Unispectral : Quand votre smartphone joue au petit chimiste

Unispectral : Quand votre smartphone joue au petit chimiste

Science fiction là encore, c’est le genre d’info qu’il faut prendre avec pincettes puisque si l’annonce parait sérieuse, la manière de présenter les résultats espérés semble un peu plus fantaisiste. Avec Unispectral, on se croirait plus dans un jeu vidéo que dans notre futur proche.

Dans un de ces univers futuristes où l’ordinateur que vous portez arrive à « sentir » la composition chimique d’un produit situé à 10 mètres. Délirant ? C’est ce que promet ce capteur hyperspectral de poche en développement à l’université de Tel Aviv.

Minimachines.net 2015-04-16 13_35_46

Intégré dans un smartphone le capteur Unispectral est capable de voir la composition chimique d’un produit à distance. Pour se faire, la solution n’aurait besoin que d’une capture d’image ou de vidéo et une analyse dans des spectres non visibles à l’oeil nu. Le capteur serait en effet capable de détecter les empreintes uniques de nombreux composants chimiques et d’en déterminer les quantités.

Cette technique existe déjà mais avec des cameras beaucoup plus grosses, impossibles à intégrer dans un engin mobile comme un smartphone ou une tablette. La prouesse de l’équipe du professeur David Mendlovic est d’avoir résolu le problème de la taille du capteur pour qu’il puisse s’intégrer dans un périphérique beaucoup plus mince et compact.

Minimachines.net 2015-04-16 13_37_24

Le nouveau capteur utilise une technologie connue et maîtrisée et serait capable d’être intégré dans une production de masse dans les formats des smartphones standards du marché. Pour fonctionner le capteur a besoin d’être connectée à une base de données de signatures hyperspectrales afin de déterminer, mesurer et annoncer ces éléments.

Minimachines.net 2015-04-16 13_36_38

Un premier prototype fonctionnel devrait être dévoilé en Juin et des essais ont été menés avec succès lors de plusieurs présentations. Le but avoué est de pénétrer un marché de masse et un marché plus professionnel. Il serait très intéressant de permettre à certaines personnes d’analyser quelques substances dans leur nourriture en particulier pour les allergiques : Lait, arachide et autres éléments très allergènes pourraient ainsi être évitées. C’est également un processus miracle pour de nombreuses professions puisque le capteur serait probablement à même de détecter des substances recherchées : Drogues, médicaments, moisissures… L’objet pourrait également intéresser l’industrie avec d’évidentes applications en médecine ou en chimie.

Minimachines.net 2015-04-16 13_36_28

Aucune idée de tarif pour le moment, un bon business autour de ces capteurs serait de proposer des éléments peu chers et des abonnements à des familles de produits en base de données : médicaments, composés chimiques, allergènes. Personnellement si un détecteur de truffes de poche était disponible, je pense que je pourrais craquer.

17 commentaires sur ce sujet.
  • 16 avril 2015 - 14 h 03 min

    Hum… j’y croirais plus si le dispositif était pourvu d’un petit laser qui vaporiserait un petit échantillon et du coup passer en chromatographie en phase gazeuze :D

    Je suis pas un spécialiste mais là, ce que je comprends, c’est qu’il s’agit simplement d’une analyse précise des longueurs d’onde de la lumière émise par un objet ce qui est forcément très limitatif en terme de résultat. Faut vaporiser pour en savoir plus…

    Mais bon, c’est par petits pas qu’on progresse !

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 14 h 29 min

    Sinon, sans ce genre d’annonce prétentieuse et de publicité racoleuse pour consommateur béat, il existe une sympathique mais néanmoins importante communauté qui propose depuis 4 ans à quiconque de faire la même chose avec n’importe quel smartphone, un peu de carton, et un bout de scotch ou de vieux cd : http://publiclab.org/wiki/smartphone-spectrometer

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 14 h 38 min

    @Baldarhion:
    De mes cours de Physique, c’est pourtant « simplement » en analysant les longueurs d’ondes qu’on arrive a determiner la composition des astres a des milliers de km !

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 14 h 57 min

    @malak: Comme c’est gentiment dit :)

    Je suis pas sur que l’analyse hyperspectrale fasse frémir le fan d’Angry Birds cela dit.

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 15 h 34 min

    @Franam : oui mais justement, les corps céleste sont des corps à haute températures ce qui facillite l’nalyse des éléments les composant ;)

    Même les nuages de gaz sont chauds. Là, c’est que j’ai du mal à comprendre, c’est que pour analyser précisément les composants d’un solide, il faut pouvoir en dissocier les éléments.

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 15 h 54 min

    Pour les plus curieux qui veulent creuser le sujet … rien de magique, ce développement s’inscrit dans la continuité de l’application de techniques de spectroscopie proche infrarouge NIR (Near Infra Red). Combiné à des techniques sophistiqué de traitement de données (souvent appelé Chimiométrie = Chimie+Stats/Math appliqués+Informatique), les images hyperspectrales données par ces capteurs donnent l’accès à la composition chimique des produits !

    La « beauté » ici réside ici dans la miniaturisation des capteurs … allez voir cette petite présentation de vulgarisation :

    http://www.heliospir.net/medias/upload/NIRgeneral_VBM_Cemagref.pdf

    Vous serez surpris de voir le nombre de choses que vous mangez, utilisez au quotidien qui sont analysées par cette technologie NIR (aliments, médicaments, carburants, …)

    Pour le capteur de truffe, c’est presque possible avec des « nez électroniques »utilisant des nano-capteur sensibles à certaine molécules ;-)

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 16 h 07 min

    @calvin: Merci ! Pour le lien et pour l’espoir d’un capteur de truffes :D

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 16 h 11 min

    pratique pour voir la composition des bolognaises ….de boeuf :-)

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 17 h 12 min

    @ Pierre : prends plutôt une petite chienne, elle trouvera les truffes et te tiendra compagnie !!

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 17 h 41 min

    Ouais, pour les truffes moi j’ai Helmut, malamute de l’Alaska éduqué dès ses six mois à caver. Aujourd’hui, il est champion du monde ! Après, chez moi je n’ai que des truffes d’été, mais c’est déjà bien agréable !

    Répondre
  • 16 avril 2015 - 17 h 45 min

    @Lapinou: Je te glisse mon adresse postale de suite : Ca voyage trèèèèèèès bien les truffes :D

    Répondre
  • uko
    16 avril 2015 - 22 h 29 min

    Je suis surpris de la précision annoncée dans leur pub. Connaître la composition d’une boisson au 1000e près avec son smartphone ? C’est énorme, et et si ça se passe réellement comme dans la pub et que les technologies sont abordables, les débouchés me semblent simplement incroyables.

    Mais c’est un teaser, et je crains que confronté à des conditions d’utilisation réelles le résultat soit bien moins sympa.

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 0 h 44 min

    Photographier celui qui a pétè ! Un grand progrès pour l’humanité !

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 2 h 14 min

    What is that fruit detector app? I want that please

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 2 h 16 min

    what is that fruit detector app? I want that but I can’t see what it’s called… very bad.

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 14 h 40 min
  • 19 avril 2015 - 10 h 49 min

    Personne n’a relevé que la somme des pourcentages est bien au dela de 100% ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *