tablette générique ou d’un smartphone grand écran.

    Répondre
  • 4 décembre 2015 - 1 h 04 min

    @TOUS

    Pour ceux qui veulent éviter d’avoir leur tablette, PC ou hybride PC sous Windows 8/8.1, voire 7, wampirisé par Windows 10 et sa politique de push de données d’installation à coup de gigas non désirés, il existe un médicament simple à administrer ! J’ai eu du mal à trouver un bon docteur pour m’aider à dégoter ce bon purgatif.

    Windows 10 When I Want It

    http://win10wiwi.com/

    @peper-eliot

    Pas d’accord avec vous, le OneNote de la suite Office en application Bureau (d’ailleurs gratuite pour tous) n’est pas optimisée pour le tactile et donc certaines opérations restent tributaire d’une souris et d’un clavier. La seule et unique concession faîte au tactile est de pouvoir doubler la taille des icônes. Avouez que c’est peu !

    Quant à la version Modern UI de OneNote, elle synchronise bien aussi des données indépendamment de la version Bureau installée. Je viens de faire le test. Après avoir pris 200 Mo pour se mettre en place, deux cahiers de notes installés, et hop plus de 100 Mo sont ensuite grappillés. Hors ces mêmes cahiers sont déjà sur mon disque via la version Bureau. Il y a donc bien une synchro locale confirmée par les messages. Vous avez donc tout faux ! :-)

    Répondre
  • 4 décembre 2015 - 3 h 43 min

    @doigt agile :
    ON16 est inclus dans Office 365 ou Office 2016
    ON est dispos sur a.store w.store g.play mais ce n’est pas ON16…

    Pour bien travailler avec ON/ON16 sur tablette : stylet actif

    Perso, en tablette, j’ai la surface pro 2 et une asus vivotab note 8

    Répondre
  • uko
    4 décembre 2015 - 15 h 18 min

    @zhir:
    “L’idée de Jobs était que le client lambda n’avait aucunement besoin d’un PC ni d’un Mac, mais qu’ils continueraient à exister pour des utilisations professionnelles, de la même façon que les camions existent mais les gens normaux achètent des voitures de tourisme. Récemment, Cook a repris ce dsicours dans un entretien en disant qu’avec l’ipadPro personne n’aurait besoin d’un PC.”
    Et Jobs a démontré de manière magistrale sa capacité à se planter, comme tout le monde en fait. Jobs n’est pas un dieu mais un humain qui a eu des idées et qui a eu les couilles de les soutenir jusqu’au bout, ce qui a permis à un certain nombre d’entre elles de se réaliser.

    Pour autant, il a aussi fait des déclarations complètement farfelues.
    Antenae gate: “c’est pourtant pas compliqué de tenir son téléphone à 3 doigts!”
    iPhone 4: Personne ne voudrait de téléphones plus grands !
    Retina display: Au delà on ne voit pas la différence !

    Et enfin, la cerise sur le gâteau, le stylet sur tablette? Une aberration selon Steve Jobs, qui n’hésitait pas à qualifier cette solution de “inherent failure” en raison de son manque d’efficacité.

    Bref, si on se base sur toutes les idées de Steve, une grande partie des produits Apple tels qu’ils sont aujourd’hui ne devraient pas exister.

    Répondre
  • uko
    4 décembre 2015 - 16 h 29 min

    @Pierre Lecourt:
    Je me permets de mitiger ton propos sur Overwatch. Les gens sont surpris parce que:
    – Le jeu est un clone de Team Fortress 2, qui est lui-même F2P.
    – Blizzard s’est lancé lourdement dans le F2P, ses deux derniers jeux (Hearthstone et HOTS) sont sur des modèles F2P
    – Le modèle économique d’HOTS pourrait à priori être reproduit sur Overwatch. Visiblement les devs ont estimé que ce n’était pas le cas, souhaitant que tous les joueurs aient accès à tous les personnages dès le début.
    – Le jeu est actuellement intégralement gratuit, en “beta” qui ressemble déjà beaucoup à un jeu finalisé.

    Personnellement, j’ai été le premier surpris d’apprendre que le jeu serait payant à la release. J’ai joué à TF2 gratuitement, à Hearthstone et HOTS gratuitement pendant la beta, puis gratuitement après la release…
    J’ai même cru à une blague avant de vérifier par moi-même qu’Overwatch utiliserait un modèle différent.
    Je suis moins impulsif que les jeunes et je n’ai pas hurlé au scandale, mais ça m’a vraiment étonné et je ne pense pas acheter le jeu: TF2 est très similaire et gratuit.

    Pour le reste, je te rejoins sur le fait que les jeunes semblent avoir des difficultés avec le concept de payer pour jouer.

    Un exemple parfait pour illustrer ton propos:
    Je bosse actuellement sur un MOBA tablette dans lequel tous les personnages peuvent s’acheter en monnaie gratuite (gagnée en jouant), sauf pendant 1 semaine après la sortie du personnage, histoire de motiver les joueurs à les acheter en monnaie réelle.

    A la sortie de nouveaux personnages, certains joueurs n’hésitent pas à contacter le service client pour nous traiter d’escrocs et de voleurs qui n’en veulent qu’à leur pognon, frustrés qu’ils sont de devoir attendre une semaine pour s’offrir le personnage sans passer à la caisse.

    Une petite mise au point avec un rappel qu’on doit bien vivre, qu’un jeu coûte très cher à développer et entretenir, que l’intégralité du jeu est gratuite et que le fait de ne pas avoir un personnage ne les empêche pas de s’éclater sur le jeu permet généralement de leur faire prendre conscience de la situation pour finir sur une note plus joyeuse.

    Mais par défaut, ils n’ont pas le recul nécessaire pour comprendre que le jeu ne peut pas être simplement gratuit.

    Répondre
  • 4 décembre 2015 - 23 h 41 min

    “ils n’ont pas le recul nécessaire pour comprendre”
    La faute aux petites diagonales 😁 lol

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *