Qualcomm s’offre Wilocity et le Wireless Gigabit

300 millions de dollars, c’est le montant supposé du rachat de Wilocity par Qualcomm. Pour que le géant de l’électronique s’offre une startup en investissant une telle somme, c’est qu’elle a mis au point le WiGig ou Wireless Gigabit.

Qualcomm, connu pour ses puces SnapDragon, vient donc de s’offrir Wilocity, une startup parfaitement inconnue du grand public. Si 300 millions de dollars ont été dépensés dans cette affaire, c’est que Wilocity propose une technologie qui intéresse Qualcomm, quelque chose qui pourrait faire date dans les usages de nos futures machines, le Wireless Gigabit.

Wigig

Le WiGig ou wifi 802.11ad offre une connexion supérieure au Wifi le plus rapide et fonctionne sans fil, sur de courtes distances, mais suffisamment grandes pour imaginer un fonctionnement totalement fluide entre une machine portable et un dock sédentaire. Fonctionnant sur la bande des 60 GHz, le Wireless Gigabit permettrait à une machine de type portable de communiquer avec un récepteur  pour transmettre à la fois le signal vidéo, le signal audio et les données de la machine : De la même manière que l’on branche aujourd’hui un portable à un dock via USB 3.0 ou ThunderBolt, le WiGig permettrait de retrouver ses données sauvegardées sur un disque dur tout en affichant le contenu de sa machine sur un seconde écran fixe et en imprimant des documents. Le tout sans avoir à brancher aucun fil.

Si on met en parallèle le WiGig et le chargement sans fil, on obtient donc un bureau capable d’accueillir un portable  ou une tablette de manière totalement naturelle : A l’approche de sa machine de la zone couverte par ces services, on retrouve donc un ordinateur de bureau complet pendant que la batterie se recharge, en s’éloignant on perd les fonctions de recharge et de communication avec les éléments sédentaires. Pas de manipulation supplémentaire, pas de fil à la patte…

On peut également définir simplement une zone sans fil ultra rapide autour de son récepteur 802.11ad et, si son smartphone ou sa tablette sont compatibles, récupérer ou transférer films, musiques et photos en quelques secondes… Le futur.

Wigig

Pour Qualcomm en tout cas, le Wireless Gigabit est un élément suffisamment différenciant du reste de la concurrence pour injecter cette somme rondelette. Atheros, racheté par Qualcomm et intégré à leurs puces, était déjà actionnaire de Wilocity. Un actionnariat qui a surement décidé au rachat de la globalité de la startup avec un oeil sur le potentiel de cette technologie. Le futur processeur ARM Snapdragon 810 devrait embarquer, en plus des éléments classiques de la marque, le Wireless Gigabit.

C’est surtout que la technologie pourrait empoussiérer d’un coup la concurrence comme l’arrivée du Wifi a totalement mis au rebut les portables disposant seulement d’un réseau filaire en quelques mois, il y a quelques années. Avec cette solution, Qualcomm a une arme concurrentielle forte et très simple à expliquer au grand public. La démonstration d’une solution WiGig en magasin ou via une campagne publicitaire sera suffisamment forte pour faire la différence.

Je m’inquiétais du recul de Qualcomm sur ses puces ARM quand la marque abandonnait sur certains modèles ses designs spécifiques Krait et Adreno au profit de solutions génériques ARM et Mali. Avec ce type d’investissement, Qualcomm retrouve le chemin de l’innovation. Reste juste à espérer que cette  nouvelle technologie ne soit pas confisquée par un appetit financier trop vorace de la part de Qualcomm. Si la technologie sans fil est prometteuse, certains ne seront pas prêts à couper les liens face à un investissement trop important.

Source: The Wall Street Journal

5 commentaires sur ce sujet.
  • rik
    3 juillet 2014 - 13 h 54 min

    Un bémol : ne pas oublier que sur 60 GHz, le moindre obstacle et couic, plus de liaison radio. Ce super-méga-hyper haut débit ne fonctionnera donc que dans une seule et même pièce, ou en multipliant les points d’accès dans une habitation ou un bureau. Et on n’oubliera pas non plus qu’il s’agit d’hyper-fréquence, avec les risques que cela pourrait supposer si la puissance était inadaptée.

    Le LiFi serait sans doute plus adapté pour du très haut débit je pense, mais pour le moment rien de très probant n’est encore disponible.

    Répondre
  • 3 juillet 2014 - 14 h 29 min

    Mais du coup le LiFi c’est pas pareil pour les obstacles ?

    Répondre
  • 3 juillet 2014 - 19 h 00 min

    Punaise, la gueule du requin !!!

    Répondre
  • 3 juillet 2014 - 19 h 47 min

    @rik
    Moi, je me pose une éternelle question, c’est comment le Lifi gère l’envoi des données de l’appareil vers le réseau, celui-ci ne possédant pas d’ampoule et l’ampoule pas de récepteur ? J’imagine que le Lifi n’implique que la réception.

    @Sopilou
    Cette image est plus l’illustration du poisson qui a avalé Jonas dans le récit biblique pendant 3 jours et 3 nuits, qui est, à supposer sa capacité à avaler entier un homme, un cachalot.

    Concernant cette technologie, il y a un bon coup à jouer mais qui restera dans le smartphone haut de gamme comme ceux qui gèrent le NFC et la recharge à induction.

    D’ailleurs, faudra-t-il que les box, les routeurs le gèrent aussi ou on peut imaginer des connexion ad-hoc avec des docks (sans jeu de mots…) ?

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 16 h 41 min

    @rik: +1 pour le lifi!!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *