MSI S120, un 11.6 pouces fanless qui sent bon le netbook

Il manque le prix de ce MSI S120 pour définitivement le classer dans une catégorie netbook 2015. La machine a en tout cas un excellent potentiel pour devenir un best seller sur un marché en manque de ce type d’outils.

Si vous avez acheté un netbook à la belle époque de ceux-ci et que ce type d’outil reste encore aujourd’hui la solution la plus convaincante pour vos usages, vous devez vous demander quelle machine acheter en 2015. Et la réponse n’est pas forcément facile.

Minimachines.net 2015-06-12 17_54_14

Les Chromebooks sont une solution mais si vous voulez retrouver l’offre logicielle de Windows, elle ne sera pas adaptée. Les tablettes hybrides avec clavier sont l’autre solution, mais leur tarif est élevé par rapport à un netbook 10 pouces classique et elles ne proposent pas forcément la même offre connectique. Les ultrabooks sont bien évidemment une alternative séduisante mais ils coûtent entre 4 et 5 fois le prix d’un netbook en moyenne…

Reste quelques pépites comme les EeeBook d’Asus qui se positionnent clairement sur ce marché du netbook fabriqué en 2015. Et voilà que se positionne à son tour MSI.

Le MSI S120 est un engin de 11.6 pouces dénué de toute pièce mécanique qui ne fera donc aucun bruit. Son écran n’est pas merveilleux puisqu’il s’agit dans la version de base d’un affichage LCD de type TN en 1366 x 768. Un affichage un peu décevant mais qui devrait rimer avec un prix très attractif. Une option pour pousser cet écran vers une solution de type IPS aux angles plus larges et avec une définition Full-HD devrait être proposée.

Minimachines.net 2015-06-12 17_54_23

Le coeur de l’engin est un processeur Intel Bay-Trail quadruple coeur Atom Z3735F associé à 2 Go de mémoire vive et un stockage eMMC en 32 ou 64 Go. En gros le même coeur de base qu’un Asus Transformer Book T100. Et donc, forcément, les même énormes services possibles.

Minimachines.net 2015-06-12 17_54_30

L’engin tournera sous Windows 10 et devrait sortir pour le troisième trimestre. Il pèsera moins de 1 Kg pour des dimensions très correctes : 29 cm de large et 19.8 cm de profondeur. Un format très proche de la feuille A4 avec une épaisseur de 1.5 cm seulement.

Sa batterie affiche 5200 mAh mais aucune autonomie n’a été mentionnée. Une connectique très complète est disponible : 2 ports USB 2.0, un lecteur de cartes MciroSDHC, un Mini-HDMI,  un port jack 3.5 mm combinant entrée micro et sortie casque. Une webcam frontale de 2 mégapixels est également disponible. Pas d’USB 3.0. Pas de MicroSDXC. Dommage mais il faudra regarder le tarif de cet engin afin de le juger définitvement.

Bref un engin basique, sans fioriture, réalisé dans une coque en plastique. Mais un engin qui pourrait rendre de bons et loyaux services pour un prix ultra abordable. Mieux encore, la marque proposera ce MSI S120 en version OEM en plus de la version MSI. On a vu par le passé que MSI fabriquait par exemple les netbooks de Medion. Là, il sera possible, pour une marque, de vendre ce MSI S120 sous son propre logo. Plusieurs marques seraient intéressées indique NotebookItalia, dont… Pipo ! Le fabricant de tablettes et de Mini PC va se lancer sur le marché des portables low-cost. Et ce serait une seconde bonne nouvelle.

40 commentaires sur ce sujet.
  • 12 juin 2015 - 18 h 57 min

    pas de connectique RJ45 ? ce serait dommmage. Bon, eh puis la question usuelle M. quid de linux dessus ?

    Répondre
  • to
    12 juin 2015 - 20 h 21 min

    S120, S 120, $ 120, voila, trop facile.

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 2 h 10 min

    @Jean-Pierre: linux sur des proc de tablette, c’est une galère
    ça marche après mainte bidouilles, mais ça vaut pas un proc – laptop-desktop – comme les N (en celeron ou pentium, c’est vous qui voyez)

    le problème le plus enquiquinant, c’est la gestion de la batterie

    à voir selon les test (forcement, si la batterie tiens 10 heurs sous win, elle peut tenir 5-6 heurs sous nux et donc etre un faux problème)

    à voir (tous comme si la ram est remplaçable et la qualité du module eMMC)

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 2 h 26 min

    @Orangina Rouge: il y a pas mal de programmes pour améliorer l’autonomie sous Linux maintenant. Et Bonne surprise, sur mon Clevo je reste à 5-6h avec un celeron N2830 :) Donc, tout va bien (et en plus sans ajouter le moindre programme… Donc, j’ai encore de la marge :p)

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 9 h 31 min

    @Baldarhion: oui, d’ailleurs TLP est pas mal (surtout sur les thinkpad ou c’est deja “prémaché”)
    sinon votre clevo, je suis sur qu’avec windows, on doit bien être entre 8 et 10 h données constructeurs
    avec nux sans optimisation sur un 11 pouces, c’est deja bien mais ça montre la perte (et du courant perdu, c’est toujours dommage – sans parler des cycles de batterie perdu aussi, à force ça compte)

    en ce moment je suis sur mon petit medion avec une batterie 2 cellules à 4 heures sous win donc je regarde ça de prêt là pour linux
    mais j’ai moins de marge ;)

    par contre, les atoms Z, c’est une plaie sous nux (vraiment mal géré et pas prévu pour)
    comme en plus les linuxiens qui connaissent fuient ce type de proc pour prendre des N minimum, ça va pas aller en s’arrangeant dans l’immédiat

    à voir les retours des premiers tests et acheteurs

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 10 h 47 min

    Je ne veux pas casser l’ambiance, mais pour moi, ça n’aura pas l’effet d’un MSI Wind (ou Medion E1210) à l’époque.

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 11 h 08 min

    @Sopilou: ça dépendra du prix

    si vraiment pas cher, on en verra fleurir partout en fac et équivalent par exemple (et même bien avant selon le portefeuille des parents)

    avec quelques clés ou-ou carte sd et un bon lecteur usb si besoin de beaucoup de données, ceux qui aiment les netbook pourront trouver leur bonheur
    (il y a de bonnes clé usb qui depassent à peine du chassis par exemple)

    il y en a un paquet ici qui cherchent encore un remplaçant de leur netbook atom ou a en acquérir un (dont moi avec le medion de la promo de la semaine dernière – encore en cours d’ailleurs) mais qui souhaitais autre chose qu’un “viel” atom et le confort d’un vrai portable

    les pc qui se trimballent partout, qu’ont peu “perdre”, se faire voler ou sortir même si risque d’être détruit, il y a encore un besoin (et pas de tablette, avec un vrai clavier svp et tous les ports habituels d’un vrai pc)
    egalement sans le budget d’un mac (pas besoin non plus d’un I7 pour taper un texte, vider son APN ou checker ses mails et comptes en voyages)

    ça sera peut être pas le raz de marée des netbook de l’époque, mais ça ferra bien plaisir à certains

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 12 h 52 min

    @Jean-Pierre : Linux, c’est pas automatique ! Evidemment, vous me prenez par les sentiments, alors j’en remet une couche :) :
    Pendant longtemps, les ordinateurs portables étaient basés sur du cartes mères très similaires à celles des ordinateurs de bureau (maintenant, ce serait plutôt le contraire… :). Sur un pc, on était généralement en droit d’attendre une compatibilité avec différentes générations de système Microsoft : MS-DOS (la disquette!), Windows 9x, XP…

    Les constructeurs privilégiaient donc des implémentations standards, d’abord au niveau du bios et de l’énumération des composants et des fonctionnalités bas-niveau disponibles, qu’il fournit au système d’exploitation. Mise à part pour les cartes réseau (avec ou sans fil), on pouvait utiliser chaque nouveau système sans aucun pilote récent, au minimum de manière dégradée, grâce à divers modes de compatibilité (pour le processeur, l’affichage, les controleurs de disque, l’usb, etc…). La multiplicité des ports et des connecteurs internes garantissaient également la présence d’interfaces “legacy” (PS2/PCMCIA/IDE/AGP) aux côtés de leur pendants modernes (USB/SATA/PCIE). Toutes choses qui ont facilité le développement des OS alternatifs, comme GNU/Linux, sur la plateforme x86. Mais ça… c’était avant !

    Sur ce MSI, il s’agit d’un des SOC à très basse consommation “Bay Trail-T” (Atom Z) destinés effectivement aux tablettes, mais aussi aux hybrides, dans la lignée de l’AUS T100. Pour celui-ci, équipé du même type de chipset, le constructeur a suivi les spécifications édictées pour la “certification” Windows 8 (bios UEFI 32 bit sans mode de compatibilité) et utilisé les interfaces moins gourmandes en énergie qui sont disponibles sur ces nouvelles puces : controleur eMMC pour le stockage interne, bus I2C et SPI pour la communication avec différents composants (clavier/trackpad/rétro-éclairage/batterie/capteurs/touches spéciales).
    Le bios a uniquement été “réglé” (et débuggué) pour Windows 8 et les pilotes (et leurs correctifs) destinés aux composants intégrés à la machine, ces derniers étant parfois récénts, peu répandus, et mal (voire pas du tout) documentés (par exemple le wifi et divers aspects spécifiques de la gestion de l’énergie).

    @Baldarhion: la différence, c’est déjà que ton Clevo est “certifié compatible Linux” :) Apparemment, beaucoup de bugs ont été réglé pour ces nouveaux chipsets et le support commence à être globalement au point dans les kernels récents, mais surtout, il faut préciser que le Celeron N2830 de ton Clevo (d’ailleurs “certifié compatible Linux”) est un Bay-Trail-M ! Donc de la gamme destinée aux ordinateurs portables, et qui apporte notamment les classiques ports SATA et PCIe, ce qui, ajouté à des composants plus génériques et/ou déjà supportés par le kernel (trackpad Synaptics et clavier en PS/2, wifi et lecteur de carte Realtek) et à un bios UEFI 64bit probablement plus “soigné” (et disposant, en principe, du mode de compatibilité CSM) fait de ton ordinateur un PC déjà nettement moins exotique, et par conséquent mieux supporté sur Linux.

    @orangina rouge : entièrement d’accord avec la fin de ton deuxième message, le désintérêt de la commauté Linux pour ces machines sous Atom Z (et leur bios problématique) diminuera d’autant leurs chances d’être un jour correctement supportées. A noter que le T100 s’est vendu comme des petits pains, et pourtant, seul le travail de quelques possesseurs (bravo à eux!) a permis de régler peu à peu les principaux soucis, et tout n’est pas réglé un an et demi après sa sortie…

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 14 h 49 min

    @Malak: tout à fait d’accord et merci pour ton exposé particulièrement clair et digeste.

    Oui, mon clevo est une des rares machines encore bidouillable et franchement c’est une bouffée d’air frais. En remplacement d’un vieux AMD C-70, c’est le jour et la nuit (même au niveau consommation).

    comme tu le dis, la communauté Linux/BSD n’est pas encore très représenté pour les atoms, mais mine de rien, ça avance quand même plutôt bien et je suis aussi admiratif de ces utilisateurs qui savent prendre le temps pour expliquer comment faire.

    La certification windows est vraiment “a pain in the ass”… D’autant plus que l’argument “sécurité souvent mis en avant est d’une bêtise insondable :/ Et ça va pas aller en s’améliorant. Bientôt il faudra acheter un serveur pour pouvoir profiter de Linux/BSD :D (Tant que la famille Unix prédominera largement dans le domaine des serveurs, tout ira bien… Et mon petit doigt me dit que si Microsoft décide de stocker la clef privé bitlocker de ses clients sur ses serveurs, alors beaucoup d’admin vont tirer la sonnette d’alarme… Bref, pour être vraiment libre et en sécurité, on reviendra à cette bonne vieille Slackware :D

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 14 h 53 min

    Les caractéristiques sont a peu près les mêmes que l’ASUS X205TA acheté 199€ a la Fnac il y a 3 mois et dont je suis très content.
    Je pensais que MSI était tombé dans les oubliettes depuis la mode des netbooks …

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 14 h 56 min

    @malak: et encore, là j’ai un medion en N2807 (fait par msi apparemment)
    le bios uefi est simplifié à l’extreme mais au moins il y a les bonnes options à couper
    c’est linux compatible, mais le système uefi me colle un bronx pas possible si j’installe 2 linux en plus du windows par exemple
    heureusement que j’ai fait mes petits clones avant !

    l’uefi avec secureboot, c’est vraiment pénible
    entre les distro qui sont pas compatibles et celle qui sont pas compatibles entre elles pour l’amorçage (ça, je l’avais pas vu venir), c’est encore très loin d’être “standardisé” et agréable pour l’utilisateur final (surtout s’il ni connaît pas grand chose ou ne prends pas de précautions avant)

    alors sur du matos de tablette bridé à mort dès la conception (comme tous les matos mobile d’ailleurs)
    perso (et en tant que linuxien amateur), les atoms Z, je déconseille (à moins d’être maso ou dev)

    au moins les N permettent un dual boot win et linux (au moins un pour l’instant) et booter sur une sd ou clé avec tails par exemple si besoin

    ce genre de chose sur un atom Z, c’est du sport !

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 15 h 03 min

    En ce qui cocnerne le support Linux de ce soc baytrail z3735, je vous écris ce message depuis mon x205ta qui tourne parfaitement sous linux, voici un petit retour d’expérience.

    ne marchent pas :
    – carte son rt5648 intégrée au soc, mais actuellement des personnes sont en cours d’écriture d’un driver, les premiers patchs font détecter la carte, à suivre. J’utilise une carte son usb en attendant.
    – le suspend to ram/disk.

    Et… c’est tout.

    Pour le reste, si on est pas bidouilleur effectivement, mieux vaut chercher une autre architecture : le touchpad multitouch et la gestion de la batterie nécessitent de patcher et de recompiler le kernel par exemple.
    Mais pour qui aime bien mettre les mains dans le camboui, ces petits pc sont parfaits : légers, autonomie record (13h avec le mien en usage classique !!), pas chers, parfaits pour développer partout.

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 15 h 07 min

    @Baldarhion: l’argument sécurité, les types sur le wiki d’arch l’ont mis à mal depuis un paquet de temps et ça arrête pas MS

    uefi, c’est encore mieux pour les virus et rootkits que les bios mbr
    même avec secureboot à la mort moi le nœud

    je deviens “vieux” et râleur, mais plus ça va, moins c’est fait intelligemment
    (et pas qu’en info, je change toujours pas ma bagnole parce que c’est archi réparable sans soucis par exemple etc etc)

    enfin bon, comme disais l’autre, “si en face on avait à faire à des gens intelligent, on serait pas là à râler et essayer de les faire changer d’avis. ils auraient écouter les experts et c’était fini”

    bref, j’arrête là sinon je vais encore “râler” ;)

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 15 h 32 min

    @Orangina Rouge: Je me joins bien volontiers au club des râleurs :)

    En vieillissant on aime de moins en moins être pris pour un con. Et en Informatique, plus ça va, plus j’ai l’impression que c’est le domaine du grand n’importe quoi. Exemple à la con : la virtualisation… Dans ma ptite tête de dev, la virtualisation, ça sert à tester un programme dans un environnement donné avant un déploiement. Et pourtant, de plus en plus ça devient un “outil” utilisé à tort et à travers… Comme le chroot qui s’impose pour “sécuriser” ses serveurs (et bien sûr c’est une utopie…).

    Il serait temps que les ingénieurs prennent le pas sur les départements marketing… Les brevets à tout crin n’aident pas non plus… Je suis certain que si on désassemblait les principaux OS closed source on trouverait des utilisations “illégales” de code libre.

    Mais bon, je râle et je m’écarte encore une fois du sujet… Hâte de voir ce petit MSI sur les étals !

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 16 h 01 min

    Pour en revenir à l’article : c’est bien beau d’annoncer la possibilité d’un écran Full HD IPS, mais sur la photo de l’étiquette, il est précisé pour cette dalle : “limited quantity for Q3 2015 promotion”. Ce qui peut vouloir dire que seule une quantité limitée d’appareils en sera équipée, le temps de la campagne promotionnelle… sans doute, comme souvent, pour donner l’occasion aux journalistes et blogueurs de vanter les mérites d’un modèle “haut de gamme” plus flatteur, mais introuvable sur le marché ?

    Ca me rappelle les chromebooks annoncés, ici ou ailleurs, comme “prochainement disponible avec une déclinaison en Full HD”, ce qui, dans les faits, se traduit invariablement par : une commercialisation en Europe décalée de plusieurs mois par rapport aux Etats-Unis, et un modèle 1080p distribué au compte-gouttes de par chez nous, comme celui-ci, seulement réapparu très brièvement ces dernières semaines :
    http://www.amazon.fr/Toshiba-CB30-B-104-Chromebook-Celeron-Chrome/dp/B00WFY52W0/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1434201453&sr=8-1&keywords=toshiba+chromebook+2quand
    ou quand il n’est pas tout simplement (et au mieux) commercialisé uniquement localisé en Allemagne ! :( comme celui-là : http://www.amazon.de/Acer-Chromebook-CB5-311-T6R7-Notebook-Full-HD/dp/B00KINYRPS
    (enfin, je ne parle pas des revendeurs obscurs qui les proposent à des prix ridiculement élevés)

    Bon , tout ça pour dire que je viens de craquer (le porte-monnaie) pour un Toshiba Chromebook 2 ramené des Etats-Unis et vendu d’occasion près de chez moi… Comme espéré, pour un prix raisonnable, la machine est agréable, légère, bonne autonomie, usb 3.0, 4go de RAM, bon son et surtout, un brillant-issime :) écran 13 pouces Full HD en IPS ! Enfin l’IPS, ça devrait être obligatoire, enfin c’est surtout la garantie d’éviter un écran pourri ! franchement, plus jamais d’écran comme celui du S200E….
    Seuls deux points viennent noircir le tableau : les 16 go de stockage d’eMMC (donc non remplaçable) et son processeur dual core assez limité : un Celeron N2840 ! Evidemment, aucun problème pour Linux : en plus de crouton, le bios Coreboot devrait pouvoir démarrer sans broncher un chrUbuntu sur clé usb. A l’inverse, c’est plutôt le démarrage de Windows 8 ou 10 (pour le fun et en cas de besoin) qui a peu de chance d’aboutir sur ce chipset, les quelques développeurs du bios compatible Windows pour ces machines (Seabios) ayant certainement autre chose à faire que de se lancer dans un fastidieux et périlleux support de Bay Trail, surtout avec l’arrivée d’un Core M plus simple à implémenter et au rapport performance/consommation bien supérieur (ainsi que le prix…).

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 16 h 07 min

    @Baldarhion : dans la certification matérielle Windows, Microsoft insiste sur le fait que les systèmes implémentant leur système de “veille connectée” sont interdits de mode de compatibilité pour le bios (“Compatibility Support Modules are always prohibited on Connected Standby systems”), voici le document complet, référencé par Wikipedia : https://msdn.microsoft.com/en-us/library/windows/hardware/jj128256.aspx

    @ekyo: bien joué, merci pour ce retour ! et bonne nouvelle pour cette sympathique machine qui a donc grandement bénéficié de la plupart des solutions trouvées pour le T100 (et dont une bonne partie viennent d’intégrer le kernel 4.0) si je me fie aux discussions que tu as du suivre sur les forums Ubuntu :
    http://ubuntuforums.org/showthread.php?t=2254322 (et pour le son, c’est quasiment réglé)

    Comme quoi, les plâtres déjà essuyés… :)

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 16 h 07 min

    @Baldarhion: je suis bien d’accord
    et le réveil sera rude quand tous le monde s’en rendra compte (et que leur données seront dans la nature)

    mais bon, comme vous dites, le marketing sur les ingés

    c’est vraiment débile mais bon (et encore, là on parle pas de santé, juste d’info)

    bref

    sinon, vous, vous serez pas trop concerné par ce petit msi vu votre matos actuel

    votre clevo sera encore largement vaillant (juste à optimiser un peu la batterie au pire)
    bien plus libre, bidouillable et réparable que ce msi (en plus d’avoir plus d’entrée sortie et le choix d’un ssd plus rapide etc etc)

    mais par contre, ça fait plaisir de voir ce genre de “petite” machine ressortir (et sans doute à des tarifs suffisamment bas pour tous le monde et des usages “détournés”)

    le netbook 2.0 (suffit de bien choisir son modèle en fonction de ses usages et goûts)

    on va retrouver des netbooks et nettops sur minimachines;
    comme “avant” ;)

    a plus tard et bonne fin de journée à tous

    Répondre
  • 13 juin 2015 - 23 h 10 min

    2go de ram en 2015 c est du suicide

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 9 h 18 min

    @orangina rouge: et c’est reparti les jérémiades avec l’EFI… c’est toujours la même rengaine : “l’EFI, il est méchant”, “il fait rien qu’à m’embêter”, “il faut vite le désactiver”, etc… : franchement, à force de lire et d’entendre ces âneries, souvent assénées avec complaisance et à longueur d’année sur le sujet par des pseudo-spécialistes, j’ai envie de dire : ça s’UEFI !!! :)

    Voilà, des trucs comme “l’efi me fout le bronx”, balancé sans la moindre précision concernant le souci rencontré, et franchement, je vois pas comment…
    Je le rappelais déjà ici il y a quelques jours : ça fait maintenant plus de deux ans que l’EFI et Secure Boot ne sont plus des obstacles pour Linux, et que toutes les distributions ont leur page dédiée, avec pleins d’explications (il est vrai, pas très didactiques).
    Quelques précisions en vrac (et moins “ras des pâquerettes”…) sur le sujet :

    – l’EFI c’est un standard moderne qui remplace avantageusement un truc complètement anachronique qui s’appelle le BIOS.
    (posologie : répéter 3 fois cette phrase avant et après chaque repas, et regarder cette video en entier avant de se coucher : http://bofh.nikhef.nl/events/FOSDEM//2014/H1302_Depage/Sunday/UEFI_is_not_your_enemy.webm )

    – pour Secure Boot, depuis 2013 on peut trouver dans le dossier EFI/BOOT des isos d’Ubuntu et de Fedora les modules de démarrage efi pour GRUB intégrant la signature de Microsoft, pour démarrer n’importe quel système, y compris les distributions n’en disposant pas.
    Au pire, même sur un bios EFI non accessible, Secure Boot pas désactivable, et un lien en “dur” vers le bootloader de Microsoft, on peut remplacer ce dernier par celui qui va bien, en lui donnant le même nom (ça peut se faire depuis le Windows installé en accédant à la partition EFI, voir http://superuser.com/a/699353 )
    De nombreux bios EFI permettent d’intégrer ses propres clés (qu’on peut créer sous Linux grâce aux efitools) pour démarrer un bootloader et un kernel signé avec, c’est à ça que sert Secure Boot finalement…

    – tous les outils nécessaires pour gérer l’EFI sous Linux sont disponibles depuis un bout de temps : grub2 est compatible (même avec les bios EFI 32 bits des Bay Trail), le module efivars permet d’accéder au réglages EFI du bios, efibootmgr peut y ajouter directement le chemin du bootloader ajouté pour Linux (ce qui peut se faire manuellement dans de nombreux bios).
    Tout ceci est intégré dans Ubuntu, à partir de la 12.10 (ou 12.04.2).
    A noter que l’iso d’installation intègre un module EFI 64 bit (pas encore celui pour les Bay Trail), il suffit de mettre les fichiers sur une clé usb en GPT/FAT32 (par exemple avec l’utilitaire Rufus sur Windows)

    Alors on peut toujours stigmatiser les bios mal fichus avec des options limitées ou inexistantes, mais ça existait déjà avant l’UEFI.

    On peut avoir du mal à résoudre certains problèmes (mais ça c’est pareil avec n’importe quel truc relativement récent) surtout quand a pas encore bien saisi le fonctionnement, finalement assez simple.

    On peut comprendre que les distributions n’aient pas envie d’intégrer une solution non-libre, le module signé Microsoft étant la seule solution pour éviter aux utilisateurs de devoir aller dans le bios pour couper le Secure Boot, activé par défaut sur les machines Windows 8. Mais apparemment ils sont moins pressés d’adopter une politique commune sur la question (par exemple, pour favoriser, d’une manière ou d’une autre, l’ajout systématique dans la partition EFI d’un module Grub unique, dans un dossier commun à toutes les distributions) que d’intégrer une usine à gaz comme systemd…

    Après, pas besoin d’exagérer avec les Atom Z, même si le support reste expérimental (et l’installation manuelle) ce n’est pas “bridé à mort”, comme tu le sous-entends, puisque on peut très bien démarrer en EFI dessus avec la version 32 bit du module de GRUB (comme expliqué dans tous les tutos du T100 ou X205).

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 10 h 32 min

    @malak: tous ça je le sais bien

    le comm plus haut pour le passage “je râle” sur l’uefi, c’est surtout qu’on nous le vend pour un usage “plus sécurisé” alors que non, , les rootkits sont friands de l’uefi par exemple (et le secureboot ni change rien)
    et ça, ça m’énerve
    (en plus du coté “mobile” qui pousse certains gouvernements à demander volontairement des bridages hardware comme en chine, vietnam, cambodge, laos pour ne pas pouvoir avoir un pc-tablette “mobile” de type tails sur clé facilement et contourner la censure sans se faire prendre)

    sinon oui, le hic n’est pas l’uefi (qui ne pose pas de soucis pour une install de linux sur un mac depuis belle lurette par exemple), mais bien du triplé uefi plus secureboot sur un pc windows 8-8.1 (bien moins de soucis avec 7) en cas de dual boot avec linux

    pour info, là j’ai un medion (et d’après pierre, un msi donc – vu la coque qui ressemble au msi, hannspre et compagnie, je veus bien le croire)
    l’uefi est réduit au strict nécessaire mais il y a tous le nécessaire dans les options à couper (sauf la database secureboot locked, mais ça on s’en doutais)

    perso, j’ai un ssd fonctionnel en dual boot avec win 8 et claculate linux (gentoo) mais c’est pas “noob friendly” du tout (par contre, parfait pour moi, je le garde lui)

    ce que je cherche, c’est à faire un dual boot win 8 avec ubuntu ou debian “facile” (comprendre “je fais l’iso, je lance l’installeur après avoir retailler les partoches et bien fait mon partitionnement et ça marche sans ” prise de tête ou blocage du pc”)

    et bien pas si facile

    j’ai un desktop uefi boot seven et plusieurs linux (et de toutes sortes, mon lenovo compte pas car mode legacy possible) et j’ai jamais eu les emmerdes que j’ai sur le medion (et je comprends les prises de têtes de certaines personnes avant moi)

    pour info, il y a qu’une iso ubuntu qui permet le passage “facile” comme je le souhaite sur ce pc, c’est l’iso ubuntu “unity” en version international

    en plus, je veux la lts (donc avec le bug 1265192 de l’installeur, encore une merde à gèrer pour “le noob” – étudiant ou grand mère, même combat, désolé mais en plus, certains ont vie en dehors de l’outil informatique)

    les teams que j’aime ont TOUTES faites leurs iso avec la version minimale non compatible et intégré les outils dans l’iso APRÈS

    c’est bien gentil mais ça aurait été quand même plus simple de partir sur un base nikel plutôt que de faire un pavé pour expliquer après à l’utilisateur comment réparer la merde qu’a foutue l’install de leur distro en dual boot (bref)

    j’ai le hdd d’origine (conserver pour la garantie) et 3 ssd en test, et bien il n’y a que le dual boot 8 et gentoo (calculate linux) qui marche nikel du premier coup

    sinon, TOUTES les distro marchent nikel si on ne fait pas de dual boot, mais comme certains (dont moi) veulent “les 2 mondes” et bien oui, c’est pénible

    le plus simple, ça va être de faire un dual boot 8 et ubuntu “unity”
    perso j’aime pas unity donc après coup (et après avoir couper les services amazon) d’installer lxde et virer unity

    pas dur, c’est sur mais chiant (et quand je parle du choix du DE à des noobs, je les perds et ils laissent tomber !!! ça va être simple, un vrai bonheur)

    j’ai encore des tests avec la “nouvelle” debian pour voir si ça marche (et si le script bee marche, ce serait le top mais j’y croit pas encore à ce stade) mais je suis pas systeme d pour debian (pas encore, je préfère voir et attendre – surtout que c’est possible justement sur debian)

    perso je resterais sur win 8 et calculate (en plus pas de prise de tête avec systeme d ou pas justement) et ferrais aussi un test avec pcbsd “pour le fun” mais je comprends bien mieux les utilisateurs qui hurlent à la mort sur les fofo parce qu’il boot sur une clé (merci, regardez sur le post medion, rufus en gpt uefi je connais et conseil) pour avoir accès au net et leurs fichiers (quand leurs wifi ou ethernet marche out of the box sur leurs modèles !!! )

    et oui, je tiens à une lts (tranquille jusqu’en 2019, ça compte)

    aujourd’hui j’ai pas le temps, mais j’ai ultimate ubuntu aussi à tester (bodhi j’adorerais, mais je sais deja que le DE plaira à personne – trop de changement d’habitude)

    on verra, mais les procédures “simple” comme avant ne sont pas encore dispo (et balancer un tas de lien à une personne “dans la merde” avec son pc et ses docs bloquer qui doit bosser plutôt que de débuggé son pc, ça n’a generalemnt qu’une réponse “f@ck off” et reinstall ou repair du win via le dvd de restaur – et oublie de linux)

    encore une fois, si install de linux seulement, TOUTES fonctionnent nikel (LXLE, peppermint etc etc) mais en dual boot, NON

    donc oui, je râle parce que c’est pas à l’utilisateur final de se prendre la tête en amont pour que ça marche, mais au dev (désolé)

    c’est une norme maintenant, il serait quand même temps que les mecs l’acceptent et permettent à “monsieur tous le monde” d’utiliser leurs distro

    sinon venez pas râler que ces types utilisent pas linux (moi ça va, merci mais j’ai pas l’intention de faire les install chez toutes mes connaissances !!! )
    et faites vous un linux from scratch pour vous et point barre

    à vous de voir et bon dimanche

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 15 h 02 min

    @Malak: loin de moi de critiquer tout ce qu’est l’EFI ;) Mais je pense sincèrement que dans le cas d’un laptop –et encore plus dans le cas d’un netbook– c’est peu opportun. En général on a au mieux que deux disques installés et dans ce cas de figure, l’EFI est un tractopelle pour écraser les mouches :)

    Ce que je n’aime pas avec l’EFI, c’est le bridage qu’on peut en faire. Théoriquement, les spécifications du groupe EFI ne l’impose pas, mais les fabricants (certainement sous la pression de MS) nous pondent des EFI peu efficaces, bridés (je ne parle même pas des whitelists…). On avait déjà à subir les tables ACPI vérolées jusqu’à la moelle sous Linux, les EFI bridés nous impose encore plus de gymnastique. Rien d’irrémédiable c’est sûr, mais ça empêche l’installation simple du système de son choix.

    Philosophiquement, je n’aime pas non plus le principe d’avoir à utiliser une clef vendue par MS pour booter une machine qui n’utilisera pas un système MS. D’un point de vue pragmatique je le comprends, mais ça ne va pas dans le bon sens (même si au final ce n’est pas l’utilisateur qui paye la clef (Et puis bon, à 99$ la clef, c’est pas cher je reconnais…)).

    Il n’empêche qu’à l’origine l’EFI a été inventé pour palier aux limites du BIOS et qu’au final on se retrouve (dans le monde des laptops) avec des trucs à peine finis et bridés.

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 19 h 34 min

    En 2015, je trouve qu’un écran tn et un ssd rachitique, c’est exagéré.

    L’idée du netbook originale, c’est à dire pour les étudiants ; c’était un pc petit, léger, très autonome et avec de la place sur le disque sans oublier assez de trappes d’accès pour faire évoluer la machine. En contre partie on avait des processeurs anémiques

    On parlait de la machine unique d’une personne en cité U.

    En 2015 on nous propose des machines avec un processeur efficace et bizarrement peu gourmand, mais on a perdu tout le reste : moins de disque, moins de mémoire, moins d’autonomie, aucune évolutivité…

    Bref pour moi ça n’est pas un netbook, c’est juste un chromebook sous Windows.

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 20 h 08 min

    @Baldarhion : merci, tu synthétises bien dans ton message les reproches (argumentés cette fois-ci) faits habituellement à l’EFI.
    Mais je vois que tu n’as pas suivi la posologie indiquée :) je te redonne ton antidote, à répéter matin, midi et soir : “’l’EFI c’est un standard moderne qui remplace avantageusement un truc complètement anachronique qui s’appelle le BIOS.”, faut que ça rentre :))

    Franchement, aucun tractopelle en vue, il s’agit juste d’une nouvelle norme décidée par l’industrie (vous savez, ceux qui fabriquent les ordinateurs qu’on achète…) avec ses avantages et ses défauts. Le bios avait besoin d’un certain nombre de modernisations, et ils en ont profité pour établir un nouveau fonctionnement, plus souple, qui simplifie, entre autres, l’introduction de nouveaux usages (par exemple, les bios graphiques).

    Encore une fois, j’invite ceux qui ne se contentent pas de généralités (et qui comprennent l’anglais) à consulter la vidéo de la conférence “UEFI is not your enemy” que Leif Lindholm avait donnée en 2013 dans plusieurs conventions Linux, en proposant ENFIN une présentation objective du nouveau système (j’avais déjà donné le lien de la vidéo, voici le pdf qui l’accompagne, plus rapide à consulter : https://wiki.debconf.org/upload/f/ff/Uefi-not-enemy%2Bdog.pdf ).

    Personnellement, je trouve pas ça plus compliqué qu’avant, et même un poil plus clair (le(s) bootloader(s) sous forme de fichier, référence par des chemins d’accès dans le bios). Malheureusement, si l’Internet est rempli de jérémiades sur l’EFI, par contre je vois bien plus rarement des message expliquant correctement le fonctionnement et la simplicité de la mise en oeuvre… je veux dire maintenant que les soucis initiaux sont passés et que tout fonctionne, enfin c’est pareil avec toutes les nouveautés, pas la peine d’en faire un fromage !

    On peut aussi apprécier les quelques trucs modernes, personnellement j’aime bien la souplesse des partitions GPT qu’on peut déplacer comme on veut. Mais c’est sûr que c’est plus simple d’hurler avec les loups (je dirais plutôt de bêler comme des moutons) que d’essayer de comprendre au juste comment ça fonctionne avec Linux (et c’est pas comme si le sujet était maintenant documenté en long et en large….). Et c’est pas parce qu’il y a des implications politiques concernant un usage restrictif de Secure Boot qu’il faut jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Je suis d’accord, Microsoft impose des limitations débiles, les fabricants font les trucs à minima : c’est vraiment le scoop du siècle ! C’est juste la même chose depuis 30 ans. Et la politique de l’autruche qui a consisté à systématiquement refuser l’EFI et toujours démarrer en mode “vieux bios”, et bah ça n’a pas spécialement encouragé les fabricants à soigner leur implémentation EFI pour Linux, ni à “éduquer” les utilisateurs.

    Oui, tout peut être bridé, du jour au lendemain, et y’a plein de trucs qui philosophiquement me dérangent dans tous les domaines (bizarrement, je vois pas les même litanies pour dénoncer les conditions de vie des ouvriers chinois…), mais c’est pas une raison pour, encore et encore, conclure par des généralisations simplificatrices qui noircissent très exagérément le tableau… tiens, ça vous rappelle rien, cette manière de faire ??
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fear,_uncertainty_and_doubt :)))

    Non, une fois que les distributions ont (enfin) fait le nécessaire pour être compatibles (Ubuntu et Fedora depuis, longtemps et maintenant les dernières Debian), il n’y a pas plus de gymnastique qu’avant. Non, même si ça ne la simplifie pas, ça n’empêche concrètement pas l’installation du système de son choix, pourvu qu’il soit compatible.

    Et, excuse-moi, mais ça n’a rien de théorique : le Secure Boot est débrayable sur la quasi totalité des pc du commerce. D’aileurs, il existe depuis longtemps tout un tas d’appareils pas prévus pour qu’on y installe le système de son choix (téléphones, voitures, télévisions, etc..). Après, c’est vrai qu’une tablette Windows RT pourrait faire fonctionner Linux sans trop de problème, et ça fait ch*er de pas pouvoir installer ce qu’on veut dessus, mais pour l’instant c’est quasiment le seul cas de bridage avéré avec Secure Boot, donc de là à exagérer systématiquent en répétant “les EFI bridés”….

    Donc enfin, non, on est pas obligé de payer quoi que ce soit à Microsoft ni d’utiliser ses clés. Déjà, si on y tient absolument, on peut utiliser ses propres clés, c’est prévu (tout est expliqué là : http://www.rodsbooks.com/efi-bootloaders/controlling-sb.html#creatingkeys ) et de toute manière on est pas obligé d’utiliser Secure Boot, et si un constructeur vous y oblige (ce qui constitue pour l’instant l’EXCEPTION et non la règle) c’est un problème plus général qui concerne beaucoup d’appareils qui nous sont vendus.

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 21 h 55 min

    @malak: Et donc le bon traitement de ce produit serait de zapper l’information d’une série Full HD sous IPS ? J’aurais probablement un commentaire équivalent au tiens désespéré du fait que je n’aie pas su voir cette option.

    Ma vision est différente et je pense qu’elle a du sens, il faut prendre le billet dans son ensemble.

    On apprend d’abord que cette option existe, elle sera proposée et donc que ce n’est pas impossible a faire. Même si on ne connait pas le surcoût.

    Le billet indique ensuite le fait que MSI a fabriqué par le passé en tant qu’ODM pour Medion. Et qu’il serait probablement a même de le faire à nouveau aujourd’hui. Pour Medion ou un autre.

    La conclusion pointe du doigt ce fait et indique que plusieurs fabricants seraient intéressés par cette machine.

    Or que fait un ODM si ce n’est construire ce que demande son client ? Tout. C’est à dire que si un client demande une version IPS Full-HD du produit, qui sera au catalogue de MSI pour cet engin en ODM à n’en pas douter, et bien MSI la fabriquera et le client revendeur/marque/distributeur le proposera.

    Reste le dernier point de ton intervention : On le verra pas chez nous. Ah et pourquoi a ton avis on ne les voit pas chez nous ces engins ? Parce que le public ne se rend pas compte de la différence entre TN et IPS en supermarché. Parce qu’un écran brillant TN est 1000 fois plus facile a vendre en supermarché qu’un IPS mat… La seule solution ? Rabâcher encore et sans cesse que l’option IPS existe, qu’il vaut mieux éviter le TN et qu’une définition est un point important lors de l’achat. En ignorant le problème “parce qu’on l’aura de toutes façons jamais” on n’aura jamais un client qui se pointera dans le rayon en disant “Je l’aurais bien acheté dans sa version IPS”.

    J’ai commencé dans l’inforamtique avec un e boutiqu qui était la première a certifier ses barrettes de ram : PC100, PC133… C’est à dire ce qu’il fallait pour tirer partie réellement des capacités des processeurs de l’époque. La pratique était de s’en foutre et de coller du PC66 à tout le monde parce que personne ne savait ce que c’était. Et puis un journaliste a testé une de nos bécane et nous a demandé pourquoi on avait écrit PC100. On l’a renvoyé sur les BBS US et Allemand bien plus au fait du phénomène On lui a fait lire la doc de la carte mère et on a montré la différence dans le BIOS… et les tests. Il en a fait un papier dans PC Expert, 6 mois après, tout le monde certifiait ses barrettes de ram ou ne vendait plus rien.

    A l’époque c’était facile, les clients étaient des connaisseurs et une revue comme PC Expert était une bible. Aujourd’hui les clients sont très variés et l’achat d’un PC ne représente plus le montant minimal qui demande un investissement en recherche avant de craquer. On se renseigne pour un reflex, une voiture ou un lave linge. Pour un portable à – 300€ ? on lit tout juste les critiques.

    Alors voilà, on cause TN ou IPS sur Minimachines, on parle de processeurs bizarres et d’architectures cheloue… On détaille le Full HD de la définition classique. Ça n’intéresse que quelques personnes au final mais vaut mieux le faire, annoncer l’option possible. Dès fois que cela fasse tilt chez un importateur et qu’on aie la chance d’avoir cette machine bien équipée à bas prix.

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 22 h 38 min

    @orangina rouge: j’ai déjà expliqué comment créer facilement (et depuis Windows) une clé d’Ubuntu bootable en EFI (avec Rufus, partionnée GPT et formatée FAT32) et que cette distribution intégrait tout ce qu’il fallait, même pour Secure Boot, et aucun problème pour le multi boot : ça l’installe automatiquement et même doublement !

    Au final, on peut soit passer par menu de boot de la machine (qu’on obtient généralement avec la touche ESC ou F12) pour choisir entre Windows et Grub, soit régler le bios pour qu’il boote par défaut sur Grub, dans lequel on peut choisir Windows… (et je parle d’un truc qui a marché directement, sans même aller dans le bios, sur des dizaines de machines récentes que les gens ont apportées à la permanence d’une association Linux de ma ville…)

    Pour ton installation avec LXDE, je me disais tu aurais pu t’inspirer des consignes relativement simples que je t’avais donné la dernière fois ( ) en commençant par glisser le dossier /EFI/BOOT de l’iso d’Ubuntu sur celle de”Lubuntu LTS 14.04.2″ (le choix normal et évident pour tes attentes de LXDE par défaut et de LTS).

    Comme généralement, je teste avant d’affirmer que ça marche, j’ai chargé l’iso de Lubuntu ( http://cdimage.ubuntu.com/lubuntu/releases/14.04/release/lubuntu-14.04-desktop-amd64.iso ) ….et elle est déjà bootable EFI+Secure Boot !
    Du coup, c’est très simple avec la méthode Rufus (en 3 clics) et ça fonctionne direct. Hyper compliqué quoi….. Je peux pas tester, mais ça m’étonnerait pas que, comme pour Ubuntu, la configuration de l’EFI et de grub se fasse automatiquement pour le multiboot. Elle est pas belle, la vie ?! :)

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 23 h 12 min

    @Pierre : merci pour ces précisions et explications.

    Pour les variantes Full HD (même pas IPS), c’était avant tout le constat qu’au final, on est souvent mal servi ailleurs qu’aux Etats-Unis pour ce type d’option. Comme il s’agit d’une pratique courante, je trouve simplement dommage qu’il n’en soit pas fait mention, car ça peut frustrer pal mal d’acheteurs éclairés (comme tes lecteurs).

    Cette fois, tu as effectivement pris soin d’utiliser le conditionnel, mais ce n’est pas toujours le cas : j’ai surtout en mémoire l’article du Toshiba Chromebook 2 (où j’avais déjà râlé, désolé) qui finissait également par des dates de commercialisation reprises telles quelles, mais qui ne concernait finalement que les Etats-Unis…. Et, sans vouloir polémiquer, c’est là qu’on espère que des sites comme Liliputing, MobileGeek ou le tien, vont creuser auprès de leurs interlocuteurs pour nous apprendre davantage que le communiqué de presse, comme tu le fais par ailleurs (et c’est très appréciable).

    Ok pour les achats au supermarché sans recherche préalable, mais heureusement que les sites de conseil d’achats informatiques insistent désormais sur la qualité des écrans, ne serait-ce que pour les tablettes (spéciale dédicace au pionnier Vincent Alzieu, un bon copain de lycée :)

    @Dadoo : très juste ton “Chromebook sous Windows”, on devrait toujours les appeler comme ça :) C’est la tendance du marché : la non-évolutivité et la forte segmentation de l’offre, car ça correspond bien aux attentes d’une majorité de consommateur (qui ne sont pas forcément les mêmes que celles des bidouilleurs informatiques qui traînent ici) en même temps qu’à celles des actionnaires…

    Tu dis “on a perdu tout le reste : moins de disque, moins de mémoire, moins d’autonomie, aucune évolutivité…”. Pour évolutivité, c’es certain. Pour l’autonomie, elle revient bien. Par contre, pour le reste, l’idée originale du netbook dont tu parles, c’était ça… (hihi, souvenirs souvenirs) :
    https://web.archive.org/web/20071206015611/http://www.blogeee.net/2007/06/26/eee-701-pour-personne-donc-pour-tout-le-monde/
    Spéciale dédicace ! Quel visionnaire ce Pierre, quand même :)

    Répondre
  • 14 juin 2015 - 23 h 16 min

    @malak: heureusement que dans mes comms j’ai bien précisé que c’est win avec plusieurs linux qui me pose soucis

    m’enfin bon, si il y avait que ça

    sinon je fais mas tests parce que j’ai ma famille éparpillé partout dans le monde (france, belgique, canada, usa, thailande vietnam et birmanie)

    il me faut une procédure simple que je puisse filer à tous le monde sans soucis (sauf si vous voulez faire un tuto en thai) et qui passe à peu près sur toutes les config sans connaissances pointues en info (sans aucunes serait l’idéal mais ça va pas être possible là)

    je vais pas faire le tour du monde pour ça (et quand j’y vais, c’est le dernier des trucs que j’ai envi de faire)

    le bug de l’installeur d’ubuntu me les casse beaucoup parce que sur le type de pc comme ici, c’est du 64g max et en cas de dual boot avec linux, inutile de coller une home, on partage une partoche “data” de win en ntfs et basta
    entre win et ubuntu (en lts) qui à la mauvaise habitude de pas purger ses anciens noyaux, 2019 ça va pas être la joie avec des petites capacités en dual boot

    les problèmes que j’ai avec ce type de pc ne concernent pas que ma petite personne et les gens à qui je destine ce type de pc n’y connaissent pas grands chose et non pas tous un accès internet “illimité” ou de “qualité” comme en france (deja que la belge et le québécois râlent pour une iso d’1g à cause des quotas – la belge taff avec sa connexion et stresse en permanence à cause de sa bande passante par exemple alors je vous laisse imaginer ailleurs – d’ailleurs même au usa, comcast au debut, c’était folklo)

    donc oui, ça m’énerve pour pas mal de raison de ne pas pouvoir faire quelques chose de plus général pour eux

    quand à l’uefi qui n’ai pas notre ennemi, vous qui adorez lire, passez sur le wiki d’arch
    entre les mains d’un gouvernement pas “cordial” comme dans certaines parties du globe, ça devient une arme très efficace (pas pour rien par exemple que les services chinois ont des BSD sur des pc avec des proc maison et pas du intel amd – ils ont pas fait tous ses efforts pour rien croyez moi)

    sinon, je peus me tromper et si oui, je m’en excuse (crevé ce soir), mais vous qui avez fait une install sur un petit asus X quelquechose avec une bonne autonomie et semblez en être ravi, ce serais super d’en faire un petit torrent et de mettre un lien sur les billets ici
    je suis absolument certains que beaucoup serait intéressés et ravis de pouvoir avoir une base pour aller plus loin

    les linuxiens devraient s’entraider au lieu de se cherchez toujours des noize sur le net, ça ferrait bien avancer le shmilblick (au lieu de facher “a mort” de forker à tous va ou de partir dans son coin faire “sa” distro parce que “machin m’a mal parler”, et si et ça, rien que des petites pleureuses)

    je vous le dit franchement, les nons linuxiens qui souhaitent s’y mettre passent rapide sur les fofo ou des sites comme ici, voient que ça va être l’enfer d’avoir “du support” ou de l’aide et retourne vite fait à leur windows et – au pire leur réparateur favori
    (deja le sujet sur uefi d’ubuntu.fr en a refroidi pas mal autour de moi – et c’est en français et clair – je l’avais filer à certains à l’époque (sans penser au bug de l’installeur de la dernier lts, c’est vrai – et j’en ai perdu pas mal (heureusement qu’ils peuvent pas me le balancer à la tronche, sinon ça ferrais mal)
    bref
    dommage tous ça (et je râle encore, désolé tous ;)
    sur ce, bonne fin de soirée à tous (et nuit, je coupe la 3G, je suis vanné)

    Répondre
  • 15 juin 2015 - 0 h 33 min

    @orangina: j’ai compris que tu souhaites fournir à des gens à travers le monde, avec parfois un accès limité à Internet, une clé usb unique, multi-distribution avec installation simple et automatique quelque soit la machine. Un objectif louable mais particulièrement ambitieux :) c’est surtout ça qui est complexe en fait…
    Si tu veux que tout se fasse automatiquement, il faudrait que tu intègres tout ça dans des scripts qui marcheraient dans tous les cas de figure… c’est complètement possible, mais ce n’est pas une mince affaire, et c’est justement le travail difficile fait par ceux qui créent et maintiennent des distributions.

    Moi, j’essaye juste de sortir des explications vagues et des idées toutes faites, à l’emporte-pièce (du genre “c’est bridé”, “c’est trop compliqué” alors qu’en fait c’est simple) pour t’aider, et aussi pour mieux informer ceux que ça intéresserait.

    En l’occurrence, pour le multi-boot de plusieurs distributions (et éviter que leur gestions respectives de grub ne se “marchent sur les pieds”, l’EFI régle parfaitement le problème !

    Si tu as lu le lien que j’avais donné ( http://askubuntu.com/questions/509423/which-commands-to-convert-a-ubuntu-bios-install-to-efi-uefi-without-boot-repair/509564#509564 ) et qui montre comment faire manuellement ce qu’Ubuntu fait automatiquement à l’installation, tu verras qu’un argument de grub-install utilisé sert à donner un identifiant : –bootloader-id=ubuntu

    L’installeur d’Ubuntu fait pareil sur un système EFI, et ça crée un dossier “ubuntu” dans la partition EFI, avec dedans les modules de boot et un fichier grub.cfg qui contient l’UUID de la partition Ubuntu concernée, pour que grub y retrouve ses petits.

    Donc, ça marchera peut-être sans problème si des distributions différentes adopte un nom différent (ça marche probablement déjà, une avec une Ubuntu + Lubuntu).
    En attendant, on peut faire de même manuellement (c’est pas si compliqué, voir le lien que je viens de donner) en choisissant un nom de “bootloader-id” différent (du genre “debian” et “ubuntu2”). Comme ça les choses seront bien isolées dans des dossiers bien distincts de la partition EFI, et on pourra choisir la distribution à démarrer juste avec le menu de boot du bios (généralement touche ESC ou F12).
    C’est pas du positif + mieux, ça ?!

    Bon, j’arrête, je précise que je n’ai pas d’actions chez UEFI :)
    Et désolé d’avoir squatté autant ces commentaires toute la journée, faudrait que je fasse un blog pour ça. Bisous et bonne semaine à tous !

    Répondre
  • 15 juin 2015 - 0 h 59 min

    ah oui, j’ai pas précisé, mais il va de soit que le bootloader de Windows dans la partition EFI est conservé et n’est pas impacté du tout quand on installe Ubuntu (donc c’est parfaitement ok pour du “win avec plusieurs linux”).
    Et chaque grub ajoutera aussi à son menu les différentes entrées EFI présentes dans le bios pour Windows et chaque distribution. Bon courage !

    Répondre
  • 15 juin 2015 - 9 h 23 min

    ‘LLo,
    Sinon, pour ceux qui peuvent ou veulent bouter la redmondie hors de leur machines (comme moi sur un Clevo) mais en mutiboot linux parce que l’écosystème étant vaste, la curiosité aidant (& le panurgeo-redmondisme de fait ayant disparu), hé bien, foin d’EFI (& de grub aussi) -> syslinux, présent nativement à peu près partout & qui est d’une simplicité évangélique bien que moins automatique que “l’unifié bootloader” qui est quand même une sacrée usine à gaz…
    & encore une fois, découvert ceci sur le wiki d’Arch (+ complet en version “rosbeef”, mais bon, ça, cela ne devrait + étonner personne..) ;-)

    Répondre
  • 15 juin 2015 - 10 h 24 min

    @fassil: Syslinux ?! Ah bah ça ne nous rajeunit pas :) (c’est employé depuis des lustres pour booter des cd et des clés usb).

    Le plus marrant, c’est que c’est aussi une usine à gaz ! :) y’ a qu’à voir la rubrique “Boot process overview” sur la page dont tu ne nous donnes pas le lien sur le wiki d’Archlinux (en effet, probablement la meilleure documentation Linux) : https://wiki.archlinux.org/index.php/Syslinux#Boot_process_overview

    Au moins, c’est original, bravo ! Par curiosité, t’as créé la petite partition syslinux en FAT ? ou t’as utilisé extlinux ??

    Répondre
  • 15 juin 2015 - 14 h 02 min

    Pour un prix entre 160€ et 199€ ca promet faudra voir les performances de la batterie :)

    Répondre
  • 15 juin 2015 - 20 h 04 min

    @Docteurcpu: niveau autonomie, ça devrait être du même ordre que celle du X205TA, aux composants similaires.

    Répondre
  • 16 juin 2015 - 1 h 05 min

    @fassil: merci, c’est sympa et c’est ce que je cherche pour faire des clé “multisystem” pour certains
    je vais me rapprocher du créateur de multisystem cet été pour voir avec lui parce que franchement, je me vois pas d’envoyer une dizaine de clé-carte sd (en double pour les back up “au cas ou” ) avec manuel (refait) autour du monde
    deja que pour certaines partie, je connais le gars qui fais les install, c’est un gosse et le seul à parler anglais (plutot “litteraire” que math), le pauvre, si je lui change tous, il va péter un câble – il était super content quand les RPI sont sorties, plus de openwrt qui marchent pas toujours sur certains matos
    le ouf de soulagement, je vous dis pas

    @malak:
    je vois toujours pas l’amelioration “flagrante” de l’uefi pour les portables
    pour moi, ça sert surtout aux disque dur plus grands que 2TO, au partitionnement dinamique (ok, plus besoin de mettre ses install dans une partition logique, ouha, le truc de ouf sur un partable)
    sinon le coup du biois “graphique”, je me marre
    le medion que j’ai (et donc sasn doute les msi comme ici) c’est juste 5 categoris à la souris et après, retour en mode “bon vieux bios”
    meme sur ma carte asus uefi mini itx (bien moins chiante que ce portable), il faut toujours connaitre les bonnes option et le “language” bios” pour faire des changements
    donc meme ça, je vois pas de changement majeur (si le “truc”, c’est de cliquer à la souris, juste lo mdr ptdr comme disent les djeuns)

    par contre, sur serveurs, je vois bien l’avantages, ok mais c’est pas du tout le meme public ni les meme machines

    je vois par contre encore une fois parfaitement le soucis pour les populations vu ce que permet uefi pour certains gouvernements (ou firmes)

    en france et avec la doc qu’on a, ça passe, ailleurs, certains n’ont meme pas acces à un bete distrowatch !

    sinon “elle est pas belle la vie” mode
    ben non, pas vraiment
    avant je faisait une (2 pour les back up) clé ou carte sd multisystem avec plusieurs distro dessu et un petit guide pour le repartinnement et l’install et on n’en parlais plus

    là, il va

    Répondre
  • 16 juin 2015 - 1 h 25 min

    oups, message en 2 parties (fatigué ce soir, long journées en ce moment jusqu’à l’été)

    donc, là il va falloir que je sorte plusieurs clés avec rufus (pcbsd pas compatible d’ailleurs, la bonne surprise du jour) alors qu’avant, tout passait sur une clé avec multisytem

    il va aussi falloir (si je veux, ok comme français, ça sert à rien ici, mais c’est obligatoire ailleurs) que je me retape tous le boulot des teams fait par peppermint et lxde par exemple ? (distro faites sur l’iso minimal)

    un exemple par exemple, si dual boot sur Win 8.1 et peppermint, (dans les règles de l’art ou en – à coté)
    ben au reboot, écran avec une belle erreur grub et boot impossible même en passant par F2 (le bios)

    alors oui, un bête live usb de boot repair (quand on connaît les options , le mode “laisse moi faire le noob, je gère” étant plus une source d’emmerde qu’autre chose) résout le problème, mais va encore falloir que je fasse un tuto de plus à faire traduire ?

    non, pour les pc paortables, à part emmerder le monde (et faire plaisir à microsoft – enfin c’est obligatoire, mais quand je vois la “surcouche uefi avec un bete bios en dessous, comment dire), il n’y a pas de réel avantage pour l’utilisateur final

    et encore une fois, l’uefi permet des choses que le bon vieux bios ne permettait pas avant (les virus mbr, on sait comment les écraser depuis win 98)

    comme par exemple de ne pas pouvoir booter sur une carte sd ou usb pour avoir une tablette 3g X86 compatible avec tails (meme avec plop au pire) et permettant d’avoir un poste léger et fonctionnel pour utilisation de type “printemps arabe” (il est là le vrai fond du problème dans certaine partie du monde, la liberté au sens large et pas juste “open source”)

    ça, ça fait peur à un paquet de gouvernement et l’uefi les aident un max (et je parle pas des rootkits)

    donc non, définitivement non
    uefi n’est peut être pas “mon ennemi” mais il peut très facilement le devenir
    et ça, ça m’enquiquine au plus haut point

    Répondre
  • 16 juin 2015 - 6 h 15 min

    “L’enfer est pavé de bonnes intentions”. Le problème avec ce raisonnement, c’est toujours pareil, c’est le clivage obligatoire : si on est pas contre, on est pour ! ça vole très haut…

    Est-ce que j’ai dit que c’était mieux ? Est-ce que j’ai dit que ça m’intéressait d’avoir un bios graphique ? j’ai juste mentionné en passant (en 3 MOTS!) que c’était un des exemples de nouvelles fonctionnalité que PERMETTAIT le système en même temps, c’était loin d’être l’argument principal de mon propos, en même temps, j’ai hésité à mettre cette simple mention factuelle, parce que j’étais sûr de cette réaction, c’est TOUJOURS les mêmes arguments (systématique à charge, c’est ça l’idée) et jamais le moindre détail technique, toujours des trucs aussi vague.

    OK, l’EFI peut servir à faire de la m*rde, je n’ai jamais dit le contraire, c’est juste que j’ai démontré que ça fonctionne maintenant sans problème avec Linux en GENERAL, et même SIMPLEMENT, contrairement à ce que laisse entendre toutes les chouineries à la mode dont on nous rabat les oreilles, à la limite du lavage de cerveau, il faut bien le dire.

    Personnellement c’est cette pensée unique et cette méconnaissance manifeste du fonctionnement que je trouve néfastes, qui gangrène malheureusement la communauté Linux, et en désespère plus d’un…
    et ça, ça m’enquiquine au plus au point

    Répondre
  • 16 juin 2015 - 7 h 19 min

    @malak: bon, je me réveil et suis au moment du kawa donc je vais rester cool

    avant j’étais pareil, je voyais pas pourquoi ça marcherais pas alors que ça marche nikel en uefi sur mon poste de travail (mais monter par moi et pas un pc commercial avec win 8 installer dessus d’usine)
    et oui, j’avais jamais eu ce type de problème
    j’avais pas mal de retour me disant que “bah nan, ah marche pas” même après avoir filer à peu près les même liens que vous et vérifier que l’iso était ok
    et idem, je comprenais pas

    maintenant oui

    alors oui, si on s’y connait, tous marche (à voir la batterie après)
    si on vire win, tous marche aussi

    si on prend ce pc pour des dual boot win et plusieurs linux (voir meme qu’un il y a des surprises “rigolotes”) et pour faire des test avec le nouveau 10 de cette été, bon moi ça va mais je le conseillerais pas forcement à tous le monde (plutôt sur une bonne vielle tour)

    sur le type de pc de ce billet (32 ou 64 emmc) j’imagine bien que pas mal vont avoir des problèmes alors que d’autres diront “bah non, ça devrait marcher” (deja rien que le fameux bug de l’installeur ubuntu LTs mis plus haut n’est toujours pas résolu, ça aussi ça va faire plaisir à beaucoup (surtout que vu l’espace de stockage rikiki, là c’est pas une option idiote)

    plus l’info devient un outil indispensable à tous, plus on le bride et restreint les possibilités d’être maître de SON matériel (sinon on prends un chromebook, c’est vite vu)

    je remarque que plus ça va et plus c’est sur ce type de matériel qu’on a des soucis (les device mobile), les pc de bureaux ont pas ses soucis (enfin beaucoup moins)
    peut être du fait d’être rattaché à des box ou lignes terrestres

    ça, mystère et à la limite on est pas là pour ça (deja que je pollue bien ce billet)

    perso, ben non, sur ce type de matos, je vois pas pourquoi un bon vieux mode legacy au minimum (surtout que c’est juste un bios banal en dessous) est pas dispo à part pour faire plaisir à microsoft à la limite (ou feignantise du fabricant)

    ça aurait permis à l’utilisateur finale de pas avoir à se prendre la tête et de faire ce qu’il veut facilement de son matos (sur desktop ou serveurs, ok c’est différent mais pas sur un laptop) tout en laissant votre cher UEFi dispo puisque vous l’aimer tant

    re bref, je vais en rester là et arrêter de polluer le billet avec des considérations qui à la relecture n’ont rien à voir avec ce msi et vont plus enquiquiner (pour rester poli, vous l’aurez compris) les personnes venant juste pour ce pc

    on se retrouvera peut être sur un billet du x205 ou je suis sur que vous aurez poster un lien de votre boulot pour linux sur cette machine
    je suis sur que cela ferrait plaisir à beaucoup de monde d’avoir une iso au petit oignons pour ce type de matos
    parce que (croyez le ou non), dans la “communauté linux” et surtout ceux qui l’utilise, il n’y a pas que des gens qui savent comment ça fonctionne et qui en ont quelque chose à faire
    l’info c’est un outil, c’est à moi de décider comment j’utilise un tournevis, pas l’inverse (bon il est tôt, pas beaucoup dormi, l’image est pas ideal mais bon)

    et ça, ça en désespère aussi plus d’un

    s’il n’y a que les gens qui “savent comment ça marche” pour installer et utiliser correctement un linux, que les linuxiens ne viennent pas râler partout après que si peu de monde utilise cet os
    (sauf si on recompil ?, le mot à jamais lâcher à un utilisateur si vous voulez qu’il utilise votre os)
    bref
    sur ce bon journée à tous (et je libère définitivement ce billet, désolé de l’avoir trop “pris en otage avec tous ça, continuerais servirais à rien)

    aller, une dernière blagounette avant de partir ;
    heureusement qu’on a pas parlé de systemd ou pas dans debian

    Répondre
  • 16 juin 2015 - 9 h 29 min

    ‘LLo,
    @malak:
    Pas de partitions inutiles -> quatres primaires (mbr), trois systèmes & une de données (4 Go de ram -> no swap)
    & syslinux.cfg dans la “maitre”/courante & des alias dans les deux autres pour les maj de noyaux.
    Je préfère plutôt la simplicité…

    Répondre
  • 16 juin 2015 - 16 h 50 min

    @orangina rouge : “votre cher UEFi …. puisque vous l’aimer tant”…?? c’est de la provoc’ ?! Longtemps que je n’avais pas eu un échange aussi vain… Bonne chance quand même.

    @fassil : ah, enfin du dialogue, et surtout du concret ! :) ok, en effet ça a l’air simple et bien ficelé : élégant, quoi :)

    Répondre
  • 16 juin 2015 - 17 h 21 min

    @malak: on est d’accord pour pas être d’accord, inutile de continuer
    sinon marrant , la provoc je la voyais plus dans la demande d’iso pour le partage “open” avec les utilisateurs du x205 ici même
    (qui seraient ravis d’avoir de l’aide, un peu comme quand un certain millionnaire sud africain qui a décider de faciliter l’usage de ses super outils open source il y a quelques temps deja et permis “enfin” à linux une percée – modique certes – mais percée quand même dans le monde de l’informatique pour les “non pro” dont c’est ni le boulot ni la passion mais qui ont le droit d’avoir de bon outil libre et de qualité)
    comme quoi

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *