OUYA : Pas de multiplayer au lancement et des contenus protégés

OUYA : Pas de multiplayer au lancement et des contenus protégés

La console Android Ouya a mis en avant ses possibilités de jeux multijoueurs en ligne dés le début de sa campagne KickStater comme un de ses principaux point forts. Malheureusement il semblerait que les titres ne puissent pas en profiter à son lancement mais « plus tard cette année ».

C’est une légère déconvenue pour les acheteurs de la console, la possibilité de jouer à plusieurs en ligne a été savamment mise en avant par la marque et indiquer qu’elle ne sera pas disponibles à quelques jours de la livraison des précommandes peut paraître un peu cavalier.

Mise à jour : Apparemment seules les fonctionnalités annexes, concernant l’activité au sein de la plate forme de Ouya, ne seront pas en place : Liste d’amis, gratifications, trophées… Les jeux multijoueurs existant actuellement sur Android pourront profiter de ce mode de jeu.

L’option ne disparaît pas et il reste possible de jouer à plusieurs en local : les kits de développement sont livrés avec 2 manettes de jeux, ce qui laisse entrevoir un avenir totalement multijoueur autour d’une télé pour l’objet. Mais il faut sans doute du temps pour que les développeurs puissent porter leurs titres Android avec un jeu multijoueur en ligne comme SG DeadZone ne sont pas légion.

Julie Urhman, la CEO de Ouya a profité du SXSW Interactive festival au Texas pour expliquer plusieurs autres points au sujet de la console. D’abord la façon de protéger les contenus. Si la Ouya se revendique comme « hackable » et « ouverte » aux développements logiciels et matériels, elle sera tout de même particulièrement protégée dans son usage contre certains usages jugés inadéquats ou illégaux : Ainsi les contenus qui transiteront par les serveurs de Ouya filtreront les contenus pirates ou pornographiques. De la même manière les jeux Ouya nécessiteront une connexion permanente à leur serveur pour être jouables.

Pas possible d’exploiter la console  en mode offline pour utiliser les titres Ouya, il faudra passer par leurs services. Il reste possible, comme on l’a vu avec XBMC, d’exploiter d’autres distributions ou jeux sur la console en mode déconnecté.

Autre info de taille, la console Ouya pourrait être intégrée dans le futur à des téléviseurs. Rien d’officiel pour le moment mais à entendre la CEO d’Ouya, on a bien l’impression que des pourparlers avec des marques sont déjà en cours et il serait alors possible d’acheter une télé connectée grâce à la console Android. Une solution pas évidente pour certaines marques déjà très impliquées dans des TV connectées comme Samsung mais qui pourrait faire mouche auprès de plus petites compagnies.

En les débarrassant de la fabrication et de la conception logicielle d’une Smart TV, certaines marques pourraient plus facilement proposer des télé connectées. Reste que Ouya va se heurter à un petit problème. Je ne suis pas sur que Google soit ravi de voir un nouvel arrivant sur le marché exploitant son système Android sans passer par le market pour venir s’implanter dans des téléviseurs. Le moteur de recherche travaille d’arrache pied pour proposer ses google TV et voir ainsi Ouya se positionner en « parasite » de la même façon qu’Amazon avec ses tablettes ne sera probablement pas à son goût.

Source : The Verge.

19 commentaires sur ce sujet.
  • 12 mars 2013 - 14 h 54 min

    « Pas possible d’exploiter la console en mode offline pour utiliser les titres Ouya »

    Une très grosse déconvenue non ? Un peu gourmand les gens de Ouya alors qu’ils sont encore à 0% de part de marché.

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 14 h 55 min

    Pas cool pour le multijoueur absent et la connexion requise pour jouer à des jeux même solos…

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 15 min

    Chronique d’un bide annoncé, voici la suite.

    Du hardware moche, des performances minables, un système inapproprié (on a vu l’archos gamepad – il n’y avait pas que le hardware de mauvais…), et même le nom est nul.

    Une fois le buzz passé, faut assumer.

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 27 min

    @Dadoo: Bah ça empêchera pas de stocker des titres sur une clé USB et de les jouer normalement… en gros pour profiter du multiplayer, des achievements et autres trucs « free to play » engageant le market d’Ouya il faudra passer par Ouya. Sinon ca sera comme un produit Android normal.

    @Tony: bide annoncé ? Avec plus de 8 000 000 de dollars levés et des dizaines de milliers de précommandes ça ressemble pas vraiment à un bide.

    8 000 000 / 99 = ?

    Surtout il ne faudra a mon avis pas longtemps pour que l’on voie apparaître des « solutions » de contournement ou des applis mixte ouya / Play store…

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 35 min

    Levée de fonds gigantesque ne signifie pas succès. Combien de projets lèvent bcp de fonds et se vautrent ? là c’est juste que le projet a fait le buzz et bcp y croient. Mais ça c’est pas étonnant… aujourd’hui, le moindre truc innovant ou qui parait sympathique suscite l’enthousiasme et peut faire le buzz. Après il y aura la réalité du marché, et là tout est possible. Ca peut marcher. Ou pas. Moi je dis que seul l’argument du prix de vente sera un atout. Genre « nul mais pas cher ».
    Mais ce n’est que mon avis.

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 39 min

    @Tony: A voir oui, maintenant… on peut pas parler de Bide avec ce qui s’annonce. Si il y a 50 000 consoles prévendues et des deals avec de la grande distrib comme Bestbuy ca va faire un joli business. Les dev malins ne s’y tromperont pas et beaucoup travaillent sur le sujet. Ce qui est bien trouvé pour moi c’est ce coté « différent » de l’offre console habituelle : Ce n’est pas une Next Gen, c’est autre chose et c’est ouvert?. De quoi proposer des fonctionnalités intéressantes, bien au delà du simple jeu casual.

    Je reconnais que cette non prise en charge du multiplayer en ligne est embetant, tout comme le coup du jeu 100% connecté, ca enlève la dimension « j’emmene ma Ouya en vacances » mais c’est aussi compréhensible. Le produit est jeune. On verra bien :)

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 41 min

    Le probleme est toujours le même: les gamers et les pirates sont essentiellement la meme démographie. J’imagine la rentabilité pour les devs si ils comptent sur l’honneteté des joueurs :-p

    Je trouve beaucoup plus logique d’essayer de faire des jeux pas chers mais reellement payants, plutot qu’une plateforme de piratage qui n’attirera aucun dev.

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 42 min

    @Pierre Lecourt: suivant le quantité de traffic online, a la limite c peut passer en 3G, genre si c’est une authentification en debut de session de jeu, meme si ca prend 1 min c’est pas grave, tant que ça n’a pas d’impact apres.

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 45 min

    @Tony: Le probleme, c’est que les consoles c’est soit tres cher (a l’achat, les accessoires, et les jeux, et l’abonnment) soit très compliqué (les MAME box et autres). Ouya ca permet d’avoir un truc branché sur la télé (plus sympa pour jouer que PC phone ou tablette), avec des jeux simples et pas chers. A mon avis ca vise les enfants et les casus, pas les hardcore, typiquement ados et jeunes adultes.

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 52 min

    @Pierre en effet on ne peut pas parler de bide avant l’heure, c’est juste que quand je vois bcp d’articles qui s’enflamment au sujet de ce genre de machine, j’ai du mal à comprendre :)
    Le coté ouvert, niveau jeu je pense pas que ce soit un super atout… coté OS de téléphone, oui, il y a des adeptes et ça se comprend mais niveau jeu… pour moi les gamers et bidouilleurs ont déjà un PC (laptop/nettop pour se déplacer, fixe pour les performances…) avec un catalogue + que fourni, y compris en casual gaming.
    Mais c’est vrai aussi que les bidouilleurs aiment les nouveaux hardware et les défis (cf Raspberry) donc pourquoi pas. Je resterai donc perplexe mais attentif d’ici la sortie de la bestiole !

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 54 min

    @obarthelemy: Je crois que l’essentiel du problème n’est pas tant la connexion en elle même mais les micro Paiement qu’Ouya espère bien voir tomber dans son escarcelle. Si le jeu nécessite des micro paiement ils aura besoin d’être connecté. Maintenant une fois le jeu acheté, si il faut rester connecté après téléchargement c’est un handicap par rapport à une simple clé-PC …

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 56 min

    @Tony: Bah je m’enflamme ptet trop il est vrai mais j’aimerais que ca marche, qu’il soit possiblme d’avoir un hardware plus ouvert et des possibilités de hacks assez larges sur ce type de produit. Ca me ferait bien plaisir :)

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 15 h 57 min

    @obarthelemy: en effet pour les enfants oui, c’est simple, facile d’accès, les jeux sont simples également, et s’ils se vendent au même prix que sur smartphone/tablette, tu peux les renouveler souvent. Suis d’accord avec toi.

    Répondre
  • 12 mars 2013 - 16 h 01 min
  • 13 mars 2013 - 0 h 05 min

    « Pas possible d’exploiter la console en mode offline pour utiliser les titres Ouya »

    Tres sale ca, ca perd le peu d’interet (ressemblance gamecube principalement :) ) que je commencais a avoir pour ce boitier/cle arm.

    C’est une question de principe cette idée de devoir etre connecté pour utiliser son appareil sent tres mauvais, aucun interet/gain pour l’utilisateur final…

    Répondre
  • 13 mars 2013 - 2 h 14 min

    pour revenir sur le sous-entendu entre android et piratage, un petit lien:
    http://www.idownloadblog.com/2013/03/02/over-14-million-devices-on-6x/

    et pourtant on ne prend pas le meme « risque » financier quand on flashe une tablette/phone android a 50-100e ou son equivalent apple à 400-500e ;)

    Dans mon entourage, j ai quand meme vu pas mal de personnes acheter des petits applis ou jeux sur android avec comme simple argument  » il est vraiment bien ce jeu, alors pour 3-4 euros »

    Répondre
  • 13 mars 2013 - 11 h 32 min

    @karmacoma:

    « De la même manière les jeux Ouya nécessiteront une connexion permanente à leur serveur pour être jouables. »

    C’est une décision complètement stupide ; comment peuvent-ils prétendre dans la même phrase construire une console « hackable » et « ouverte » et en même temps y introduire les pires DRM issus du monde PC ?
    Pile au moment du fiasco Sim City, qui montre le caractère complètement inefficace de ce type de DRM, et après des années de plainte des joueurs PC sur les protections Ubisoft, ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle.

    En plus, c’est un peu ridicule : les mêmes jeux android qui seront tout à fait jouables sur smartphone en offline seront protégés sur Ouya ?

    Répondre
  • 13 mars 2013 - 20 h 46 min

    C’est la direction que prend le marché j’ai l’impression, il me semble que la nouvelle xbox et la nouvelle playstation auront les memes limitations.

    A trop vouloir gagner sur tout les tableaux ils vont finir par tout perdre.

    C’est tout ce que je leur souhaite en tous cas si ils empechent réellement d’utiliser des produits achetés légalement sans accés à internet.

    Ca devrait être illegale.

    Enfin que ca sorte déjà et on verra…

    Répondre
  • 14 mars 2013 - 19 h 52 min

    Je suis du même avis que Simon JB on effectivement vu le fiasco retentissant des DRM nouvelles générations avec Ubisoft et Sim City. D’ailleurs ils en ont encore mal au cul tellement l’impact auprès des joueurs a été extrêmement négatif.

    Leur gros buzz sur internet leur est visiblement monté à la tête chez Ouya. Mais alors franchement le CEO devrait aller voir un docteur, parce que mettre des DRM sur un environnement libre à la base c’est une aberration sans nom sans oublier les procès potentiels qu’ils risquent. Je doute que les gens qui ont investi dans le projet via Kickstarter aurait approuvé cela.

    Ils se la jouent à la l’américaine, ils ont juste oublié que s’ils sont là c’est grâce à leur concept de départ, une console libre et séduisante pour les dev, ce qu’elle ne sera plus lorsqu’ils auront mis en place leur système de DRM. Parce que derrière je suis sûr qu’il y aura un genre de « Ouya AppStore Premium » avec abonnement ou contenu additionnel payant histoire de sucer du pognon au maximum. Je vois déjà clairement le modèle économique qui se profile à l’horizon. C’est pourquoi ce sera un gros bide.

    Le projet Ouya ça partait d’une idée 100 % roots peace and love au départ et ça finit sur un projet 100 % wallstreet à l’arrivée. Ils vont se prendre une grosse veste, surtout qu’à côté de ça ce n’est pas comme s’il n’y avait pas de concurrents, il y a des millions de d’appareils Android dans le monde moins contraignants et plus performants pour commencer et puis il y a surtout la console android de Nvidia. Console qui sera a des années lumières de la Ouya avec son hardware nettement supérieur sans oublier toutes ses possibilités de Cloud Gaming et les partenariats immenses dont disposent la firme au caméléon. C’est un véritable poids lourd qu’ils ont en face, Ouya ferait bien de ne pas l’oublier au lieu de jouer les diva du monde des consoles.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *