Minilink 11/02/14 : Le naufrage Windows 8, la relève de garde d'Android

Minilink 11/02/14 : Le naufrage Windows 8, la relève de garde d’Android

Un minilink très orienté système ce soir, pas très digeste mais c’est intéressant de voir comment l’univers logiciel fonctionne. L’avis de Paul Thurott sur Windows 8 est très intéressant pour mieux rebondir et les problématiques de certification d’Android éclairent d’un nouveau regard certains éléments du marché.

windows 8

« Windows 8 est un Désastre. Point. »

Paul Thurrott est un personnage assez connu de la blogosphère US. Il anime le site WinSupersite.com et fait autorité sur le monde Windows en général. Il a publié un long papier sur l’échec de Windows 8. Un papier aussi dur qu’amer puisque Thurott est un vrai utilisateur de Windows 8. Ses mots sont durs, très durs mais son constat crève l’abcès posé par un développement aux antipodes, non seulement d’un retour utilisateur, mais aussi d’un simple bon sens ergonomique.

« Ce n’est pas un débat, ce n’est pas un bout de monde merveilleux où l’opinion de chacun est légitime ou quoi que ce soit. Windows 8 est un désastre. Point.

Windows 8.1

Alors que certaines personnes impliquées dans Windows adoptaient une approche du type « qui vivra verra » et me critiquaient à propos de ma franchise sur ce point, j’ai pu trouver de la part de sources internes (de Microsoft) des éléments indiquant que le produit était foutu dés le départ, qu’il était craint et ignoré des acheteurs, partenaires et des autres branches de Microsoft lui même. Windows 8 est un tel désastre que Steven Sinofsky a été viré de la société et son équipe de lieutenants a été extraite du développement de Windows dans un cyclone qui a obligé la compagnie à totalement se restructurer. Même le protecteur de Sinofsky, le PDG de Microsoft Steve Ballmer, a été limogé. Comment cela a t-il pu arriver ? Parce que toutes ensemble, ces personnes ont laissé la boite et Windows retourner des années en arrière et ont détruit, peut être, ce qui aura été une des plus grandes franchises logicielles de tous les temps. »

Un papier à lire et à relire qui montre, et je suis bien d’accord avec Paul Thurrott, comment Windows 8 a tourné le dos de manière trés élitiste aux utilisateurs et à leurs habitudes apprises depuis des années avec Microsoft. Comment cette marque a clairement voulu sacrifier ergonomie, habitude et logique d’usage au service d’un objectif au demeurant peu utile d’une réunification logicielle de la totalité de ses systèmes.

Un papier à lire et à prendre en compte pour faire table rase du passé et tenter de reconstruire Windows dans le bon sens, ce qui semble être sur la bonne voie avec Windows 8.1 et ses futures mises à jour.

test-Samsung-Galaxy-Note-8_017

Google semble vouloir consolider le marché Android.

De son côté google serait en train de serrer la vis autour du monde d’Android. Le moteur de recherche en a un petit peu marre de voir des gens faire joujou avec son système et surtout en faire absolument n’importe quoi. Le temps est venu de la consolidation du marché aprè avoir fermé les yeux sur des productions plus ou moins douteuses, Google va entrer dans une nouvelle ère pour son système mobile. Attendez vous à quelques secousses…

Depuis des mois, j’ai des rumeurs d’un chiffre, un gros chiffre, celui de 50 000$ par SKU sous Android pour avoir la validation de Google et donc un accès au market et les applications Android de base. Un SKU c’est un terme de l’industrie pour parler de stockage de matériel, cela désigne un modèle unique, très unique même. Vous allez comprendre : Pour un fabricant, un SKU c’est une tablette 10 pouces avec un processeur précis, un stockage précis et une connectique précise. Changez de processeur, de diagonale d’écran ou de stockage et vous aurez un autre SKU. Chacun doit payer sa dîme de certification à Google pour recevoir un système Android valide en son sein. Si vous me suivez, une tablette disponible en 16, 32 et 34 Go à la fois en Wifi et 3G représente à elle seule 6 SKU différents. Ce qui nous fait, pour mon chiffre de 50 000 $, un investissement de 300 000 $ pour obtenir ses licences Android. Je n’ai aucune preuve ni aucune source à citer concernant ce chiffre, il me vient de sources « industrielles » dirons nous.

Android 4.4 KitKat

Mais voilà que le Guardian publie un papier sur le coût « caché » de cette fameuse certification Android avec d’autres chiffres situés autour du mien. Entre 40 000 et 75 000 $ par machine pour obtenir la fameuse certification qui ouvre la porte du Google Mobile Services (GMS) à savoir Gmail, Google Maps et un accès au Play Store d’Android. Des chiffres qui donnent le tournis pour des grands groupe comme Samsung et sa pléthore de tablettes et smartphones déclinés en diverses versions sur la planète pour coller aux besoins du marché.

Et voilà qui explique pourquoi Google a également voulu sortir de son catalogue Motorola, les concurrents ne devant pas apprécier qu’une marque doive se payer à elle même les coûts de cette certification. Autre point de friction, les fabricants noname qui sortent modèle sur modèle, parfois avec des versions d’Android plus en avance que les grandes marques, sans payer leur certification. Un grincement de dents qui se comprend, le fait de ne pas payer cette certification mais de bénéficier tout de même du google Play et des services de Google n’est pas très Fair-play.

Hyundai T7

En n’ayant aucune certification, des marques noname, la plupart Asiatiques, peuvent vendre moins cher leurs tablettes puisqu’elles n’ont pas ce poste à amortir. Mais aussi et surtout elles peuvent multiplier les modèles à l’infini, être plus réactives que des marques qui doivent forcément amortir la certification. Impossible de sortir 3 ou 4000 tablettes et de profiter d’une baisse de tarif de mémoire pour passer d’un coup le reste de sa production en 2 Go de mémoire vive ou 32 Go de stockage. Impossible de changer de processeur à la volée ou de profiter d’un écran de meilleure définition en début de chaîne. Pour toute marque qui jouerait le jeu de Google, cela voudrait dire faire un chèque de plusieurs milliers de dollars à chacune de ces fantaisies.

Plusieurs intervenants m’indiquent en avoir assez de ce jeu de dupes et avoir tapé du poing sur la table à l’heure où les marges sur les tablettes s’écroulent. On a vu que Samsung avait vendu plus de tablettes en 2013 que jamais et même si son Chiffre d’affaires est en hausse, son bénéfice est, quant à lui, en baisse au quatrième trimestre 2013. Les prix entrant en concurrence avec des marques jouant avec d’autres règles du jeu, il est difficile de tenir la route sans un investissent massif en marketing, élément qui fait chuter la marge du constructeur. Ce scénario se répète chez beaucoup d’acteurs aujourd’hui.

Android 4.4 kitkat

Quelle va être la réaction de Google ? Impossible d’en être sur mais le système a besoin de ses alliés de marques qui payent leur certification et qui jouent le jeu d’Android. Il n’est pas impossible qu’a terme la marque soit plus dure avec la certification des produits et se serve de quelques astuces logicielles cachées pour savoir si oui ou non cette tablette, ce SKU précis, a bien payé sa certification. Un tel changement signifierait la fin d’un accès au Google Play pour de nombreux acteurs noname et le refus de toute installation de services qui, lorsqu’ils manquent, condamnent d’emblée les ventes. Si lorsque vous tentez d’installer vous même le Market de Google ou Gmail, le système vous le refuse, votre premier réflexe sera de vous enquérir du problème en ligne. Et dés que cette problématique sera connue, la tablette ne se vendra plus.

Android 4.4 kitkat

Une rumeur remontée par AndroidPolice montre que Google ouvre dans ce sens, forçant les fabricants à installer des versions récentes d’Android pour bénéficier des applications Google Mobile Services. Google pourrait forcer les constructeurs à employer des outils spécifiques à des dates précises pour pouvoir intégrer le système. Impossible par exemple  de continuer à exploiter Android 4.1 depuis le début du mois. Android 4.2 sera obsolète le 24 Avril de cette année et dés le 31 Juillet plus personne ne pourra sortir un Android avec les GMS équipé d’autre chose qu’Android 4.4. Ou alors sans Gmail, Google Earth et évidemment un accès au Google Play…

Cette marche forcée vers une seule et même version d’Android est saine pour le marché, cela permettra aux utilisateurs de bénéficier de la dernière version du système mais cela pourrait également cacher ces fameux moyens de contrôle, ces moyens qui permettraient à Google de trier le bon grain de l’ivraie et de ne laisser télécharger des applications sur son store qu’aux partenaires dûment authentifiés par leur certification…

A demain pour un Minilink plus rigolo, enfin, j’espère.

32 commentaires sur ce sujet.
  • 11 février 2014 - 19 h 41 min

    Concernant windows 8, j’irais sans doute lire ce blog mais je pense quand a moi que ce n’est pas un tel échec.
    Certes metro, je ne l’utilise pas vraiment, sauf sur ma tablette, et encore, mais le reste a clairement été optimisé, et ce n’est pas l’absence de menu démarrer (qu’on peut facilement contourner) qui me gêne.
    Unifier les versions mobile et Pc de windoWs est une bonne chose, même s’il reste du chemin a faire.
    Pour moi seul RT est un échec, voulu par MS par l’impossibilité de faire tourner et pire encore de développer des version desktop sur ce système.
    Je pense qu’avec le retard qu’ils avaient, au final, ils ne s’en sortent pas si mal.

    Répondre
  • 11 février 2014 - 19 h 48 min

    Comme d habitude bien expliqué belle article

    Répondre
  • 11 février 2014 - 20 h 16 min

    Pas drole…mais tres instructif ! Je me demande ce que le monde Android nous reservera demain, voila peut-etre une breche pour ubuntu mobile !?!

    Rendez-vous est pris demain ;)

    Répondre
  • 11 février 2014 - 20 h 43 min

    D’accord avec Blotza. Je ne l’utilise pas encore beaucoup mais pour avoir offert un medion 1318T, Windows 8 ne me paraît pas être la catastrophe annoncée (mais je me base sur 8.1). Unifier les différentes plateformes est LA bonne idée de ce Windows, même si l’exécution n’est pas parfaite.

    Répondre
  • 11 février 2014 - 21 h 44 min

    « Unifier les différentes plateformes est LA bonne idée de ce Windows. »
    Je pense le contraire.
    D’ailleurs je ne comprends pas le pourquoi de vouloir unifier ces deux mondes.
    On ne fait pas la même chose avec son PC qu’avec son smartphone/tablette.
    L’un est un outil de production et l’autre est un outil de consultation.

    Répondre
  • 11 février 2014 - 21 h 48 min

    Alors c’est vrai que Microsoft n’a pas pris de gants avec Windows 8 en supprimant sans préavis le bouton démarrer et en imposant modern ui.
    Ils ont voulu forcer les utilisateurs à utiliser les raccourcis claviers.

    C’est dommage parce qu’à côté de ça, le coeur de l’os est très bon. J’ai pas une config des plus récentes et ça tourne comme une horloge.

    Le fait d’avoir une surcouche tactile prend tout son sens avec un t100.

    Là où il y a du boulot pour Microsoft, c’est au niveau de l’explorateur. Ça fait longtemps qu’il n’y a pas de réelles nouveautés / progrès de ce côté.

    Pour finir, je suis un utilisateur satisfait de w8. Une fois qu’on a installé clover et Launchy, on devient productif comme jamais ! ^^

    Répondre
  • 11 février 2014 - 22 h 13 min

    Je trouve qu’on est sévère avec W8, je trouve que c’est le meilleur système pour tablette, bien plus pratique et plus efficace que Android, alors après je me base sur 8.1 que j’ai depuis 2 mois grâce a ma transformer book T100

    Répondre
  • 11 février 2014 - 22 h 22 min

    Eh oui, et pour une fois que MS a vraiment pris des risques, les corrections apportées avec 8.1 et celles a venir montrent qu’en plus ils savent reconnaître certaines de leurs erreurs :)

    Répondre
  • 11 février 2014 - 22 h 27 min

    @David: Le T100 donne tout son sens au système mais il représente combien du parc installé ? Les tablettes Windows ne sont pas légion et imposer le tactile aux autres est vraiment délicat.

    Sinon je suis d’accord que l’arrivée de 8.1 et les futures évolutions semblent rapprocher l’utilisateur et le système. Parfaitement ok pour confirmer la robustesse et les avancées du système en lui même en dehors de son ergonomie de base.

    Répondre
  • 11 février 2014 - 22 h 51 min

    Paul Thurrott est surtout d’une mauvaise foi abyssale sur ce coup là (comme à chaque fois qu’il parle d’Android, également, mais le problème est ailleurs).

    L’erreur de Microsoft se joue majoritairement sur le positionnement marketing, l’os est excellent, et les habitudes sont a peine entachées pour qui prends la peine d’ouvrir les yeux.

    Puis l’unification sera la force logicielle de Microsoft c’était un pas non négligeable et obligatoire.

    Sur la forme, s’aurait pu être différent, mais un OS multiformat sera leur grand atout dans le futur. En sorte, c’est la survie de Windows dans son ensemble qui se jouait là, à long terme, et certes ça peut être violent pour les plus réfractaires au changement, mais on ne pourra au moins pas leur reprocher la prise de risque.

    Répondre
  • 11 février 2014 - 23 h 21 min

    @Meshh:  » les habitudes sont a peine entachées » ? franchement, faire un tour au rayon informatique des supermarchés au lancement des engins Win8 en démo était une expérience ahurissante…

    J’ai mis du tempos a m’y retrouver perso et je n’ai trouvé la chaussure à mon pied qu’avec le tactile. Pas sur mes machines classiques.

    sinon personne ne reproche la prise de risque, ptet tout au plus l’absence de chausse pied ?

    Répondre
  • 11 février 2014 - 23 h 44 min

    Je ne dis pas que retrouver un fonctionnement optimal (mais je l’espère à 110% avec l’habitude ;-) ) est instantané, mais pour être confortable sur le gros de ton utilisation il ne doit pas falloir plus que quelques jours.

    Et pour retrouver ses marques ça reste un Windows dans les grands traits, en quelques minutes on sait grosso modo ou on va, si on est pas fermé au changement.

    C’est sur si on se fixe sur Modern UI sans même presser la touche Windows, la donne peut être différente, mais j’imagine qu’on y va surtout par curiosité au début ^^. (ou par réflexe pour sortir le menu démarrer :P)

    Répondre
  • 12 février 2014 - 0 h 09 min

    Pareil pour moi: je suis un utilisateur très satisfait de Windows 8, que ce soit sur mon pc de jeu, mon laptop du boulot, et ma transformer book t100.

    Retrouver un même environnement sur toutes ces plateformes est un vrai plaisir pour moi. Je n’utilise pratiquement plus mon ipad 2, qui garde quand même pour lui certains avantages ergonomiques, et surtout un magasin d’applications dédiées au tactile infiniment plus vaste.

    Avec des produits comme la t100 ou les venue pro de Dell, on n’a plus à choisir: véritable outil de travail une fois connectée à un écran, un clavier et une souris, et toute à fait agréable à utiliser de manière autonome.

    Xbmc, vlc, Word, Excel etc.

    Je vois aussi un très gros intérêt pour Windows 8 vis à vis de mes enfants. Mon fils de 6 ans est très familier avec le monde iphone et iPad. Sa première réaction devant modernUI sur la t100: « wahou! ».

    Du coup sur mon pc principal, je lui ai organisé son écran de démarrage. De grosses icônes très parlantes et simples à manipuler, il est super content.

    Répondre
  • uko
    12 février 2014 - 0 h 35 min

    Idem pour moi en ce qui concerne Windows 8: l’usage quotidien à la souris sur ma machine principale se passe très bien.

    Mes griefs se concentrent plus sur la nouvelle réorganisation des options, qui avaient déjà été réorganisées sous Windows 7… je patauge dès que je veux effectuer des ajustements un peu pointus.

    Pour le reste, je n’ai jamais eu besoin de l’utiliser au touchpad, qui semble peu compatible avec l’ergonomie de W8. J’ai donc du m’adapter (en ronchonnant quand même, en bon Français que je suis), mais je m’y suis rapidement fait et alors que je suis resté longtemps fan d’XP, j’aurais maintenant du mal à y retourner.

    Répondre
  • 12 février 2014 - 4 h 09 min

    Pour Android, si ce que tu avances est vrai, c’est une excellente nouvelle. Ça va pousser l’émergence de solution se passant des services de Google sur Android.

    J’ai déjà abandonné google maps, je pourrai me passer du play store et de google music facilement. Il ne me reste plus que les emails et contacts chez gmail à dégager et ma prochaine installation de Cyanogen pourra se faire sans les gapps.

    Répondre
  • 12 février 2014 - 5 h 52 min

    Pas lu le post de Thurott, mais ca me parait un peu dur. Microsoft est dans un position délicate, avec iOS et Android et la solution proposé et pas si mal.

    En particulier sur tablette car elle donne une très bonne alternative à Android/iOS, que cela soit pour les pros comme pour les utilisateurs lambdas.
    Par contre sur desktop, ModernUI est contre productif et vraiment difficile à utiliser à la souris. Je ne suis pas convaincu par la fusion des deux mondes (et espère qu’Apple ne fera pas pareil).

    Le véritable échec c’est W8 RT, probablement à cause d’un mauvais positionnement marketing.
    Mais Microsoft se devait de faire une version de W8 pour ARM, car il n’était pas évident qu’Intel allait réussir son pari de processeur Atom aussi performant et peu consommateur.

    Répondre
  • 12 février 2014 - 8 h 04 min

    Merci Pierre de cette analyse :-)

    En tant qu’utilisateur, je fais l’impasse de windows 8 pour l’instant, principalement à cause de cette ergonomie loin de mes attentes d’utilisateur et je reste sur seven.

    Répondre
  • al
    12 février 2014 - 8 h 14 min

    Il y a eu deux articles de Ars Technica ces derniers mois sur la stratégie de Google pour rendre Android de plus en plus fermé. On y explique aussi qu’il faut payer pour le GMS (x centimes par appareil) et que beaucoup d’appareils existent en Chine sans le GMS ou comme le fait Amazon.
    Il ne faut pas oublier qu’il y a déjà énormément de markets alternatifs au Google Play. D’ailleurs, c’est comme ça que Sailfish OS accède aux applications Android.

    Répondre
  • rik
    12 février 2014 - 9 h 50 min

    superbe analyse !

    Metro est une grosse erreur je pense : on a eu l’impression que Micro$$oft voulait faire une interface type iPad, adaptée à ses ordinateurs et ses tablettes. Or, si l’on continue sur l’exemple iPad, Apple n’a pour le moment pas voulu sauter le pas en harmonisant ordinateurs, smartphones et tablettes : il doit bien y avoir une raison… On ne peut pas envisager une interface tactile comme on envisage l’ergonomie d’un gros ordinateur. Par contre, on pourrait fort bien imaginer une tablette avec une interface, qui, une fois reliée à un dock, changerait totalement pour offrir, sur un écran LED externe, une ergonomie digne d’une vraie machine de bureau.

    Personnellement, me retrouver avec un portable m’affichant un tapis playschool n’a eu qu’un effet : mettre le disque dur de coté, insérer un SSD (une promo minimachines ;-) ) et basculer sous Ubuntu pour retrouver ergonomie, puissance, et une interface normale.
    Je ne suis plus utilisateur de Windows depuis des années, sauf un vieux XP qui traine pour des besoins purement pro hélas.

    Répondre
  • 12 février 2014 - 10 h 05 min

    c’est drôle mais pour une fois je vais pas être trop contre ms … les gens en ont beaucoup contre w8 car l’interface a changée …. moi bizarrement le changement ne me gène pas, faut dire j’ai l’habitude de changer justement mes habitudes !! j’utilise même unity en étant content.. ceux qui connaissent apprécieront …

    après w8 me semble pas mauvais comme os, juste que je trouve très laid l’ensemble .. mais bon, je comprends que si on utilise xp depuis 10 ans on trouve tout le reste bidon (j’ai eu le cas dans ma boite d’un « vieux » qui se faisait pas a w7°…

    Répondre
  • 12 février 2014 - 11 h 09 min

    Surtout ce que je ne comprends pas dans ce débat est la faculté de critiquer W8.x sur la seul base d’une partie de son UI tout en ignorant la liste impressionnante des progrès apportés avec W8.x?

    @Wills
    « L’un est un outil de production et l’autre est un outil de consultation. »
    Justement, W8.x intégre le cloud comme pierre (pas Lecourt ;) )angulaire de son OS.
    En intégrant le stockage dans le nuage cela prend tout sons sens. Document crée sur sa workstation, consultable via son smartphone et éditable via sa tablette le tout parfaitement synchronisé. Sur le plan fonctionnel; c’est une excellente idée. La seule critique est que pour inciter les utilisateurs potentiels et pour mettre en avant cet argument, MS aurait pu être moins radin que les 7 Go offerts généreusement.

    J’ai lui l’article et je dois dire que l’auteur s’est complètement trompé sur l’approche: il critique et se focalise sur un OS successeur d’un autre OS là ou MS a crée un nouvel éco-système dont W8.x fait parti comem d’autre briques de cet éco-système.
    Bien sûr que ce n’est pas parfait et pour ma part, je sais déjà que MS s’apprête à ménager la chèvre et le choux.

    :)

    Répondre
  • 12 février 2014 - 11 h 59 min

    Je vais me faire l’avocat du diable comme toto :)

    Windows 8 n’est pas un mauvais OS, loin de là… Certes, l’ergonomie est parfois calamiteuse comparée à XP et 7, quelques soucis de stabilité sur ma machine (si si… et pourtant je n’ai pas du matos exotique). Mais au moins, on dispose de bien plus d’outils qu’avant. Enfin… on est quand même loin des fonctionnalités d’un Linux/FreeBSD (et oui, Ubuntu est beaucoup plus simple d’accès que win 8 (et plus stable aussi…)).

    Bref, si win 9 sort à la fin de l’année, je ne suis pas sûr d’y passer (n’utilisant win 8 que pour les logiciels qui ne fonctionnent pas sous wine). Et au moins, on ne peut pas reprocher à MS d’avoir tenté d’innover ;) (Par contre je trouve le nouveau bureau très moche par rapport à 7 ! Vivement un autre gestionnaire de fenêtres :] )

    Répondre
  • 12 février 2014 - 12 h 43 min

    Moi ce que je trouve dingue de la part de microsoft, c’est que 8.1 update 1 ne retrouvera l’interface bureau par défaut que sur les machines non tactiles, laptops compris!

    Déjà que le tactile n’est pas vraiment un progrès comparé à un touchpad multitouch de taille correcte et bien plus précis à l’usage (sans devoir, horreur, patouiller un écran de PC). Mais là, ils voudraient que les fabricants n’en fassent plus du tout qu’ils ne s’y prendraient pas autrement!

    C’est pas que cela me chagrine, je fuyais déjà le tactile auquel je prédisais dès le départ sur PC un succès du type de la 3D sur TV: Quand les inconvénients dépassent les bénéfices il en est toujours ainsi… mais de la part de microsoft cela va ammener à… ne plus voir fabriquer le tactile qu’ils veulent encore bêtement imposer!

    On remarquera aussi avec gourmandise qu’Apple a réaffirmé récemment ne pas avoir pour projet d’unifier ses plateformes mobiles et Mac.

    Le seul bénéfice de cette histoire, c’est que c’est pas demain la veille qu’on va vouloir de nouveau chambouler brusquement le bureau issu de décennies de lente maturation.

    Si Microsoft veut faire progresser cet aspect, qu’ils donnent la possibilité de faire des bureaux virtuels existant depuis la nuit des temps sur les unices: Sur un laptop, je ne sais pas vivre sans et la fin de XP au aussi signé pour moi la fin du Powertoy virtual desktops offert par microsoft et non compatible seven etc… Desktops de sysinternals désormais tenu par microsoft est en comparaison une sombre merde inutilisable et je n’ai trouvé que mDesktop qui reste simple, compatible aero, tout en faisant a peu près l’affaire même si le changement de bureau c’est 2 clics et réorganiser ses bureaux plus limité que sur l’ancêtre et que sous Linux.

    Pour les autres aspects, les sytèmes de fichiers sont des antiquités: NTFS a certes évolué, mais la base date de 20 ans et malgré quelques rustines il n’est pas au point sur SSD par exemple (y’a TRIM depuis seven, mais les optimisations d’alignement pour faire autant que possible matcher débuts de fichiers et débuts de blocs d’erase, c’est même pas en rêve).

    L’ordonnancement des tâches, pareil: C’est pas au niveau attendu actuellement.

    Et un OS, à la base, c’est surtout là dessus qu’il doit se distinguer et microsoft y est totalement largué.

    Répondre
  • jj
    12 février 2014 - 13 h 42 min

    Eh bien moi je valide à 100% l’approche de Paul Thurrott. Ce windows8, qu’il soit avec ou sans point un est une vrai calamité.
    Mais je bénis microsoft pour ça
    Je suis dépanneur informatique, et l’optimisation de windows 8 (ajout du menu démarrer, remplacement des appli par des logiciels etc)est devenue une de mes activité principale, la majorité des gens « lamda » ne comprenant strictement rien à ce windows.
    Perso, je reste sous ubuntu.
    Je pense qu’il aurait juste suffit de laisser le choix à l’utilisateur sur l’interface à utiliser pour que cela passe tout seul, mais Microsoft ayant pris l’habitude d’imposer et non de proposer, cela conduit naturellement vers le désastre annoncé.

    Répondre
  • 12 février 2014 - 18 h 43 min

    Le futur d’Android confirme l’absolue nécessité de disposer d’un OS mobile libre efficace. Le verrouillage inévitable se rapproche, il nous faut un GNU/linux débarrassé des contraintes de Gougueule.
    Ils réussissent là un beau détournement de la GPL quand même.
    Firefox OS pourra-t-il être le sauveur ?

    Répondre
  • 12 février 2014 - 19 h 01 min

    Très très intéressant cet article. Je suis encore un inconditionnel de seven et je ne passerai à w8 que lorsque j’y serai obligé. En revanche je vais suivre de près les évolutions qui normalement devront aller dans le sens de l’ergonomie et de la simplicité.

    Répondre
  • 12 février 2014 - 22 h 21 min

    @jj:

    Parler de désastre pour Windows 8, c’est se focaliser sur l’évolution de l’interface utilisateur (globalement, Métro). Et c’est important (l’échec relatif des ventes, notamment des tablettes windows en témoigne). Mais ce n’est que la surface.

    Le gros travail de windows 8 c’est l’unification des noyaux système, mais aussi des kits des développements autour d’une même plateforme couvrant PC, téléphones et tablettes (voire console Xbox). C’est une stabilité et une optimisation accrue par rapport à 7 qui était déjà un bond en avant. C’est l’intégration du stockage cloud au sein du système ; et plein d’autres avancées.

    La disparition du menu démarrer et les erreurs d’ergonomie, c’est cosmétique, ça se corrige et d’ailleurs ils sont en train de le faire. Mais du point de vue technique, ils ont – sinon une certaine avance sur Apple – une belle base pour les futures évolutions de windows.

    Car oui, sur une tablette ou un PC on ne fait pas (encore) la même chose. Mais maintenant chez Microsoft, on développe un seul OS pour tous les supports là où Apple gère deux plates-formes simultanées et de plus en plus convergentes.

    L’avenir nous dira si ce pari était le bon, mais je pense qu’Apple va y venir ; je ne vois pas pourquoi une future tablette convertible Apple ne pourrait pas faire tourner Mac OS X en mode laptop et iOS en mode tablette ; chez Microsoft, c’est déjà possible :)

    Répondre
  • 13 février 2014 - 1 h 46 min

    @Simon JB:
    Techniquement iOS et MacOS X ont déjà une base commune; iOS étant un dérivé de MacOS X.
    La question est surtout de savoir si cela a un intérêt d’avoir une base commune au niveau IHM (comme Windows8 le fait) et la réponse est loin d’être évidente.
    Pour des geek ou pro, ca peut avoir du sens, mais pour le consommateur lambda ca ressemble plus à une grosse source de confusion.
    Je trouve l’expérience ModernUI assez mauvaise sur desktop, alors que sur Tablet c’est plutôt pas mal.
    Même une tablette convertible, ce n’est pas vraiment la joie; on a ni un PC puissant et facile à utiliser, ni une tablette légère et autonome. Un pro peut s’en satisfaire car il s’y retrouve au niveau services et intégration de ses logiciels pro, mais le grand public…
    Peut être qu’un jour on n’y viendra, mais il faudra trouver le moyen de simplifier tout ça.

    Répondre
  • 13 février 2014 - 6 h 11 min

    @Simon JB:

    Apple a annoncé ne pas vouloir faire converger ses plateformes mobiles et Mac… enfin pas au delà d’une base BSD déjà commune.

    Microsoft a voulu unifier ses plateformes autour de .NET: C’est la démarche exactement inverse de celle de Apple/Linux-Androïd. Ces derniers ont une base source largement commune y compris pour le noyau, recompilée sur x86/Arm etc: Le crédo c’est la portabilité de sources, recompilée sur toute plateforme pour laquelle une version de la chaine de compilation GCC existe.

    Microsoft a un noyau dépendant de la cible, mais qui a terme devrait devenir un micro noyau avec juste une machine à dérouler du C# dessus + les quelques librairies de service de base. C’est donc ce qui est au dessus qui sera commun, non le socle (même s’ils ont dû factoriser des choses, ils ne sont pas si idiots je pense): On reste en fait dans le modèle de compatibilité de binaire de microsoft. Il y a juste que le binaire s’executera dans une machine virtuelle qui interpretera (pour simplifier) le code.

    Ils se sont en fait rendu compte du tords causé par leur stratégie, qui les handicape pour porter leur système/logiciels ailleurs. Alors ils inventent une usine à gaz qui sera un cauchemard à valider sur toutes les plateformes à supporter, difficile à débugger quand des pb fins vont se présenter.

    De l’autre côté, du code portable et les chaines de compil existantes assurent le même job en binaire natif, sans usine à gaz: Du soft très libre côté Linux (GPL), de la rétrocession à leur seule volonté (license BSD) côté Apple, qui permet de garder ses petits secrets.

    Répondre
  • 18 février 2014 - 0 h 06 min

    Sur le principe windows 8 est une bonne idée. Simplement imposer windows 8 sur des ordinateurs non tactiles, c’est pour moi une grosse erreur.

    Alors oui les menus traditionnels sous windows 8 existent mais c’est franchement une rupture avec tout ce qui a été fait auparavant. Pour ma part un pc n’est pas une tablette, et par conséquent je dois pouvoir l’utiliser comme un pc sans m’arracher les cheveux comme j’ai pu le faire avec windows 8 à mes débuts, débuts qui n’ont pas duré longtemps vu que j’ai installé linux mint à la place.

    Je garde un très mauvais souvenir de cet os, très joli mais trop intrusif à mon goût et surtout inadapté à un usage pc en sortant de la boite.

    Répondre
  • uko
    18 février 2014 - 0 h 53 min

    @alaixi:
    A mon sens, l’erreur est surtout d’avoir imposé le passage par l’interface metro. Il suffisait de conserver l’ancienne UI (et en particulier le menu démarrer) avec une option pour démarrer directement sur le bureau pour mettre tout le monde d’accord.

    Je pense que MS a voulu prendre un gros paris en imposant cette interface: celle de forcer son public Windows à s’habituer à leur interface tactile, pour par la suite qu’il en réclame sur les machines tactiles. En l’occurrence, ça a plutôt desservi leur image.

    Répondre
  • 18 février 2014 - 19 h 19 min

    et bien a voir les commentaires, ce journaliste frustré ferait mieux de se taire ….

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *