Hausse des tarifs : Sale temps pour la mémoire vive

La montée des prix des modules de mémoire vive ressemble à la montée des eaux de nos fleuves en cette fin de mois de Janvier 2018. On ne sait pas vraiment où cela va s’arrêter et pour cause : tous les ingrédients sont là pour que les tarifs continuent d’évoluer à la hausse. Lentement mais surement.

Cette hausse n’en finit plus d’inquiéter les fabricants qui se retrouvent face à des choix cornéliens dans la création de leurs nouvelles machines. Le marché de la mémoire vive est celui d’une bourse, ni plus ni moins. Il fonctionne suivant une règle simple. Celle de l’offre et de la demande. Plus la demande augmente et provoque une pénurie, plus le prix flambe. Si au contraire l’offre est plus importante que la demande, le prix baisse. 

2018-01-30 19_37_00-minimachines.net

A la différence d’autres matière première cependant, la mémoire souffre d’un effet de levier supplémentaire en ce sens que l’offre et la demande sont impactés par les capacités de production qui peuvent substituer un produit à un autre. Un fabricant de module qui propose un certain type de mémoire peut basculer sur un autre si il juge ce choix plus judicieux pour son bénéfice. Si, par exemple, une partie de son parc de machines peut fabriquer de la mémoire DDR3L ou de la DDR4 et que la demande est plus forte et plus rentable sur la DDR4, il va produire en masse de la DDR4. Ce qui pousse le phénomène à être cyclique car son choix provoquera à son tour une pénurie de DDR3 puisque lui et ses collègues feront le même raisonnement logique. Cela dure le temps qu’une norme de mémoire supplante l’autre, la DDR a été remplacée petit à petit par la DDR2 puis la elle s’est effacée à son tour face à la DDR3 puis… Puis rien du tout. Les deux derniers formats de mémoire coexistent désormais ensemble sur le marché et de nombreuses machines récentes sortent en DDR3 aujourd’hui même si la DDR4 plus récente est apparue depuis lors.

Les tarifs des deux normes en sont venus à s’équilibrer et comme le marché réclame l’un ou l’autre format tour à tour, les prix se sont ainsi stabilisés. Puis se sont envolés. On est passé par exemple d’un kit de mémoire vive DDR4 classique commercialisée à 75€ en Janvier 2016 au même Kit de mémoire proposé à plus de 180€ aujourd’hui. Une flambée incroyable pour un élément indispensable de nos machines.

Un exemple plus précis ? Une puce de DDR4 de 512Mo coûtait en Octobre 2016 1.88$ au plus haut. Un an plus tard en Octobre 2017 ce tarif est monté à 3.78$. Aujourd’hui en Janvier 2018 ce tarif est de 5.18$ au plus haut…

2018-01-30 18_57_50-minimachines.net

Le site DrameXchange indique le prix des modules au jour le jour

Pour le module de 1 Go de DDR4 même combat, 3.71$ en Octobre 2016, 7.66$ en Octobre 2017 et seulement trois mois plus tard pour cette fin Janvier 2018 on est à 9.75$ au plus haut de sa côte. Le plus chanceux des acheteurs aujourd’hui a pu faire une affaire en achetant des modules 1 Go à 9.05$ soit presque trois fois le tarif de 2016.

Il s’agit du prix des modules de mémoire, avant même leur intégration sur un support, leur mise en vente et les différentes marges et taxations qu’ils subissent. Pour une barrette de 8 Go, on a déjà donc plus de 70$ de « matière première ». A la mi 2016, on pouvait trouver en magasin un module SoDIMM de 16 Go de DDR4 pour 70€. Aujourd’hui, cela représente juste le prix des modules ! 16 Go de DDR4 2400 se négocie environ 160€. Et le problème peut s’amplifier encore pour peu que l’on vise des modules plus rapides comme de la DDR4-3000 ou 3200.

2018-01-30 20_07_03-minimachines.net

Une partie de ce phénomène s’explique par la gourmandise des fabricants de smartphones. Ceux-ci demandent désormais des quantités astronomiques de mémoire vive pour leurs modèles haut de gamme. Alors que le marché se contentait rarement de plus de 2 Go de ram en 2016 on est aujourd’hui fréquemment surpris de découvrir des appareils doté de 3 Go en entrée de gamme mais également de 4, 6, 8 et même 10 Go de mémoire vive pour certains modèles. Si les modules ne sont pas identiques d’un monde à l’autre, la mémoire LPDDR4 d’un smartphone n’est pas la même que celle d’un PC classique, le fait que la demande soit forte pousse les fabricants à s’orienter vers certains secteurs au détriment des autres. Les fabricants ont orienté leur production en masse vers le monde mobile depuis la mi 2017.

Les fabricants ont stocké de la mémoire pour leurs smartphones en masse et désormais, alors que le prix s’est légèrement affaissé, ils ne savent plus trop quoi en faire. Ce qui explique l’intégration de plus en plus forte de mémoire dans certains modèles. Des marques sans grande visibilité tentent de faire parler de leurs modèles en multipliant la capacité de leur smartphones. La marque Vivo vient, par exemple, d’annoncer un XPlay7 haut de gamme avec pas moins de 10 Go de mémoire vive et pas moins de 512 Go de stockage. Soit beaucoup plus que le PC qui me sert à écrire ce billet. Aucun intérêt si ce n’st la guerre de communications que se jouent des marques comme celle-ci. Leur appareil peut compter sur un relais médiatique avec de telles spécifications même si, au final, ce seront les modèles aux capacités plus classiques qui se vendront réellement.

2018-01-30 20_08_00-minimachines.net

1 To de mémoire vive sur un serveur Intel

L’avenir de la mémoire vive apparaît encore plus sombre.

Le retour à un beau fixe sur la mémoire semble aussi évident qu’un retour du beau temps pour les jours à venir. Au contraire, beaucoup imaginent que les failles Spectre et Meltdown récemment révélées pourraient avoir un impact catastrophique sur le marché.

Alors qu’on annonce des correctifs matériels sur les prochaines puces et de nouveaux designs sur les actuelles pour la fin de cette années, les premiers clients qui vont surement passer vers de nouvelles solutions processeurs seront probablement les entreprises pour changer de serveurs. Des milliers et des milliers de machines, très riches en mémoire vive sont actuellement impactées par ces failles et c’est un vrai souci pour la sécurité leurs entreprises. Le premier réflexes des vendeurs de ces serveurs à réception de solutions matériellement débarrassées de ces vulnérabilité sera de le communiquer à leurs clients ce qui provoquera sans doute un effet boule de neige concernant leurs achats.

Si l’ensemble des serveurs impactés par Meltdown et Spectre subissent un lifting à la même date, ce secteur va absorber une quantité de mémoire vive incroyable et fera mécaniquement augmenter encore plus haut les tarifs.

Difficile de voir une accalmie pour les trimestres à venir, la dernière fois que je vous ai parlé de mémoire vive l’année dernière je n’étais pas très optimiste. Malheureusement, cette année cela semble encore plus sombre.

24 commentaires sur ce sujet.
  • 30 janvier 2018 - 21 h 14 min

    Ce billet arrive juste au moment où je me disait que rajouter de la RAM à mon PC lui ferait du bien :/

    Répondre
  • dja
    30 janvier 2018 - 21 h 39 min

    Merci Pierre.
    Effectivement, ca fait un moment que les prix augmentent insidieusement et il est temps de provisionner un peu… surtout en période de solde. J’en ai pris un carton pour mes serveurs.

    Si vous cherchez, vous avez de la ram 4x16Go ddr4 à 370 euros chez cdiscount.
    J’ai payé 480 euros il y a un mois pour la même chose.

    Répondre
  • 30 janvier 2018 - 22 h 20 min

    Merci pour cet article ! Tu t’es super bien documenté.

    Répondre
  • 30 janvier 2018 - 22 h 36 min

    bel article, bravo !

    Apres je pense que pour les serveurs, les entreprises on des technicien qui peuvent récupérer les barrettes des anciennes machines, pour les nouvelles machines sans failles cpu !

    Et surtout que je pense que la ram est pas si importante que ça pour un usage particulier , meme pour un gamer au dela de 16 go, usager de machine virtuelle, etc. Je suis optimiste perso :)

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 0 h 05 min

    Je monte un PC, je voulais mettre 16Go pour être peinard, depuis que j’ai vu les tarifs, je m’arrête à 8Go, le minimum vital.
    8 Go à 75,91€, trouvée en Allemagne chez Mindfactory (avec les autres composants CM, ventirad, SSD, proc …)
    Sinon, ce week end il y avait moyen d’acheter 16Go en FuryX à 111€ chez Gearbest.
    Mais, ayant un besoin urgent de la machine, je n’ai pas commandé, je ne peux patienter 3 semaines pour être livré.

    Mais si la mémoire est chère, pourquoi les SSD voient ils leurs prix baisser ?

    Cdlt

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 3 h 44 min

    @Robinet: Bah déjà réalise le temps sur lequel les CPUs sont touchés par la faille (Haswell au minimum pour meltdown chez intel et au moins bulldozer chez AMD pour spectre)

    Ce qui veux dire archi DDR3 pour tous ces serveurs, comme ils cherchent la pérénité, ils vont pas rester la dessus et utiliser des Rams daté sur des machines neuves, sans compter que d’un point de vue purement entreprise, le coût déployé en démontage remontage de ram sur plusieurs dizaines de baies n’est pas intéressant

    Les acteur qui feront ça ne seront clairement pas ceux qui pèseront dans la balance mais les plus petites boites, celles qui ont besoin d’un serveur mais dont chaque euro compte.

    Ce qui m’inquiète surtout, c’est l’augmentation de la production ECC pour ses serveur qui va a nouveau grever les lignes de productions LPDDR et DDR/L du coup l’augmentation se répercutera aussi sur les smartphone

    @Emmanuel: La Dram (mémoire dynamique à la base des DDR) et la Nand n’utilisent pas le même procédé de fabrication ni les mêmes chaines, c’est pour ça.

    Répondre
  • Luz
    31 janvier 2018 - 7 h 22 min

    Cet article m’a fait réaliser qu’il va y avoir une foultitude de serveurs récents qui vont arriver sur le marché de l’occasion et avec une offre supérieur à la demande, les prix vont être intéressants pour qui cherche de la puissance de calcul sans avoir besoin d’être en ligne.

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 9 h 09 min

    En même temps, après Meltdown et Spectre il y a aura d’autres failles (les failles mémoire et proc ne sont pas nouvelles mais comme <> (sic) n’en parlent pas tout va bien).
    Investir dans un nouvel équipement c’est essentiellement de la comm (comme pour ces grands media (sic), les patches existants corrigeant 99% des soucis. De la comm pour pouvoir dire : nous avons pris les mesures radicales pour nos clients, bien entendu, à présent, le service coute un peu plus cher car il a fallu investir.

    Les fabricants de cartes, les assembleurs de machines et les hébergeurs de service vont donc nous faire le coup de Seagate en 2011 avec la soi-disante inondation de la capacité de production de disques thaïlandaise (résorbée en 3 mois) [1].
    6 ans après ! Et, encore, je ne parle pas en euros constants.

    C’est l’occasion rêvée d’en profiter un max et je pense qu’ils ne vont pas s’en priver, Intel y compris. À notre détriment bien entendu.

    [1] Les taros des disques dans les formats qui existaient alors (1 To, 2 To, facteurs 3,5″ et 2,5″) viennent à peine de revenir à leur niveau de début octobre 2011.

    db

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 9 h 11 min

    En même temps, après Meltdown et Spectre il y a aura d’autres failles (les failles mémoire et proc ne sont pas nouvelles mais comme « les grands médias » (sic) n’en parlent pas tout va bien).
    Investir dans un nouvel équipement c’est essentiellement de la comm (comme pour ces grands media (sic), les patches existants corrigeant 99% des soucis. De la comm pour pouvoir dire : nous avons pris les mesures radicales pour nos clients, bien entendu, à présent, le service coute un peu plus cher car il a fallu investir.

    Les fabricants de cartes, les assembleurs de machines et les hébergeurs de service vont donc nous faire le coup de Seagate en 2011 avec la soi-disante inondation de la capacité de production de disques thaïlandaise (résorbée en 3 mois) [1].

    C’est l’occasion rêvée d’en profiter un max et je pense qu’ils ne vont pas s’en priver, Intel y compris. À notre détriment bien entendu.

    [1] Les taros des disques dans les formats qui existaient alors (1 To, 2 To, facteurs 3,5″ et 2,5″) viennent à peine de revenir à leur niveau de début octobre 2011.
    6 ans après ! Et, encore, je ne parle pas en euros constants.

    db

    Répondre
  • yan
    31 janvier 2018 - 9 h 51 min

    Sur les serveurs, il pourrait y avoir une bonne part de CPU changé si Intel ne changeait pas les pinout à chaque génération ou presque.
    Vu le prix de la DDR, a la place de leur gros clients, je ferais en sorte de les motiver à sortir des version de CPU matériellement corrigées pour les socket de quelques générations encore massivement utilisées. Versions identifiables grâce à l’ajout d’un flag (ceux visibles dans /proc/cpuinfo sous Linux) et qui n’auront alors pas à utiliser les rustines logicielles.
    Ils pourraient même les fournir à prix coutant, ce serait vraiment le minimum après une bévue pareille.

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 11 h 22 min

    donc avec mes 32 go achetés a vil prix il y a deux ans je suis en fait super riche ^^

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 11 h 26 min

    De plus, maintenant qu’on soude les mémoires sur les ordi actuels, je me demande si ça ne fait pas non plus augmenter les prix (les gens souhaitant une flexibilité doivent payer plus cher car le volume des barrettes est moindre).

    Plus que jamais, le marché de l’occaz est à explorer.

    Répondre
  • dja
    31 janvier 2018 - 12 h 10 min

    @Luz:
    Spectre et Meltdown ne sont pas des failles exploitables à distance en tant que tel. Il faut pouvoir exécuter du code sur la machine.

    Donc si vos serveurs ont un software maitrisé, c’est à dire pas de user qui peut faire tourner du code en local, vous n’avez pas de risque et aucun besoin de patcher retpoline.
    Les hosting mutu et autre cloud, c’est mort effectivement. A ce jour sous linux, kernel 4.15 obligatoire avec la recompilation de tous les binaires avec gcc patché retpoline.
    Les desktops c’est le même topo.

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 12 h 20 min

    Mon nouveau Mac a 64Go, je suis tranquille pour un moment

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 12 h 24 min

    @Gaduc: En fait tu vas avoir le soucis habituel : Les assurances.

    Si ton business se base sur des serveurs et que tu ne fait pas la mise à jour, même si elle est inutile dans 95% des cas, tu as un soucis avec ton assureur…

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 13 h 27 min

    et dire que j’ai acheté mes 16Go de ram 30€ d’occase il y a 4 ans, avec un I7 2600 à 90€ le monde a changé !

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 13 h 36 min

    je me demande si il y a vraiment une demande pour le changement des serveurs en circulation étant donné qu’ils sont basé en majorité au état-unis et avec la loi sur la neutralité les entreprises vont pouvoir profité du moins de puissance à usage prioritaire à ceux qui payent le plus ^^

    Répondre
  • 31 janvier 2018 - 19 h 03 min

    C’est un marché de masse par contre ,je pense que nos fabricants ne peuvent pas a la fois fabriquer des mémoires de SDD et fabriquer des mémoires pour les barrettes de RAM .
    Rajoutons a cela les mémoires utilisées dans les cartes vidéos et juste pour les ordinateurs cela fait une grosse demande .

    Je vais te rajouter qu’il faut aussi fabriquer la matière première pour faire ces RAM et que si il y a peut etre assez d’usines pour fabriquer des puces ,il y a peut etre pas assez d’usine pour faire de la matière première .
    Sur l’ensemble ,il faut rajouter le transport et la spéculation de la crise actuelle .

    C’est sur qu’avec aucune usine de RAM ou de processeurs chez nous ,les vendeurs et les fabricants peuvent faire ce qu’ils veulent .

    MAINTENANT ,reste a savoir si les fabricants ont absolument besoins d’intégrer autant de RAM sur un PC ou une carte vidéo .
    En rajoutant le monde Android et les TV BOX ,il faudrait peut etre du composant Européen dans l’électronique .
    Composants qui il y a pas si longtemps étaient Français ,Italiens ,Anglais ,Allemands .

    Répondre
  • 1 février 2018 - 17 h 22 min

    Par curiosité j’ai ressorti la facture de mon PC assemblé en 2009, typé « Bureautique + » :

    – 2 Go de DDR2 de gamme moyenne à 35 euros.
    En effet à ce rythme on va bientôt être revenus au prix au Go d’il y a 9 ans…

    Mais surtout, le cout de la RAM pour un PC standard était à l’époque de 35 euros; aujourd’hui il est de 100 euros ( 8 Go )

    Pour aller plus loin, pour le prix de ma config de l’époque ( 450 euros sans OS ) à base de e5200, on a aujourd’hui un PC peut-être deux fois plus performant… pas de quoi motiver un renouvellement fréquent de matériel à ce rythme. Surtout quand l’apport le plus flagrant est lié à la démocratisation des SSD.

    Aujourd’hui comme je ne fais pas de montage et ne joue pas, ce PC upgradé entretemps en RAM, SSD, ventirad me semble aussi performant pour mon usage que les derniers i5 arrivés au travail.

    Et il a une carte mère dotée d’un BIOS pas pénible et d’un truc qui semble avoir disparu: un connecteur pour lecteur de disquettes. Indispensable vs les lecteurs externes parait-il pour récupérer des disquettes de vieux ordis exotiques.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 19 h 10 min

    J’ai bossé dans la distribution informatique début 1991, et dans la vente à partir de fin 1992 (auparavant je m’occupais de la formation des utilisateurs).
    a l’époque j’avais un Atari 520 STF, que j’avais transformé en 1040 STF en installant 4 barrettes de 256 ko !!! barrettes qui provenaient des Macs que nous vendions et dans lesquels nous installions des extensions de mémoire de 4 x 1 Mo, au tarif de quasi 1000 F le Mo …
    Pour les plus jeunes 1 000 F c’est 150€, enfin pas tout à fait, mon salaire de l’époque devait être de 7000 ou 7500F, alors qu’une instite débutante touchait moins de 6000F (donc moins de 1000€).
    Juste pour terminer, les 2cv Dolly, sorties à cette époque valaient 35 000F, leur côte est actuellement de 9000€ !!!
    J’ai acheté 2x4Go de ddr3 sodimm fin 2016 -> 47€ …
    la même sur Amazon : 64€ -> +27%

    @+

    Répondre
  • 1 février 2018 - 20 h 14 min

    […] ACTU Hausse des tarifs : Sale temps pour la mémoire vive […]

  • 5 février 2018 - 11 h 54 min

    Moi qui voulait racheter de la mémoire vive, c’est mal parti à court terme …

    Répondre
  • 7 février 2018 - 15 h 09 min

    […] ACTU Hausse des tarifs : Sale temps pour la mémoire vive […]

  • 25 mai 2018 - 4 h 26 min

    Les augmentations de prix peuvent vraiment changer beaucoup de choses que nous faisons et peuvent devenir un problème très sérieux dans tous nos plans; au moins c’est une économie quelque peu stable; Je ne veux pas imaginer ce que les gens vivent au Venezuela avec la hausse des prix à cause du communisme hahahaha.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *