Rockchip x86, Le fondeur va pouvoir fabriquer des puces Intel

Intel va autoriser, et encourager, le fabricant Chinois Rockchip dans la fabrication de puces X86. En reprenant à sa manière la méthode d’ARM qui vend les licences de ses processeurs, Intel pense pouvoir réduire les tarifs de ses puces à moyen terme. Rockchip X86, c’est pour bientôt !

Il ne s’agira évidemment pas de puces très haut de gamme chez Intel, celles-ci réclament des compétences techniques que Rockchip n’a pas. Mais en visant le marché entrée de gamme sous Android, le fabricant Chinois peut trouver avec ces puces une nouvelle manière de distribuer ses produits. Des Rockchip x86 low cost pour des machines 3G et 4G à prix défiant toute concurrence.

rockchip android

Rockhip est une fabricant Fabless, autrement dit, il ne possède pas d’usine à lui mais emploie des fondeurs indépendants qui gravent ses processeurs. Son travail est donc limité à la conception de puces, ARM pour le moment, et à la distribution de celles-ci auprès de ses partenaires. La marque concoit également des modèles de carte mère génériques que des fabricants de tablettes, TV-Box et autres reprennent à leur manière pour fabriquer leurs produits.

RockChip HKTDC

Connu pour ses puces ARM, en particuliers les RK3066 et RK3188/RK3288, Rockchip a une solide expérience de ce travail avec des usines de production de processeurs. Expérience dont va profiter indirectement Intel.

Cet accord passé avec Intel pour des Rockchip x86 est tout autant stratégique qu’économique. Avec des processeurs Rockchip exploitant la technologie x86, Intel va pouvoir occuper le marché des tablettes entrée de gamme sous Android en limitant ses dépenses tout en préservant son image.

Intel gardera en effet son logo présent sur les tablettes produites, reléguant ainsi Rockchip comme un sous traitant quasi invisible pour le grand public. La marque ne disparaît donc pas des étalages, au contraire.

Les processeurs produits seront moins chers que les puces actuelles, elles viseront le marché de l’entrée de gamme basée sur l’architecture SoFIA d’Intel, des Atom quadruple coeur intégrant des modems 3G. Les clients auront donc des produits moins chers en magasin.

Cela permettra également à Intel de débarrasser ses chaînes de production de ces puces low-cost qui ne lui rapportent plus beaucoup d’argent et de mettre à niveau son parc pour s’attaquer à l’arrivée future des puces en 14 nanomètres. Contrairement à beaucoup d’autres, Intel a ses propres chaines de production et celles-ci doivent être le plus rentables possible pour le fondeur. En confiant ses puces les moins rentables à Rockchip pour les sous traiter, Intel fait un coup double. Il libère ses propres usines tout en venant s’intercaler dans la production des rares fondeurs de processeurs aptes à fabriquer du Rockchip x86. Usines dont le  calendrier de production est déjà sévèrement bouclé par ARM.

Asus Fonepad

Les premières puces Rockchip-Intel sont prévues pour le quatrième trimestre avec des processeurs double coeur embarquant un modem 3G. De quoi construire des phablettes abordables comme la Asus Fonepad qu’on a vu tomber à moins de 160€ en 3G. Le nouveau PDG d’Intel avait indiqué que ses processeurs allaient débarquer dans des tablettes sous les 100$ en 2014, une stratégie qui se comprend mieux avec ce type de partenariat.

Des processeurs Rockchip x86 quadruple coeur avec modem 4G devraient être disponibles dés la première moitié de 2015 avec toujours un scénario low-cost en tête. Un processeur 4 cœurs en 3G, toujours à destination de solutions abordables est également prévu début 2015.

Reste à savoir si Intel veut signer d’autres contrats de ce type avec d’autres marques de processeurs, une manière de contrer ARM en reprenant sa stratégie de développement sachant que les concurrents de cette marque comme Mediatek ou AllWinner ne verront qu’une seule chose au final, les bénéfices dégagées par ce dernier avec cette opération.

Source : AnandTech

12 commentaires sur ce sujet.
  • 28 mai 2014 - 16 h 26 min

    « Rockchip a une solide expérience de ce travail avec des usines de production de processeurs. Expérience dont va profiter indirectement Intel. »

    Mouais, si on peut supputer qu’intel ait dans la tête de contrer ARM là ou Rockchip est bien implanté, cad sur des SoC à smartphones/tablettes qui pourraient alors intégrer ses coeurs x86 a côté des modules de communication etc… Côté technos silicium et fabrication, c’est pas une boite chinoise qui ne fait que coller des IP ensembles dans un SoC qui a à leur apprendre quoi que ce soit de son côté.

    Surtout qu’ils ont jusque là su garder la main sur la fab contrairement à AMD. Leur poids leur permettant de garder la main sur cet aspect industriel qui gagne, bien plus que dans d’autres secteurs, a marcher main dans la main avec la R&D.

    Toutes les innovations silicium en terme de shrink, transistors 3D/tri-gate, etc… de ces dernières années c’est pas les moines copistes/collistes de Rockchip qui les ont sorties.

    En comparaison c’est des clowns!

    Répondre
  • 28 mai 2014 - 17 h 08 min

    @yann: C’est pas technique là l’expérience dont je parle, c’est logistique et marketing. Rockchip sait travailler avec les fondeurs disponibles du marché,Intel en profitera en sous-marin.

    Répondre
  • 28 mai 2014 - 18 h 48 min

    Un autre aspect dans le commerce, lorsque Intel frappe à la porte pour éventuellement sous-traiter un peu de prod pas très rentable pour lui il est doublement en position de faiblesse.
    D’abord c’est Intel donc le prix va s’envoler et ensuite il veut fourguer un truc pas rentable pour lui.

    Par contre je pense que quand c’est Rockchip frappe à la porte des mêmes fondeurs ils reçoivent un accueil tout autre. On vire les canapés et les petits fours car ils doivent savoir que le client va négocier dur et ira au plus offrant/arrangeant.

    Bref, commercialement c’est pas forcément idiot de la part de Intel et il ne peut en tous cas pas perdre des masses de fric dans ce coup.

    Répondre
  • 28 mai 2014 - 19 h 08 min

    Waoh… ça va rappeler un peu la bonne vieille époque des cyrix/AMD/siemens :p

    En tout cas, enfin une manoeuvre intelligente de la part d’un fabicant de processeur. Bientôt peut-être dur Rockchip x86 fabriqué par Samsung et licencié par Intel…

    Tout ce qui pourra faire baisser le prix des petites machines x86 est une excellente nouvelle. Surtout avec des drivers libres pour le GPU ;)

    Répondre
  • 28 mai 2014 - 20 h 01 min

    Je pense que d’ici deux ans, VIA va nous ressortir par magie des processeurs X86 vachement plus aboutis que par le passé…
    non j’ironise, mais bon, sait-on jamais!

    Répondre
  • 29 mai 2014 - 0 h 13 min

    Retour au x86, aucun intérêt pour moi.

    Répondre
  • 29 mai 2014 - 1 h 49 min

    @baldarhion: (j’ai comme une impression de « déjà vu »…désolé!) en ce qui concerne les pilotes graphiques « open-source » pour Linux qui sont un des points fort de la gamme Bay Trail, c’est pas encore gagné pour ces futures puces d’entrée de gamme.

    Même si on ne sait pas encore de quels GPU seront équipés ces processeurs « Sofia », il y a fort à parier qu’à l’instar des Merrifield qu’Intel destine actuellement aux smartphones, ceux-là soient également pourvus d’une puce graphique PowerVR (à l’origine de nombreux suicides et autres désordres psychiatriques graves chez les « linuxiens » équipés de netbook/Atom à base de GMA500)

    Après peut-être que tout en bas de la gamme, là où la compétitivité au niveau des performance 3D sera secondaire, on aura droit à de la puce graphique Intel faiblarde.

    Répondre
  • 29 mai 2014 - 19 h 36 min

    @Malak : Oui, j’avais oublié ce détail :/ Effectivement, pour des raison énergétiques, les PowerVR pourraient être de retour…

    Ou alors on pourrait rêver à un coeur HD graphic avec moins d’unités… Hum… Je croise les doigts… Ou alors que Mir aboutisse (mais je crois que c’est loin d’être gagné……..)

    Répondre
  • 29 mai 2014 - 21 h 00 min

    @baldarhion: le serveur Mir d’Ubuntu n’est pas le seul projet à utiliser LIBHYBRIS, la « couche de compatibilité logicielle » (une sorte de super « wrapper ») dont j’ai déjà parlé ici et qui permet la réutilisation dans un Linux standard de pilotes matériels prévus pour Android.

    Non seulement, tout développeur motivé peut s’en emparer librement (code sur GitHub) et cela s’avère déjà être un champs d’expérimentation intéressant pour les nombreuses cartes de développement à processeur ARM, souvent mieux pourvues en pilotes côté Android, en particulier pour tout ce qui concerne l’accélération matérielle.

    Et surtout le créateur de cette librairie, Carsten Munk, a depuis été embauché chez Jolla (et son smartphone sous Linux) pour s’occuper de la partie graphique de leur SailfishOS.

    Pour ceux qui veulent approfondir (et qui comprennent l’anglais), une présentation de ses récents travaux a été faite lors du FOSDEM 2014 :
    http://jollafr.org/presentation-technique-dans-les-profondeurs-de-sailfish-os-par-carsten-munk-au-fosdem-2014/
    (en plus du pdf, y’a un lien pour la vidéo dans les commentaires)

    Répondre
  • 26 septembre 2014 - 16 h 04 min

    […] appareils mobiles. Intel n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai puisqu’un partenariat avec le fabricant Rockchip a été signé il y a quelques temps. Partenariat autorisant le fabricant Chinois a reprendre les […]

  • 3 octobre 2014 - 22 h 27 min

    […] ses puces x86. Il proposera bien sûr une gamme low-cost qu’il fera réaliser par Rockchip et ses nouveaux partenaires Chinois pour que cela lui coûte moins cher. Intel jouera également […]

  • 2 mai 2016 - 14 h 30 min

    […] grand perdant de l’aventure est sans conteste Rockchip, fabricant ARM allié avec Intel pour la farbication de ses puces SoFIA. Les plans de commercialisation tombant à l’eau, le partenariat a fait long […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *