Vers des Chromebooks sous Intel Broadwell ?

Vers des Chromebooks sous Intel Broadwell ?

La 5eme génération de puces Core chez Intel, nom de code Broadwell, est prévue pour cette année. Si elle devrait être annoncée en grande pompe avec des machines sous Windows, des Chromebooks vont également en profiter.

D’ici la fin de l’année les puces Intel Broadwell devraient débouler sur le marché et s’intégrer probablement à un parc de machines sous Windows déjà prévu et parfois annoncé. D’autres pourraient suivre avec la même gamme de puces mais cette fois-ci équipées de ChromeOS.

intel broadwell

On l’a vu, les fabricants de PC ne se posent plus trop de questions quant à l’apparition de Chromebooks. Pour beaucoup il ne s’agit que de machines Windows légèrement maquillées et glissées dans les habits de Google. De nombreuses machines sont ainsi strictement semblables d’une solution Microsoftienne à leur version ChromeOS. Seuls quelques détails, logos et touches de claviers sont mis à jour entre les modèles.

acer-chromebook-core-i3

La peur de froisser Microsoft, peur qui a souvent posé problème aux systèmes indépendants par le passé, semble désormais totalement disparue. En lançant ses propres matériels avec les tablettes Surface, Microsoft a brisé un pacte tacite avec de nombreux fabricants qui n’ont plus vu de raisons de rester fidèles à Windows. Puisque Microsoft se mettait à vendre lui même son propre hardware, puisque Windows 8 n’a pas eu l’effet escompté sur les ventes, l’industrie s’est tournée vers des alternatives. Ajoutez à cela un matraquage important de la part de Google concernant la popularité de son OS et des communications subventionnées par le moteur de recherche, les Chromebooks ont rapidement trouvé beaucoup d’écho.

HP ChromeBook 11

Logique donc de voir que les développements effectués par les marques se retrouvent conjointement sur Windows et ChromeOS. François Beaufort, qui travaille à la communication autour de ChromeOS chez Google indique qu’un code développé pour les puces Broadwell et baptisé Auron est désormais disponible dans les dépots Chromium.

Ce nom d’Auron est celui d’un prototype en cours de test sous ChromeOS et équipé d’une puce Broadwell. Un laboratoire de fabricant teste quelque part la possibilité de construire un engin fonctionnant avec le système de Google sur cette plateforme. Signe que les machines sous ChromeOS Broadwell devraient arriver un jour ou l’autre.

La bonne nouvelle est que les futures machines équipées de ces puces devraient fournir un excellent ratio de performances et d’autonomie. Un engin sous ChromeOS équipé d’un Pentium-M prévu pour cette année par Intel pourrait non seulement être rapide pendant longtemps mais il pourrait également signifier l’apparition d’engins légers, fins et dépourvus de toute ventilation active.

5 commentaires sur ce sujet.
  • 2 septembre 2014 - 11 h 07 min

    Mouai, quand on voit le nombre de Chromebook actuellement bradés (souvent avec -100€) sur Amazon, on se pose la question quand au succès soit disant avéré de ces machines. Dans l’absolu, on se demande si les constructeurs ne font pas cela juste pour être présent sur tous les créneaux potentiels, de peur de « rater le train », quitte à avoir des pertes sur un segment.

    Pour ma part, dans mon entourage, personne n’a encore succombé au « charme » de l’Os de Google ; pire encore : personne n’envisage d’en acheter (même pas pour y coller éventuellement un Linux).

    Répondre
  • 2 septembre 2014 - 17 h 10 min

    Moi je viens d’en acheter un et j’en suis très satisfait !
    beaucoup plus productif qu’une tablette Android et plus simple d’utilisation que cette horreur de Windows 8

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 13 h 40 min

    @Mxte29Fr – « quand on voit le nombre de Chromebook actuellement bradés (souvent avec -100€) sur Amazon, on se pose la question quand au succès soit disant avéré de ces machines »
    ça veut rien dire franchement, on pet dire bêtement pareil pour des PC windows… Et tu parle de quel chromebook, le plus souvent des machines qui commencent à dater (1 ans et plus avec des processeurs ARM qui date).
    Donc c’est normal qu’on les brade, comme on ferait pour une tablette, un smartphone ou PC à la techno qui accuse un certain temps.

    En outre « Pour ma part, dans mon entourage, personne n’a encore succombé au « charme » de l’Os de Google ; pire encore : personne n’envisage d’en acheter (même pas pour y coller éventuellement un Linux). »
    C’est pareil aussi dans mon environnement proche, mais là encore tu connais temps d’engouement que ça d’achat d’un PC tout court. C’est faible, très faible, car on dira « que tout le monde en a un PC au moins en service » même s’il date de plusieurs années, on fera avec tant qu’il fonctionnera. Et croit moi, comme le visage de l’informatique aura changer surement, que ce soit sous Windows, ChromeOS, Android, Linux, etc. Ils feront avec…

    Quand le PC est arrivé, il s’adressait d’abord au entreprise, en plus il était pas fortement abordable au grand public, qui lui préférait l’Atari ST ou Amiga. Moi même, possesseur d’une de ces machines, on se moquait de ces grosses machines, au système peut attirant, niveau graphisme, etc.
    Mais après le temps, il c’est fait une réputation, avec des progrès notable et soutenu par de grande marque IBM, INTEL, Microsoft.
    Le reste de l’histoire tu le connais.
    Donc, je m’inquiète pas pour les chromebooks, ils se feront un place, qu’importe car derrière il y a le géant Google, son cloud et ses services qui s’améliore, etc.
    Je m’inquiète plus pour autre chose, concernant mes données, la liberté du mode de stockage, évolutivité du hardware, possibilité de remplacer l’OS par un plus libre (chromiumOS ou Ubuntu ou autre distribution Linux) etc.

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 14 h 10 min

    Comme l’a indiqué Mxte29Fr il existe de nombreuses promotions pour des chromebooks sortis il y a un an. J’en ai profité pour acheter un chromebook ACER C720p pour prendre la suite de mon vénérable (mais toujours fonctionnel) dell inspiron mini9.
    Je dois dire que j’ai été très agréablement suppris par la qualité de la machine (pour environ 275 €) et de son OS.
    l’autonomie est gigantesque par rapport à mon mini 9 ou à l’eeepc de ma compagne… idem pour les perfomances (pourtant un double coeur 64bits sur le eeepc)…
    Je l’ai passé un temps sous arch linux (antergos en fait) et la machine reste tout aussi véloce et agréable à utiliser au quotidien (avec gnome 3) même si l’autonomie est en retrait par rapport à chromeos (je tenais environs 7 heures contre 8-9 heures).
    Je l’utilise actuellement sous Chromeos car c’est vrai que cette machine me sert surtout à consulter mes mails, le web… mais j’ai installé grâce à « Crouton » un environnement « ubuntu » en chroot qui me permet de basculer instannément et sans reboot de l’un à l’autre. Comme ça je peux quand même travailler hors ligne sur un document, faire du traitement d’image léger, ou faire tourner mes mollécules avec pymol.
    C’est le genre de machine qui permet de vraiment s’amuser si on aime bidouiller et si ma maman qui ne fait pas la différence entre l’ordinateur, le système d’exploitation et internet devait changer de machine je pense que je l’orienterais vers ce genre de machine.
    C’est vrai qu’on en voit pas beaucoup dans la rue, mais je pense que c’est une vague de fond, et tout d’un coup on en verra partout comme les eeepc-like en leur temps, mais avec les restrictions de ces derniers en moins (et en plus il n’y aura pas microsoft pour venir torpiller le bouzin).

    O-p

    Répondre
  • 24 février 2015 - 13 h 09 min

    […] des technologies plus communes devraient être présentées, comme la présence déjà éventée d’un processeur Intel Core M Broadwell ou  d’un port USB USB 3.1 Type C, ces ports réversibles qui évitent le casse tête […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *