Virtualette V1 : Une solution de développement originale sous Allwinner A20

Virtualette V1, c’est le nom d’un projet de solution de développement en financement participatif sur Kickstarter. Avec un format original pensé pour une intégration variée, aussi bien comme une solution Linux ou Android classique que dans un objet connecté, la carte de SRKH Designs se démarque.

Le plus original avec cette carte Virtualette V1 est sans conteste l’intégration d’une connectique assez complète dans un format tout en longueur. La carte propose un équipement relativement classique avec un SoC Allwinner A20. Une solution double coeur pas forcément des plus véloces mais suffisamment équipée pour de nombreuses tâches.

virtualette V1

Avec ses deux coeurs ARM Cortex-A7, la Virtualette V1 sera donc moins performante qu’une solution double coeur Cortex-A9. Son chipset graphique Mali-400MP2 ne révolutionnera pas non plus le marché mais sera suffisant pour des usages très sages de la petite carte. Avec 1 Gigaoctet de mémoire vive et un stockage de 8 Go accompagné de la possibilité de lui ajouter une carte MicroSD, il sera possible de penser à des intégrations variées.

virtualette V1

L’équipe  aux commandes du projet parle de  plusieurs formats intéressants comme la possibilité d’intégrer la carte dans un tube de PVC pour un refroidissement liquide autour de celle-ci dans un liquide non conducteur. Il sera également possible de glisser la carte dans une architecture réseau déjà en place au sein d’un serveur pour un usage de surveillance ou d’analyse.

virtualette V1

Enfin, avec une alimentation possible par batterie , la carte pourra être embarquée dans des solutions autonomes.

virtualette V1

Ce format particulier, très  compact avec 7.6 cm de long sur 3.7 cm de large pour 1.8 cm d’épaisseur peut également être intéressant pour une intégration dans des goulottes ou des plinthes et notamment pour des usages d’affichage numérique. Avec son port réseau RJ45 10/100 et ses sorties vidéo LVDS, HDMI et VGA, la Virtualette V1 peut se positionner entre une machine en réseau et un écran pour servir de « traducteur » entre les ordres disséminés sur le réseau et différents affichages avec moins de limites qu’un câble vidéo.

virtualette V1

Le gros intérêt de la solution étant dans sa capacité à être alimentée via son câble RJ45. La présence d’un port SATA est également un gros plus face à de nombreuses autres solutions puisque la carte pourra piocher dans des stockages externes sans trop de contraintes.

Bref, une solution originale proposée en financement participatif qui vise évidemment beaucoup plus les professionnels que les particuliers.

13 commentaires sur ce sujet.
  • 1 février 2017 - 22 h 12 min

    285 AU$, soit … 200 euros pour un raspberry low cost niveau perfs ?!

    je veux bien que le form factor soit un peu original, mais comparé à un Rpi compute module ou d’autres solutions avec des forms factors pas si éloignés pour … 5x moins cher (sic!), j’ai beaucoup de mal à comprendre l’engouement qui fait que cette campagne kickstarter mérite un billet.

    J’ai raté un truc, manifestement ?

    Répondre
  • 1 février 2017 - 23 h 25 min

    @brazomyna: imagine que j’ai un réseau de 40 écrans VGA installés dans un hôtel, que ces 42 écrans soient déjà en place. Avec ces engins tu n’a qu’a les glisser dans les plinthes ou les faux plafonds, les relier avec un RJ45 à un hub POE et les connecter en VGA. Pas besoin de les alimenter, il suffira ensuite de leur balancer les images a afficher via le réseau et…. voilà :)

    Répondre
  • 1 février 2017 - 23 h 33 min

    @Pierre Lecourt: Tout comme on peut parfaitement faire la même chose avec d’autres solutions à base d’autres petites cartes tournant sur ARM. Les déclinaisons du raspberry en premier lieu, tout comme sa foultitude de clones proposant déjà une très grande diversité de connectiques, form factors, etc…

    Bref, je ne disais pas qu’il n’y a pas d’application possible ou que c’est totalement inutile, je m’interroge très largement de l’intérêt de cette nième proposition quand pléthore de solutions similaires existent déjà sur le marché mais souvent pour 5x moins cher.

    Dit autrement, quelle est la valeur ajoutée de cette solution en regard de son prix très élevé, quand on compare à ce qui est déjà dispo sur le marché dès aujourd’hui et qui permet d’en faire autant pour moins cher ?

    Répondre
  • 2 février 2017 - 2 h 48 min

    @brazomyna: Ben avec une autre carte tu dois avoir une alim externe non ? Tu ne peux pas glisser ta carte dans le poteau qui porte ton écran en pleine gare ou aéroport et n’avoir qu’un seul câble RJ45 a tirer. Il t’en faut 2 minimum : Réseau et courant. C’est pour un s=usage très spécifique donc mais également très intéressant :)

    Répondre
  • 2 février 2017 - 3 h 01 min

    @Pierre Lecourt: Sauf qu’alimenter un raspberry en PoE (on parle de la vraie norme PoE, 802.3) au moyen d’un module additionnel ça existe depuis des lustres pour quelques euros (exemple: http://www.electronicsweekly.com/news/products/raspberry-pi-development/power-ethernet-comes-raspberry-pi-2014-08/ ). et d’autres clones du PI le proposent également en standard, intégré dans la carte, et certainement pas pour 200€ (/me rechercherai les noms).

    Et pour info, même si ça rejoint pas le cas ici, le faire en DIY en injectant une tension sur une des 4 paires d’un cable ethernet, et en la récupérant pour alimenter un rpi (ou un arduino, ou d’autres choses) se fait également extrêmement bien pour un micro-pouiem du prix demandé ici: de l’ordre de quelques euros de cables + un transfo tout ce qu’il y a de plus standard (exemple: https://www.domolio.fr/alimenter-des-raspberry-pi-par-le-reseau/ )

    C’est d’ailleurs extrêmement pratique pour tout ce qui concerne les problématiques de domotique dans lesquelles j’ai justement le nez en ce moment ;-)

    Bref, non: pour moi ça ne vaut clairement pas ce qui est demandé et donc je ne vois pas l’intérêt de la chose si c’est juste pour payer 150€ pour avoir une alim PoE intégrée.

    Répondre
  • 2 février 2017 - 4 h 07 min

    Franchement, 200$ ça ne rend pas le projet sympathique.

    Je me demande dans quelle mesure pour 200$, une commande de 100 unités ça doit passer chez ceux qui ont l’habitude de poser des composants sur les PCB, il suffit de demander une forme longitudinale puisque j’ai compris que c’était pour enfouir dans un poteau.

    Le POE existe chez Orange Pi et chez FriendlyArm et certainement chez d’autres.

    Si c’est pour les poteaux d’un aéroport quelle est le support constructeur ? Dans deux ans quand toutes les cartes seront bouffées par les insectes est-ce que l’on pourra trouver du spare ?

    Quelle qualité de distro livrée avec la carte, quel composant de régulation de tension, comment sera géré la température (puisque c’est pour du poteau, ha oui, il suffit de mettre du liquide de refroidissement dans le poteau si j’ai bien compris) ?

    Quelle consommation (si on gère la batterie), où sont les chiffres, en idle, en pleine charge, quels benchs de performance puisqu’il existe déjà 7 exemplaires ?

    Je trouve bien qu’il y a ait plein de nouveaux (poteaux à installer) produits proposés autour des SBC et le foisonnement d’idées. Là, juste après ton article sur le foutage de gueule indigogo, on dirait un prolongement, une SBC à 200$ oui mais comme elle fait 31 de large elle rentre bien dans un tube. Si j’osais, je leur demanderai s’ils savent dans quel tube ils peuvent se la mettre, la virtualette à 200$.

    Répondre
  • 2 février 2017 - 5 h 56 min

    @Starlord

    Apporter des modifications aux form-factor d’une carte dans les proportions aussi drastiques que Raspberry Pi vers cette carte est très très loin d’être simple pour le constructeur.

    On ne cause pas simplement de refaire faire un design entier par l’équipe d’ingénieurs, mais aussi de modifications sur la chaîne de montage, les machines, le contrôle qualité… Non, ça ne se fait pas pour « une commande de 100 unités à 200€ ».

    Tu y réfléchis peut-être pour une commande de 50000 unités.

    D’autre part, le form-factor est une critique quasiment permanente à propos de la raspberry pi, de l’odroid ou encore du beagle bone par la communauté dev IOT et robotique : le format n’est pas pratique, impose de sévères contraintes de taille. Le Pi Zéro est d’ailleurs une réponse (entre autre) à cette problématique.

    Donc oui, il existe très probablement tous pleins d’usages à cette carte. Et il y en aurait encore plus si le prix était plus contenu, c’est certain. Je suppose que cela doit venir des coûts de fabrication à petite échelle.

    Répondre
  • 2 février 2017 - 7 h 30 min

    Je ne comprend pas non plus l’intérêt de cette carte.
    Pour des formfactor avec un besoin très spécifiques il y a moult sociétés qui peuvent produire sur mesure la solution adéquate au besoin client, qui dans ce genre de cas est si spécifique, que je doute même que la solution présentée ici ne soit adéquate ne serais-ce que à un seul client potentiel.

    De plus la société derrière ce KS EST justement une entreprise qui design des produits elec sur mesure !

    C’est juste un coup de pub avec une présentation d’un produit générique ( qui par défaut conviendra a aucun pro ) afin de récupérer des commandes à mon avis.

    Répondre
  • 2 février 2017 - 8 h 29 min

    @Agadagluglu: 200$ c’est 20 fois le tarif, donc en $ (et pas en quantité) ça nous fait l’équivalent d’une commande de 20000 pièces environ. C’était mon calcul. Pour 20000$ je pense que tu peux commander ton form factor à Shenzhen.

    Répondre
  • 2 février 2017 - 9 h 37 min

    @Agadagluglu:

    « le form-factor est une critique quasiment permanente à propos de la raspberry pi, de l’odroid ou encore du beagle bone par la communauté dev IOT et robotique : le format n’est pas pratique, impose de sévères contraintes de taille.  »

    Le rpi compute module, propose justement des dimensions de 67.6mm x 31mm, on peut pas vraiment dire que le form factor proposé ici, qui est grosso modo identique, soit une qualité très différenciante de l’offre non plus.

    Répondre
  • 2 février 2017 - 11 h 33 min

    Le nom est bien mignon, en tout cas

    Répondre
  • M
    2 février 2017 - 13 h 20 min

    Ça ressemble à un projet pour intégration dans un satellite ou une station spatiale.

    Peut-être aussi pour des agents 007 de l’espionnage .

    On attend donc un projet encore plus mince qui tiendrait dans une simple boite électrique ou un tube de fils électrique IRO de diamètre 20mm .

    Répondre
  • 2 février 2017 - 15 h 29 min

    @M : Dans un paquet de cigarettes… « Tu peux pas test ! »

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *