Synaptics propose de vous identifier avec vos empreintes et votre visage

“Et si le voleur et ben il te coupe le doigt ? Alors ? Hein ? Tu fait comment ?”. Cette phrase, je l’ai vraiment entendue à propos du vol d’appareils contenant un lecteur d’empreintes digitales. Evidemment, c’est une vision un peu pessimiste de ce qu’est la réalité d’un vol de smartphone. Synaptics propose désormais une identification via empreintes ET reconnaissance faciale.

Cela fait un moment que la marque Synaptics propose des solutions biométriques, la plupart du temps il s’agit de capteurs d’empreintes et les dernière générations annoncées par la marque concernent des capteurs qui se situent sous le verre de la dalle de l’écran d’un engin tactile.

Minimachines.net

Mais Synaptics veut aller plus loin et proposer une identification combinant une empreinte digitale de manière classique tout en vérifiant le propriétaire de ladite empreinte via une reconnaissance faciale.

Autrement dit, il faudra non seulement poser son doigt sur un capteur mais il faudra en plus faire son plus beau sourire à sa webcam pour pouvoir accéder à son système ou à une application sensible. Synaptics met à disposition un programme spécifique permettant de choisir quel type d’identification employer suivant vos besoins. Un programme très sensible pourra demander les deux éléments pour se lancer, un autre plus léger n’aura pas besoin de plus que reconnaître votre visage. Un autre pourra juste demander votre empreinte et un dernier rien de tout cela.

On peut donc imaginer des solutions assez flexibles qui accompagneront vos besoins ou votre environnement. Une fois en vacances au ski par exemple, transférer la reconnaissance via empreinte vers une reconnaissance faciale pourrait être un plus, cela éviterait de débloquer votre smartphone en enlevant vos gants. Une application très sensible pourrait également gagner à être mieux protégée par  un double système d’authentification si vous êtes amenés à prêter votre portable pendant une période.

Bref cela ne parait pas si ridicule que cela, d’autant que ce genre d’option est généralement intégrée par les constructeurs directement et que vous la découvrirez sur votre appareil après votre achat. Le seul truc que ce changement n’affectera pas, c’est celui qui vous posait la question en introduction au sujet des risques liés à la détection d’empreintes : “Et si on te coupe le doigt ?” se transformera alors en “ah ben bravo, maintenant on va aussi te couper la tête !”

9 commentaires sur ce sujet.
  • 10 janvier 2017 - 12 h 11 min

    Et tout part chez Synaptics ensuite ?

    db

    Répondre
  • 10 janvier 2017 - 12 h 56 min

    Dans tous les cas une identification par empreinte est subordonnée à un mot de passe ou un code ou un schéma donc pour le vol de tel rien de nouveau sous le soleil, trancher un doigt ou chopper un œil est ridicule (ou arracher le visage Lol)

    Répondre
  • 10 janvier 2017 - 13 h 06 min

    Donc maintenant, le voleur il te coupera le doigt et la tête….

    Répondre
  • 10 janvier 2017 - 13 h 42 min

    @Haruhi: Ou alors il est associé a une clé générée par le système, qui est en théorie mieux sécurisée. Mais cela peut être a double tranchant, en cas de faille du système, on peut se retrouver avec une clé compromise qu’on ne peut pas remplacer sans changer l’empreinte utilisée pour la générer.

    Répondre
  • 10 janvier 2017 - 15 h 58 min

    Oui, enfin si le voleur ne s’intéresse pas à tes photos de tati Georgette à la plage, il peux aussi faire un hard reset et il se retrouve avec un téléphone tout neuf

    Répondre
  • 11 janvier 2017 - 10 h 23 min

    Il est possible depuis longtemps de capter le flux sanguin avec un lecteur d’empreinte. Donc le doigt coupé ne marche pas forcément…

    Répondre
  • 11 janvier 2017 - 13 h 18 min

    Tiré de la prophétie d’Hénoch (pas encore vrai, mais ça approche):
    40) Et avant même la période du Troisième Millénaire, et ce, en 1993, il y aura une dictature européenne politique et économique, qui sera qualifiée d'”Union Européenne” et qui, dans le mal, portera le chiffre 666, car par ce dernier, les citoyens et les citoyennes de tous les états membres seront soumis, en fin de compte, à un contrôle total par des données biométriques figurant sur les cartes d’identité et sous forme de petits disques de données dans la tête ou sur le corps, et seront intégrés à un “système d’identification biométrique” qui sera surveillé et contrôlé par une “banque de données centrale”; de ce fait, le lieu de séjour de chaque personne pourra être déterminé exactement, au mètre près. Ce seront tout d’abord les États-Unis, puis l'”Union Européenne”, qui introduiront cette forme moderne d’esclavagisme, suivis par la suite, alors, d’autres états – avant tout, par la Suisse; au cours de ce processus, les droits personnels et civiques- nationaux des hommes seront sérieusement entravés, ce qui est fondamentalement déjà prévu lors de l’édification de l'”Union Européenne”; à cette occasion, les citoyens seront, en fin de compte, mis totalement sous tutelle et ne seront plus régis que par les autorités, sans détenir encore le droit à une parole de codécision, pour n’importe quelle affaire ou décision nationale.

    Répondre
  • 11 janvier 2017 - 14 h 44 min

    Le Hénoch de la Bible, il a parlé de tout ça ? Sources ?

    Répondre
  • 11 janvier 2017 - 21 h 02 min

    @Dliryc:

    Non pas le Hénoch de la bible (le livre d’Hénoch n’est d’ailleurs pas reconnu par la plupart des églises).
    La prophétie d’Hénoch publiée en 2004 en anglais dans le livre And still they fly ! de Guido Moosbrugger.
    Livrée par un certain Billy Meier.
    Cordialement.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *